Archives par mot-clé : dératisation

Guerre aux rats

Le combat contre les rats est une guerre séculaire.

 » La Mort aux Rats et Souris c’est moi quy les fais mourir « , gravure éditée par Pierre Bertrand au XVIIe siècle (détail) [source : Gallica]

1- Les Goncourt dans les rues de Paris

Deux siècles après cette estampe1, les Goncourt décrivent en détail une chasse aux rats, la nuit, dans les rues de Paris2 : « Un homme marche en avant. Un autre le suit. Le premier a la face glabre, le visage en museau de fouine. Il porte une casquette de loutre, dont la visière est relevée ; il n’a pas de linge, une cravate de corde se roule autour de son cou, il est habillé d’un veston de jockey. De la main droite, il tient une petite tige de fer, de la main gauche une sorte de troublette [épuisette]. C’est le traqueur. Un hercule barbu suit le traqueur, balançant au bout d’un gros bâton une cage de bois, dont un côté est grillé de fer.[ ] Devant nous tous, à vingt pas du traqueur, quelque chose de grisâtre trottine, s’arrête, repart, flaire, quête.  » Trim !  » fait le traqueur, et Trim, oreilles coupées, queue rognée, suit, museau en terre. Rue Saint-honoré, Trim plonge son nez dans une gargouille et s’immobilise tout à coup. Le traqueur arrive, dit à Trim :  » à ta place !  » et pendant que le chien remonte à la tôle du tuyau, le traqueur met son filet à la bouche de la gargouille. » Le spectacle nocturne, aventure insolite, passionne pour un soir les bourgeois parisiens.

2- Dans la ménagerie du Jardin des plantes

Dans les années 1870, sans l’aide de professionnels, la chasse est menée avec acharnement par Alphonse Milne-Edwards dans la ménagerie du Jardin des plantes de Paris. Cette Ménagerie, ouverte en 1794 avec les animaux des ménageries royales et des animaux de foire, est aménagée peu à peu au cours du XIXe siècle pour accueillir des « animaux féroces » (1821), des rapaces en volière (1825), la première girafe présentée en France (1827)3, des reptiles et des singes (1837). En 1860, Isidore Geoffroy Saint-Hilaire fait agrandir la ménagerie. Lui succèdent comme directeurs Henri Milne-Edwards (de 1861 à 1876) puis son fils Alphonse Milne-Edwards (de 1876 à 1900). C’est à ce titre qu’ils veillent sur les animaux, attentifs à la température l’hiver comme à la présence des rats. Le délabrement des bâtiments n’arrange rien :

les constructions de la Ménagerie tombent en ruine. J’en ai profité pour rédiger immédiatement un rapport qui va être transmis de suite au Ministre . J’en obtiendrai peut-être quelque chose. (Alphonse Milne-Edwards à Marie Mertzdorff, 6 avril 1877)

Marie et Émilie Mertzdorff élevées au foyer d’Alphonse Milne-Edwards, au cœur du Jardin des plantes, sont aux premières loges pour raconter le combat :

La chasse aux rats se continue malgré l’absence de cette pauvre Miss [un chien] mais elle est bien moins abondante quoique cette année les rats soient plus nombreux que jamais. Samedi nous il en sortait de tous les côtés et on ne savait auquel donner de la tête. Émilie était tellement acharnée qu’elle a aussi tué le sien à l’aide de Krabe [le chien d’Alphonse Milne-Edwards] et de son bâton. Moi je suis plus calme et j’aime mieux les laisser passer. (Marie Mertzdorff à son père, 5 juillet 1875)

3- Les armes

Les guerriers s’arment de bâtons :

Nous sommes ensuite parties avec oncle pour nos courses et nous avons même acheté [ ] une canne pour la chasse aux rats.(Marie Mertzdorff à son père, 20 juillet 1875)

On s’accompagne de chiens qui semblent dressés pour cela :

Miss [le chien] continue à tuer avec succès les rats que nous prenons et qu’on lâche devant elle, en deux coups de dents elle tue sa victime (Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards à Marie Mertzdorff, 16 août 1871)

Les années suivantes, le combat se mène au fusil :

Le soir après le dîner nous avons été dans la ménagerie avec tante et oncle et ce dernier a tué deux rats avec sa carabine.(Marie Mertzdorff à son père, 15 mai 1876 (A) )

4- les guerriers

Le professeur Milne-Edwards s’adjoint l’aide de proches : Émilie adolescente et sa sœur Marie Mertzdorff (peu efficace on l’a vu), un jeune neveu, Jean Dumas, et Marcel de Fréville que Marie épouse en 1880 :

Jean a tué lui-même un Rat ; aussi il est dans la joie et il ne rêve que nouvelles chasses et nouveaux exploits. (Alphonse Milne-Edwards à Marie Mertzdorff, 6 avril 1877)
Hier soir Marcel et Jean ont passé toute la soirée dans la ménagerie avec Krabe [le chien], et ils ont tué 14 rats ce qui les a rendus aussi fiers qu’heureux. Tu te figures la joie de Jean. (Émilie Mertzdorff à son père, 9 juin 1881)

La chasse aux rats semble même un divertissement auquel participent des amis du professeur :

Lundi soir nous avons eu M. Vaillant [le naturaliste Léon Vaillant] à dîner et nous avons fait ensuite une chasse aux rats des plus animées. (Marie Mertzdorff à son père, 7 juillet 1875)
Après le dîner Charles [Charles Brongniart, futur naturaliste] est venu me chercher pour aller faire un tour dans la ménagerie. J’y ai trouvé le reste de la famille mais absence presque complète de Rats, un seul a été tué dans un arbre où il se croyait à l’abri de tout danger. (Alphonse Milne-Edwards à Marie Mertzdorff, 2 août 1875)

La chasse n’est pas toujours fructueuse :

Après le dîner nous avons été dans la ménagerie , on n’a pas tué un seul rat mais Krabe a pris deux bains dans le bassin de l’hippopotame. (Marie Mertzdorff à son père, 21 mai 1875)

5- En compagnie des rats

A côté de tous ces récits guerriers, la présence des rats hors du Jardin des plantes est signalée dans quelques lettres :

elle n’habite plus cette petite pièce froide et au grenier, trop près des rats pour son sommeil, où notre présence l’avait placée (Alphonsine Delaroche-Duméril, à Paris, à sa belle-mère, 13-14 novembre 1809)

ou, plus bienveillante :

Entre minuit & 1 h ne trouvant pas le sommeil je me suis décidé à me mettre à la fenêtre dans la cour si tranquille je me suis amusé à observer 2 rats qui se contaient, à voir l’intérêt qu’ils y mettaient, de bien belles choses. A cette heure même il faisait une chaleur extrême.(Charles Mertzdorff, à Vieux-Thann en Alsace, à son épouse, 9-10 août 1868)

Rats des champs et rats des villes cohabitent avec les humains. Comme le notait Louis-Sébastien Mercier dans son Tableau de Paris en 17834 : « La quantité de rats qui sont dans Paris, (je ne parle pas de ceux qui logent dans les cervelles) surpasse l’imagination. Cachés pendant l’hiver le long des quais dans des piles de bois, ils descendent en été au bord de la rivière : là ils sont d’une grosseur démesurée. Des peuplades entières vivent dans ces souterrains et y forment des excavations remarquables ; ils entrent dans les caves quand la rivière hausse, et y rongent tout ce qu’ils trouvent. Aussi dans ces quartiers voisins de l’eau faut-il une armée de chats pour combattre cette armée de rats. Ceux-ci sont d’une telle stature qu’ils ne tremblent plus devant le plus fier rominagrobis, et le combat se livre à forces presqu’égales. » 

  1. Cette gravure au burin et à l’eau-forte,  de 16 cm par 25,2 cm, est éditée par Pierre  Bertrand (1600 ?-1678 ?) ; elle comporte une autre scène :  » Huistre a Lescallo « .

    https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53192248z []

  2. Jules et Edmond de Goncourt, Journal, janvier 1855. []
  3. Voir le billet : « L’année de la girafe ». []
  4. Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, t. 5, chapitre 422, 1783. []