Archives par mot-clé : frais de port

Les timbres et les tarifs postaux au XIXᵉ siècle

Le geste de coller un timbre sur une enveloppe avant de l’expédier, geste qui nous est aujourd’hui si familier qu’il semble indissociable de la pratique épistolaire, apparaît au milieu du XIXe siècle. En France, les premiers timbres-poste sont émis en 1849 (pour les enveloppes, voir un billet précédent, qui leur a été consacré).

Le port des lettres avant le timbre

Les frais de port n’étaient pas à la charge de l’expéditeur : ils étaient perçus au moment de la réception de la lettre, acquittés par le destinataire. Cette taxe prenait en compte le poids et la distance parcourue par le pli, plus précisément « la distance en ligne droite qui existe entre le bureau de poste où la lettre a pris naissance et celui qui doit en opérer la distribution » (Annuaire des Postes, 1847, p. 191). En 1847, pour les lettres de moins de 7,5 grammes (dites « lettres simples ») la taxe était de 20 centimes au dessous de 40 kilomètres, 30 centimes de 40 à 80, 40 de 80 à 150, etc., jusqu’à 1 F 20 au-delà de 900 kilomètres. Pour une lettre qui frôlait les 20 grammes, il en coûtait de 50 centimes à 3 francs.

Rappelons qu’à cette époque le salaire journalier agricole masculin en Ile-de-France est en moyenne de 2 francs (Jean-Marie Chanut, Jean Heffer, Jacques Mairesse, Gilles Postel-Vinay, « Les disparités de salaires en France au XIXe siècle », Histoire & Mesure, 1995, volume 10, n°3-4). Le député Émile de Girardin déplore ainsi devant la Chambre que « le pauvre », « à longue distance, à moins d’une nécessité impérieuse, n’ose pas écrire car ce serait s’exposer à recevoir une réponse qui pourrait lui coûter le salaire d’une journée de travail » (1847).

Aussi profitait-on des déplacements des proches ou de relations pour leur confier des lettres à remettre : cette habitude est mentionnée à plusieurs reprises, par exemple entre Paris et Amiens (26 janvier 1801) ou bien le 25 octobre 1842 ; mais des incidents peuvent survenir : « M. Radiguet vient de venir me voir. il avait oublié 2 lettres dont on l’avait fait porteur dont une de Désarbret » (31 janvier 1813).

Une réforme des tarifs est réclamée, longue à voir le jour.

Vers un tarif unique, réduit, payé au départ

Les transformations de l’administration des postes accompagnent le mouvement d’intégration des zones rurales à la vie du pays ; les tournées des facteurs dans les campagnes vont de pair avec la construction de routes et de ponts, comme avec le développement de l’instruction primaire des garçons. Dans ce contexte, le développement du trafic postal est espéré, comme  moyen et comme signe de la croissance économique du pays. Ce but est commun aux partenaires qui prennent les décisions aux différents niveaux : l’action de l’État et la volonté des pouvoirs locaux se conjuguent dans les années 1830 pour donner une impulsion nouvelle à l’économie. Mais pour les Postes, deux points de vue s’opposent : ceux qui souhaitent l’instauration de frais de port fixes et peu élevés et ceux qui craignent la perte de revenus que cela risquerait d’entraîner. Car la poste est une entreprise très rentable : selon un rapport de 1844 cité à la Chambre des députés, une lettre taxée 20 centimes en rapporte 10 à l’Etat et une lettre taxée 1,20 F procure des profits sept fois supérieurs à la dépense engagée par l’administration. Certains sont prêts à prendre le risque d’une réforme (faire payer l’expéditeur, à un prix fixe et réduit), comptant sur un accroissement rapide des flux postaux. Le succès de la réforme en Grande-Bretagne, mise en œuvre dès 1840, convainc les plus frileux.

Le port à bon marché est institué par un vote de l’Assemblée nationale, le 24 août 1848 ; il est fixé à 20 centimes. Les tarifs sont désormais calculés uniquement selon le poids du pli, et non plus selon le poids et la distance à parcourir. Le deuxième aspect de la réforme, le paiement préalable du port par l’expéditeur, est encouragé par l’usage du timbre. Le premier timbre-poste français est émis le 1er janvier 1849 : ce timbre de 20 centimes, dessiné et gravé par Jacques-Jean Barre, représente la  déesse des moissons Cérès, symbole de la Deuxième République.

Le timbre "Cérès" noir de 1849 (premier timbre français)
Le timbre « Cérès » noir de 1849 (premier timbre français)

Les couleurs (orange, rouge) du même motif distinguent les valeurs faciales des autres émissions. A partir de 1852, l’effigie de Napoléon III remplace celle de la République. Au fil des ans, elle se décline sans puis avec couronne de lauriers, des dentelures, avec des typographies et des couleurs différentes.

Timbre à l'effigie de Napoléon III (21 mai 1869)
Timbre à l’effigie de Napoléon III (lettre du 22 mai 1869)

Avec la chute de l’Empire, le type « Cérès » est remis en service.

Timbre "Cérès" (lettre du 29 janvier 1874)
Timbre « Cérès » (lettre du 29 janvier 1874)

Dans les lettres, les timbres sont évoqués pendant le siège de Paris en 1870-1871 (des cartes spéciales sont mises en service) puis lors de l’annexion de l’Alsace, lorsque les prussiens imposent de nouveaux affranchissements.