Archives par mot-clé : domestication

Les zèbres sont-ils ingérables ?

En 1875 Th. Lally fait paraître une série d’opuscules sur les pensionnaires du Jardin des plantes de Paris : quatre monographies in-quarto d’une trentaine de pages, illustrées de planches en couleurs, sur le tigre, l’ours, la girafe, l’hippopotame, le rhinocéros et d’autres animaux sauvages1. Le deuxième volume de la série consacre un chapitre au zèbre.

« Le Jardin des plantes », Th. Lally, volume 2, planche en couleurs (© BNF-Gallica)

 Le zèbre, un animal d’avenir ?

Th. Lally s’extasie sur la beauté du zèbre que « le Créateur paraît avoir comblé de tous ses dons » : « à la force et à l’élégance », il joint la magnificence d’une parure dont les bandes « tour à tour de nuances vives ou tendres, recouvrent la croupe, s’enroulent autour de son cou et de ses pattes et viennent se croiser sur son front ». Mais, se désole l’auteur, l’animal parcourt en toute liberté et inutilité les plaines de l’Afrique. Il bondit, impétueux et gracieux, sous les yeux des Africains qui « n’ont jamais essayé sa conquête ». Alors que s’il s’était « trouvé dans les campagnes de notre belle France », « il y a longtemps que l’homme le compterait parmi ses conquêtes et qu’il l’aurait attelé à son char » ! Heureusement aujourd’hui, poursuit Lally, en écho aux théories et illusions colonialistes de son temps, « les Européens sont arrivés dans ces pays ; ils ont entrepris de les civiliser » : les blancs apportent la religion chrétienne aux hommes noirs et la domestication aux zèbres à rayures.

Francis Galton (1822-1911) ne croit pas, lui, à cette prédiction de Lally, qui imagine, lyrique, « un léger coupé, attelé de deux charmants zèbres, tout étincelants de leurs vives couleurs ».

La nature sauvage du zèbre

Ses biographes présentent Sir Galton, un cousin de Charles Darwin, comme un mathématicien, explorateur, anthropologue, généticien, psychologue, géographe, inventeur, météorologue, statisticien, philosophe, sociologue, proto-généticien, écrivain et photographe. Un homme qui a beaucoup voyagé (notamment en Afrique du Sud) et ne nourrit aucune illusion sur les zèbres. Il a constaté que « les Boers hollandais s’efforcent constamment de les briser, et quoiqu’ils y réussissent quelquefois, la nature sauvage et têtue de l’animal éclate toujours, et risque de les repousser »2.

Si les zèbres ressemblent à des chevaux à bien des égards, de nos jours les scientifiques démontrent qu’il existe des différences fondamentales entre ces deux animaux qui ont pourtant, avec les ânes, un ancêtre commun. Mais tandis que l’ancêtre sauvage du cheval domestique parcourait la steppe eurasienne, où il a été apprivoisé, le zèbre africain, menacé par de grands prédateurs (lion, guépard, hyène), a développé une réaction puissante adaptée à son environnement : il est devenu un animal très vif, capable de s’enfuir et de se défendre, ruant et mordant vigoureusement.
Francis Galton est catégorique : les zèbres sont ingérables3.

Un zèbre du Jardin des plantes

L’expérience semble donner raison à Galton. En 1878 Marie Mertzdorff raconte à son père l’accident survenu dans la ménagerie du Jardin des plantes de Paris, dont s’occupe Alphonse Milne-Edwards (« oncle ») :

Il est arrivé hier un accident à la ménagerie qui a bien tourmenté notre pauvre oncle : Pyber, le meilleur de tous les gardiens, un très brave homme dont on n’a jamais eu qu’à se louer a eu la main à moitié mangée par un zèbre ordinairement très doux. (12 novembre 1878)

Le malheureux gardien est emmené à l’hôpital de la Pitié, un chirurgien l’examine, on s’inquiète, on attend des nouvelles, qui finalement sont plutôt rassurantes :

on craignait d’abord que ce ne fût très grave mais ce matin on espère qu’il n’y a aucune fracture dangereuse et qu’on pourra le guérir (12 novembre 1878)

Et quelques jours après :

Le gardien dont je te parlais l’autre jour va mieux il paraît que ce sera très long mais les os ne sont pas cassés et l’on espère bien le guérir tout à fait. Ce qui est singulier c’est que le zèbre ordinairement si doux est devenu furieux depuis ce jour-là, il a cassé son licou et on a été pendant longtemps sans même oser l’approcher ; on a fini par le faire entrer dans une cage mais il s’y est tant démené qu’il a failli la casser ; on se demande ce qui lui est arrivé pour le rendre ainsi fou. (16 novembre 1878, Marie Mertzdorff à son père)

***

Une vidéo sur le Net rapporte un accident semblable, survenu en 2017 dans un zoo en Chine : un employé se fait attaquer et traîner par terre sur plusieurs mètres par un zèbre4. Si Th. Lally avait publié trois ans plus tard sa monographie sur le zèbre, gageons qu’il aurait hésité à écrire, comme il l’a fait en 1875 : « sa domestication est dès aujourd’hui commencée, et déjà dans plusieurs Jardins des Plantes, entre autres au Jardin d’Acclimatation de Paris, on voit des zèbres traînant des voitures tout comme le font les honnêtes ânes et les bons chevaux ».

Th. Lally, 1875. Détail de la couverture : l’ours gris devient brun en passant de la couverture à la page de titre et le kangourou change d’orthographe (© BNF-Gallica)

 

  1. Th. Lally, Le Jardin des plantes. 1- Le lion, le tigre, le loup, l’ours blanc, l’orang-outang, le bison ou buffle d’Amérique ; 2- L’ours brun, l’éléphant, le léopard, le chameau ou dromadaire, le kangurou, le zèbre ; 3- Les hyènes, le cerf et la biche, le renard, le jaguar, la loutre, le chameau de la Bactriane ; 4- La girafe, l’hippopotame, l’élan, le rhinocéros, le renne, le sanglier, Hachette, 1875 [Consultables sur Gallica]. []
  2. « The Dutch Boers constantly endeavour to break them to harness, and though they occasionally succeed to a degree, the wild mulish nature of the animal is always breaking out, and liable to balk them », Francis Galton, Inquiries into Human Faculty and its Development, seconde édition 1892 [1883], première édition électronique 2001, page 186. []
  3. « Zebras, speaking broadly, are unmanageable ». []
  4. http://www.divertissonsnous.com/2017/02/01/un-employe-dun-zoo-se-fait-attaquer-et-trainer-par-un-zebre-chine/ []