Archives par mot-clé : Jardin des plantes

Les zèbres sont-ils ingérables ?

En 1875 Th. Lally fait paraître une série d’opuscules sur les pensionnaires du Jardin des plantes de Paris : quatre monographies in-quarto d’une trentaine de pages, illustrées de planches en couleurs, sur le tigre, l’ours, la girafe, l’hippopotame, le rhinocéros et d’autres animaux sauvages1. Le deuxième volume de la série consacre un chapitre au zèbre.

« Le Jardin des plantes », Th. Lally, volume 2, planche en couleurs (© BNF-Gallica)

 Le zèbre, un animal d’avenir ?

Th. Lally s’extasie sur la beauté du zèbre que « le Créateur paraît avoir comblé de tous ses dons » : « à la force et à l’élégance », il joint la magnificence d’une parure dont les bandes « tour à tour de nuances vives ou tendres, recouvrent la croupe, s’enroulent autour de son cou et de ses pattes et viennent se croiser sur son front ». Mais, se désole l’auteur, l’animal parcourt en toute liberté et inutilité les plaines de l’Afrique. Il bondit, impétueux et gracieux, sous les yeux des Africains qui « n’ont jamais essayé sa conquête ». Alors que s’il s’était « trouvé dans les campagnes de notre belle France », « il y a longtemps que l’homme le compterait parmi ses conquêtes et qu’il l’aurait attelé à son char » ! Heureusement aujourd’hui, poursuit Lally, en écho aux théories et illusions colonialistes de son temps, « les Européens sont arrivés dans ces pays ; ils ont entrepris de les civiliser » : les blancs apportent la religion chrétienne aux hommes noirs et la domestication aux zèbres à rayures.

Francis Galton (1822-1911) ne croit pas, lui, à cette prédiction de Lally, qui imagine, lyrique, « un léger coupé, attelé de deux charmants zèbres, tout étincelants de leurs vives couleurs ».

La nature sauvage du zèbre

Ses biographes présentent Sir Galton, un cousin de Charles Darwin, comme un mathématicien, explorateur, anthropologue, généticien, psychologue, géographe, inventeur, météorologue, statisticien, philosophe, sociologue, proto-généticien, écrivain et photographe. Un homme qui a beaucoup voyagé (notamment en Afrique du Sud) et ne nourrit aucune illusion sur les zèbres. Il a constaté que « les Boers hollandais s’efforcent constamment de les briser, et quoiqu’ils y réussissent quelquefois, la nature sauvage et têtue de l’animal éclate toujours, et risque de les repousser »2.

Si les zèbres ressemblent à des chevaux à bien des égards, de nos jours les scientifiques démontrent qu’il existe des différences fondamentales entre ces deux animaux qui ont pourtant, avec les ânes, un ancêtre commun. Mais tandis que l’ancêtre sauvage du cheval domestique parcourait la steppe eurasienne, où il a été apprivoisé, le zèbre africain, menacé par de grands prédateurs (lion, guépard, hyène), a développé une réaction puissante adaptée à son environnement : il est devenu un animal très vif, capable de s’enfuir et de se défendre, ruant et mordant vigoureusement.
Francis Galton est catégorique : les zèbres sont ingérables3.

Un zèbre du Jardin des plantes

L’expérience semble donner raison à Galton. En 1878 Marie Mertzdorff raconte à son père l’accident survenu dans la ménagerie du Jardin des plantes de Paris, dont s’occupe Alphonse Milne-Edwards (« oncle ») :

Il est arrivé hier un accident à la ménagerie qui a bien tourmenté notre pauvre oncle : Pyber, le meilleur de tous les gardiens, un très brave homme dont on n’a jamais eu qu’à se louer a eu la main à moitié mangée par un zèbre ordinairement très doux. (12 novembre 1878)

Le malheureux gardien est emmené à l’hôpital de la Pitié, un chirurgien l’examine, on s’inquiète, on attend des nouvelles, qui finalement sont plutôt rassurantes :

on craignait d’abord que ce ne fût très grave mais ce matin on espère qu’il n’y a aucune fracture dangereuse et qu’on pourra le guérir (12 novembre 1878)

Et quelques jours après :

Le gardien dont je te parlais l’autre jour va mieux il paraît que ce sera très long mais les os ne sont pas cassés et l’on espère bien le guérir tout à fait. Ce qui est singulier c’est que le zèbre ordinairement si doux est devenu furieux depuis ce jour-là, il a cassé son licou et on a été pendant longtemps sans même oser l’approcher ; on a fini par le faire entrer dans une cage mais il s’y est tant démené qu’il a failli la casser ; on se demande ce qui lui est arrivé pour le rendre ainsi fou. (16 novembre 1878, Marie Mertzdorff à son père)

***

Une vidéo sur le Net rapporte un accident semblable, survenu en 2017 dans un zoo en Chine : un employé se fait attaquer et traîner par terre sur plusieurs mètres par un zèbre4. Si Th. Lally avait publié trois ans plus tard sa monographie sur le zèbre, gageons qu’il aurait hésité à écrire, comme il l’a fait en 1875 : « sa domestication est dès aujourd’hui commencée, et déjà dans plusieurs Jardins des Plantes, entre autres au Jardin d’Acclimatation de Paris, on voit des zèbres traînant des voitures tout comme le font les honnêtes ânes et les bons chevaux ».

Th. Lally, 1875. Détail de la couverture : l’ours gris devient brun en passant de la couverture à la page de titre et le kangourou change d’orthographe (© BNF-Gallica)

 

  1. Th. Lally, Le Jardin des plantes. 1- Le lion, le tigre, le loup, l’ours blanc, l’orang-outang, le bison ou buffle d’Amérique ; 2- L’ours brun, l’éléphant, le léopard, le chameau ou dromadaire, le kangurou, le zèbre ; 3- Les hyènes, le cerf et la biche, le renard, le jaguar, la loutre, le chameau de la Bactriane ; 4- La girafe, l’hippopotame, l’élan, le rhinocéros, le renne, le sanglier, Hachette, 1875 [Consultables sur Gallica]. []
  2. « The Dutch Boers constantly endeavour to break them to harness, and though they occasionally succeed to a degree, the wild mulish nature of the animal is always breaking out, and liable to balk them », Francis Galton, Inquiries into Human Faculty and its Development, seconde édition 1892 [1883], première édition électronique 2001, page 186. []
  3. « Zebras, speaking broadly, are unmanageable ». []
  4. http://www.divertissonsnous.com/2017/02/01/un-employe-dun-zoo-se-fait-attaquer-et-trainer-par-un-zebre-chine/ []

Delacroix-Duméril, une rencontre ?

Les expositions consacrées à Delacroix au printemps 20181 incitent à exhumer et mettre à l’honneur un billet déjà paru en 2015, enrichi d’une image qui s’accorde avec l’évocation du peintre parcourant la ménagerie du Jardin des Plantes, si cher aux Duméril.

Eugène Delacroix, « Méphistophélès se présente chez Marthe » (détail de la marge supérieure du 1er état) [Source : exposition du musée du Louvre-2018]

Une frise de fauves, de visages, de cavaliers rapidement croqués se déploie dans les marges d’une lithographie de Delacroix (premier état) dont le sujet est tout autre : Méphistophélès se présente chez Marthe2. Ce bestiaire insolite manifeste l’intérêt du peintre dont l’imaginaire s’affranchit des contraintes éditoriales. Comme les enluminures d’un manuscrit médiéval, le hors-champ de la lithographie s’évade du texte de Goethe que l’artiste doit illustrer3.

************

Le peintre Eugène Delacroix (1798-1863) et le médecin et naturaliste André Marie Constant Duméril (1774-1860)4 ont, comme tant de promeneurs, de savants et d’artistes du XIXe siècle5 fréquenté le Jardin des Plantes de Paris.

 Le Jardin des Plantes

Le Jardin du Roi (son nom change au gré des régimes politiques de la France !) est à l’origine, à l’initiative de Louis XIII, un jardin de plantes médicinales et un lieu d’enseignement. Le Jardin ne cesse de s’étendre (jusqu’à atteindre sa taille actuelle en 1834) par adjonctions successives de parcelles, et de se lotir. Pendant la Révolution (par un décret de la Convention en 1793), le Muséum d’Histoire naturelle, dont la mission allie recherche et enseignement, est créé et le Jardin réorganisé : on y trouve un amphithéâtre, des lieux d’étude et d’exposition pour végétaux, minéraux et animaux, des logements pour les professeurs. De nouvelles serres sont installées en 1836, la galerie de minéralogie construite en 1841, la ménagerie aménagée (« loges » des animaux féroces en 1821, volière des rapaces en 1825, faisanderie en 1827, « Palais des singes » en 1837).

Duméril

André Marie Constant Duméril fait partie des savants à qui un logement au Jardin des Plantes est attribué, en 1831. Il vit au « 7 rue Cuvier », avec femme et enfants ; devenu veuf en 1852, il habite chez son fils Auguste, lui aussi professeur au Muséum, au « 13 rue Cuvier » (ce qui ne correspond pas à la numérotation actuelle).

Dans la vie quotidienne, Duméril et les siens parcourent le Jardin des Plantes, sa ménagerie (lettre du 14 mars 1843), et ses allées (lettre du 1er avril 1843), attentifs aux rencontres et aux floraisons :

Je n’ai pas grand-chose à te dire de nos anciens camarades, si ce n’est que j’en ai vu une bande ici, jeudi dernier, qui se promenait dans le jardin [ ] J’ai vu plusieurs figures de connaissance, sans pouvoir me rappeler leurs noms. (Auguste Duméril, 19 ans, à son cousin, 6 juillet 1831)

Lundi après le triste moment où nous venions de vous voir partir, je suis allée au jardin des plantes avec Eugène et Auguste [ ] le mercredi je suis encore allée au jardin [ ]. Jeudi je ne suis pas sortie et hier je suis allée encore au jardin où j’ai passé quelques heures avec mon ouvrage au milieu de nos beaux lilas. (Alphonsine Delaroche-Duméril à sa nièce et future belle-fille, 11 mai 1833)

Dans sa vie professionnelle, Duméril arpente également galeries et bâtiments où se rencontrent les professeurs. Il noue en particulier des liens d’amitié avec Cuvier qu’il assiste dans la rédaction de ses travaux : il fait imprimer en 1799 les Leçons d’anatomie comparée de G. Cuvier6. Il lui succède comme professeur d’histoire naturelle à l’École centrale du Panthéon, et en 1825 Duméril est nommé professeur de l’histoire naturelle des reptiles et des poissons au Jardin du Roi : il publie une Histoire naturelle des reptiles7. Les intérêts de Duméril sont larges et, à côté d’articles médicaux, il fait paraître également un volume de Considérations générales sur la classe des insectes avec soixante planches et rédige tous les articles d’entomologie du Dictionnaire des sciences naturelles en cinquante volumes publié de 1821 à 1830.

Delacroix

Delacroix lui aussi fréquente Cuvier : à l’automne 1824 par exemple, il se rend aux réceptions données par le savant au Jardin des Plantes8. Des années plus tard, il note dans son Journal, le 19 janvier 18479 :

« De chez Vimont [son élève] au Jardin des plantes […] Cabinet d’histoire naturelle public les mardis et les vendredis. Éléphants, rhinocéros, hippopotames, animaux étranges ! Rubens l’a rendu à merveille. J’ai été, en entrant dans cette collection, pénétré d’un sentiment de bonheur […] Quelle variété prodigieuse d’animaux, et quelle variété d’espèces, de formes de destination ! À chaque instant, ce qui nous paraît la difformité à côté de ce qui nous semble la grâce. Ici les troupeaux de Neptune […] ; puis la famille hideuse des serpents. Le corps énorme du boa, avec sa petite tête ; l’élégance de ses anneaux roulés autour de l’arbre ; le hideux dragon, les lézards, les crocodiles, les caïmans, le gavial monstrueux […] Les tigres, les panthères, les jaguars, les lions, etc. ».

Delacroix s’intéresse aux animaux, aux chevaux et aux fauves en particulier. Il ne se contente pas de regarder les toiles de Rubens ou d’acheter une gravure faite par Vivant-Denon d’après le Lion rongeant un os de Rembrandt10 : il multiplie les études d’après nature, réalisant de nombreux croquis et petites peintures à l’huile. Dans les années 1822-1830, il fréquente assidûment le Muséum avec Barye, sculpteur animalier, pour dessiner divers félins ; il fait même des études d’écorchés après la mort des lions11. En 1841, Delacroix écrit à Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, lui demandant à assister au repas des fauves de la ménagerie12. À  partir de ses observations et croquis sur le vif, il peint ensuite des scènes dans lesquelles le souci du mouvement, de la violence, de la dramaturgie prime sur la véracité anatomique, comme dans le Cheval attaqué par une lionne (vers 1842)13.

Delacroix est également curieux des fleurs du Jardin. Son Journal mentionne le 14 février 1849 une rencontre avec Adrien de Jussieu, botaniste, professeur au Muséum où il a succédé à son père en 1826, avec qui il a « une longue conversation sur les fleurs, à propos de [ses] tableaux ». Il ajoute : « Je lui ai promis d’aller le voir au printemps. Il me montrera les serres et me fera obtenir toute permission pour l’étude. » Promesse tenue, puisqu’il note le 6 juin 1850 : « Passé la journée au Jardin des plantes. Jussieu m’a conduit partout. »

***

Les noms de Daubenton, Jussieu, Lacépède, Cuvier, Flourens, tour à tour directeurs du Muséum, sont familiers à Delacroix,  ils apparaissent dans son Journal14. Mais pas celui de Duméril, qui de son côté ne mentionne pas Delacroix dans ses lettres (les rares qui sont conservées pour cette période). Il n’est cependant pas exclu que Duméril qui vivait et travaillait au Jardin des Plantes, et Delacroix, qui fréquentait sa ménagerie, ses serres, ses galeries, ses allées et ses savants, se soient croisés.

  1. Delacroix (1798-1863), musée du Louvre, 29 mars – 23 juillet 2018 ; Une lutte moderne, de Delacroix à nos jours, musée Eugène Delacroix, Paris, 11 avril – 23 juillet 2018. []
  2. Eugène Delacroix, Méphistophélès se présente chez Marthe, lithographie présentée dans l’exposition du Louvre, 1er état, 43,2 cm x 32,7 cm, 1827 :

    . []

  3. Johann Wolfgang von Goethe, Faust, tragédie traduite en français par M. Albert Stapfer. Ornée d’un portrait de l’auteur, et de 17 dessins composés d’après les principales scènes de l’ouvrage et exécutés sur pierre par M. Eugène Delacroix, Charles Motte éditeur, 1828 [numérisation BNF-Gallica]. []
  4. Les lettres familiales de Duméril sont publiées sur le site : S’écrire au XIXe siècle. []
  5. Voir les pages de Victor Hugo, Honoré de Balzac, Charles Augustin Sainte-Beuve, Jules Michelet, etc. rassemblées par Philippe Taquet, Les Bonnes feuilles du Jardin des Plantes. De Jean-Jacques Rousseau à Claude Simon, une anthologie, en collaboration avec Geneviève Boulinier et Anne Roussel-Versini, Éditions Artlys-Muséum national d’Histoire naturelle, 2013. []
  6. Leçons d’anatomie comparée de G. Cuvier, recueillies et publiées sous ses yeux par C. Dumeril, 1799 (an VIII), Paris, impr. de Baudoin, 2 vol. In-8. D’autres éditions des Leçons d’anatomie, paraissent en 1805 (an XIV), en 1835 [André Marie Constant Duméril, éditeur scientifique]. []
  7. Herpétologie, ou Histoire naturelle des reptiles, d’après G. Cuvier, par M. J. D., et revue par M. Duméril, 1834, Paris (30, rue et place S. André des arts), In-12, 100 p., collection « Bibliothèque populaire », 83. Une seconde édition paraît la même année. []
  8. Maurice Sérullaz, Delacroix, 1989, Fayard, p. 97. []
  9. Eugène Delacroix, Journal, 1822-1863, préface de Hubert Damisch, introduction et notes par André Joubin, édition revue par Régis Labourdette, 1980, Plon, p. 117. []
  10. Op. cit., Journal, 2 avril 1847, p. 147. []
  11. Op. cit., Sérullaz, p. 125. []
  12. Op. cit., Sérullaz, p. 225. []
  13. Tableau de la donation Moreau-Nélaton au Louvre. []
  14. Op. cit., index du Journal. []

L’année de la girafe

2014, année de la girafe ? Il est fait grande publicité autour de la réouverture du parc zoologique de Vincennes. Les girafes en troupeau font merveille sur les photos dans la presse : Le Monde voit en elles « l’une des attractions phares du zoo »1. Et la sortie en France du film de Rani Massalha, Girafada, accompagne ce mouvement. Pourtant cette médiatisation n’est rien à côté des manifestations, des récits, des images, de la curiosité qui ont accompagné l’arrivée d’une girafe en France en 18272.

Le voyage de la girafe

Le vice-roi d’Égypte Mohammed Ali, sur une suggestion du consul Drovetti qui fournit l’Europe en antiquités et en animaux sauvages, avait décidé d’offrir une girafe au roi Charles X. Le girafeau capturé est amené à dos de chameau jusqu’au Nil puis embarqué pour le Caire. Les savants du Jardin du roi (le Jardin des plantes de Paris) sont chargés par Charles X d’assurer le transport d’Égypte en France. L’animal est débarqué en octobre 1826 à Marseille où il passe l’hiver. Le 20 mai 1827 la girafe, accompagnée des vaches dont elle consomme le lait (25 litres par jour) et d’une nombreuse caravane, entreprend le voyage jusqu’à Paris sous la surveillance d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire. Tout le long du parcours la curiosité est immense. Finalement, le cortège arrive dans la capitale le 30 juin 1827. La présentation au roi se fait au palais de Saint-Cloud, en présence de professeurs du Muséum. Puis la girafe est installée au Jardin du roi où elle reçoit une foule de visiteurs : pendant les six derniers mois de l’année 1827, plus de 600 000 billets sont vendus. Alphonsine Delaroche-Duméril raconte dans une lettre du 26 octobre 1828 qu’après le déjeuner, avec ses invités, ils se sont « promenés avec l’Éléphant et la girafe ».

« La vogue de la girafe se manifesta dans toutes les fabriques de France »3 : vaisselles décorées à son image, plaques de cheminée, moules à gaufres, jouets4, papiers peints, pains d’épices, motifs de broderie, etc. Elle cristallise aussi les sentiments d’opposition à la politique de la Turquie contre la Grèce (par exemple dans la « Lettre de la girafe au Pacha d’Égypte… » de Narcisse Achille de Salvandy). Mais dès juin 1830 Balzac signale le désintérêt du public (il évoque symboliquement le déclin des hommes politiques) et « après l’avènement de Louis-Philippe la girafe était passée de mode, complètement oubliée des parisiens »5. Elle meurt au début de 1845 ; son corps est disséqué dans l’amphithéâtre du Muséum, dessiné par Henri Marie Ducrotay de Blainville pour le laboratoire d’anatomie comparée et sa dépouille, naturalisée par Poortmann et son équipe, est placée dans la grande galerie. Plus tard, elle se retrouve au Muséum d’histoire naturelle de La Rochelle6.

On dit de la girafe…

Au XVIIIe siècle, les auteurs français parlent de la girafe sans l’avoir vue. Buffon affirme en préambule du chapitre qu’il lui consacre dans son Histoire naturelle que « la giraffe est un des premiers, des plus beaux, des plus grands animaux » mais aussi « l’un des plus inutiles », avec ses jambes disproportionnées, sa démarche « vacillante », ses mouvements « lents et contraints ». Dans son article, il rassemble les descriptions des Anciens (Pline, Strabon) et des Modernes voyageurs, qui se trouvent plus précises que le « croquis informe » reçu par l’Académie des Sciences en 17647. Préoccupé de classements, Buffon rapproche la girafe du chameau et du lama, malgré sa taille « double de la hauteur du chameau », trouvant à ces trois animaux « plusieurs caractères communs par lesquels on pourrait les réunir au même genre »8.

Bernardin de Saint-Pierre, qui reprenant le terme de Pline l’appelle aussi « caméléopard », la décrit comme un « animal de seize pieds de hauteur, qui broute les feuilles des arbres9.

 *

George Sand, comme Alphonsine Delaroche-Duméril et des milliers de curieux fait visite à la girafe : « J’ai menée [Solange, sa fille] au Luxembourg et au Jardin des Plantes. Elle a vu la girafe et elle prétend qu’elle l’avait déjà bien vue à Nohant dans un pré. […] Elle a vu les animaux empaillés et elle ne veut pas comprendre qu’ils ne sont pas en vie. » (à son fils Maurice Dudevant, le 7 avril 1832).

 

  1. Le Monde, 15 avril 2014, reportage de Sylvie Kerviel et Jean-Jacques Larrochelle. []
  2. Gabriel Dardaud, Une girafe pour le roi, ou l’histoire de la première girafe de France, Elytis, 2007 [première publication chez Dumerchez-Naoum, 1985] ; l’ouvrage est présenté par Olivier Lebleu, lui-même auteur de : Les Avatars de Zarafa, première girafe de France : chronique d’une girafomania 1826-1845, Arléa, 2007. []
  3. Une girafe pour le roi, op. cit., p. 101. []
  4. George Sand, à Mme Maurice Dupin, 5 octobre 1827 : « Votre petit Maurice est amoureux de sa girafe et la fait coucher avec lui. Et en même temps je suis fort aise de connaître une girafe, car Hippolyte dit qu’elle est parfaitement ressemblante. []
  5. Une girafe pour le roi, op. cit., p. 121. []
  6. Une girafe pour le roi, op. cit., p. 14. []
  7. Georges-Louis Leclerc, comte de Buffon, Histoire naturelle générale et particulière : avec la description du Cabinet du Roy, tome 13, 1749-1789. []
  8. Georges-Louis de Buffon, De la dégénération des animaux, 1766. []
  9. Henri Bernardin de Saint-Pierre, Voyage à l’Île de France, 1773. []