Archives par mot-clé : femme

Fatigues de mères

Parfois, une remarque entendue, un article ou un livre obligent à relire des textes familiers avec un œil ouvert sur des questions que l’habitude rendait jusque-là invisibles. Ainsi l’Histoire de la fatigue de Georges Vigarello1 a éveillé ma curiosité et j’ai cherché la présence du mot « fatigue » dans les lettres de la famille Duméril-Mertzdorff-Froissart2. L’abondance insoupçonnée de ce mot3 sous la plume des épistoliers m’a surprise : plus de 800 fois entre 1790 et 1920, dont près de 400 fois dans les 1100 lettres de la décennie 1870-1879. Cela valait la peine d’y regarder d’un peu plus près. Fatigue des malades, des voyageurs, des travailleurs, des jeunes et des vieux… le champ est vaste et un prochain billet balaiera ces situations. Mais pour l’instant, il convient de se focaliser sur la fatigue des femmes : celles qui sont enceintes, qui deviennent mères. Il semble que les médecins au XIXe siècle accordent une place mineure à la fatigue de la femme enceinte ou accouchante. Les ouvrages médicaux, comme on pouvait s’y attendre, traitent plus volontiers des pathologies diverses qui peuvent les affecter. Certaines épistolières, en revanche, disent les souffrances ordinaires du corps, la fatigue des grossesses – ou leur absence.

Planche XXVI : « Tableau de la grossesse vue de profil. État naturel, 3 mois, 6 mois, 9 mois » (« Illustrations de Nouvelles démonstrations d’accouchements », Forestier, graveur taille-douce ; A. Chazal, dessinateur ; Jacques-Pierre Maygrier, auteur du texte ; 1822.) [BNF-Gallica]

I La grossesse

  • Alphonsine Delaroche-Duméril

La genevoise Alphonsine Delaroche (1778-1852), veuve à 21 ans, épouse ensuite le médecin André Marie Constant Duméril (1774-1860). L’année suivante, en 1807, elle donne naissance à Caroline, et en 1808 à Louis Daniel Constant :

Quoique je ne mette l'époque de mes couches que pour le milieu ou la fin de Juin, je suis déjà si grosse et si fatiguée que je m'attends à accoucher plus tôt. J'éprouve dans cette grossesse une chose dont je ne m'étais presque pas aperçue dans celle de Caroline, ce sont des douleurs dans les jambes, les genoux et les cuisses, ressemblant parfaitement à du rhumatisme, et qui sont si fortes par moments, qu'à peine je peux marcher (Alphonsine Delaroche-Duméril à sa belle-mère, jeudi 26 mai 1808)

Après la mort, en septembre 1811, de la petite Caroline, un troisième enfant s’annonce en 1812, causant, malgré le repos prescrit, maux de reins (Dimanche 20 septembre 1812), fatigue, difficulté à se tenir debout (Mercredi 7 octobre 1812 – A). Il est vrai que la future mère a pris très tôt de l’ampleur, comme son mari en fait la remarque :

Mes chers parents, j’avais l’espoir, jusqu’à ces derniers jours, de pouvoir vous conduire ma femme et mon petit Constant pendant ces vacances ; mais notre grossesse est tellement volumineuse, quoique nous comptions au plus cinq mois, qu’à notre grand regret la prudence nous oblige à nous priver de ce plaisir.(André Marie Constant Duméril à Paris, à ses parents à Amiens, vendredi 14 août 1812)

Alphonsine, accablée du poids de l’enfant qu’il lui semble « sentir tout au bas du ventre », trouve un certain soulagement grâce à l’emploi d’une « ceinture élastique » (mercredi 30 septembre 1812).

Ce troisième enfant, le petit Auguste, naît 30 novembre 1812. Un quatrième enfant naît en 1815, qui ne survit que quelques mois, et un cinquième et dernier en février 1819 – qui meurt lui aussi à quelques mois, réduisant la fratrie à deux garçons, Louis Daniel Constant et Auguste.

j’ai eu bien des occupations depuis quelque temps a cause de l’approche du moment de ma couche, avec cela l’action et la position d’écrire me fatiguent beaucoup les reins, ce qui fait que j’écris très peu maintenant. (Alphonsine Delaroche-Duméril à ses beaux-parents, lundi 4 janvier 1819) 

« Notre » grossesse, souligne le futur père en 1812, marquant ainsi son empathie. Chacun s’empresse auprès de la future mère, mais celle-ci n’est pas dupe : «  Eh ! bien en effet on me gâte si tu veux l’appeler ainsi, mais on le fait par égard pour l’enfant que je dois te donner bientôt » (Alphonsine Delaroche-Duméril à son époux, mardi 15 septembre 1812).

  • Les autres épistolières

Les autre futures mères qui prennent la plume sont beaucoup moins disertes sur leur état. Elles évitent voyages et efforts, on s’enquiert de leur santé et leur recommande le repos. Les mères et grand-mères en particulier, fortes de leur expérience, insistent sur la tranquillité nécessaire : Félicité Duméril à sa petite-fille qui accouchera de Jeanne de Fréville le 19 mars 1881 :

Que de fois nous pensons à toi et au petit enfant que tu nous donneras pour bien l’aimer et le choyer : prends toujours bien des précautions et repose-toi dès que tu te sens fatiguée. (Lundi 6 décembre 1880 - A)

Au début du XIXe siècle Émilie Mertzdorff-Froissart, mère elle-même de six enfants, se multiplie auprès de ses filles et belles-filles. Au sujet d’Élise Vandamme-Froissart qui attend son deuxième enfant : « Je tâcherai de tout préparer pour qu’Élise ait le moins de fatigue possible » (Mercredi 5 juillet 1916) ou de Lucie Froissart-Degroote, qui attend son cinquième enfant (elle en aura onze) et vient de perdre une petite Suzanne âgée de sept ans :

Lucie est toujours si fatiguée que cela nous ennuie quoiqu’elle ait des raisons de fatigue qui sont pour elle une très douce et consolante espérance (Dimanche 3 septembre 1916) 

Odile Degroote naîtra le 21 mars1917.

Si on devine à quelques allusions que Marie Mertzdorff-de Fréville est parfois incommodée ou lasse, elle se veut toujours rassurante pour son père :

Quant à moi je vais toujours supérieurement ; je me fatigue peut-être un peu plus en marchant parce que mon poids augmente mais je suis pleine de santé et de force (Marie Mertzdorff-de Fréville, mercredi 8 décembre 1880). 

Rassurante également pour ses amies, qui s’en réjouissent :

Et toi, ma Chérie, tu n’es pas trop fatiguée oh ! j’en suis bien heureuse, mais, je t’en prie, soigne-toi, dorlote-toi. Je suis bien sûre que si tu ne le fais pas, on le fait pour toi ; surtout laisse-toi mettre dans une boîte à coton. (Paule Arnould à son amie Marie Mertzdorff-de Fréville, dimanche 29 août 1880)

Les futures mères décrivent rarement des symptômes précis. Pour la très pudique Eugénie Desnoyers, seconde épouse de Charles Mertzdorff, la fatigue est implicitement associée à la grossesse ; c’est ainsi qu’à mots couverts elle fait des vœux pour sa sœur mariée : « je souhaite que tu te portes aussi bien que moi et cependant non, car je voudrais te voir une cause de fatigue que tu devines » (Mardi 17 janvier 1865).

II Livres de médecins

  • Pour l’enfant à venir

Quelques manuels mentionnent les désagréments du temps de la grossesse dont la première période, « qui dure environ quatre mois », est « marquée par une foule d’indispositions légères, vomissements, dégoût des aliments, digestions difficiles, etc. »4. Mais le souci de l’enfant à venir prime. Comme le répète pompeusement ce Guide des gens mariés : « Il faut entourer de grands soins l’acte reproducteur [] Qu’on se pénètre bien que l’acte reproducteur n’est pas une simple affaire de volupté, mais un fait très-grave, un devoir sacré, car il exerce une influence décisive sur la vie de l’être futur. »5

C’est pour cet être futur, l’enfant que la femme doit donner bientôt à son époux – pour reprendre les mots d’Alphonsine Delaroche-Duméril – que la future mère doit se ménager. « Il faut que les femmes grosses cessent de courir et de danser, qu’elles s’interdisent pendant quelques mois les voyages fatigants, qu’elles ne fassent pas de promenades dans une voiture mal suspendue; en un mot, elles doivent éviter l’extrême fatigue, les secousses du corps et les mouvements violents »6 conseille Eugène Bouchut dans les éditions successives de son livre. Ces conseils de prudence sont répétés de livre en livre par maints auteurs : le Guide des gens mariés7 (« Tant que dure la gestation, nous ne saurions trop recommander à la femme d’éviter tout ce qui peut l’affecter en bien comme en mal, au physique et au moral ; car une affection, de quelque nature qu’elle soit, a inévitablement un profond retentissement sur l’enfant »), le docteur Caradec8 aussi bien que Madame Maraval9. Et si le mot « fatigue » figure dans la monographie De la Grossesse de Théophile David, l’auteur emploie le mot… au sujet du (futur) père : « L’homme cherche à s’unir à la femme parce qu’il trouve en elle tout ce qui peut lui faire oublier ses fatigues et ses peines »10.

  • Les riches et les travailleuses

Ces règles qui traversent le siècle – et au-delà – ne sauraient cependant enjamber les classes sociales. Benoîtement Eugène Bouchut remarque : « Ces règles sont indispensables à suivre pour les femmes riches des grandes villes, car, pour les femmes de la classe ouvrière et de la campagne, les occupations grossières du ménage ou de leur profession habituelle, le travail de la terre principalement, peuvent être continués sans inconvénient. Chez ces femmes la vie active est au contraire favorable à la gestation »11.

Continuant, sur ce chapitre aussi, à emboîter le pas à E. Bouchut, le docteur Caradec reprend, 20 ans plus tard, la même distinction : « Je sais, mes chères lectrices, que vous allez m’opposer l’exemple des femmes de la campagne qui continuent leurs mêmes travaux durs et pénibles ; mais vous n’allez pas, je suppose, comparer vos petites constitutions délicates et chétives de femmes des villes à ces robustes et puissantes natures qui vivent en plein air… Femmes du monde vous êtes, et femmes du monde vous devez rester. Ce n’est pas une raison par exemple pour continuer à courir les bals et les théâtres »12.

Plus attentive aux réalités sociales, Mme L. Maraval, sage-femme, redoute « l’excès de travail, surtout pour celles qui travaillent à la machine à coudre, un faux pas, le mouvement des bras nécessaire pour soulever un fardeau pesant ou atteindre un objet trop élevé suffisent quelquefois pour provoquer une fausse couche »13.

III L’accouchement

Hormis les aspects physiologiques et chirurgicaux des accouchements, surtout pathologiques, le « vécu » de la mère retient peu les livres médicaux que nous avons parcourus. « Les fatigues de l’accouchement » sont rapidement mentionnées dans ces manuels tout au long du siècle : « La femme, après la délivrance, a besoin de se délasser des fatigues de l’accouchement »14. Ces fatigues, qui sont « plus ou moins longues, suivant que l’accouchement a été plus ou moins pénible »15, constituent un lieu commun que les lettres éclairent peu.

D’abord, les mères pendant un certain temps sont dans l’impossibilité d’écrire elles-mêmes. Une dizaine de jours après la naissance de sa seconde fille Caroline Duméril-Mertzdorff dicte à sa mère :

Quoique je ne puisse pas encore t'écrire moi-même je puis cependant venir te donner de bien bonnes nouvelles de nous tous, à commencer par moi je vais à ravir, il est difficile d'avoir une meilleure couche que celle que j'ai eue et quoique j'aie un peu plus souffert peut-être qu'avec Mimi je me remets bien plus vite n'ayant eu cette fois aucun accident, c'est aujourd'hui le neuvième jour et on commence à me nourrir ce que je réclamais à grands cris (lettre dictée par Caroline-Mertzdorff, destinée  à son père, vendredi 22 et samedi 23 février 1861)

Après la naissance de sa première petite-fille, le grand-père interrogeait : « voilà 18 jours que tu es accouchée ; au bout de combien de temps te laissera-t-on marcher ? est-ce au bout de 3 semaines, dans la maison, & d’un mois, dehors ? » (3 mai 1859 – A). Autre père et grand-père préoccupé de la santé des siens, Charles Mertzdorff écrit le lendemain de la naissance :

nous avons une petite-fille parfaitement bien portante [] Marie a une mine superbe dans son lit, est très gaie & si on la laissait faire, elle bavarderait tout le temps » (Charles Mertzdorff à ses beaux-parents, dimanche 20 mars 1881)
L'inquiétude des proches au moment de l'accouchement est légitime, et justifié le soulagement de tous lorsque dans les semaines qui suivent « mère et enfant se portent bien ». Jusqu'aux progrès pasteuriens, le taux de mortalité maternelle,  « même s'il est moins élevé qu'on ne l'écrit parfois » rectifient les historiens, n'est pas négligeable et on ne saurait minimiser l'effet psychologique du risque encouru 16.  Aussi, à la veille de l'épreuve, dans cette famille catholique, prend-on ses précautions : peu de temps avant d'accoucher, Caroline va se confesser :
Hier je suis allée à confesse, M. le Curé qui est si bon a bien voulu me confesser à 7 heures quoique ce ne soit pas son habitude et ensuite pour que je ne sois pas fatiguée il m'a donné lui-même la communion sans que j'attende une messe (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, dimanche 20 mars 1859) 

L’isolement de la jeune mère est conseillé par la sage-femme : « J’ai proscrit les visites au moment du travail et quoi que je puisse passer pour sévère je dirai encore pas de visites après la délivrance, le repos, le calme sont bien plus profitables que toutes ces félicitations ennuyeuses et souvent mensongères de ces personnes que l’étiquette ou la curiosité plutôt qu’un véritable intérêt attireraient. »17.

Puis viennent pour les mères les fatigues de l’allaitement et des veilles au chevet de l’enfant. L’objet d’un autre billet ?

Planche LXXVII : « De l’allaitement en action » (« Illustrations de Nouvelles démonstrations d’accouchements », Forestier, graveur taille-douce ; A. Chazal, dessinateur ; Jacques-Pierre Maygrier, auteur du texte ; 1822.) [BNF-Gallica]

En contrepoint ironique, laissons la parole à Henri Thulié, médecin et homme politique. Manifestant son anticléricalisme, il oppose la courageuse mère de famille à l’inutile religieuse et valorise la première : « Il faut le constater avec tristesse, ce n’est pas la femme qui perpétue la race, ce n’est pas celle qui subit les douleurs de l’enfantement, les tourments et les fatigues de l’éducation des enfants, les charges et les responsabilités du ménage, ce n’est pas la mère de famille, en un mot, qui est l’objet du respect et de l’admiration des hommes; c’est la femme qui se soustrait à toutes les charges et à tous les devoirs humains, c’est la stérile, la religieuse. »18

 

  1. Georges Vigarello, Histoire de la fatigue du Moyen Âge à nos jours, Seuil, « L’univers historique », 2020. []
  2. Voir le site : S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale,  http://correspondancefamiliale.ehess.fr/. []
  3. « Fatigue » déclinée sous des formes voisines : fatiguant, fatigué, fatiguer, etc. []
  4. Emmanuel Clément, Guide des gens mariés, 1873, page 56. []
  5. Guide des gens mariés, p. 41. []
  6. Eugène Bouchut, Hygiène de la première enfance, comprenant les lois organiques du mariage, les soins de la grossesse, 1866, p. 98. []
  7. Op. cit., p. 57. []
  8. Dr Caradec, in La Jeune mère ou L’éducation du premier âge : journal illustré de l’enfance, rédacteur en chef le Dr Brochard, 1884-03, p. 34-35. []
  9. Mme L. Maraval, Manuel des jeunes mères : conseils pratiques d’hygiène concernant la grossesse, les suites de couches, les soins à donner à l’enfant, l’allaitement et le sevrage…, 1884, p. 18. []
  10. Théophile David, De la Grossesse au point de vue de son influence sur la constitution physiologique et pathologique de la femme, 1868, p. 33. []
  11. E. Bouchut, Op. cit., p. 98. []
  12. Dr Caradec, Op. cit., p. 34. []
  13. Mme L. Maraval, Op. cit. p. 18. []
  14. Jean-François Sacombe, Observations médico-chirurgicales sur la grossesse, 1793-1794, p. 230. []
  15. Eugène Bouchut, Op. cit., édition de 1885, p. 69 []
  16. Jean-Pierre Bardet, K. Lynch, Geraldine-P. Mineau, M. Hainsworth, M. Skolnick, "La mortalité maternelle autrefois : une étude comparée (de la France de l'ouest à l'Utah)", Annales de démographie historique, 1981, pp. 31-48, donnent un taux moyen en France dans le premier XIXe siècle d'environ 12 ‰. Hector Gutierrez et Jacques Houdaille, "La mortalité maternelle en France au XVIIIe siècle", Population, 38ᵉ année, n°6, 1983. pp. 975-994, estiment « à 6 % la proportion des femmes qui mouraient en couches ou des suites de couches » - « en admettant une moyenne de 5 enfants par femme ». []
  17. Mme L. Maraval, Op. cit. p. 31. []
  18. Henri Thulié, La femme, essai de sociologie physiologique : ce qu’elle a été, ce qu’elle est, les théories, ce qu’elle doit être, 1885, pages 140-141. []

Institutrice à domicile

Au début des années 1870 la silhouette de « Mademoiselle Augusta » traverse les lettres de la famille Mertzdorff. Les lettres et les registres numérisé de l’état-civil permettent de cerner les traits de cette institutrice à domicile – un personnage familier au XIXe siècle dans les familles de la bourgeoisie.

1- Les employeurs

« Mademoiselle Augusta » est employée par une famille voisine des Mertzdorff à Vieux-Thann, les Berger. Le père, Louis Berger, est directeur de l’usine de construction de machines de son beau-père. Avec son épouse Joséphine André, ils ont cinq enfants : deux filles aînées, Marie et Hélène, qui ont le même âge que les demoiselles Merzdorff dont elles sont les grandes amies dans les années 1860, puis deux fils, Louis (même prénom que son père) et Charles (plus jeune de six ans), et enfin une petite dernière, Julie, née en 1868.

Louis, à 14 ans, poursuit ses études comme pensionnaire au Collège de Montbéliard « où il se plaît » dit Charles Mertzdorff, qui ajoute : « mais je ne sais pas pourquoi il a dû quitter brusquement la Suisse » (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 4 décembre 1873). Son frère Charles, 7 ans alors, « travaille très bien » (31 mars 1872). Ce sont probablement ses deux grandes sœurs qui le prennent en charge, avec la petite Julie :

Il paraît que vos grandes amies d’ici [Marie et Hélène Berger] sont très occupées tant par leurs leçons & par les études qu’elles-mêmes font faire à frère & sœur, ce qui les intéresse beaucoup (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 19 décembre 1874).

Bientôt un « petit Abbé » prend le relais et « continue l’éducation de Charles Berger dont il ne se loue pas trop » remarque Charles Mertzdorff (31 octobre 1876).
En 1866 les quatre aînés sont recensés au domicile de leurs parents ; sous le même toit vit également un beau-frère ingénieur de 24 ans et quatre servantes âgées de 22 à 31 ans. L’institutrice à domicile n’apparaît que plus tard.
La pension, donc, pour au moins l’un des fils et l’éducation en famille pour les plus jeunes enfants. Quant aux grandes demoiselles, elles bénéficient de l’enseignement d’une institutrice : « Décidément les petites Berger ne vont pas en pension, Mlle Augusta reste » annonce Charles Mertzdorff (11 avril 1870). Ce modèle d’éducation familiale des jeunes filles de la bourgeoisie est habituel à cette époque1.

L’institutrice de vocation selon Bertall2 « Les Français peints par eux-mêmes » [source : Gallica]

 

2- La famille de Mademoiselle Augusta

Louise Colet (1810-1876), femme de lettres dont on connaît les amitiés dans le monde littéraire, avec Gustave Flaubert en particulier, dresse un portrait de « l’institutrice » dans le tome 1 des Français peints par eux-mêmes3. Selon elle, « l’institutrice spécialement consacrée à faire l’éducation des jeunes filles qui ne quittent pas leur famille » est « presque toujours » « la fille de ces petits marchands ou de ces minces bourgeois parisiens qui disent à leurs enfants lorsqu’ils ont atteint l’âge de raison : « Travaillez comme nous avons travaillé nous-mêmes.«  Alors l’institutrice de vocation se consacre à l’enseignement, comme elle se ferait lingère, modiste ou demoiselle de comptoir. Elle est dans la nécessité de se choisir un état, et son instinct la pousse à devenir institutrice. »
Je ne sais s’il faut parler d’instinct ou de nécessité. Pour « Mademoiselle Augusta » il semble bien que la situation économique de la famille ait joué un rôle décisif. Eugénie Desnoyers-Mertzdorff précise à sa sœur :

elle est de famille alsacienne catholique ; le père était notaire, la mère est restée veuve il y a longtemps avec une nombreuse famille, 6 enfants je crois » (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, fin octobre 1872)

Le père en effet, Louis Ignace Augustin Escbaccher, était notaire et il décède en 1853, à 48 ans. La famille est catholique – le recensement de 1846 le précise – dans un environnement protestant. Et elle compte non pas six mais onze enfants. Marie Auguste (Augusta) Escbaccher naît en 1840, la cinquième de la fratrie, mais il semble que deux sœurs et un frère, nés avant elle, meurent jeunes. Après elle, naissent trois filles et deux garçons. Que deviennent ces jeunes gens ? Une lettre d’Eugénie Desnoyers-Mertzdorff donne une indication pour le fils aîné, présent chez ses parents lors des recensements entre 1836 et 1851 :

L’aîné qui est marié a une place assez élevée dans les télégraphes français à Lyon il me semble. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, fin octobre 1872)

L’acte de mariage de la fille aînée, Valérie Escbaccher, née en 1834, nous apprend qu’elle est receveuse des postes ; en 1867 elle épouse Jean Baptiste Ruyer, un caissier plus âgé qu’elle. Son frère Ernest Escbaccher, est mentionné comme témoin : il a alors 24 ans et est employé de commerce à Mulhouse.

Marie Auguste Escbaccher est élevée chez les sœurs de la Providence à Ribeauvillé, puis elle suit en Allemagne, où elle est placée dans une famille, des cours de littérature et d’histoire. Orpheline de père, encombrée d’une fratrie nombreuse, avec une « apparence maigre, petite et un peu maladive », mais éduquée , « consciencieuse », avec « des sentiments réellement religieux » (lettre d’Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, fin octobre 1872), que pouvait faire la jeune Augusta ?

Caroline Muller, qui étudie·les biographies « dites édifiantes », cite la biographie imprimée de Lucie Abadie (1869-1928)4. Sa mère est directrice d’une institution éducative pour jeunes filles dans le Gers et son père géomètre, tous deux « chrétiens sans peur ni reproche ». Mais ils décèdent alors qu’elle a vingt-deux ans. Instruite, l’orpheline trouve une place d’institutrice dans une famille noble. Puis cette « âme eucharistique » que l’on veut donner en modèle à un lectorat catholique « choisit de rentrer dans son village où elle fonde une œuvre d’adoration au Saint-Sacrement ». Augusta et Lucie, sans fortune, dans une situation sociale difficile, écartées du mariage par leur santé ou la crainte du déclassement social, peut-être par leurs convictions, ne voient leur avenir que dans une place d’institutrice à domicile. A quelle vie sont-elles astreintes ?

3- La vie de l’institutrice à domicile

L’institutrice « sait juste assez de grammaire, de géographie, d’histoire, de piano, de dessin, de mots estropiés d’anglais et d’italien pour se présenter avec assurance aux mères insouciantes qui confient aveuglément à une étrangère la direction de l’esprit et du cœur de leurs filles. Avec ces teintures superficielles de toutes choses, l’institutrice de vocation se dit en état de faire une éducation complète » fustige Louise Colet5.

Mademoiselle Augusta « a ses diplômes », elle sait le français et l’allemand et, si « elle n’est pas assez forte pour donner les leçons » de piano, elle peut en surveiller l’étude (2 octobre 1872) ; « elle a été sous-maîtresse 6 ans en Allemagne et institutrice depuis 10 ans dans deux maisons » (29 juillet 1872). Mademoiselle Augusta fait travailler ses « deux petites élèves » (14 août 1870 A), les accompagne dans leurs sorties au village et se joint aux autres dames de la maisonnée pour aller à la messe. Il est probable que, intégrée à la vie familiale, elle éprouve et reçoive de l’affection : un jour de 1870 que, devant l’avance des prussiens, les enfants sont éloignées de la ville, Marie Berger écrit une lettre à sa mère et Hélène en écrit une pour son institutrice :

Marie écrit à sa maman et Hélène à Mlle Augusta et moi à ma tendre mère (Émilie Mertzdorff à sa mère, 5 novembre 1870 C)

Mais nous n’en saurons pas plus sur sa place, son rôle et ses sentiments dans la famille Berger. Selon Louise Colet, « l’institutrice de vocation se prête à tout : elle excelle dans les ouvrages à l’aiguille, fait des bourses et des bonnets grecs pour monsieur, des collerettes et des chiffons pour madame, ajuste les robes de bal pour mademoiselle, la coiffe au besoin, brode à la veillée un meuble de tapisserie pour le salon, fait la lecture, écrit les billets d’invitation, règle les comptes, surveille les domestiques, se multiplie, devient une espèce de factotum, et n’a plus que le titre d’institutrice ». Louise Colet dresse un tableau ironique de la vie qu’a peut-être partagée Mlle Augusta : « En général, l’institutrice de vocation se place dans les familles à fortune aisée, mais peu brillante ; elle coopère aux calmes distractions de ces intérieurs placides rarement troublés par les passions, où règnent l’ordre, la propreté, la parcimonie, où l’on reçoit régulièrement à dîner tous les vieux parents et les vieux amis une fois par semaine, aréopage appelé à juger hebdomadairement les succès de l’élève, que l’institutrice fait valoir avec une minutieuse complaisance. Dans ces réunions intimes, l’institutrice est un personnage important : elle accompagne la romance, joue par monts et par vaux la contredanse, organise les charades, sert le thé et coupe la brioche. »

Loin de cette vie qui fait naviguer une jeune femme « dans les flots de familles diverses, parmi lesquelles elle passe d’année en année [ ] sans broncher aux écueils », Lucie Abadie, personne réelle et exemplaire, traverse héroïquement de multiples épreuves, offrant « ses souffrances spirituelles et physiques à Dieu pour le salut des âmes » et trouvant dans le récit qu’elle fait « des grâces reçues de Dieu [] un moyen de donner du sens à cette trajectoire »6. Quant à Augusta Escbaccher, personnage réel également, mais qui n’a pas laissé de témoignage connu, elle accède peut-être au sens de son existence par son dévouement à sa famille.

Si les lettres en disent tant sur cette institutrice d’une famille voisine – plus que sur Cécile, la bonne des demoiselles Mertzdorff, fidèle présence pendant des décennies – c’est qu’Eugénie Desnoyers-Mertzdorff s’affaire à lui trouver une place lorsque les Berger se passent de ses services. Eugénie, depuis l’Alsace, écrit en ce sens à sa sœur parisienne qui a de nombreuses relations et est en contact avec un cours pour jeunes filles. Mais finalement Augusta renonce, « remercie beaucoup de [leur] intérêt » Eugénie et sa sœur qui constatent : « elle ne paraît pas pressée de trouver une position » (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 5-6 décembre 1872). En effet, Augusta s’occupe de son neveu auprès de sa sœur. L’état-civil de Lutzelhouse (Bas-Rhin) indique que cette sœur receveuse des postes, mariée en 1867, a un fils en 1868, une fille en 1870, une autre fille en 1872. « Je crois qu’elle est effrayée de Paris » conclut Eugénie.

***

L’institutrice à domicile est un personnage évoqué par écrivaines et écrivains, soit qu’elle habite leurs souvenirs, soit qu’elles aient fait elles-mêmes comme les sœurs Brontë l’expérience de cette profession7, soit qu’elle endosse dans les romans des postures stéréotypées, entre servitude et domination. Pour Louise Colet « il y a l’institutrice de vocation, l’institutrice ambitieuse, et l’institutrice par dévouement ». Si la description de la première présente finement des traits que l’on peut reconnaître chez Augusta Escbaccher, « l’institutrice ambitieuse » prête ses manigances à toutes sortes d’intrigues. Ce personnage de l’entre-deux (plus qu’une domestique, moins qu’une bourgeoise aisée) a tant séduit Louise Colet qu’elle en fait le pivot d’une intrigue dans une comédie, L’institutrice8 :Léonie et son frère, qui mènent une «  vie de bohèmes » se retrouvent sans ressources et la jeune femme se fait engager comme institutrice, malgré le cri de son frère : « Toi, ma belle Parisienne, faire ce métier de Genevoise ! ». A fréquenter le salon cossu de ses employeurs trouvera-t-elle un beau parti, un « petit baron » à épouser ?

  1. Marie-Françoise Levy, De Mères en filles : l’éducation des françaises, 1850-1880, Calmann-Lévy, 1984. []
  2. Bertall (1820-1882), pseudonyme d’un illustrateur, caricaturiste, graveur et pionnier de la photographie. []
  3. Louise Colet, « L’institutrice », Les Français peints par eux-mêmes. Types et portraits humoristiques à la plume et au crayon. Moeurs contemporaines, Philippart éditeur, 1876-1878, t 1, p. 81-88. [Gallica] []
  4. Caroline Muller, “Après avoir terminé la lecture de cet écrit, vous saurez tout”, blog : Acquis de conscience. Histoire(s) de XIXe siècle.[https://consciences.hypotheses.org/462 ] []
  5. Op. cit. []
  6. Caroline Muller, blog cité. []
  7. Philippe Lejeune, inlassable découvreur d’autobiographies, consacre un article aux autobiographies d’instituteurs et d’institutrices, mais il ne cite pas d’institutrices à domicile dans « Les instituteurs du XIXe siècle racontent leur vie » Histoire de l’éducation Année 1985, 25, pp. 53-82 [https://www.persee.fr/doc/hedu_0221-6280_1985_num_25_1_1285]. []
  8. L’institutrice, comédie en 3 actes par Louise Colet ; édition illustrée de 19 vignettes par – ici aussi – Bertall, collection « Romans populaires illustrés » [Gallica] . []

Vêtir les pauvres

Puisant dans la bibliothèque d’une vieille maison où j’ai passé quelques jours, j’ai lu, comme Marie Mertzdorff le faisait il y a presque 150 ans, les Mémoires d’un âne de la comtesse de Ségur1. Mon propos n’est pas de rappeler le succès renouvelé de cette auteure, ni d’analyser l’idéologie à l’œuvre dans cette littérature, étudiée déjà par des critiques littéraires, des sociologues ou des psychanalystes ; on trouvera une bibliographie de ces études dans La comtesse de Ségur ou l’art discret de la subversion de Maialen Berasategui2. Je voudrais seulement mettre en parallèle une même situation, dans sa version littéraire et dans celle vécue et racontée par Marie Mertzdorff : la charité faite aux pauvres par les fillettes.

Les fillettes charitables de la comtesse de Ségur

Lors d’une promenade une petite fille vient « en boitant demander la charité » aux enfants du château :

« – Pourquoi boites-tu, ma petite ? dit Thérèse
– Parce que mes sabots me blessent, mam’selle »

L’interrogatoire se poursuit, révélant que la petite, âgée de sept ans, est orpheline, sans logis ni protection depuis la mort de sa grand-mère. Les cousines décident de ramener la pauvrette au château et obtiennent de leurs mères qu’elle y soit provisoirement hébergée. Il faut d’abord la laver. Les quatre cousines « l’emmenèrent dans la salle de bains, la déshabillèrent malgré le dégoût que leur inspirait la saleté extrême de l’enfant et l’odeur qu’exhalaient ses haillons. Elles s’empressèrent de la plonger dans l’eau et de la savonner des pieds à la tête. Elles prirent goût à l’opération, qui les amusait […] A la fin du bain, l’enfant en avait assez et témoigna une vive satisfaction quand ses quatre protectrices la firent sortir de la baignoire. » Ensuite, elles soignent la plaie qui la faisait boiter : « elles furent près d’un quart d’heure à arranger une compresse et la bande [] elles se disputaient et s’arrachaient le pied de la pauvre petite, qui n’osait rien dire, se laissait faire et ne se plaignait pas. » Enfin, il faut habiller la petite mendiante. Elles achètent « de quoi lui faire trois chemises, un jupon, une robe, un tablier, un fichu, deux bonnets ». Mais lorsque la marchande livre le paquet, la grand-mère demande à voir « les emplettes de ces demoiselles », et se récrie en découvrant la note : « trente-deux francs pour habiller une petite mendiante ! Madame Jolivet, ajouta-t-elle d’un ton sévère, vous avez abusé de l’ignorance de mes petites-filles ; vous savez très bien que les étoffes que vous apportez sont beaucoup trop belles et trop chères pour habiller une enfant pauvre ; remportez tout cela ». Colère de la marchande, qui doit repartir avec ses trop belles étoffes. La grand-mère avisée d’ajouter : « j’enverrai ma femme de chambre acheter chez madame Jourdan ce qui est nécessaire. »

Vêtir les pauvres dans les lettres familiales

Tout ce chapitre de la comtesse de Ségur peut se lire en écho aux relations avec les pauvres que les lettres familiales des Mertzdorff relatent :

  •  S’attendrir sur ceux que leur mauvaise santé rend encore plus pitoyables :

Ensuite nous sommes allées avec tante et maman chez notre pauvre petite bossue qui a été bien gentille. (7 juillet 1871)

  •  Se procurer les tissus adéquats :

 Ma chère Maman, Tu serais bien bonne de passer au Magasin du bon Marché […] tu aurais la complaisance de choisir les articles suivants, comme échantillons […] 4 douzaines bas noirs en laine à 75 c […], échantillon de lange en molleton pour pauvres […]. Mille excuses ma chère maman de cet ennui mais c’est pour la femme Legay et pour moi pour habiller mes pauvres à Noël.  (automne 1861)

Dans l’entourage de l’industriel en blanchiment des étoffes, avant d’acheter, on fouille dans les réserves. Marie Mertzdorff demande à son père de regarder dans ses armoires et

d’apporter de la mousseline pour des voiles des robes de 1re communion car les enfants nécessiteux sont en très grand nombre. (1er mai 1874)

  •  Confectionner des vêtements, en particulier à l’occasion de Noël ou de la communion. Mais été comme hiver les fillettes travaillent avec leur mère ou leur tante à des « habits de pauvres », « des petites robes de pauvres ».
  •  Prendre en charge une enfant pauvre et la vêtir comme on le ferait d’une poupée. Avec leur tante, les deux sœurs vont « habiller complètement 2 petites filles pauvres. » (21-22 juin 1871). Un peu plus grandes, c’est entre jeunes filles que se passe l’opération charitable :

 Jeudi nous avons eu nos amies […] et nous avons essayé la robe à la petite fille, chacune fait son vêtement, Marie Flandrin la chemise, Émilie le pantalon, Jeanne Brongniart le jupon de dessous, moi la robe du dessous et Paulette la robe de dessus. (28 février 1875)

Ainsi, toujours « en s’amusant », selon leurs propres mots, les enfants et les jeunes filles s’initient à cette philanthropie au féminin qui joue au XIXe siècle un si grand rôle : rôle de régulation sociale vis-à-vis des plus démunis dans un environnement économique très dur aux travailleurs et à ceux qui sont rejetés à ses marges ; rôle de socialisation « informelle » et lieu d’une certaine émancipation pour les femmes de la bourgeoisie.

La comtesse de Ségur (1799-1874) « est passée à la postérité sous les traits d’une grand-mère idéale pour les uns, réactionnaire pour les autres, préoccupée de la seule édification de ses petits-enfants » rappelle Maialen Berasategui ( p. 13). Mais, citant Pierre Bléton3, elle affirme que Sophie de Ségur « est beaucoup plus proche dans ses intentions des écrivains réalistes que des romantiques ». Et en effet les demoiselles Mertzdorff, bien insérées dans une bourgeoisie aisée provinciale puis parisienne, peuvent trouver reflet de leur mode de vie et modèle pour leur conduite dans les ouvrages de la comtesse de Ségur, qu’elles lisent au cours de leur adolescence.

  1. L’ouvrage est paru pour la première fois en 1860 ; je l’ai lu dans l’édition Hachette de 1926, Bibliothèque rose illustrée. []
  2. Maialen Berasategui, La comtesse de Ségur ou l’art discret de la subversion, Presses universitaires de Rennes, 2011, collection Mnémosyne. []
  3. Pierre Bléton, La vie sociale sous le Second Empire, un étonnant témoignage de la comtesse de Ségur, Éditions ouvrières, 1963. []

La bannière : une lithographie de Gavarni

La bannière est un détail d’une lithographie de Gavarni, la planche n°21 de la série        « La Boîte aux lettres ». Cet ensemble de gravures est étudié par Cécile Dauphin et   Danièle Poublan, La Lettre mise en scène dans les gravures 1800-1920 (PU Rennes, 2009).

Planche n°21 de la série « La Boîte aux lettres » de Gavarni (1838) © Photo L’Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste
Planche n°21 de la série « La Boîte aux lettres » de Gavarni (1838) © Photo L’Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste

Gavarni au Charivari

Le dessinateur connu sous le pseudonyme de Paul Gavarni (1804-1866) a été formé à l’exactitude du trait : il a dessiné des machines au Conservatoire des arts et métiers puis des costumes pour la presse. Proche des milieux de la mode, Gavarni l’est également de ceux du théâtre et de la littérature ; il côtoie Balzac, George Sand, Eugène Sue, Alexandre Dumas, Théophile Gautier. Il est engagé par Charles Philipon, qui a fondé Le Charivari en 1832, pour illustrer une pleine page de son quotidien. Après le succès des Fourberies de femmes en matière de sentiment (série de 64 planches), il publie La Boîte aux lettres, série de 34 lithographies qui paraissent dans le journal de 1837 à 1839. Chaque planche est composée d’un dessin dans la partie supérieure et, dans la partie inférieure, d’un texte manuscrit, celui de la lettre mise en scène. Ce texte est un fac-similé de la lettre dont il est question dans l’image.

L’image

L’attention portée aux détails de la vie quotidienne, aux décors qui situent les personnages dans un lieu de travail, aux positions du corps, ancrent l’image dans le monde social. La lithographie retenue représente un intérieur cossu : bibliothèque vitrée, bureau avec matériel d’écriture, fauteuil, tenture. Mais la jeune femme qui écrit n’est pas la propriétaire de ces biens : elle est celle qui en assure l’entretien. Elle a déposé plumeau et balai et s’est emparé de la plume dont l’usage est habituellement réservé, on le devine, au maître de maison.

La lettre

A ces deux transgressions (de sexe et de classe sociale), la lettre qu’écrit la jeune bonne en ajoute une autre.

Je fini en mouillant de mes larmes La main et la plume qui ont tracé Ces Caractère qui sont pour ainsi dire dicté par Lamour voyez si vous voulez me laisser en désespéré, ou si vous voulez me faire l’honneur et le plaisir de partager votre vie avec la mienne

Je suis pour la vie Votre fidel et sincère aimable amie

Joséphine

Cette légende attire la connivence ironique du lecteur lettré, et teinte le dessin d’humour. A une époque où les femmes ne sont pas autorisée à recevoir directement du courrier (on doit s’adresser à elles sous couvert de leur père ou de leur époux) et où les mariages sont des affaires qui se règlent entre hommes, la jeune effrontée ose se déclarer elle-même et rédiger sa demande.

Dans cette planche se remarque tout le talent de Gavarni, propre à séduire le lectorat du journal : un trait précis et enlevé, un personnage expressif, saisi sur le vif, et un texte piquant dont le style et l’orthographe réputés « populaires » amusent le lecteur. L’artiste ébauche une figure nouvelle de l’épistolière, à distance du modèle aristocratique hérité de l’Ancien Régime et de la pratique bourgeoise telle qu’elle se donne à voir, par exemple, sur le site S’écrire au XIXe siècle. Joséphine pourrait représenter l’envers occulté de cette correspondance familiale, et comme un jalon sur le long parcours de la démocratisation du personnage de la femme qui écrit.