Archives par mot-clé : enfance

Des poupées

En ce mois de décembre 2018 où les rues et les magasins appellent visuellement les fêtes de Noël, j’ai voulu remettre en vitrine un billet consacré aux poupées, paru il y a cinq ans, et enrichi de quelques images. En 2018, parmi les innombrables cadeaux proposés et attendus, une poupée est élue « Jouet de l’année » : « très réaliste dans ses mouvements, elle tète son biberon, mange à la cuillère, s’endort comme un vrai bébé, et réagit quand l’enfant joue avec »1. Cette illusion du « vrai bébé » fascine aussi au XIXe siècle. Marie et Émilie Mertzdorff (19 et 17 ans), en visite à l’exposition universelle de 1878 qui se tient à Paris, s’attardent devant le « bébé » qui parle  :

Malgré cette température tropicale2 nous avons été tous hier à l’exposition. Nous avons vu […] les fourrures et les joujoux, cette dernière partie nous a fort amusées aussi oncle ne fait-il plus que nous taquiner car il prétend qu’on ne pouvait plus nous arracher du bébé qui dit Ah ! papa, Ah ! Maman ! (Marie Mertzdorff à son père, 24 juin 1878)

Marie est à cet âge charnière qui hésite encore entre enfance et vie adulte. Ainsi, à propos d’une amie de deux ans son aînée :

Je ne puis croire que Jeanne Baudry ait déjà un 2e enfant, c’est singulier que je ne puisse la prendre sérieusement il me semble toujours qu’on parle de ses poupées. (Marie Mertzdorff à son père, 26 février 1879)

Si Marie et Émilie presque adultes continuent de s’extasier devant les poupons, c’est maintenant à leurs petites cousines, Hélène Duméril ou Louise Soleil, qu’elles en offrent, elles-mêmes se réservant de jouer avec les bébés de leur entourage – avant de s’occuper de leurs propres enfants, cinq pour l’une, six pour l’autre.

De la poupée « modèle de mode » au bébé

  • La poupée en forme de femme

Jusqu’au milieu du XIXe siècle, note l’antiquaire expert Capia3, « la poupée destinée aux enfants de la bourgeoisie se présente sous la forme d’un long corps raide en peau d’agneau, qui tient debout grâce à un bâtonnet fixé au corps et posé sur un socle ». Et lorsque en 1850 Mlle Calixte Huret présente une poupée en gutta-percha, celle-ci a toujours la taille fine. Longtemps la poupée, héritée des poupées dites « de mode » des siècles précédent, a la forme d’une femme, pas d’une fillette.

Poupard en bois à tête pivotante (© Musée de la poupée – Paris)

L’enfant pauvre doit lui se contenter de « poupards », sans bras ni jambes, cylindres de carton moulé ou de bois sculpté surmontés d’une tête grossièrement peinte.

La poupée « de mode » exige de beaux vêtements et chacune, adultes et fillettes, s’active à la confection d’un trousseau raffiné : « robe de poupée en soie bleu avec une queue » (19 février 1875), vêtements cousus ou tricotés (18 décembre 1862). George Sand se souvient d’une poupée « ronde et bien faite », qui « avait une robe de crêpe rose bordée d’une frange d’argent »4.

Poupée de mode, 1869 (© Musée de la poupée – Paris)

Ce qui n’est pas confectionné à la maison peut s’acheter. A côté de la centaine de fabricants de poupées à Paris au milieu du XIXe siècle qui produisent bustes en cire, corps en carton, pieds et mains en bois, sont confectionnés pour elles vêtements, lingerie, souliers, chapeaux, bijoux, perruques et accessoires5. Et lorsque parfois la poupée est abîmée, on peut la donner à réparer :

Ma seconde vue de marraine me fait voir [ta poupée] très malade, la tête et les membres me paraissent avoir besoin du médecin et il me prend fantaisie de te la guérir par un coup de baguette. (Eugénie Desnoyers à sa filleule, 17 novembre 1863)

  • Le bébé

Capia note les perfectionnements des poupées : en 1826 elle ouvre et ferme les yeux ; cela séduit la petite Marie (16 mois) dont le mère se fait l’interprète :

ma jolie poupée qu’on me donne quelquefois est toujours ma favorite, elle est si gentille quand elle fait dodo. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa cousine Adèle Duméril, 6 août 1860)

On fabrique des jouets qui parlent (1824), marchent (1826), peuvent bouger la tête (1862), danser (1873) et même nager (1876). Mais une autre innovation modifie l’essence même de la poupée : en 1851 à Londres des poupées prennent la forme de bébés et de nouveaux-nés en cire.

Bébé en papier mâché recouvert de cire (© Musée de la poupée – Paris)

Le terme de « bébé » est employé à partir de 1855 dans les demandes de brevets d’invention. Le jouet n’est pas immédiatement dénommé ainsi dans les lettres, mais il semble présent :

pour Émilie une petite poupée en caoutchouc ce qui vaut le mieux pour elle. (Caroline Duméril-Maertzdorff à son époux, automne 1861)
Tante m’a donné un tout petit bébé qui remue les bras et les jambes. (Émilie Mertzdorff à son père, 8-9 juillet 1871)

Les usages de la poupée

  • Un jeu

Dans le cercle familial et amical, on offre des poupées aux petites filles pour qu’elles jouent, seules ou en groupe, et parfois sous surveillance, car les poupées sont jouets de prix. Cette distraction les occupe depuis leur âge le plus tendre (Marie, 16 mois, « donne à manger à toutes ses poupées » et ce jeu-là « l’amuse bien », 6 août 1860) jusqu’à 15 ans et plus :

nous sommes parties avec elle chez bonne-maman Desnoyers où on a fini la toilette de la poupée qui est ravissante. (Marie Mertzdorff à son père, 7 mars 1875)

Le « nous » de Marie (15 ans) englobe sa sœur (13 ans) et leur cousine (17 ans) ; souvent en effet la poupée est un jeu collectif. On joue avec les cousines, « les petites Duval » ; il arrive même qu’un petit garçon, le cousin Jean (9 ans), se trouve associé (25 octobre 1874).

  • L’apprentissage de la maternité

La poupée ne se résume pas à sa fonction ludique. George Sand évoque longuement dans Histoire de ma vie « cet être inerte qu’on met entre les mains [des petites filles] et qui doit développer en elles le sentiment de la maternité ». Elle-même ne semble pas douter de l’efficacité de cette pédagogie, puisqu’elle note : « J’avais tant aimé et tant soigné mes poupées, que j’avais l’instinct prononcé de la maternité. » Dans les lettres de la famille Mertzdorff ce n’est pas explicitement écrit (ni par les fillettes, ni par les adultes) mais cela transparaît : coudre, coiffer, habiller, donner la becquée, laver et lessiver, cuisiner, etc. toutes ces activités en relation avec les poupées simulent de futures tâches féminines. Alors qu’au XVIIIsiècle beaucoup voient dans le jeu de la poupée une incitation à la frivolité, au XIXsiècle, que ce soit dans la littérature édifiante que lisent les demoiselles Mertzdorff (Les Mémoires d’une Poupée de Julie Gouraud, 17-18 décembre 1871), aussi bien que chez Victor Hugo (Les Misérables : « le premier enfant continue la dernière poupée »), il est admis par tous que la poupée prépare la fillette à son rôle de mère.

« Les Mémoires d’une Poupée » de Julie Gouraud (© BNF Gallica)
  • La poupée comme interlocutrice

Il est un troisième piste que pointe Alain Corbin lorsque, parlant du « secret de l’individu », il aborde le thème de la poupée dans un paragraphe significativement titré : « Médiateurs du colloque singulier »6. Selon lui, « le monologue intérieur a besoin d’interlocuteurs muets qui entretiennent la vibration de l’âme. Trois d’entre eux jouent un rôle non négligeable au XIXe siècle ; et tout d’abord la poupée » – les deux autres sont « l’animal de tendresse » et le piano. Il n’est pas interdit de penser que les petites Mertzdorff, très tôt orphelines, ont parfois trouvé dans leurs poupées un substitut à la présence maternelle disparue. Une phrase autorise cette interprétation :

La petite poupée que je t’avais envoyée et que ta petite maman avait surnommée « la petite Eugénie », existe-t-elle encore ? (Eugénie Desnoyers à sa filleule, 17 novembre 1863)

Cette lettre est adressée à Marie, 4 ans, qui vient de perdre sa « petite maman » ; elle est écrite par Eugénie, la jeune femme qui deviendra bientôt la « seconde mère » de Marie. La poupée est assimilée par son nom à une personne réelle précise, sans que l’on puisse deviner ce qu’il en est pour l’enfant. La réalité de la présence, c’est sans doute ce que recherchait, en vain, George Sand enfant, et qu’adulte elle analyse ainsi : « [les enfants] sont entre le réel et l’impossible. […] Un instant ils ont cru trouver la vie dans cet être muet qui bientôt leur montre ses muscles de fil de laiton, ses membres difformes, son cerveau vide, ses entrailles de son ou de filasse. »

***

« Poupées » et « bébés », ces jouets peuplent le monde des demoiselles Mertzdorff et les lettres de leur famille. Les « poupons » sont présents également, mais ce terme, en revanche, comme parfois celui de « bébé », désigne de vrais enfants :

Mme Raoul-Duval va arriver à Paris avec son poupon (André Marie Constant Duméril à son fils, 27 mai 1832)
Quant au petit Léon c’est un magnifique poupon, il est gros et gras comme une petite boule (Marie Mertzdorff à sa grand-mère, à propos de son cousin nouveau-né, 30 juin-1er juillet 1868)
Elle dit qu’elle n’est plus un poupon, qu’elle est une grande fille puisqu’elle a trois ans (Félicité Duméril à Eugénie Desnoyers à propos de Marie, 5 ans, 29 mars 1864).

  1. D’après le site https://www.journaldesfemmes.fr/maman/enfant/1353259-jouets-noel-tendance-2018/#jouets-2018. []
  2. Au sujet de la « température tropicale » du mois de juin 1878, voir l’illustration du billet « Fauteuil roulant ». []
  3. Robert Capia, Les Poupées françaises, Arthaud, 1986, p. 18-19. []
  4. George Sand, Histoire de ma vie, deuxième partie, 1855. []
  5. Capia, Op. cit, p. 25. []
  6. Alain Corbin, « Le Secret de l’individu », Histoire de la vie privée, volume 4, De la Révolution à la grande guerre, dirigé par Michelle Perrot, Seuil, 1987. []

Sage-femme, garde et nourrice

Dans un précédent billet, « C’est une fille », nous annoncions la naissance, le 15 avril 1859, de Marie Mertzdorff au foyer de Caroline Duméril et Charles Mertzdorff. Autour du bébé s’empressent ses parents et ses grands-mères : la mère de Caroline, venue de Paris, s’installe en Alsace pour deux mois dans une chambre si près de sa fille qu’elle « l’entendra respirer » (lettre du 11 mars 1859). Au cercle familial et au personnel habituellement employé par cet industriel aisé s’ajoutent pour l’occasion une sage-femme et une nourrice. On se préoccupe dès avant la naissance de ces auxiliaires importantes qui accompagnent les débuts dans la vie de la petite Marie.

Prévoir

La recherche d’une sage-femme, qui « accouche et soigne » mobilise un réseau d’amis et le médecin de la ville proche (Thann), François Joseph Conraux (1817-1882) :

tu sais que la sage-femme que j’aurai et dont M. Conraux nous a beaucoup fait l’éloge hier, nous disant que nous pouvions avoir toute confiance en elle, a accouché et soigné Mme Mertiau et toute sa famille ; nous voudrions donc bien avoir des renseignements positifs sur cette femme et savoir médicalement ce qu’en pensait le grand-père de Mme Mertiau qui était médecin ; maintenant veux-tu bien nous rendre le service de prendre ces informations, soit en écrivant à Mme Fröhlich ou directement à Mme M. ou bien Charles [le futur père] a encore eu une autre idée, voudrais-tu aller toi-même à Montataire y passer une journée et causer avec Mme Mertiau. Fais là-dessus ce que tu voudras, ma chère maman et en tous cas nous te remercions bien. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 11 mars 1859)

Imprégnée d’idées rousseauistes Caroline compte nourrir son enfant au sein mais prévoit le cas où cela lui serait impossible :

Nous avons une nourrice d’arrêtée, qui ne viendra, bien entendu que si nous en avons besoin ; nous lui donnerons 40 F si j’ai le bonheur de pouvoir nourrir et ce sont 40 F qui me feront bien plaisir à donner. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 20 mars 1859)

Il semble également qu’une « garde » a été engagée, dont la présence n’est mentionnée qu’au moment de son départ :

Je vois avec regret que tu as perdu ta garde, car j’espère bien que tu ne la reprendras pas après qu’elle a été dans cette maison Berger où règne la scarlatine (Louis Daniel Constant Duméril à sa fille Caroline, 3 mai 1859)

Ce conseil de prudence est répété par parents et amis.

Nourrir

Les médecins incitent les mères à donner le sein à leurs nourrissons. Caroline et son entourage, proches du milieu médical, sont partisans de l’allaitement maternel :

continue comme tu as commencé, jeune mère, & tâche qu’en Septembre je te trouve grasse nourrice. Ton père affectionné (Louis Daniel Constant Duméril à sa fille Caroline, 3 mai 1859)

Dans les mois qui suivent, les choix de la maman sont conformes aux prescriptions les plus progressistes : à la fin du XIXe siècle, « les médecins recommandent le sevrage progressif avec passage du lait de la mère à l’introduction d’un ou de deux biberons, puis d’autres nourritures comme bouillie, panade légère, soupe légère aussi… jusqu’à ce que l’enfant ne tète plus le sein »1. Ils ne sont pas encore, comme ils le seront quelques décennies plus tard, adeptes des horaires fixes pour les repas.

La petite va à merveille, elle mange trois soupes par jour et tète dans les intervalles, elle est bien mieux depuis qu’elle est mieux nourrie, la pauvre enfant souffrait de la faim (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 6 juin 1859)

Elle me reconnaît à merveille maintenant et fait mine de téter dès qu’elle me voit ; [ ] elle est moins affamée maintenant ce qui nous fait croire que mon lait est devenu plus nourrissant, elle mange deux soupes au plus et souvent avec de grandes difficultés (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 30 juin-1er juillet 1859)

L’expertise médicale est une fois de plus sollicitée, au moment important du retour des règles. Le docteur Conraux est présent pour guider la maman : pour les médecins depuis le XVIIIsiècle, les règles ne sont pas incompatibles avec l’allaitement. Mais les croyances anciennes perdurent…

Hier déjà je voulais t’écrire et j’en ai été empêchée par une nouvelle préoccupation ; figure-toi qu’en me levant je me suis aperçue que j’avais mes règles ; justement le matin à 6 h Charles était parti avec maman pour Colmar, et tu juges combien j’étais inquiète et effrayée ; j’avais entendu dire que lorsqu’une semblable choses arrivait à une femme, elle devait sevrer et cette idée me bouleversait car donner à téter à Mimi est une de mes plus grandes joies ; à midi ne sachant que faire la petite étant si triste de ne rien avoir, j’ai envoyé Mme Cornelli chez M. Conraux qui m’a fait complètement rassurer, me disant qu’il avait vu maintes fois des cas semblables non seulement chez des mères mais chez des nourrices que l’on avait pourtant gardées sans que les enfants en souffrissent et que la nourrice de son petit garçon avait été de même. Ainsi rassurée je me suis d’abord fait téter par un enfant plus âgé, puis ensuite par ma petite mais voilà qu’en moins de 10 minutes elle avait tout rendu par haut et par bas et la même chose était arrivée à l’autre enfant, j’ai alors fait chercher M. Conraux mais il faut vous dire que le matin à l’idée de sevrer j’avais eu un très violent chagrin et que j’avais énormément pleuré étant d’autant plus triste que Charles n’était pas là. C’est à ce chagrin et à ces larmes que M. Conraux a attribué ce lait indigeste qu’avait pris la petite et l’ayant trouvée parfaitement bien du reste il m’a tout à fait engagée à lui redonner à téter ; cette fois, en effet elle a bien digéré et s’est endormie à 6 h pour ne se réveiller qu’à 10 h 1/2 alors elle a mangé sa soupe et s’est rendormie jusqu’à 5 h dans la matinée elle vient de téter et de manger sa soupe et quoiqu’elle ait eu deux selles son estomac paraît très bien, M. Conraux vient de venir et m’a répété que je ne dois m’agiter en aucune manière qu’il y a eu beaucoup de travaux faits sur ce sujet et que l’analyse prouve que le lait dans cette circonstance contient moins de matières nourrissantes mais ne renferme rien de nuisible pour l’enfant. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 6 septembre 1859)

Comme le note Catherine Rollet2, « l’intensité de l’émotion de la mère à l’idée de devoir sevrer brutalement son bébé, l’épisode vraiment extraordinaire de l’essai chez l’enfant plus âgé, la brutalité des réactions des deux bébés, tous ces faits font réfléchir sur l’extrême sensibilité de la mère aux croyances, sur l’intensité du plaisir et du lien créé par l’allaitement, sur la rapidité des réactions des bébés par rapport aux changements, etc. »

Pour Caroline Duméril-Mertzdorff, le sevrage bien que progressif et choisi3 pose quelques problèmes. Cinq mois après la naissance du bébé, elle doit s’adapter à un nouveau régime alimentaire et à de nouvelles relations avec son enfant.

Figure-toi que ces deux jours j’ai pleuré parce qu’on ne voulait pas que je t’écrive ce qui se passait à la maison, et moi, tu le sais, quand je ne puis pas tout te dire j’ai un poids sur le cœur. Enfin, chéri, tu trouves que j’ai bien fait, n’est-ce pas de sevrer Mimi, figure-toi qu’elle n’a pas demandé une fois, hier elle a vu Mme Cornelli me tirer le lait, cela l’a beaucoup fait rire ; enfin cette bonne petite est aussi charmante que possible. Moi aujourd’hui je suis mieux, d’abord Mercredi j’ai beaucoup souffert de coliques c’est ce qui m’a décidée à faire chercher M. Conraux. Mais c’était bien dur de sevrer sans que tu sois là mon petit bien-aimé. Je suis à une diète complète, on ne me permet de prendre quelque chose que lorsque je souffre trop de la faim, une goutte de lait et deux gouttes de bouillon, voilà pour une journée ; ce matin je suis au lit mais je suis bien soulagée car mon lait coule [ ] Monsieur Conraux prétend qu’une grosse mère comme cela n’a plus besoin de son tété. Il m’a trouvée très maigre, mais il m’assure que dans un mois on ne me reconnaîtra plus ; il croit que ce dérangement d’entrailles était aussi une indication que je devais sevrer. (Caroline Duméril- Mertzdorff à son mari, en voyage en Suisse, mi-septembre 1859)

Se faire aider

Les soins quotidiens, l’allaitement à la demande et la compagnie du bébé apportent à la jeune mère une plénitude certaine mais dévorent son temps. Et la surveillance diurne et nocturne, la réponse à apporter aux incidents qui marquent les premiers mois d’une petite existence fragile nécessitent, pour les femmes de la bourgeoisie aisée, des aides mercenaires.

si je ne vous écris pas plus fréquemment, ce n’est vraiment pas la bonne volonté qui me manque mais dans tout ce que j’ai à faire, je suis entravée par baby, car tantôt il faut lui donner à boire, tantôt il faut l’admirer pendant qu’elle dort, ou bien aider à faire sa toilette ou bien à lui donner son bain ou lui faire sa soupe. (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 11 juin 1859)

La petite est très sage la nuit maintenant et ne se réveille qu’une fois entre 10 h du soir et 5 h du matin.(Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, début juillet 1859)

Mais Caroline ne saurait se passer d’aide et son père s’inquiète : 

Comment comptes-tu t’arranger pour les domestiques ? prendras-tu une bonne spéciale pour l’enfant, ou est-ce la femme de chambre qui doit s’en occuper ? cela me paraîtrait difficile & t’exposerait à bien de la fatigue : voilà 18 jours que tu es accouchée ; au bout de combien de temps te laissera-t-on marcher ? Est-ce au bout de 3 semaines, dans la maison, & d’un mois, dehors ? (Louis Daniel Constant Duméril à sa fille Caroline, 3 mai 1859)

La silhouette d’une des personnes qui aident apparaît de façon récurrente : celle de Mme Cornelli. Sur elle, je n’ai pas trouvé d’autres éléments biographiques que ceux mentionnés dans les lettres. Elle est très présente auprès de la mère et de la petite Marie Mertzdorff (née le 15 avril) jusqu’au mois de septembre (une lettre du 19 septembre annonce son départ). Le prestige de cette bonne d’enfant est manifeste ; elle est désignée par son nom (et non par son prénom ou sa fonction) et l’on se préoccupe de cadeaux lorsqu’elle quitte la famille (celui offert par la grand-mère est mentionné) :

Pour le cadeau de Mme Cornelli, ce qui lui ferait plaisir ce serait une livre de prières allemand, le sien qui était dans le fourneau de la grande salle à manger a été brûlé, Charles se charge de cet achat à Mulhouse où il y a un grand choix et tu seras censée l’apporter. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 23 septembre 1859)

Cette dame supplée la maman de jour comme de nuit :

Mme Cornelli restera encore pendant ces journées où nous serons en famille et où je ne pourrai pas être constamment avec la petite.(Caroline Duméril-Mertzdorff à ses parents, 13 septembre 1859)

je t’assure que j’ai été bien en l’air et bien occupée tous ces temps-ci ; [depuis] le départ de Mme Cornelli, j’ai Mimi toute seule la nuit maintenant (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 23 septembre 1859)

j’ai repris toutes mes occupations domestiques aussi ma journée a-t-elle été bien remplie d’autant plus que cette pauvre Mme Cornelli est toute souffrante d’une affreuse fluxion qui l’a forcée à se coucher dans le jour et je viens de soigner la petite pendant plus de deux heures et figure-toi que je suis si sotte que tout en elle m’effraye et j’ai toujours besoin de cette bonne Mme Cornelli pour me rassurer tantôt sur un vomissement, tantôt sur un caca, tantôt sur des cris que je ne puis m’expliquer ; l’existence d’un petit être comme cela me parait si merveilleuse que je puis à peine y croire. (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 22 mai 1859)

Responsabilités délicates et tâches harassantes que celles de cette dame de compagnie de la mère et de l’enfant, qui se doit d’être toujours disponible. Ses mérites sont reconnus, elle est appréciée par Caroline et par son mari :

Je suis toujours très heureuse d’avoir Mme Cornelli ; sans cela je m’inquiéterais plus encore et me fatiguerais je crois beaucoup. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 28 mai 1859)

Cette bonne Mme Cornelli avec son attachement et son dévouement à la petite nous a été bien précieuse. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 15 août 1859)

Mme Cornelli la soigne si bien et avec tant d’entendement que Caroline se trouve entièrement soulagée. (ajout de Charles Mertzdorff à une lettre de son épouse, 13 août 1859)

***

Mme Cornelli remplit son rôle jusqu’au bout en trouvant une autre femme pour lui succéder et prendre la relève :

Je te dirai que j’ai une bonne arrêtée, c’est Mme Cornelli qui me la procure, elle a 32 ans et a servi 12 ans chez les parents de Mme Mertiau, ce qui est une bien bonne note ; elle n’est point du tout coquette, mais bien propre et comme il faut ; elle coud parfaitement, repasse et sert à table ce qui pourra m’être une grande ressource, car je t’assure que notre ménage est considérable et qu’il y a beaucoup à faire ; enfin j’espère être satisfaite de cette Cécile ; elle entrera chez nous le 8 [septembre]. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 26 août 1859)

J’ai ma nouvelle bonne depuis Jeudi, je crois qu’elle fera bien mon affaire, seulement la petite est encore très sauvage avec elle mais cela se fera, c’est une très bonne ouvrière qui travaille très vite je pense que son ensemble vous plaira. (Caroline Duméril-Mertzdorff à ses parents, 13 septembre 1859)

Les relations évoluent rapidement :

Mimi va bien [ ] Elle aime beaucoup sa bonne qui est vraiment très bien et me donne de la tranquillité. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 23 septembre 1859)

De Mme Cornelli il ne sera plus question dans les lettres conservées, même au moment de la naissance du deuxième enfant en 1861. En revanche Cécile sera amenée dans les années suivantes à tenir une place centrale auprès des deux enfants.

  1. Catherine Rollet, « L’expérience des mères et des pères à travers quelques écrits : du sevrage forcé au sevrage choisi au tournant du XXe siècle en France », Devenir, volume 27, numéro 2, 2015, pp. 101-126. []
  2. Catherine Rollet, id, p. 112. []
  3. Le sevrage s’impose de fait aux femmes salariées qui ne bénéficient que tardivement d’un congé de quelques semaines après l’accouchement. []

Pierre Bonnard, bribes d’enfance

L’Arcadie est à l’honneur dans les musées parisiens en ce printemps 2015. Le tableau de Nicolas Poussin au Louvre, Les Bergers d’Arcadie1, propose une réflexion sur la mort, la beauté, le temps. La poésie bucolique de la scène n’épuise pas les significations profanes et religieuses de l’œuvre : trois bergers et une jeune fille se penchent sur l’inscription d’un tombeau rencontré dans une campagne idyllique… Sur l’autre rive de la Seine, le musée d’Orsay place la rétrospective consacrée à Pierre Bonnard sous le signe de l’Arcadie2. Cette Arcadie, « contrée de l’ancien Péloponnèse, habitée par un peuple de pasteurs, et dont les fictions des poètes antiques avaient fait le séjour de l’innocence et du bonheur »3, porterait-elle le souvenir d’une lumineuse enfance ?

La correspondance Mertzdorff-Bonnard

Pierre Bonnard est apparenté à la famille Mertzdorff par sa mère Élisabeth Mertzdorff, dite Élise. Et il est le filleul d’Eugénie Desnoyers, seconde épouse de Charles Mertzdorff. Dans le fonds familial publié sur le site, une seule lettre écrite par Élise est conservée, celle du 19 novembre 1863 adressée à sa petite cousine de 8 ans, Marie Mertzdorff. Comme on pouvait s’y attendre dans ce fonds, aucune lettre pour elle. Aucune lettre non plus de Pierre qui a sans doute pourtant écrit à sa marraine comme les règles du savoir-vivre le lui enjoignaient. Mais celle-ci  décède en 1873, lorsque son filleul n’a que 7 ans.

Les lettres des années 1870 publiées sur le site témoignent de la continuité des échanges épistolaires entre les deux familles. Les femmes s’écrivent régulièrement et les vacances estivales des Mertzdorff à Paramé n’interrompent pas le flot des lettres :

il faut que j’écrive à Élise dont j’ai reçu une lettre ; elle est à Fontenay vient d’avoir une angine mais va mieux, ses enfants vont très bien, elle ne me parle pas de ses parents. (Eugénie Desnoyers à son époux Charles Mertzdorff resté en Alsace, 5 août 1870)

C’est à Fontenay-aux-Roses (de nos jours dans les Hauts-de-Seine) que Pierre Bonnard est né le 3 octobre 1867. En 1870, Pierre Bonnard a un frère, Charles, né en 1864 ; leur sœur, Andrée Bonnard, naîtra en 1872.

Maison natale de Pierre Bonnard à Fontenay-aux-Roses (Crédit graphique : Wikipédia)
Maison natale de Pierre Bonnard à Fontenay-aux-Roses (Crédit graphique : Wikipédia)

Avec les lettres, des portraits sont échangés :

Ce matin j’étais chez tante Georges lui porter un peu tardivement les portraits des Enfants Bonnard. (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 14-15 juillet 1874)

A côté des échanges épistolaires entre femmes, il est fait allusion à une correspondance masculine, sans doute sur un autre registre, possiblement une demande de service ou de renseignement : « Je remercie papa d’avoir écrit à M. Bonnard », (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa mère, 26 février 1871-B). « Papa » est Jules Desnoyers (1800-1887), bibliothécaire en chef du Muséum et secrétaire de la Société de l’histoire de France, et « M. Bonnard », Eugène Bonnard (1837-1895), père de Pierre, chef de bureau au Ministère de la Guerre à Paris.

La sociabilité entre les Mertzdorff et les Bonnard

Au mois de novembre 1864, Eugénie et Charles Mertzdorff venus d’Alsace à Paris vont « déjeuner avec cousine Élise et le nouveau petit cousin [Charles Bonnard] qui va bien. » (30 novembre 1864). Les deux familles s’écrivent ; elles se rendent visite aussi.

Je vais écrire à Élise qui me demande à venir me voir, elle va mieux et doit rentrer aussi à Paris avec ses enfants. (Eugénie Desnoyers à son époux Charles Mertzdorff, 28 août 1870)

Les relations se resserrent pendant l’hiver troublé de 1870-1871 : Élise Bonnard trouve refuge chez les Mertzdorff pendant plusieurs semaines. Après la défaite et la chute de Napoléon III en septembre 1870, Paris est assiégée et la famine sévit. Deux courants aux attentes opposées s’affrontent : ceux qui acceptent l’armistice signé le 28 janvier 1871 avec le chancelier allemand Bismarck (les « monarchistes ») et ceux qui refusent de s’avouer vaincus (les « républicains »). Cette tension déclenche, le 18 mars 1871, une insurrection de plus de deux mois, la Commune de Paris. Eugène Bonnard restant quelques semaines encore à Paris, son épouse et ses parents, ainsi que Charles et Pierre Bonnard sont accueillis en Alsace chez les Mertzdorff :

Nous n’allons pas à Colmar cette semaine, les chemins sont trop mauvais, et surtout Élise n’a pas reçu de nouvelles de son mari depuis le 14 Janvier, elle est bien inquiète, nous pensons qu’il s’est mis en route pour venir en Dauphiné. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 26 février 1871-C)

Eugène Bonnard est d’origine dauphinoise, il possède une maison familiale près de la Côte-Saint-André, dans l’Isère. Le retour à Paris est sans cesse remis à cause des événements politiques :

les voyages sont encore trop difficiles et on dit qu’il serait imprudent, pour ceux qui n’ont pas habité Paris pendant le siège d’y arriver de suite. M. Bonnard n’a pas encore permis à sa femme de ramener ses enfants et son père à Paris : je pense cependant que ça ne va pas tarder.  (Eugénie Desnoyers- Mertzdorff à sa sœur, 5-6 mars 1871)

Et deux semaines plus tard :

Élise voudrait partir, elle est bien impatiente d’aller rejoindre son mari ; (c’est un très bon ménage), mais il faut encore 5 jours pour gagner Paris et changer je ne sais combien de fois, puisqu’il faut passer par Genève et le Bourbonnais. Les hommes qui voyagent seuls et sans bagages, peuvent prendre la ligne de Strasbourg et on doit gagner une journée. Cependant je pense que la semaine prochaine nos hôtes nous quitterons, l’oncle [le père d’Élise] malgré ses 80 ans, a toujours un peu peur et n’est pas pressé de s’en aller, mais je ne veux pas qu’on me le laisse, c’est une terrible responsabilité à cet âge. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur Dimanche, 19-20-21 mars 1871)

Il semble que la famille Bonnard, accueillie par divers membres de la famille, diffère encore le retour dans la capitale insurgée (lettres du 13 avril et du 6 juin 1871). Finalement, c’est à Paris, mi-juin, que se retrouvent « le cousin » Bonnard, son épouse Élise et Charles Mertzdorff (lettre du 22 juin 1871). Les années suivantes, les relations se poursuivent entre les filles de Charles Mertzdorff, devenu veuf, et la famille Bonnard :

Dans la journée nous avions été chez Tante Mertzdorff ainsi que chez cousine Élise. Cette dernière est toujours très tourmentée de son petit Charles qui ne cesse (mais c’est ce que tu sais déjà) de taquiner ses parents. L’autre jour de rage de faire une version il s’est coupé les cheveux, etc. aussi ils vont prendre un grand parti et l’envoyer au petit séminaire de Grenoble. La petite Andrée est ravissante. (Marie Mertzdorff, à Paris, à son père Charles Mertzdorff, 13 février 1874)

D’autres visites sont mentionnées dans des lettres qui seront mises ultérieurement sur le site, et des nouvelles sont données : la communion de Pierre le 15 juin 1879, ses bons résultats scolaires (lettre du 25 avril 1880), sa convalescence à la campagne avec sa mère (lettre du 16 août 1882).

Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, marraine de Pierre Bonnard

Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, marraine attentionnée mais si tôt disparue, ne manque pas de faire des cadeaux au petit Pierre :

Si Aglaé vient te voir parle-lui donc pour savoir de quelle façon je pourrais m’y prendre pour faire faire à mon filleul Bonnard un petit paletot garni d’astrakan et étant à sa taille ou si elle ne me conseillerait pas d’envoyer simplement la fourrure et le drap à la maman qui ferait faire le vêtement à la taille du bonhomme, ce serait des étrennes en avance bien entendu (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa mère, 23 octobre 1869)

Aglaé, la sœur d’Eugénie, habite Paris ; elle est de bon conseil et de bonne volonté, aussi la marraine a-t-elle de nouveau recours à sa sœur les années suivantes :

à l’endroit de Mme Bonnard j’aurais voulu donner quelque chose à mon filleul Pierre, et un petit objet pour le baby [Andrée Bonnard] qui doit venir ces jours-ci. Et pas une idée. R.S.V.P. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, mi-décembre 1872)

******

Selon les textes de présentation du musée d’Orsay, Pierre Bonnard « cultive une propension à transformer le monde en une vision gaie, positive et colorée ». Ils décèlent aussi, en résonance avec les critiques et les conservateurs actuels,  « un certain malaise » et « une pointe de mélancolie », qui affleureraient dans ses portraits en particulier. Ces analyses nuancées ne peuvent-elles s’entendre en écho à une phrase d’Eugénie qui dit le rire des enfants en même temps que les craintes des parents dans ces moments où, quel que soit le bord politique, la guerre et le siège de Paris sont perçus comme un drame ?

Nos hôtes [les Bonnard] vont bien, tristement mais les enfants [Pierre et son frère] forcent à rire quand même et donnent beaucoup d’occupation ce qui est fort utile. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff en Alsace, mi-janvier 1871)

L’Arcadie préservée au cœur des inquiétudes.

 

  1. Les Bergers d’Arcadie, vers 1640, Poussin et Dieu, musée du Louvre, du 2 avril au 29 juin 2015. []
  2. Pierre Bonnard. Peindre l’Arcadie, musée d’Orsay, du 17 mars au 19 juillet 2015. []
  3. Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle…, 1866-1877, numérisation Gallica. []

Vêtir les pauvres

Puisant dans la bibliothèque d’une vieille maison où j’ai passé quelques jours, j’ai lu, comme Marie Mertzdorff le faisait il y a presque 150 ans, les Mémoires d’un âne de la comtesse de Ségur1. Mon propos n’est pas de rappeler le succès renouvelé de cette auteure, ni d’analyser l’idéologie à l’œuvre dans cette littérature, étudiée déjà par des critiques littéraires, des sociologues ou des psychanalystes ; on trouvera une bibliographie de ces études dans La comtesse de Ségur ou l’art discret de la subversion de Maialen Berasategui2. Je voudrais seulement mettre en parallèle une même situation, dans sa version littéraire et dans celle vécue et racontée par Marie Mertzdorff : la charité faite aux pauvres par les fillettes.

Les fillettes charitables de la comtesse de Ségur

Lors d’une promenade une petite fille vient « en boitant demander la charité » aux enfants du château :

« – Pourquoi boites-tu, ma petite ? dit Thérèse
– Parce que mes sabots me blessent, mam’selle »

L’interrogatoire se poursuit, révélant que la petite, âgée de sept ans, est orpheline, sans logis ni protection depuis la mort de sa grand-mère. Les cousines décident de ramener la pauvrette au château et obtiennent de leurs mères qu’elle y soit provisoirement hébergée. Il faut d’abord la laver. Les quatre cousines « l’emmenèrent dans la salle de bains, la déshabillèrent malgré le dégoût que leur inspirait la saleté extrême de l’enfant et l’odeur qu’exhalaient ses haillons. Elles s’empressèrent de la plonger dans l’eau et de la savonner des pieds à la tête. Elles prirent goût à l’opération, qui les amusait […] A la fin du bain, l’enfant en avait assez et témoigna une vive satisfaction quand ses quatre protectrices la firent sortir de la baignoire. » Ensuite, elles soignent la plaie qui la faisait boiter : « elles furent près d’un quart d’heure à arranger une compresse et la bande [] elles se disputaient et s’arrachaient le pied de la pauvre petite, qui n’osait rien dire, se laissait faire et ne se plaignait pas. » Enfin, il faut habiller la petite mendiante. Elles achètent « de quoi lui faire trois chemises, un jupon, une robe, un tablier, un fichu, deux bonnets ». Mais lorsque la marchande livre le paquet, la grand-mère demande à voir « les emplettes de ces demoiselles », et se récrie en découvrant la note : « trente-deux francs pour habiller une petite mendiante ! Madame Jolivet, ajouta-t-elle d’un ton sévère, vous avez abusé de l’ignorance de mes petites-filles ; vous savez très bien que les étoffes que vous apportez sont beaucoup trop belles et trop chères pour habiller une enfant pauvre ; remportez tout cela ». Colère de la marchande, qui doit repartir avec ses trop belles étoffes. La grand-mère avisée d’ajouter : « j’enverrai ma femme de chambre acheter chez madame Jourdan ce qui est nécessaire. »

Vêtir les pauvres dans les lettres familiales

Tout ce chapitre de la comtesse de Ségur peut se lire en écho aux relations avec les pauvres que les lettres familiales des Mertzdorff relatent :

  •  S’attendrir sur ceux que leur mauvaise santé rend encore plus pitoyables :

Ensuite nous sommes allées avec tante et maman chez notre pauvre petite bossue qui a été bien gentille. (7 juillet 1871)

  •  Se procurer les tissus adéquats :

 Ma chère Maman, Tu serais bien bonne de passer au Magasin du bon Marché […] tu aurais la complaisance de choisir les articles suivants, comme échantillons […] 4 douzaines bas noirs en laine à 75 c […], échantillon de lange en molleton pour pauvres […]. Mille excuses ma chère maman de cet ennui mais c’est pour la femme Legay et pour moi pour habiller mes pauvres à Noël.  (automne 1861)

Dans l’entourage de l’industriel en blanchiment des étoffes, avant d’acheter, on fouille dans les réserves. Marie Mertzdorff demande à son père de regarder dans ses armoires et

d’apporter de la mousseline pour des voiles des robes de 1re communion car les enfants nécessiteux sont en très grand nombre. (1er mai 1874)

  •  Confectionner des vêtements, en particulier à l’occasion de Noël ou de la communion. Mais été comme hiver les fillettes travaillent avec leur mère ou leur tante à des « habits de pauvres », « des petites robes de pauvres ».
  •  Prendre en charge une enfant pauvre et la vêtir comme on le ferait d’une poupée. Avec leur tante, les deux sœurs vont « habiller complètement 2 petites filles pauvres. » (21-22 juin 1871). Un peu plus grandes, c’est entre jeunes filles que se passe l’opération charitable :

 Jeudi nous avons eu nos amies […] et nous avons essayé la robe à la petite fille, chacune fait son vêtement, Marie Flandrin la chemise, Émilie le pantalon, Jeanne Brongniart le jupon de dessous, moi la robe du dessous et Paulette la robe de dessus. (28 février 1875)

Ainsi, toujours « en s’amusant », selon leurs propres mots, les enfants et les jeunes filles s’initient à cette philanthropie au féminin qui joue au XIXe siècle un si grand rôle : rôle de régulation sociale vis-à-vis des plus démunis dans un environnement économique très dur aux travailleurs et à ceux qui sont rejetés à ses marges ; rôle de socialisation « informelle » et lieu d’une certaine émancipation pour les femmes de la bourgeoisie.

La comtesse de Ségur (1799-1874) « est passée à la postérité sous les traits d’une grand-mère idéale pour les uns, réactionnaire pour les autres, préoccupée de la seule édification de ses petits-enfants » rappelle Maialen Berasategui ( p. 13). Mais, citant Pierre Bléton3, elle affirme que Sophie de Ségur « est beaucoup plus proche dans ses intentions des écrivains réalistes que des romantiques ». Et en effet les demoiselles Mertzdorff, bien insérées dans une bourgeoisie aisée provinciale puis parisienne, peuvent trouver reflet de leur mode de vie et modèle pour leur conduite dans les ouvrages de la comtesse de Ségur, qu’elles lisent au cours de leur adolescence.

  1. L’ouvrage est paru pour la première fois en 1860 ; je l’ai lu dans l’édition Hachette de 1926, Bibliothèque rose illustrée. []
  2. Maialen Berasategui, La comtesse de Ségur ou l’art discret de la subversion, Presses universitaires de Rennes, 2011, collection Mnémosyne. []
  3. Pierre Bléton, La vie sociale sous le Second Empire, un étonnant témoignage de la comtesse de Ségur, Éditions ouvrières, 1963. []

Les mots dans les lettres : enfance, jeunesse, adolescence

Pour prolonger le billet sur l’amitié entre Isabelle Latham et Caroline Duméril avant son mariage, une réflexion sur l’adolescence s’amorce. La lecture du livre d’Agnès Thiercé, Histoire de l’adolescence, 1850-1914 (Belin, 1999), prolongée par celle de Jeunesse oblige : histoire des jeunes en France, XIXe-XXIe siècles, sous la direction de Ludivine Bantigny et Ivan Jablonka[1] (Presses universitaires de France, 2009), m’incite à confronter l’emploi des mots « adolescence », « enfance », « jeunesse », dans les lettres du site S’écrire au XIXe siècle, correspondance qui court actuellement jusqu’en 1873.

  • Du trio, « jeunesse » est le mot le plus employé, et cela des premières lettres jusqu’aux dernières.
  • Le mot « enfance », employé lui aussi sur toute la période, renvoie à une période de la vie que les épistoliers lient d’abord à l’apprentissage. Le mot « enfant », qui à la différence de « jeunesse » permet de distinguer l’individu de la période, est très fréquent sous la plume des épistoliers.
  • En revanche le mot « adolescence » est très rare.

« Adolescence »

Te voilà arrivée à l’adolescence, ma chère enfant, et tu sens combien tu dois de reconnaissance à Dieu, qui t’a fait naître dans un milieu tel qu’est le tien.

écrit Eugénie Duméril à sa petite-nièce Marie Mertzdorff (17 mai 1872). C’est, me semble-t-il, la seule occurrence du mot. Le mot est ancien, mais recouvre des sens divers et connaît au XIXe encore des flottements. Les représentations de l’adolescence dans le second XIXe siècle ne concernent d’abord que les jeunes gens de la bourgeoisie qui fréquentent collèges et lycées ; « la notion d’adolescence se réfère étroitement à l’institution scolaire » note Agnès Thiercé. Dans une énumération de livres pouvant convenir à des enfants, « Berquin » est cité, avec ce seul commentaire : « mais tout n’amuse pas » (17-18 décembre 1871). Arnaud Berquin (1747-1791) est l’auteur d’ouvrages souvent et longtemps réédité qui paraissent tout au long du XIXe siècle : Le Berquin des petits garçons, Le Berquin des demoiselles, etc., et, 1878, Le Berquin des enfants et des adolescents. C’est un indice de la diffusion de cette notion ; il est possible que les mots « adolescence », ou « adolescent » et « adolescente » dont l’emploi progresse à la fin du siècle, apparaissent dans des lettres ultérieures.

« Enfance »

Dans les lettres, « enfance » renvoie, comme on pouvait s’y attendre, au passé : « des souvenirs d’enfance » (18 septembre 1873), une « amie d’enfance » (10 février 1806). C’est le moment où commencent les amitiés : un jeunes homme parle de « l’intimité [de ses] anciens rapports d’enfance » (6 mai 1843). C’est aussi la période des apprentissages : « elle a appris, dès son enfance, à aimer, à honorer tes père et mère » (18 mars 1842). Période que les adultes s’efforcent de rendre douce (« il faut à l’enfance de la gaîté naturelle »,  15-16 février 1864) mais aussi période marquée pour certains par les deuils : Marie et Emile Mertzdorff perdent successivement leur mère Caroline Duméril (alors qu’elles ont 4 et 2 ans) puis la seconde épouse de leur père qui les a élevées.

« Jeunesse »

  • Un âge de la vie

Le mot « jeunesse » est souvent employé en référence à un âge de la vie qui se confond plus ou moins avec l’enfance. Enfance ou jeunesse apparaissent comme le moment privilégié pour l’éducation morale : on acquiert alors « l’ordre et à l’activité » et il faut « être indulgente pour ceux qui se sont trouvés mal entamés dans leur jeunesse & chez lesquels personne n’a développé les bons sentiments » (3 mai 1859)

L’école est l’institution que l’on peut « le plus fortement associer à l’idée de jeunesse » écrit Jean-Claude Caron dans l’Histoire des jeunes en Occident (Giovanni Levi et Jean-Claude Schmitt, dir., Seuil, 1996, t 2, p 143). L’institution en tant que telle n’apparaît pas ici, mais bien ce moment d’apprentissage où « la jeunesse ne manque pas de vouloir tout savoir » (10 juillet 1870) et manifeste sa curiosité.

  • Un groupe d’individus

La « jeunesse » ou plus souvent « la petite jeunesse » désigne les enfants de la famille : on consulte « la jeunesse » pour décider d’une promenade en bateau (22 juillet 1870). Ou bien, plus largement, « jeunesse » désigne une classe d’âge : en Alsace « c’est à Noël que se font presque tous les cadeaux et c’est là le grand jour pour la jeunesse » (31 décembre 1858). Cette jeunesse est réputée « bruyante », mais pleine de force et d’énergie.

Ce groupe d’âge a sa sociabilité propre :

Elle est comme nous privée de société pour sa fille, aussi nous nous sommes promis de faire des efforts pour que notre jeunesse se rencontre quelquefois (10-11 novembre 1872)

Auprès des petites orphelines, chacun insiste sur la nécessité de « donner à la jeunesse cette douce et aimable gaîté si nécessaire au développement » (25 octobre 1873)

La jeunesse a besoin de jeunesse, il faut bien rire à cet âge, c’est nécessaire à la santé.  (26 septembre 1871)

Les passages

La jeunesse est une « construction sociale et culturelle » écrivent Giovanni Levi et Jean-Claude Schmitt en introduction à l’Histoire des jeunes en Occident (t 1). Dans son sens moderne, au XIXe siècle, la fin de l’enfance et le passage à l’adolescence se définissent en référence à divers événements, en particulier la puberté et la communion ou, pour les garçons, le service militaire. Quelques-uns de ces repères se trouvent dans les lettres :

  • le service militaire

Charles Mertzdorff signale (sans mention des jeunes gens) qu’il doit assister au conseil de révision en tant que maire de Vieux-Thann (5 mai 1866). A l’été 1870, en période de guerre, la mobilisation des jeunes hommes – et des moins jeunes – revêt une importance nouvelle. A propos du vocabulaire qui nous retient ici, notons cette remarque : « la jeunesse de 19 à 20 ans qui doivent tirer au sort dans 5 mois » (21 août 1870).

  • la puberté

La seule allusion aux premières règles dans les lettres conservées se trouve dans la lettre d’une grand-mère à la jeune femme qui élève sa petite-fille, Marie, bientôt 15 ans :

Quelle bonne nouvelle renfermait ta dernière lettre au sujet de notre chère petite Marie, elle a passé un moment qui donne toujours quelque préoccupation et grâce à Dieu tout s’est fait pour le mieux dans cette chère santé. Maintenant j’espère que sa croissance va s’arrêter car j’étais quelquefois un peu tourmentée de la voir tant grandir.  (23 janvier 1874)

  • la communion

à présent que tu as fait ta première communion tu n’es plus une enfant, mais une personne capable de comprendre et de remplir les devoirs de la vie  (1er novembre 1872)

Là, c’est une jeune femme qui s’adresse à cousine, Marie Mertzdorff, la destinataire âgée de 13 ans passés. Pour cette jeune fille, Marie, on peut ajouter une autre marque de la fin de l’enfance : le fait de se coiffer elle-même (voir le billet sur la chevelure).


[1] Puisque le nom d’Ivan Jablonka vient sous ma plume, je ne peux que recommander la lecture de son Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus : une enquête (Seuil, 2012). Une enquêtes exemplaire et émouvante dans les archives et auprès de nombreux témoins, un travail qui implique à la fois « la mise à distance la plus rigoureuse et l’investissement le plus total » de l’historien.

Caroline Duméril: l’enfance

Les correspondances au long cours permettent de suivre des personnes pendant des années, parfois toute leur vie. Ainsi de Caroline Duméril, épistolière au style alerte, présente dans les lettres avant même qu’elle sache écrire.

Caroline naît à Paris, en avril 1836, un an après le mariage de ses parents, des cousins germains. On devine une enfance choyée ; ses oncles et tantes provinciaux se réjouissent d’une visite, l’embrassent par lettre, la décrivent comme « la gracieuse Caroline, si bien douée, sous tous les rapports » (31 décembre 1842). Elle-même prend la plume pour s’adresser à eux : « Caroline, qui sûrement sentira aussi vivement que sa mère, nous a adressé aussi une jolie lettre, composée et écrite par elle-même, qui nous a fait d’autant plus plaisir, qu’elle exprime parfaitement l’ingénuité des sentiments qu’elle porte à son gentil petit frère. » (4 janvier 1843). A sept ans Caroline a une écriture régulière et respecte les formes imposées : « Ma chère petite tante, J’espère que tu te portes bien… » (18 février 1843).

fac similé de la lettre de la petite Caroline (18 février 1843)

 Elle envoie des vœux à ses grands-parents, qui répondent : « Dis à Caroline que nous avons été très flattés, sa bonne-maman et moi, de la jolie lettre qu’elle nous a adressée, le jour de l’an ; que nous avons admiré l’ordre de son écriture, le sentiment qu’elle exprime et particulièrement sa bonne amitié pour Léon [son petit frère]. Dis-lui que je l’en remercie de tout mon cœur, et que je suis bien flatté aussi de la satisfaction que te donne son caractère, que je sais être beaucoup plus souple qu’il ne l’était autrefois. » (26 janvier 1843).

Pour ses sept ans on l’emmène à l’Opéra Comique, voir l’Ambassadrice, de Scribe et Auber, « et bien qu’elle ait été loin de bien comprendre, elle s’est beaucoup amusée. » (13 avril 1843). En visite, elle joue avec ses cousins. Elle va voir la mer à Ostende avec ses parents (elle a dix ans). Elle se lie d’amitié avec Eugénie et Aglaé Desnoyers, qui habitent comme son oncle et son grand-père au Jardin des Plantes. Elle entretient une correspondance avec sa cousine Isabelle Latham, qui habite au Havre.

[Ces personnes seront présentées dans des billets ultérieurs1]

  1. Voir le billet : Caroline Duméril et Isabelle Latham, les cousines-amies. []