Archives par mot-clé : diffusion des motifs

L’« intéressant » pour guide

Dans ses Souvenirs au si beau titre Et dans l’éternité je ne m’ennuierai pas, Paul Veyne revient à plusieurs reprises sur la notion d’« intéressant ». Dès son plus jeune âge il « s’enflamme » pour les traces de l’Antiquité païenne qu’il découvre dans les livres ou sous ses pieds, restituées par la terre provençale. A dix ans, les Hymnes homériques le révèlent érudit ; puis le petit garçon curieux devient historien de l’Antiquité romaine. Paul Veyne précise : « l’érudition est ludique : elle est intéressante, mais n’a aucun enjeu matériel, ni moral, ni souvent esthétique, ni social ni humain, c’est une simple curiosité, mais compliquée, ce qui fait son intérêt et son plaisir. »1

Paul Veyne et « l’intéressant »

Distinct de « l’amusant » qui semble un des critères favoris d’appréciation des activités pour les demoiselles Mertzdorff2, « l’intéressant », défini par Paul Veyne, est « un de nos principaux mobiles, il explique une bonne part des conduites humaines, culturelles et autres, bien qu’il soit souvent oublié dans les énumérations. D’accord, le sexe, l’argent, le pouvoir… L’intéressant, lui, ne s’explique par rien, il n’est pas utile, ni égoïste, ni altruiste, il n’est pas nécessairement rare, plaisant, élevé, précieux ou beau : l’intéressant est désintéressé »3. Cet éloge d’une conduite qui m’égare souvent dans des sentiers hors de la droite voie principale, qui m’écarte du texte d’une lettre pour suivre, partie d’un mot, d’un nom propre le plus souvent, les méandres d’une vie qui m’était inconnue ou les surprises de pratiques anciennes, cet éloge de ce qui ne passe pas souvent pour une qualité m’a rassurée. Ainsi confortée, je peux montrer où m’a conduite la lecture d’une lettre banale.

Une lettre de 1880 et un ouvrage de dame

Certes, c’est une lettre à trois mains, ce qui n’est pas courant : une mère et ses deux filles, Mathilde et Paule, âgées d’une vingtaine d’années ; sur le même feuillet elles s’adressent à leur amie, la veille de son mariage4. Malgré cette circonstance le texte n’a a priori rien pour retenir l’attention : ni réflexion sur ce moment unique, ni sentiment remarquable, ni récit piquant, ni style alerte. Les trois dames, qui vont assister à la cérémonie le lendemain, remercient d’un cadeau offert à cette occasion (une pendule) et réaffirment leur amitié qui s’est marquée par la confection d’un ouvrage.

Élisabeth-Félicie Bayle-Mouillard, Nouveau manuel complet de la broderie – Atlas, planche 1 [BNF Gallica]

Rien d’original à cela, toutes les jeunes filles qui entourent les épistolières dans cette société bourgeoise s’affairent sans cesse à coudre ou à broder : pour elles, pour leurs proches, pour les pauvres. Le livre des modèles (l’Atlas) du manuel d’Élisabeth-Félicie Bayle-Mouillard, parmi tant d’autres, propose une grande diversité de motifs à broder5.

Dans le court paragraphe rédigé par la mère, Mme Arnould, quelques mots piquent l’intérêt. « Comme la mouche du coche j’ai fait quelques points à cet ouvrage, mais le plus intéressant c’est que le dessin a été calqué sur une des faïences de la Maison carrée d’Alger et les combinaisons de couleurs, nuances, etc. sont uniquement sorties de l’idée de vos amies Mathilde et Paule », écrit-elle. Les « faïences de la Maison carrée d’Alger » ? Me voilà partie.

Des colons amateurs d’art

Partie à la recherche de renseignements sur les faïences de la Maison carrée d’Alger. La piste se perd d’abord dans la banlieue d’Alger, vers la localité de Maison carrée, placée stratégiquement à l’Est de la ville et toute hérissée des faits de guerre du début du siècle (le XIXe), et dans le quartier de La Faïence, coincé entre La Montagne, La Glacière, La Cressonnière, Cité D’urgence – pittoresques ou tragiques, ces noms ne m’éclairent pas.

Les cheminements de l’Internet me présentent enfin un article où se côtoient, autour de 1900, la céramique algéroise et la famille Arnould (celle des signataires) : « Une nouvelle tradition : la céramique algéroise à l’aube du XXe siècle », de Clara Ilham Álvarez Dopico6. L’auteure invite à pénétrer le milieu des colons algérois qui, par son intérêt pour la production traditionnelle, a permis l’essor d’une nouvelle industrie de revêtements en céramique d’art, entre la fin des années 1880 et les années 1920. Elle cite une phrase d’Henri Klein – exergue ici complété : « La ville, devenue d’albâtre, se lustre aux céramiques de ses frontons et de ses tours, s’irradie aux verrines de ses baies, flambe aux vitrages des coupoles dressées sur ses atriums. Dans la campagne, sous leurs ornements de faïences, de tuiles vernissées et de cabochons, éclatent les villas mauresques épanouies de toute leur neige en leurs jardins solitaires »7. Vers la fin du XIXe siècle, les grandes demeures des environs d’Alger, reprises par des particuliers ou des institutions, sont réaménagées ; un « cachet plus oriental » leur est donné, grâce à un décor qui emprunte aux œuvres anciennes leurs couleurs et leurs riches motifs. Des architectes se mettent au service des amateurs et des collectionneurs d’art islamique. Clara Ilham Álvarez Dopico signale parmi les recréations de cette époque « la grande propriété du Bordj Polignac à Bouzareah », la villa de l’architecte Albert Bizet, celle, achetée en 1910, du négociant de vins d’Algérie Frédéric Lung et – nous y voilà – « le djenan Caïd el Bab à Birkadem, acquis en 1863 par Arthur Arnould (Reims, 1828 – Alger, 1867). [  ] Son [neveu], Charles Arnould (Reims, 1847 – Reims, 1904), maire de Reims, œuvre dans le même sens. » Citons l’article :

« [Arthur Arnould] restaure la maison, conserve tous les éléments d’origine et y apporte une splendide collection de faïences de toutes origines. En 1901 Henri Klein publie dans La Dépêche Algérienne une description enthousiaste de la villa, « exemplairement restituée dans son caractère ». Il y parle des « exceptionnelles faïences qui lambrissaient les murs sur environ un mètre cinquante de haut », ainsi que d’autres carreaux de la collection Arnould « disposés dans des cadres, comme autant de tableaux, sur le reste des murs chaulés de blanc ». La presse de l’époque fait référence à la collection de Mme veuve Arnould [Marie Becker, veuve de Charles Arnould ] à Birkadem ».

Ainsi s’explique que Mathilde et Paule Arnould, nièces d’Arthur Arnould, en veine d’inspiration orientalisante, aient pu calquer le dessin de faïences algéroise pour leur broderie. Que brodaient-elles ? Coussin, paravent, garniture de fauteuil, de tabouret, de prie-dieu, tapis de lit, tapis de lampes, petit tableau, anneau de serviette… la liste est sans fin et nous ne savons quel objet elles ont offert. Pas plus que nous ne devinons quels motifs ont eu leur préférence.

Le goût d’un Orient fantasmé a inspiré les peintres depuis des décennies, mais il semble qu’il faille attendre quelques années encore – l’Exposition de 1893 par exemple – pour que les arts de l’Islam commencent à trouver un public.

Trois carreaux de faïence reproduits dans un Portefeuille en 1892 [BNF Gallica]

Un Portefeuille des arts décoratifs8 reproduit, en 1892, « trois carreaux de revêtement de muraille, en faïence décorée sur fond à reflets métalliques, Orient, XVIe siècle » de la collection du Musée des Arts décoratifs.

Moins attentives sans doute que leur oncle à l’authenticité des œuvres, les demoiselles Arnould improvisent leurs propres couleurs. En Algérie aussi des œuvres nouvelles sont bientôt créées : les demandes publiques et privées de décors amènent l’ouverture de nouveaux ateliers où des maîtres céramistes créent un langage orientaliste original.

***

Le sentier buissonnier emprunté à partir des « faïences de la Maison carrée d’Alger » aurait pu mener ailleurs. Sur le site, la lettre sera publiée avec une note : « Arthur Arnould (†) et Charles Arnould collectionnent les faïences islamiques à Alger » et j’aurai passé quelques heures quiètes, ayant, comme tous « les animaux supérieurs », « l’étrange faculté de [m]’intéresser à ce qui ne [me] sert à rien »9. Si « l’intéressant est désintéressé » je fais le pari qu’il se partage et j’espère qu’il n’est pas ennuyeux.

Fragment de céramique de revêtement (Photo © Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Claire Tabbagh / Collections Numériques)

 

  1. Paul Veyne, Et dans l’éternité je ne m’ennuierai pas : souvenirs, Albin Michel, 2014, p. 12. []
  2. Voir le billet de ce carnet : « Amusant ». []
  3. Paul Veyne, Op. cit., page 36. []
  4. Lettre du 13 avril 1880, de Paule Arnould, sa sœur Mathilde et leur mère, à leur amie Marie Mertzdorff, qui va épouser Marcel de Fréville. []
  5. Mme Celnart [Élisabeth-Félicie Bayle-Mouillard], Nouveau manuel complet de la broderie – Atlas, Roret, 1840, BNF Gallica. []
  6. Clara Ilham Álvarez Dopico, « Une nouvelle tradition : la céramique algéroise à l’aube du XXe siècle », ABE Journal [En línea], 13 | 2018, Publicado el 15 octubre 2018, consultado el 13 mayo 2020. URL : http://journals.openedition.org/abe/4333 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abe.4333. []
  7. Henri Klein, Les lumières d’El-Djezaïr, 1918 [BNF Gallica, ark:/12148/bpt6k5612761f]. []
  8. Portefeuille des arts décoratifs, publié sous le patronage de l’Union centrale des arts décoratifs par Alfred de Champeaux, 1892. []
  9. Paul Veyne, Op. cit., page 37. []