Archives par mot-clé : grossesse

Annoncer une future naissance

La confidence d’une jeune amie voisine de bureau, murmurée entre rire et sourire, et la joie partagée à ces mots me décident à publier ce billet ébauché depuis des mois : comment annonce-t-on par lettre l’arrivée future d’un enfant ? Quels sont les mots employés ? Qui écrit ? À quel moment ? Ce billet se nourrit d’une communication de Catherine Rollet (« Une histoire d’annonces. Temporalités et manières de faire d’hier à aujourd’hui »1) et, comme d’habitude, des lettres familiales du site qui sur un siècle présentent quelques scénarios différents.
Dans cette famille bourgeoise, plusieurs mariages éloignent les jeunes marié(e)s de leurs parents et les mots écrits gardent alors trace des événements qui scandent leurs existences, en particulier l’arrivée d’un enfant. Quelle que soit la période, et comme on pouvait s’y attendre, l’annonce est faite d’abord à ceux que lie une forte intimité : la mère ou la sœur. Les lettres éventuelles aux ami(e)s échappent aux archives centrées sur la famille.

Au début du XIXe siècle, le couple Duméril-Delaroche

Alphonsine Delaroche est plusieurs fois enceinte ; seuls deux enfants sur cinq survivent jusqu’à l’âge adulte. Son mari, André Marie Constant Duméril, médecin et naturaliste parisien, fils affectionné, annonce à sa mère qui réside à Amiens :

Ma femme est bien décidément enceinte et nous comptons bien dans six ou sept mois avoir le plaisir de posséder ici l’un de vous deux pour tenir le futur et lui donner une existence civile (13 septembre 1806)

Bien que ses parents comptent déjà par ailleurs plusieurs petits-enfants, André Marie Constant Duméril insiste, pour cette première naissance, sur le lien générationnel, sur la continuité de la lignée. Et, reflet de ses propres convictions et traces laissées par la Révolution encore proche, il parle d’« existence civile », situant son futur enfant comme citoyen plutôt que membre d’une communauté religieuse. Caroline naît le 26 mars 1807 (et meurt en septembre 1811). Alphonsine Delaroche, s’adressant à sa belle-mère, est plus réservée ; elle ajoute à la suite de son mari : « je ne parle pas de cette grossesse […] je ne l’avouerai que lorsqu’elle sera visible » (13 septembre 1806). André Marie Constant Duméril continue d’informer sa mère dans les années suivantes :

La grossesse d’Alphonsine est toujours très heureuse. nous ne savons pas au juste de quand elle date cependant nous présumons que la fin de juin pourra la voir débarrassée. (28 avril 1808, naissance de Constant le 28 juin 1808)

Ma femme au contraire a la santé un peu altérée ; mais comme il y a une cause soupçonnée et qui date d’à peu près deux mois, ces malaises ne nous inquiètent pas. Ils nous font au contraire bien plaisir et c’est une joie pour nous de vous l’annoncer. (10 mai 1812, naissance d’Auguste le 30 novembre 1812)

Ma femme est dans ce moment légèrement indisposée. Mais tout porte à croire que cela dépend d’une grossesse commençante laquelle n’est pas encore avouée (19 mars 1815, naissance de Caliste, une fille, le 20 octobre 1815 ; elle meurt en février 1816)

Dans ces circonstances, au fil des années, Alphonsine Delaroche reste plus discrète, et c’est après l’annonce faite par son époux qu’elle consent à « avouer » ses grossesses. Catherine Rollet s’interroge sur cette réserve ; elle y voit « pudeur, crainte d’une issue fatale, recentrage sur l’intimité du couple ». Nous ne savons pas quand, ni en quels termes, Alphonsine Delaroche s’est adressée, oralement sans doute, à sa propre famille qui réside comme elle à Paris.

Au milieu du XIXe siècle, le couple Mertzdorff-Duméril

Deux générations plus tard, Caroline Duméril (petite-fille d’André Marie Constant Duméril) quitte Paris pour vivre en Alsace auprès de son époux Charles Mertzdorff et de sa belle-mère. Un mois après son mariage (le 15 juin 1858), elle annonce une grossesse probable à sa mère, et la nouvelle fait immédiatement le tour de la famille. Cette lettre initiale n’est pas conservée, mais elle est mentionnée par André Marie Constant Duméril dans une lettre à son fils :

Je t’apprendrai que Caroline, dans la lettre qu’elle écrit à sa mère, lui annonce que ses époques ne sont pas venues ; que pendant tous ses voyages, elle a été obligée de s’étendre complètement dans les voitures ; qu’elle éprouve des douleurs de reins dès le moment où elle se tient sur les jambes ; qu’elle se sent généralement mal à l’aise – on sait que, même avec des émétiques, elle est presque dans l’impossibilité de vomir. Elle se croit enceinte (27 août 1858, André Marie Constant Duméril à son fils Auguste Duméril, oncle de Caroline)

Marie naît le 17 avril 1859. Caroline Mertzdorff annonce très précocement encore sa grossesse suivante. Mais redoutant la publicité que sa mère avait immédiatement donnée à la première, elle lui recommande cette fois-ci la discrétion :

maintenant, ma chère maman, j’ai à t’annoncer une grande nouvelle que je te prie de garder tout à fait pour toi, papa et Léon [jeune frère de Caroline] ; c’est que Mimi ne sera plus fille unique au printemps selon toutes les apparences. Je sais que cette nouvelle va te contrarier mais nous en sommes bien heureux. Je me portais si bien que je ne pouvais être en de meilleures dispositions, et d’ailleurs jusqu’à présent cette grossesse s’annonce parfaitement, j’ai bien quelques petits malaises mais après ce que j’ai souffert la première fois, je puis dire que je n’ai rien du tout. Moi je crois être enceinte depuis près d’un mois, je le croyais déjà à Paris mais tu sais que Charles n’aime pas que l’on parle de ces choses aussi te supplie-t-il de n’en rien dire même au Jardin [des Plantes] avant que la chose soit un peu plus avancée, tu me le promets n’est-ce pas. Je mange beaucoup et dors très bien, j’engraisse même assez ainsi tu vois que cela ne doit pas te donner de préoccupations. (20 juin 1860, naissance d’Emilie le 22 février 1861)

Circonspection de l’époux, craintes des parents pour leur fille réputée de santé fragile, joie de la future mère, repli sur le cercle familial le plus réduit : la lettre de Caroline Mertzdorff dit tout cela.

Au début du XXe siècle

Emilie Mertzdorff (celle dont la venue est annoncée ci-dessus) et son époux Léon Damas Froissart, parents de six enfants devenus adultes au début du XXe siècle, prennent la plume pour tenir chacun au courant des événements de la vie familiale. Ce n’est plus, comme autour d’André Marie Constant Duméril, un milieu de médecins et de scientifiques : Léon Damas Froissart est militaire et propriétaire terrien. Une culture autre, ou bien la pudeur de l’époque en général, je ne sais pas ce qui influe sur le vocabulaire employé, qui est très différent. Les Froissart, à la différence des Duméril, n’utilisent pas les mots de « grossesse » ou d’« enceinte ». Ils ont recours à des périphrases comme « une douce espérance » (Emilie Froissart) ou « une situation intéressante » (Léon Damas Froissart). La naissance est « l’événement attendu ». L’annonce d’une naissance future est faite précocement et circule vite, sans l’accord explicite de l’intéressée, au sein de cette famille nombreuse :

Lucie est toujours si fatiguée que cela nous ennuie quoiqu’elle ait des raisons de fatigue qui sont pour elle une très douce et consolante espérance. Mais c’est encore très récent et elle ne m’a pas chargée de te le dire. (Emilie Froissart à son fils, frère de Lucie, 3 septembre 1916)

Le cinquième enfant de Lucie naît le 21 mars 1917.

 D’Élise je puis te dire au contraire que sa situation est des plus intéressantes, comme celle de Madeleine d’ailleurs !!! (Léon Damas Froissart à son fils, beau-frère d’Élise et de Madeleine, 13 avril 1916)

Le fils d’Elise Froissart naît le 9 septembre ; celui de Madeleine Colmet Daâge le 14 octobre 1916.

Le modèle des manuels épistolaires

Blanche Staffe (1845-1911), « la baronne Staffe », prolifique dispensatrice des règles du savoir-vivre, des bonnes manières et des « usages du monde » sous la Troisième République, propose dans sa Correspondance dans toutes les circonstances de la vie2 quelques modèles de lettres relatives aux « espérances de maternité » : annonces d’une jeune femme à sa mère3, d’un fils à sa mère4, d’« une jeune femme à une amie non mariée »5, avec les réponses. Voici la lettre de la future mère et celle du futur père.

La baronne de Seillac à Madame de Brives.
Chambéry, le 15 janvier 18..
Mère, mère, viens tout près de moi, que je te dise tout bas un grand, un doux secret. Cette nuit j’ai été réveillée brusquement, une sensation indicible, ineffable, m’a révélé que nous aurons bientôt un enfant à adorer.
Robert est fou de joie. Je vois bien que, depuis quelques heures, il m’aime encore mieux, avec quelque chose de plus sérieux dans sa tendresse. Pourvu que ce soit un fils, car mon mari sans être orgueilleux voudrait, j’en suis certaine, continuer la lignée des Seillac. Il ne m’a rien dit, il craint sans doute que nous n’ayons une déception et qu’elle ne me désole… pour lui. Moi, c’est l’enfant que j’aime déjà de toutes les puissances de mon être. Mais pour mon Robert, je souhaite d’abord un fils afin de perpétuer le nom si pur du père et ses traditions d’honneur.
Annonce vite la nouvelle à papa, à Roger, puisque tu as à lui écrire tout de suite, à ma bonne Rose aussi.
Soyez joyeux et heureux avec nous. Mille baisers de tes deux enfants, mère chérie.
J’embrasse papa de tout mon cœur. Robert lui dit bien des choses affectueuses, et déclare que notre fils ressemblera à mon cher père, que c’est une loi de nature.
Ta fille respectueuse qui t’aime, LAURENCE.

Le baron de Seillac à la baronne douairière de Seillac.
Les Closettes, Chambéry, le 15 janvier 18..
Chère mère aimée,
Ma femme chérie m’a annoncé tout à l’heure que je serai bientôt père. Cette nouvelle m’a plongé dans un trouble délicieux. J’aurais voulu te faire partager immédiatement notre bonheur, mais le télégraphe ne peut s’employer pour ces communications-là. Certes, je souhaite ardemment un fils, un héritier de mon nom. Mais je pense surtout au petit être qui sera encore elle, encore moi, et dans lequel je retrouverai toute ma lignée d’aïeux oui, c’est au petit être faible, qui aura tant besoin de tendresse et d’appui, que je pense surtout. Ah vois-tu, chère maman, je suis comme Laurence, j’aime déjà la petite créature attendue. Je vais bien entourer ma chère femme de soins et d’attentions. Elle se sentait fatiguée depuis quelques jours, mais la voilà joyeuse et vaillante ce matin.
Elle et moi, nous t’embrassons, chère mère, et nous comptons que tu seras ici pour la naissance.
Ton fils respectueux qui t’aime tendrement, ROBERT.

Ces lettres fictives s’échangent dans la société aristocratique, prestige de la publication oblige. Malgré les écarts entre les deux types de textes (nos épistoliers restent pudiques sur leurs sentiments conjugaux), on trouve dans les lettres réelles du XIXe siècle et les modèles quelques notations communes : l’annonce partagée comme un secret avec la mère, l’expression de la joie, le soin de la santé de la future mère,  le souci de diffuser la nouvelle auprès des proches. Sur le sexe de l’enfant nous reviendrons dans un futur billet consacré à l’annonce de la naissance.

  1. Communication  prononcée lors du colloque « Du sud au nord : naître hier, aujourd’hui, ici et ailleurs » du 2 au 4 mai 2013, Saint-Denis de La Réunion, à paraître. []
  2. Blanche Staffe, La correspondance dans toutes les circonstances de la vie, L. Chailley (Paris), 1895, 342 pages, in-18. []
  3. Op. cit., p. 129. []
  4. Op. cit., p. 130. []
  5. Op. cit., p. 133. []

C’est une fille !

Caroline Duméril mariée à Charles Mertzdorff au mois de juin 1858 ne tarde pas à être enceinte. Dans ses lettres nous pouvons suivre sa grossesse1 et les aménagements qui précèdent la naissance du bébé.

La grossesse

Rétrospectivement, Caroline avoue que les débuts de la grossesse furent pénibles :

[l’année prochaine] je serai, il faut l’espérer, plus valide et plus entrain que cet automne (Caroline Duméril- Mertzdorff à son grand-père, 31 décembre 1858)

Sérieusement tu sais que si j’ai été si longtemps sans t’écrire, c’est que j’étais bien souffrante et l’entrain me manquait pour maintes choses mais particulièrement pour prendre ma plume.  (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa jeune cousine Isabelle, 28 décembre 1858)

Ensuite elle semble retrouver toute sa vitalité et sa vivacité. Un mois avant d’accoucher, elle est en pleine activité :

 Au reste j’aime beaucoup cette vie active et m’en trouve à merveille ; j’ai pris mon second bain et hier le docteur Conraux qui est venu me voir m’a trouvée en aussi bonne voie que possible et m’a ordonné pour régime de continuer à manger, dormir et me remuer comme je le fais. (Caroline Duméril- Mertzdorff à sa mère, 11 mars 1859)

Cette bonne santé ne fait pas oublier le danger que comporte tout accouchement :

Maintenant nous sommes, je crois bien prêts. Hier je suis allée à confesse, M. le Curé qui est si bon a bien voulu me confesser à 7 heures quoique ce ne soit pas son habitude et ensuite pour que je ne sois pas fatiguée il m’a donné lui-même la communion sans que j’attende une messe. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 20 mars 1859)

À domicile les risques sont bien moindres qu’à l’hôpital où les pauvres sont recueillies et où 3 à 8 % d’entre elles meurent des suites de couches, à cause en particulier de la fièvre puerpérale qui fait des ravages jusqu’en 18802. Même dans de bonnes conditions, le risque de décès des mères, quoique divisé par 10 ou 20 par rapport à l’hôpital, reste présent.

La chambre du bébé

Pendant quelques mois Caroline partage avec son mari le logement de sa belle-mère à Vieux-Thann en Alsace, s’inquiétant que « le moment de [ses] couches arriverait avant que [leur] ménage fût en bon ordre » (31 décembre 1858). Les travaux dans la nouvelle maison terminés, elle s’installe chez elle et prend plaisir à décrire les aménagements, le décor, le mobilier, et en particulier la chambre prévue pour le bébé, la « baby’s room » :

Notre chambre est verte, la chambre de baby qui touche à la mienne est lilas avec les meubles et les rideaux pareils au papier (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa jeune cousine Isabelle, 28 décembre 1858)

Le berceau est installé ; on prévoit, venue de Paris, « une seconde paillasse », en fougère probablement, car Caroline « craint qu’une seule soit insuffisante ». Elle ajoute :

Certainement qu’une couverture me fera grand plaisir, voici les mesures de celle en piqué qui était sur le berceau 95 cm de long sur 70 cm de large, je crois que vert et blanc sera très joli et ira très bien dans notre chambre. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 20 mars 1859)

 La layette

Si l’aménagement de la chambre est fait par les ouvriers et le mobilier acheté, la layette en revanche est cousue à la maison par les futures mère et grand-mère, occupation majeure dans une vie « toute calme ».

je m’occupe de ma layette ; il y a une jeune dame de Thann dont la petite fille a six mois et qui vient de me prêter beaucoup de modèles que je vais me mettre à copier mais tout ce que je ferai sera très simple car Charles a prohibé les broderies et j’ai eu grand peine à obtenir la grâce de toutes petites dentelles car enfin il faut bien quelque chose pour entourer une petite figure d’enfant, pourtant je l’approuve tout à fait dans ses projets d’élever notre enfant le plus simplement possible, et sur ce sujet comme sur tous les autres, du reste, nos idées sont bien absolument les mêmes.  (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa jeune cousine Adèle, 16-18 janvier 1859)

la grande occupation et le but de toutes nos idées, c’est baby et toujours baby ; c’est là notre thème favori à maman [sa belle-mère], Charles et moi ; je me dépêche pour ma layette ; je suis sûre que tu aurais du plaisir à voir les petits bonnets, les petites chemises, les petites brassières, les petites bavettes, etc. c’est si mignon et si gentil ; la semaine prochaine j’attends le berceau que Charles a acheté à Paris ; il paraît qu’il est tout blanc et peut complètement se laver si l’on veut. (Caroline Duméril-Mertdorff à sa cousine Adèle, 17 février 1859)

Je n’ai pas encore eu le temps de faire les petites taies d’oreiller pour le berceau ; je n’ai pas une brassière ni un bonnet pour le second âge, ainsi tu vois si ton aiguille aura le temps de se rouiller. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 20 mars 1859)

 Des préparatifs divers

Dans les familles de la bourgeoisie, maintes choses sont encore à prévoir : les parrain et marraine, les cadeaux qui seront offerts, la sage-femme et la nourrice (ce sera le thème d’un autre billet), et même le corset de la future maman :

après mes couches je ne pourrai plus mettre mon corset actuel qui est si bien fait et qui me rend tant de service. Crois-tu qu’après, en envoyant mes mesures à Mme Marture elle pourrait me faire un autre corset, j’aime tant ceux qu’elle fait, on y est si bien ; pourrais-tu lui écrire un mot à ce sujet. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 11 mars 1859)

 Le titre de maman

Jeune fille, « dame » depuis son mariage, et bientôt mère, Caroline Duméril-Mertzdorff reste pour ses proches « la Crol d’autrefois » malgré ses changements de statut ; mais elle accède aux yeux de tous, à 23 ans, au « titre de maman » :

 je te l’assure [cette Crol] malgré son titre de dame dont elle jouit depuis six mois, son titre de maîtresse de maison dont elle sera revêtue tout à fait dans une quinzaine de jours et son titre de maman qui la rendra si heureuse dans quelques mois est toujours la même Crol qui aime à rire et à bavarder et surtout à penser à ceux qu’elle aime. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa cousine Isabelle, 28 décembre 1858)

Réponse de la cousine :

Cela me semble si étrange de penser à toi comme madame et maîtresse de maison ; mais ce qui me paraîtra encore bien plus drôle c’est que je m’imagine ma vieille Crol mère de famille ; ce qui ne tardera pas pourtant. (Isabelle Latham à Caroline Duméril-Mertzdorff, 14 février 1859)

*******

Enfin le 15 avril 1859 naît la petite Marie, et aussitôt la nouvelle est annoncée. Entre hommes, le grand-père répond au père :

« Paris Dimanche 17 avril 1859
C’est dans toute la joie de la famille que je viens aujourd’hui vous remercier de la bonne et excellente lettre que nous attendions et qui nous comble de satisfaction. Nous étions réunis, quand nous avons reçu Vendredi à neuf heures, la nouvelle de l’heureuse délivrance de Caroline. quelle émouvante et douce annonce ! je vous aurais écrit dès hier pour vous féliciter mais nous attendions quelques détails et vous avez la complaisance de nous les adresser si complets et d’une manière si bonne, si affectueuse que vous nous comblez de satisfaction. (André Marie Constant Duméril à Charles Mertzdorff, 17 avril 1859)

  1. Les mots « enceinte » et « grossesse » ne sont pas employés dans les lettres. Pour des annonces de grossesse dans d’autres lettres, voir le billet : « Annoncer une future naissance ». []
  2. Les mères et la mort : réalités et représentations, Elisabeth Lamothe, Pascale Sardin, Julie Sauvage, Presses Universitaires de Bordeaux, 2008, p. 36. []