Archives par mot-clé : fatigue

Les fatigues du voyage

« J’espère que tu n’es pas trop fatigué » répètent de lettre en lettre les épistoliers de la famille Duméril-Mertzdorff. Georges Vigarello a déployé du Moyen Âge à nos jours le spectre de la fatigue où chaque époque l’exprime de façon singulière1. Pour le XIXe siècle, dans un milieu bourgeois, les lettres du corpus offrent un éventail très ouvert de ce que chacun éprouve dans son corps et ressent dans son esprit. Dans le billet précédent2 nous avions noté la fréquence du mot (et des formes voisines : fatiguant, fatigué, fatiguer, etc.) : il est employé plus de 800 fois entre 1790 et 1920, dont près de 400 fois dans les 1100 lettres de la décennie 1870-1879. Les mots des femmes et des hommes, les circonstances évoquées, les douleurs décrites, reflètent la sensibilité, la conscience de soi et les valeurs qui structurent la société de cette époque. Les voyages et les déplacements sont ici évoqués ; la fatigue intellectuelle, celle du malade et celle du soldat feront l’objet d’un autre billet.

Au Moyen Âge, après la fatigue du combattant qui semble centrale, « le voyage, avec ses souffrances, ses imprévus, est l’autre lieu de fatigue régulièrement commenté » remarque Georges Vigarello3. Aux siècles suivants, même si la découverte de nouveaux horizons figure une forme de modernité (au XVIIe siècle) ou suscite l’exaltation du dépassement de soi (au XVIIIe siècle), les voyages continuent de faire redouter la longueur des trajets, les vicissitudes des déplacements, les cahots et les mouvements des voitures .

A côté des villageois, réputés immobiles au XIXe siècle encore, une frange de la population se déplace sur de longues distances – particulièrement en période de guerre.

1- Les conflits
  • A l’époque napoléonienne :

Il écrit de Naples où il était depuis deux jours, et qu’il devait quitter le soir même pour retourner à Chieti ; il paraît un peu fatigué de tous les voyages qu’on lui fait faire, disant que depuis deux mois il a parcouru plus de 300 lieues dans le Royaume de Naples (Alphonsine Delaroche-Duméril à sa belle-mère, 10 octobre 1806)

  • Pendant la Première Guerre :

Ton papa compte partir Samedi pour Brunehautpré. Il devait partir aujourd’hui, mais il est un peu fatigué depuis son voyage à Lyon et n’était pas en très bon état pour se mettre en route aujourd’hui (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fil, 9 mars 1916)

2- Les déplacements professionnels

Pour les héros de Balzac qui parcourent les routes pendant le premier tiers du XIXe siècle, les voitures privées et la malle-poste – quoique chères – se révèlent rapides, confortables et calmes4. Ce n’est pas toujours ce que décrivent les épistoliers de la famille.

Une voiture tirée par deux chevaux, photographe non identifié,1854-1865 [© BNF-gallica]


Charles Mertzdorff en 1860, en quête de nouvelles machines pour son usine de blanchiment des étoffes, ou le professeur d’anatomie André Marie Constant Duméril entreprennent des déplacements dans le cadre de leur profession. Entre 1811 et 1819 Duméril accomplit régulièrement des tournées de jurys de médecine en province pour valider les connaissances des officiers de santé. Il se déplace aussi à l’étranger pour collecter des informations médicales. En route pour l’Espagne où sévit une épidémie de « fièvre jaune », il raconte :

Nous sommes arrivés hier ici après avoir fait en trois jours les soixante six lieues qui nous séparent de Bordeaux par la route la plus mauvaise qui existe peut-être en Europe. Nous avons marché jour et nuit sur des sables où les roues s’enfonçaient jusqu’au moyeu quoique notre voiture fut légère et traînée par dix chevaux. au reste j’ai moins souffert qu’aucun de nous. (André Marie Constant Duméril à Bayonne, à son frère, 26 juillet 1805, 7 thermidor an XIII)

3- Les différents moyens de locomotion

Tous les moyens de locomotion peuvent procurer de désagréables sensations : la voiture à cheval (20 octobre 1814), la chaise de poste (8 octobre 1816), le chemin de fer dont on « brave la fatigue » (11 août 1864), ou le bateau :

Notre voyage sur le bateau à vapeur hier s’est fait aussi agréablement que possible, il a cependant été un peu long mais nous avons pris passablement de fatigue (Auguste Duméril à sa mère, 9 mai 1839)

4- La fatigue anticipée

Lorsqu’elle n’est pas dénoncée, la fatigue du voyage est anticipée, annoncée, conjurée tout au long du siècle : « Tout ce que je peux espérer, c’est que vous soyez bien remise de la fatigue du voyage » (14 juillet 1807) ; «  j’aime à croire que tu n’auras pas éprouvé trop de fatigue de tes quatre lieues en voiture » (22 août 1842) ; « je prendrai la diligence qui me conduira de Genève à Chamonix sans fatigue » (19 octobre 1879) ; « il vaut mieux qu’elle ne prenne pas tout de suite la fatigue du voyage » (8 novembre 1915).

On s’inquiète plus particulièrement pour les femmes, jusqu’à les écarter d’« un voyage charmant et plein d’instruction et de souvenirs » ; « nous aurions eu bien du plaisir à t’en voir faire partie, mais nous sentons que tu n’en aurais pu supporter les fatigues » se justifie un mari depuis la Belgique à son épouse restée à Paris (26 mai 1843). «  Je sais que les voyages la fatiguent beaucoup » (17 avril 1843).

Une attention particulière est également portée aux enfants :

Adèle [2 ans] n’aura pas été trop fatiguée de cette longue journée de chemin de fer, et toi-même, tendre amie, comment l’as-tu supportée ? (Auguste Duméril à son épouse : 15 septembre 1846-B)

et aux personnes âgées : « tu es bien fatigué sans doute mon pauvre Père après une nuit de voyage » (2-3 février 1880).

5- La fatigue niée

Encore plus souvent, en réponse à ces inquiétudes, l’absence de fatigue est notée. Chacun s’empresse de rassurer : « je ne suis aucunement fatigué de la route », « je ne suis pas fatigué de la route et j’ai très bien déjeuné, je t’assure », « me voici arrivé à Orléans, ma chère maman, très peu fatigué » (17 août 1835). Et même si André Marie Constant Duméril a peu dormi la nuit durant le trajet de Paris au Havre, cela suffit à le « tenir en très bon état, n’éprouvant aucune fatigue. » (4 septembre 1844). On s’inquiète des autres : « Félicité n’est pas trop fatiguée » ; « le transport s’est fait fort heureusement sans trop de fatigues pour ta mère » (27 mai 1832), « ces 2 nuits si pénibles passées en voyage ne paraissent cependant pas l’avoir fatigué » (31 octobre 1916) ; « ton papa est moins fatigué qu’à son retour d’Alsace » (27 août 1917-A).

O Geoffroy, Album photographique et descriptif du matériel du Chemin de fer du Nord. Wagons à voyageurs, 1re classe,
1858

Dès 1841 Maurice Alhoy claironne : « On ne voyage pas en chemin de fer… / On arrive… »5. Pourtant, quarante ans plus tard, le voyage idéal, rapide et reposant, reste encore un rêve : « dans un siècle d’ici, quand on ira sans fatigue de Paris à Vieux-Thann en 2 heures, ce sera possible » prédit plein d’optimisme Marcel de Fréville (11 octobre 1880).

Les lettres, qui doivent apaiser les appréhensions et calmer les alarmes au sein du réseau familial,  véhiculent avec ces formules ressassées autour du « bon voyage » la vision espérée, attendue, de moments sans fatigue. Relayant les nouvelles des uns et des autres, s’assurant de la santé des proches, les lettres  assurent ainsi leur fonction sociale.

***

La marche à pied

Dans ce XIXe siècle qui se motorise et où tout s’accélère, jeunes et adultes de la famille continuent de marcher à pied. Leurs occupations les mettent sur les routes et leur aisance financière autorise l’usage de divers moyens de locomotion ; cependant, ils leur arrive d’user leurs semelles sur les chemins. « J’ai déjà beaucoup marché aujourd’hui mais je ne me sens pas fatigué » assure André Marie Constant Duméril à son épouse (5 septembre 1844). Cela devrait calmer ses craintes  car, toujours attentionnée, elle a l’habitude de s’inquiéter :

Il paraît que tu n’oublieras pas de longtemps la fatigue que tu as éprouvée dans cette ville. Je désire bien que quelques jours après, cet excès de marche ne t’ait pas valu une migraine. (13 octobre 1812)

Avec plus de détails, certains épistoliers racontent les marches effectuées dans le cadre de leurs loisirs, et leurs déconvenues. Ainsi, en Suisse, « Marthe et ses deux ampoules » finit un trajet en voiture, tenant « à garder un peu de peau à ses talons pour les autres excursions » (15 août 1880-B)

Les joies de la promenade ne sont pas une nouveauté au XIXe siècle. Les historiens ont étudié l’attrait de la montagne et la découverte au XVIIIe siècle du plaisir des excusions. Jeune adolescent dans les années 1830, Charles Mertzdorff fut pensionnaire chez le pédagogue genevois Rodolphe Töpffer, connu pour les récits illustrés des voyages pédagogiques où il entraînait chaque année ses élèves et qu’il publia : Voyage pittoresque au Grimsel (1825), Voyage à Chamonix (1830), etc., repris dans les Voyages en zigzag (1844)6. Il semble que le jeune Charles n’ait que modérément apprécié ces « courses d’école » où il ne fallait compter « que sur soi et son bâton » pour « découvrir les voluptés de la fatigue ». Devenu adulte, en revanche, il parcourt avec plaisir les environs de Vieux-Thann, traversant les forêts alsaciennes, atteignant les sommets.

Rodolphe Töpffer, Voyages en zigzag ou excursions d’un pensionnat en vacances dans les cantons suisses et sur le revers italien des alpes, illustré d’après des dessins de l’auteur, 1846, vignette page 34.  [ETH-Bibliothek Zürich, Rar 2476, https://doi.org/10.3931/e-rara-8379]


Les épistoliers s’éprouvent dans les « défis des sommets » et des pentes sauvages  : « Hier soir, ces messieurs n’étaient de retour d’une excursion à Sentheim qu’à 9 h du soir et si peu fatigués, malgré une course de 4 h à pied au milieu des ronces » (3-4 septembre 1864)

Autour du marcheur se retrouvent les mêmes commentaires en miroir relevés à propos des voyages. Il y a ceux qui affichent des marques de lassitude (« Cette promenade matinale qui a duré plus de 3 heures, m’avait un peu fatigué », 23 septembre 1846-A) et ceux, au contraire, qui insistent sur l’aspect dispos du voyageur :

on m’a fait courir ! il y avait longtemps que je ne m’étais livrée à semblable exercice et ce qui m’étonne c’est que je n’en ai été ni fatiguée ni courbaturée (Marie Mertzdorff à son père, 11 août 1879)

Comme beaucoup de ses contemporains, et de plus en plus au cours du siècle qui valorise l’endurance, l’effort exigé est vécu de façon positive :

une délicieuse promenade, à pied, de 5 heures, qui m’a un peu fatigué, il est vrai, mais dont je suis revenu ravi (Auguste Duméril à son épouse, 23 septembre 1846-B)

Mais plus que l’exaltation du corps sportif qui triomphe dans l’effort des sommets alpins, les lettres se lamentent sur le corps affaibli et souffrant. C’est ce que nous verrons dans un prochain billet.

  1. Georges Vigarello, Histoire de la fatigue : du Moyen Age à nos jours, Seuil, 2020. []
  2. « Fatigues de mères ». []
  3. Op. cit., p. 27. []
  4. Marie-Bénédicte Diethelm, « Voyager avec Balzac. La route en France au début du XIXe siècle », L’Année balzacienne, 2005/1 (n° 6), p. 201-240. DOI : 10.3917/balz.006.0201. URL : https://www.cairn.info/revue-l-annee-balzacienne-2005-1-page-201.htm []
  5. Maurice Alhoy, Physiologie du voyageur, Aubert, Lavigne, 1841, p. 75, cité par Marie-Bénédicte Diethelm. []
  6. Voir le billet : « Élève de Töpffer ». []

Fatigues de mères

Parfois, une remarque entendue, un article ou un livre obligent à relire des textes familiers avec un œil ouvert sur des questions que l’habitude rendait jusque-là invisibles. Ainsi l’Histoire de la fatigue de Georges Vigarello1 a éveillé ma curiosité et j’ai cherché la présence du mot « fatigue » dans les lettres de la famille Duméril-Mertzdorff-Froissart2. L’abondance insoupçonnée de ce mot3 sous la plume des épistoliers m’a surprise : plus de 800 fois entre 1790 et 1920, dont près de 400 fois dans les 1100 lettres de la décennie 1870-1879. Cela valait la peine d’y regarder d’un peu plus près. Fatigue des malades, des voyageurs, des travailleurs, des jeunes et des vieux… le champ est vaste et un prochain billet balaiera ces situations. Mais pour l’instant, il convient de se focaliser sur la fatigue des femmes : celles qui sont enceintes, qui deviennent mères. Il semble que les médecins au XIXe siècle accordent une place mineure à la fatigue de la femme enceinte ou accouchante. Les ouvrages médicaux, comme on pouvait s’y attendre, traitent plus volontiers des pathologies diverses qui peuvent les affecter. Certaines épistolières, en revanche, disent les souffrances ordinaires du corps, la fatigue des grossesses – ou leur absence.

Planche XXVI : « Tableau de la grossesse vue de profil. État naturel, 3 mois, 6 mois, 9 mois » (« Illustrations de Nouvelles démonstrations d’accouchements », Forestier, graveur taille-douce ; A. Chazal, dessinateur ; Jacques-Pierre Maygrier, auteur du texte ; 1822.) [BNF-Gallica]

I La grossesse

  • Alphonsine Delaroche-Duméril

La genevoise Alphonsine Delaroche (1778-1852), veuve à 21 ans, épouse ensuite le médecin André Marie Constant Duméril (1774-1860). L’année suivante, en 1807, elle donne naissance à Caroline, et en 1808 à Louis Daniel Constant :

Quoique je ne mette l'époque de mes couches que pour le milieu ou la fin de Juin, je suis déjà si grosse et si fatiguée que je m'attends à accoucher plus tôt. J'éprouve dans cette grossesse une chose dont je ne m'étais presque pas aperçue dans celle de Caroline, ce sont des douleurs dans les jambes, les genoux et les cuisses, ressemblant parfaitement à du rhumatisme, et qui sont si fortes par moments, qu'à peine je peux marcher (Alphonsine Delaroche-Duméril à sa belle-mère, jeudi 26 mai 1808)

Après la mort, en septembre 1811, de la petite Caroline, un troisième enfant s’annonce en 1812, causant, malgré le repos prescrit, maux de reins (Dimanche 20 septembre 1812), fatigue, difficulté à se tenir debout (Mercredi 7 octobre 1812 – A). Il est vrai que la future mère a pris très tôt de l’ampleur, comme son mari en fait la remarque :

Mes chers parents, j’avais l’espoir, jusqu’à ces derniers jours, de pouvoir vous conduire ma femme et mon petit Constant pendant ces vacances ; mais notre grossesse est tellement volumineuse, quoique nous comptions au plus cinq mois, qu’à notre grand regret la prudence nous oblige à nous priver de ce plaisir.(André Marie Constant Duméril à Paris, à ses parents à Amiens, vendredi 14 août 1812)

Alphonsine, accablée du poids de l’enfant qu’il lui semble « sentir tout au bas du ventre », trouve un certain soulagement grâce à l’emploi d’une « ceinture élastique » (mercredi 30 septembre 1812).

Ce troisième enfant, le petit Auguste, naît 30 novembre 1812. Un quatrième enfant naît en 1815, qui ne survit que quelques mois, et un cinquième et dernier en février 1819 – qui meurt lui aussi à quelques mois, réduisant la fratrie à deux garçons, Louis Daniel Constant et Auguste.

j’ai eu bien des occupations depuis quelque temps a cause de l’approche du moment de ma couche, avec cela l’action et la position d’écrire me fatiguent beaucoup les reins, ce qui fait que j’écris très peu maintenant. (Alphonsine Delaroche-Duméril à ses beaux-parents, lundi 4 janvier 1819) 

« Notre » grossesse, souligne le futur père en 1812, marquant ainsi son empathie. Chacun s’empresse auprès de la future mère, mais celle-ci n’est pas dupe : «  Eh ! bien en effet on me gâte si tu veux l’appeler ainsi, mais on le fait par égard pour l’enfant que je dois te donner bientôt » (Alphonsine Delaroche-Duméril à son époux, mardi 15 septembre 1812).

  • Les autres épistolières

Les autre futures mères qui prennent la plume sont beaucoup moins disertes sur leur état. Elles évitent voyages et efforts, on s’enquiert de leur santé et leur recommande le repos. Les mères et grand-mères en particulier, fortes de leur expérience, insistent sur la tranquillité nécessaire : Félicité Duméril à sa petite-fille qui accouchera de Jeanne de Fréville le 19 mars 1881 :

Que de fois nous pensons à toi et au petit enfant que tu nous donneras pour bien l’aimer et le choyer : prends toujours bien des précautions et repose-toi dès que tu te sens fatiguée. (Lundi 6 décembre 1880 - A)

Au début du XIXe siècle Émilie Mertzdorff-Froissart, mère elle-même de six enfants, se multiplie auprès de ses filles et belles-filles. Au sujet d’Élise Vandamme-Froissart qui attend son deuxième enfant : « Je tâcherai de tout préparer pour qu’Élise ait le moins de fatigue possible » (Mercredi 5 juillet 1916) ou de Lucie Froissart-Degroote, qui attend son cinquième enfant (elle en aura onze) et vient de perdre une petite Suzanne âgée de sept ans :

Lucie est toujours si fatiguée que cela nous ennuie quoiqu’elle ait des raisons de fatigue qui sont pour elle une très douce et consolante espérance (Dimanche 3 septembre 1916) 

Odile Degroote naîtra le 21 mars1917.

Si on devine à quelques allusions que Marie Mertzdorff-de Fréville est parfois incommodée ou lasse, elle se veut toujours rassurante pour son père :

Quant à moi je vais toujours supérieurement ; je me fatigue peut-être un peu plus en marchant parce que mon poids augmente mais je suis pleine de santé et de force (Marie Mertzdorff-de Fréville, mercredi 8 décembre 1880). 

Rassurante également pour ses amies, qui s’en réjouissent :

Et toi, ma Chérie, tu n’es pas trop fatiguée oh ! j’en suis bien heureuse, mais, je t’en prie, soigne-toi, dorlote-toi. Je suis bien sûre que si tu ne le fais pas, on le fait pour toi ; surtout laisse-toi mettre dans une boîte à coton. (Paule Arnould à son amie Marie Mertzdorff-de Fréville, dimanche 29 août 1880)

Les futures mères décrivent rarement des symptômes précis. Pour la très pudique Eugénie Desnoyers, seconde épouse de Charles Mertzdorff, la fatigue est implicitement associée à la grossesse ; c’est ainsi qu’à mots couverts elle fait des vœux pour sa sœur mariée : « je souhaite que tu te portes aussi bien que moi et cependant non, car je voudrais te voir une cause de fatigue que tu devines » (Mardi 17 janvier 1865).

II Livres de médecins

  • Pour l’enfant à venir

Quelques manuels mentionnent les désagréments du temps de la grossesse dont la première période, « qui dure environ quatre mois », est « marquée par une foule d’indispositions légères, vomissements, dégoût des aliments, digestions difficiles, etc. »4. Mais le souci de l’enfant à venir prime. Comme le répète pompeusement ce Guide des gens mariés : « Il faut entourer de grands soins l’acte reproducteur [] Qu’on se pénètre bien que l’acte reproducteur n’est pas une simple affaire de volupté, mais un fait très-grave, un devoir sacré, car il exerce une influence décisive sur la vie de l’être futur. »5

C’est pour cet être futur, l’enfant que la femme doit donner bientôt à son époux – pour reprendre les mots d’Alphonsine Delaroche-Duméril – que la future mère doit se ménager. « Il faut que les femmes grosses cessent de courir et de danser, qu’elles s’interdisent pendant quelques mois les voyages fatigants, qu’elles ne fassent pas de promenades dans une voiture mal suspendue; en un mot, elles doivent éviter l’extrême fatigue, les secousses du corps et les mouvements violents »6 conseille Eugène Bouchut dans les éditions successives de son livre. Ces conseils de prudence sont répétés de livre en livre par maints auteurs : le Guide des gens mariés7 (« Tant que dure la gestation, nous ne saurions trop recommander à la femme d’éviter tout ce qui peut l’affecter en bien comme en mal, au physique et au moral ; car une affection, de quelque nature qu’elle soit, a inévitablement un profond retentissement sur l’enfant »), le docteur Caradec8 aussi bien que Madame Maraval9. Et si le mot « fatigue » figure dans la monographie De la Grossesse de Théophile David, l’auteur emploie le mot… au sujet du (futur) père : « L’homme cherche à s’unir à la femme parce qu’il trouve en elle tout ce qui peut lui faire oublier ses fatigues et ses peines »10.

  • Les riches et les travailleuses

Ces règles qui traversent le siècle – et au-delà – ne sauraient cependant enjamber les classes sociales. Benoîtement Eugène Bouchut remarque : « Ces règles sont indispensables à suivre pour les femmes riches des grandes villes, car, pour les femmes de la classe ouvrière et de la campagne, les occupations grossières du ménage ou de leur profession habituelle, le travail de la terre principalement, peuvent être continués sans inconvénient. Chez ces femmes la vie active est au contraire favorable à la gestation »11.

Continuant, sur ce chapitre aussi, à emboîter le pas à E. Bouchut, le docteur Caradec reprend, 20 ans plus tard, la même distinction : « Je sais, mes chères lectrices, que vous allez m’opposer l’exemple des femmes de la campagne qui continuent leurs mêmes travaux durs et pénibles ; mais vous n’allez pas, je suppose, comparer vos petites constitutions délicates et chétives de femmes des villes à ces robustes et puissantes natures qui vivent en plein air… Femmes du monde vous êtes, et femmes du monde vous devez rester. Ce n’est pas une raison par exemple pour continuer à courir les bals et les théâtres »12.

Plus attentive aux réalités sociales, Mme L. Maraval, sage-femme, redoute « l’excès de travail, surtout pour celles qui travaillent à la machine à coudre, un faux pas, le mouvement des bras nécessaire pour soulever un fardeau pesant ou atteindre un objet trop élevé suffisent quelquefois pour provoquer une fausse couche »13.

III L’accouchement

Hormis les aspects physiologiques et chirurgicaux des accouchements, surtout pathologiques, le « vécu » de la mère retient peu les livres médicaux que nous avons parcourus. « Les fatigues de l’accouchement » sont rapidement mentionnées dans ces manuels tout au long du siècle : « La femme, après la délivrance, a besoin de se délasser des fatigues de l’accouchement »14. Ces fatigues, qui sont « plus ou moins longues, suivant que l’accouchement a été plus ou moins pénible »15, constituent un lieu commun que les lettres éclairent peu.

D’abord, les mères pendant un certain temps sont dans l’impossibilité d’écrire elles-mêmes. Une dizaine de jours après la naissance de sa seconde fille Caroline Duméril-Mertzdorff dicte à sa mère :

Quoique je ne puisse pas encore t'écrire moi-même je puis cependant venir te donner de bien bonnes nouvelles de nous tous, à commencer par moi je vais à ravir, il est difficile d'avoir une meilleure couche que celle que j'ai eue et quoique j'aie un peu plus souffert peut-être qu'avec Mimi je me remets bien plus vite n'ayant eu cette fois aucun accident, c'est aujourd'hui le neuvième jour et on commence à me nourrir ce que je réclamais à grands cris (lettre dictée par Caroline-Mertzdorff, destinée  à son père, vendredi 22 et samedi 23 février 1861)

Après la naissance de sa première petite-fille, le grand-père interrogeait : « voilà 18 jours que tu es accouchée ; au bout de combien de temps te laissera-t-on marcher ? est-ce au bout de 3 semaines, dans la maison, & d’un mois, dehors ? » (3 mai 1859 – A). Autre père et grand-père préoccupé de la santé des siens, Charles Mertzdorff écrit le lendemain de la naissance :

nous avons une petite-fille parfaitement bien portante [] Marie a une mine superbe dans son lit, est très gaie & si on la laissait faire, elle bavarderait tout le temps » (Charles Mertzdorff à ses beaux-parents, dimanche 20 mars 1881)
L'inquiétude des proches au moment de l'accouchement est légitime, et justifié le soulagement de tous lorsque dans les semaines qui suivent « mère et enfant se portent bien ». Jusqu'aux progrès pasteuriens, le taux de mortalité maternelle,  « même s'il est moins élevé qu'on ne l'écrit parfois » rectifient les historiens, n'est pas négligeable et on ne saurait minimiser l'effet psychologique du risque encouru 16.  Aussi, à la veille de l'épreuve, dans cette famille catholique, prend-on ses précautions : peu de temps avant d'accoucher, Caroline va se confesser :
Hier je suis allée à confesse, M. le Curé qui est si bon a bien voulu me confesser à 7 heures quoique ce ne soit pas son habitude et ensuite pour que je ne sois pas fatiguée il m'a donné lui-même la communion sans que j'attende une messe (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, dimanche 20 mars 1859) 

L’isolement de la jeune mère est conseillé par la sage-femme : « J’ai proscrit les visites au moment du travail et quoi que je puisse passer pour sévère je dirai encore pas de visites après la délivrance, le repos, le calme sont bien plus profitables que toutes ces félicitations ennuyeuses et souvent mensongères de ces personnes que l’étiquette ou la curiosité plutôt qu’un véritable intérêt attireraient. »17.

Puis viennent pour les mères les fatigues de l’allaitement et des veilles au chevet de l’enfant. L’objet d’un autre billet ?

Planche LXXVII : « De l’allaitement en action » (« Illustrations de Nouvelles démonstrations d’accouchements », Forestier, graveur taille-douce ; A. Chazal, dessinateur ; Jacques-Pierre Maygrier, auteur du texte ; 1822.) [BNF-Gallica]

En contrepoint ironique, laissons la parole à Henri Thulié, médecin et homme politique. Manifestant son anticléricalisme, il oppose la courageuse mère de famille à l’inutile religieuse et valorise la première : « Il faut le constater avec tristesse, ce n’est pas la femme qui perpétue la race, ce n’est pas celle qui subit les douleurs de l’enfantement, les tourments et les fatigues de l’éducation des enfants, les charges et les responsabilités du ménage, ce n’est pas la mère de famille, en un mot, qui est l’objet du respect et de l’admiration des hommes; c’est la femme qui se soustrait à toutes les charges et à tous les devoirs humains, c’est la stérile, la religieuse. »18

 

  1. Georges Vigarello, Histoire de la fatigue du Moyen Âge à nos jours, Seuil, « L’univers historique », 2020. []
  2. Voir le site : S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale,  http://correspondancefamiliale.ehess.fr/. []
  3. « Fatigue » déclinée sous des formes voisines : fatiguant, fatigué, fatiguer, etc. []
  4. Emmanuel Clément, Guide des gens mariés, 1873, page 56. []
  5. Guide des gens mariés, p. 41. []
  6. Eugène Bouchut, Hygiène de la première enfance, comprenant les lois organiques du mariage, les soins de la grossesse, 1866, p. 98. []
  7. Op. cit., p. 57. []
  8. Dr Caradec, in La Jeune mère ou L’éducation du premier âge : journal illustré de l’enfance, rédacteur en chef le Dr Brochard, 1884-03, p. 34-35. []
  9. Mme L. Maraval, Manuel des jeunes mères : conseils pratiques d’hygiène concernant la grossesse, les suites de couches, les soins à donner à l’enfant, l’allaitement et le sevrage…, 1884, p. 18. []
  10. Théophile David, De la Grossesse au point de vue de son influence sur la constitution physiologique et pathologique de la femme, 1868, p. 33. []
  11. E. Bouchut, Op. cit., p. 98. []
  12. Dr Caradec, Op. cit., p. 34. []
  13. Mme L. Maraval, Op. cit. p. 18. []
  14. Jean-François Sacombe, Observations médico-chirurgicales sur la grossesse, 1793-1794, p. 230. []
  15. Eugène Bouchut, Op. cit., édition de 1885, p. 69 []
  16. Jean-Pierre Bardet, K. Lynch, Geraldine-P. Mineau, M. Hainsworth, M. Skolnick, "La mortalité maternelle autrefois : une étude comparée (de la France de l'ouest à l'Utah)", Annales de démographie historique, 1981, pp. 31-48, donnent un taux moyen en France dans le premier XIXe siècle d'environ 12 ‰. Hector Gutierrez et Jacques Houdaille, "La mortalité maternelle en France au XVIIIe siècle", Population, 38ᵉ année, n°6, 1983. pp. 975-994, estiment « à 6 % la proportion des femmes qui mouraient en couches ou des suites de couches » - « en admettant une moyenne de 5 enfants par femme ». []
  17. Mme L. Maraval, Op. cit. p. 31. []
  18. Henri Thulié, La femme, essai de sociologie physiologique : ce qu’elle a été, ce qu’elle est, les théories, ce qu’elle doit être, 1885, pages 140-141. []