Archives par mot-clé : lettre de recommandation

lettres de recommandation

La lettre de recommandation est un sous-genre de l’art épistolaire : codifiée dans les manuels, moquée par les caricaturistes et les hommes de lettres – pratiquée par les membres de la famille Duméril-Mertzdorff-Froissart de la Révolution à la Grande Guerre.

I- Modèles

Manuels épistolaires

  • Le Secrétaire universel, contenant des modèles de lettres sur toutes sortes de sujets… d’Armand Dunois connaît depuis 1858, pendant plus d’un siècle, de multiples éditions. Ce Guide pratique de la correspondance (sous-titre d’une édition du début du XXe siècle que j’ai pu consulter) propose un modèle de recommandation en faveur d’un commerçant : « Monsieur, Monsieur P… qui vous remettra cette lettre est un de mes amis excellents et même intimes. » Le destinataire est engagé à se mettre à la disposition de cet homme d’affaire en voyage pour l’accueillir, l’appuyer et l’aider.
  • Plus prolixe, le Dictionnaire pratique et critique de l’art épistolaire français de Dezobry développe « préceptes et conseils » pour rédiger de telles lettres, offertes ou demandées (« l’usage le plus ordinaire est de la demander ») : « celles que l’on offre seront chaleureuses, complètes ; on y parlera comme pour soi-même. Celles accordées à une demande seront plus réservées, et même froides pour peu qu’il y ait d’indiscrétion dans la demande »1. Il poursuit, pédagogue et réaliste : « Quand une lettre de Recommandation est sincère, on y développe surtout la partie qui traite des qualités du recommandé, pour exciter davantage le sollicité à donner sa protection ou son appui ; néanmoins il faut, autant que possible, qu’une recommandation soit brève, mais non pas sèche, car alors elle porte avec soi un air d’indifférence qui doit la rendre presque toujours inutile. » Dezobry décline les lettres de recommandation en toute une série que je ne résiste pas à citer. Selon lui, elles « se nuancent de la manière suivante : les directes, en faveur de quelqu’un que l’on connaît soi-même; les indirectes, pour des inconnus que l’on vient vous recommander de recommander ; les pressantes, les tempérées, les réservées, les froides, aux solliciteurs que nous aimons, beaucoup, un peu, pas du tout ; les respectueuses, les dignes, quand nous nous adressons à plus haut que nous ; les adroites, les raisonnées, pour les sollicités difficiles à émouvoir ou à persuader ; les remerciantes, pour les bons cœurs qui ne se lassent pas de nous obliger ; les renouvelées, pour les apathiques, affectés de moins de cœur que de cervelet ; les entendues, quand le recommandé est connu de celui auquel on le recommande ; enfin, les absentes en faveur d’une personne absente. »
  • Dezobry consacre ailleurs dans le volume quelques pages aux « lettres de Bellérophon »2 . Le nom est emprunté à un récit de l’Antiquité : le roi d’Argos, voulant se venger de Bellérophon qu’il accueillait, mais sans violer les lois de l’hospitalité, envoya Bellérophon chargé d’une lettre pour un prince, dans laquelle il demandait à celui-ci de faire mourir le porteur. Bien qu’il « recommande de s’en abstenir », Dezobry admet que « l’indiscrétion ou la sottise de certaines gens, pour demander, sans raison ni motifs fondés, des lettres de recommandation à des personnes qui les connaissent à peine, et qu’ils viennent prier de se porter caution de leur capacité ou de leur honnêteté, obligent à y recourir quelquefois. » Il mentionne également, comme « une perfidie de plus, compliquée de couardise », l’envoi de deux lettres : « une véritable lettre de recommandation remise à l’individu lui-même » et une seconde lettre, adressée directement et « envoyée pour contredire ».

De ce jeu social, riche de possibilités et de nuances, moralistes et humoristes, librettistes et dessinateurs font leur miel.

Textes et chansons

  • Émile Souvestre (1806-1854), avocat, journaliste et écrivain breton, collaborateur du Magasin pittoresque, donne en 1845 une nouvelle à ce périodique, La Lettre de recommandation, reprise dans le volume Sous la tonnelle en 1852 avec treize autres textes. Émile Souvestre peint un pauvre homme qui voudrait louer une ferme et présente une lettre de recommandation, faite par un notaire, au propriétaire. Celui-ci la parcourt à peine des yeux et veut renvoyer le demandeur, car, dit-il : « une lettre de recommandation, ça se donne à tout venant comme un passe-port ». Au moment où l’homme éconduit va repasser la porte, le propriétaire remarque le chien errant que l’homme a recueilli dans la neige en venant, et ce geste de compassion envers un animal témoignant pour lui plus que la lettre, il se décide à l’engager comme fermier.
  • Dans les mêmes années Le Mercure des théâtres : modes, littérature, beaux-arts annonce, le 29 février 1844, La Lettre de recommandation, comédie mêlée de couplets, de M. Honoré. Les spectacles divertissants de cet auteur sont joués à travers la France ; certains de ces textes sont imprimés et conservés à la BNF : « La Bouillabaisse et les Oursins, promenade par terre et par mer, mêlée de couplets » (donnée à Marseille en 1825) ; « Le Tambour et la grisette, pièce de carnaval, imitation burlesque de “la Dame blanche”, en 2 actes et demi, mêlée de couplets » (Bordeaux, 1827).
  • A la génération précédente, en 1811, Charles-Augustin Sewrin (1771-1853), Théophile Marion Dumersan (1780-1849) et Jean-Toussaint Merle (1782-1852) présentent une « comédie en 2 actes, mêlée de couplets », Une heure de prison, ou la Lettre de recommandation, dont le texte et les partitions musicales connaissent plusieurs éditions.

Dans la première moitié du XIXe siècle, il semble que les comédies l’emportent sur les textes moralisants . C’est la veine amusante qu’exploitent aussi les dessinateurs.

Caricatures

  • Gavarni (1804-1866), dans la série de lithographies La Boîte aux lettres, que nous avons déjà présentée3 consacre dans le Charivari du 1er septembre 1836 une planche à la lettre de recommandation dans sa version « lettre de Bellérophon ». Souriant, l’air un peu niais, le demandeur, chapeau et badine à la main, est assis sur un canapé. A l’autre bout et à l’abri de ses regards, le sollicité lit le mot qu’il vient de décacheter et qui porte les mots suivants : «Mon Cher Camille, Le Grand Dadet qui vous remettra Cette lettre est bien le plus ennuyeux jobard du département (ce qui n’est pas peu dire!) mais je n’ai pas su me défendre de vous l’adresser – débarrassez-vous en comme vous pourrez. » Ce thème est repris par d’autres dessinateurs:
  • Dans la presse encore, mais cette fois dans Punch à Paris, Cham (1818-1879) croque en 1850, dans la revue drôlatique du mois, la réception d’une lettre de recommandation.

Cham, « La lettre de recommandation », Punch à Paris, 1850 [© BNF-Gallica]

« Mon cher Président, je vous recommande vivement le porteur de cette lettre ; vous trouverez en Émile un second moi-même. Votre tout dévoué, Proudhon. » L’attitude du porteur, jeune homme bien mis, debout, immobile, un brin compassé contraste avec celle du sollicité : un homme plus âgé, que cette missive renversante fait bondir. Est-ce le nom du signataire, le ton de la lettre, l’obligation qu’il pressent d’avoir à obtempérer, qui provoquent l’agitation, la surprise, le mécontentement du « Président », qui a pourtant sûrement l’habitude de recevoir ce type de lettre ? Et les contemporains ont-ils pu reconnaître dans les protagonistes des silhouettes qui leur étaient familières, ce qui redoublerait la charge du croquis ?

Les épistoliers de la famille Duméril-Froissart se trouvent parfois en position de recommandé ou de recommandeur. Cela est tout particulièrement énoncé par André Marie Constant Duméril à la charnière des XVIIIe et XIXe siècles.

II- Pratiques

Fin XVIIIe-début XIXe siècle

  • Jeune homme, AMC Duméril se montre pris dans un réseau de lettres de recommandation. Souvent, il en bénéficie :

C’est un Botaniste ; ne pouvant nous conduire, il nous donna par écrit notre itinéraire, avec une lettre de recommandation pour Elbeuf, à un monsieur chez lequel nous allâmes dîner : c’est un fabricant de Drap. Il me fit voir sa manufacture avec le plus grand détail ; c’est encore un Botaniste (André Marie Constant Duméril à sa mère, 18 août 1791)

J’ai écrit au Citoyen d’Eu à Boulogne, il m’a même répondu, et m’a même envoyé une lettre de recommandation pour un très grand naturaliste que tu ne connais pas, je tais son nom (André Marie Constant Duméril à son frère, 21 février 1795, 3 ventôse an III)

Lorsque, étudiant à Rouen, il cherche un poste à Paris :

J’aurais bien des avantages à Paris. J’ai des recommandations très fortes, auprès de Desault, de Pelletan, de Sabatier, et de Richard, quatre des professeurs. Je suis connu de Fourcroy sous un très bon rapport. (André Marie Constant Duméril à son père, 20 décembre 1794, 30 Frimaire an III)

André Marie Constant Duméril réussit à entrer au Muséum et une fois encore il s’entoure du cocon protecteur des lettres :

Je pars demain pour Paris […] j’ai pour là-bas beaucoup de recommandations, de loin, tout est beau. C’est pourquoi je ne vous parlerai de tout cela que lorsque j’aurai vu de quel bois l’on se chauffe, et avec lequel on chauffe les autres. (André Marie Constant Duméril à sa mère, 23 janvier 1795, 4 pluviôse an III)

  • Parfois, c’est lui qui en prodigue en tant qu’intermédiaire, sollicitant l’intervention de son père ou de sa mère qui habitent à Amiens :

M. Gourdin m’est venu faire ses offres de service, c’est-à-dire me demander une lettre de recommandation. C’est un Picard, il est de Noyon. Si vous pouviez avoir le temps de les conduire l’après dîner qu’ils se proposent de rester à Amiens, cela leur ferait beaucoup de plaisir et à moi aussi. (André Marie Constant Duméril à son père, 18 septembre 1791)

Duméril suit les conseils des manuels ; solliciteur auprès de ses parents pour une tierce personne, il « traite des qualités du recommandé » et expose avec concision cette situation à tiroirs :

Madame Dupont de Nemours, épouse du littérateur économiste de ce nom, auparavant veuve de M. Poivre gouverneur de l’Île de France, et très connue à Paris par sa charité et sa bienfaisance, liée en outre avec presque tous les amis de la famille de mon Alphonsine [son épouse] m’a écrit pour m’engager à vous écrire. voici ce dont elle me priait. Deux de ses parentes conduisent à Amiens leurs fils pour entrer dans le Lycée. Elles n’y connaissent personne et désirent cependant que leurs enfants n’y soient pas tout à fait abandonnés. Sachant que j’avais ma famille à Amiens elle me demandait des lettres de recommandations. je les lui ai adressées. (André Marie Constant Duméril à sa mère, 23 septembre 1806)

  • En plusieurs occasions, André Marie Constant Duméril cherche à obtenir ces précieuses missives : pour soutenir son père qui postule à une place de juge à Amiens, mais, se désole-t-il, « je n’ai aucun moyen de recommandation auprès du grand juge » (13 décembre 1803) ; ou bien lorsqu’il prétend lui-même à « une place de sous-aide qui [lui] vaudrait 3 600 livres » :

Si vous pouviez me trouver quelques recommandations auprès de Lacoste, poussez la roue. Écrivez-moi ce que vous pensez de tout cela. (André Marie Constant Duméril à son père, 4 juillet 1794, 16 messidor an II)

La multiplication des intermédiaires et le chaînage des relations supposent la maîtrise d’un jeu social complexe auquel hommes et femmes participent :

Je viens de recevoir tout à l’heure à mon adresse une grosse lettre du Général Dejean, contenant la lettre de recommandation que tu lui as demandée pour le Conte de Kergariou, et un billet pour moi, par le quel il me prie de te faire parvenir cette lettre si je pense qu’il te soit agréable de la remettre toi même, ou de la lui renvoyer à son bureau si je crois qu’il soit mieux de l’envoyer directement au Conte de Kergariou. (Alphonsine Delaroche-Duméril à son époux, 7 octobre 1812)

La recommandation, jeu de réciprocité, nécessite de la stratégie comme l’explique André Marie Constant Duméril à son ami Pierre Fidèle Bretonneau :

J’ai écrit à M. de Kergariou une lettre ostensible en votre faveur. J’aurais bien désiré que M. Chaptal eût été à Paris pour vous recommander à M. Barbier-Neuville, chef de division à l’intérieur, duquel l’affaire dépend. Je présume que vous n’aurez pas négligé cette voie ; je lui ai fait donner une forte recommandation par M. leroux, notre doyen, qui m’a appris que le fils d’un médecin de Tours était venu déjà lui demander une lettre qu’il n’avait pas cru devoir lui refuser. Il n’a pas su se rappeler son nom ; mais, entre autres particularités, il m’a dit que, dans la conversation, il avait demandé au pétitionnaire s’il était présenté par M. le préfet, et que le jeune médecin avait répondu que non, heureusement, parce que le préfet était mal vu dans les bureaux, et que ce serait un moyen d’échouer que de venir avec de telles recommandations. (André Marie Constant Duméril à son ami Pierre Fidèle Bretonneau, à Tours, 6 octobre 1814), d’après Triaire, Paul Bretonneau et ses correspondants, 1892)

Il semble qu’en ces années où se mettent en place concours et nouvelles hiérarchies, l’usage de la lettre de recommandation persiste, comme un relicat de l’Ancien Régime. Et la frontière est ténue parfois entre lettre de recommandation et pétition au ministre.

Les circonstances

  • Même restreinte au cercle des proches et des connaissances, le champ où sont réputées agir les lettres de recommandation est large. Nous venons de les voir à l’œuvre au début du XIXe siècle pour faciliter les rencontres professionnelles – le fils reprend avec succès les habitudes du père :

Samedi, après t’avoir écrit, nous avons été voir M. Ashburner, le médecin chez lequel H. logeait, quand il habitait Londres, et il m’a remis des lettres de recommandation, pour visiter les hôpitaux. Avec l’une d’elles, je suis allé voir l’un des chirurgiens de St Barthélemy (Auguste Duméril à son épouse, 9 juin 1851)

  • Ces lettres demeurent des éléments de réussite et elles continuent au cours du siècle d’être sollicitées et agissantes pour l’obtention de postes. Pendant des années un cousin enseignant et père d’une nombreuse famille cherche à améliorer sa situation. AMC Duméril le soutient tout au long de sa carrière. Ayant échoué à l’agrégation, ce parent a peu « d’espoir de demeurer à St Omer » où il désirait rester. Duméril se dévoue alors ; son épouse raconte :

M. Malard n’a pas de quoi avoir du contentement : il a les plus grandes craintes de ne pouvoir rien obtenir à St Omer. Ton père vient d’écrire aujourd’hui à mon frère, pour lui exposer la position de notre pauvre parent et le prier fortement d’écrire à M. Salvandy [ministre de l’Instruction publique], pour cette affaire-là. (Alphonsine Delaroche-Duméril à son fils, 18 septembre 1846)

Pour d’autres membres de la famille :

J’oubliais de te dire que M. Camille grâce à la recommandation de M. Buffet vient d’être nommé receveur particulier à Saint-Claude dans le Jura (Marie Mertzdorff à son père, 16 juin 1877)

  • Lettres, ou peut-être conversations de couloirs entre collègues du Muséum, inclinent un jury à l’indulgence. Après que son petit-fils Léon a réussi au baccalauréat, AMC Duméril constate :

j’ai vu MM. Delaunay, Milne-Edwards, Despretz et Geoffroy Saint-Hilaire pour les remercier, tous les quatre m’ont dit qu’ils avaient été fort satisfaits des réponses de Léon et qu’il n’avait pas eu réellement besoin des recommandations. (André Marie Constant Duméril à son fils, 19 août 1858)

Comme Alphonsine Delaroche-Duméril avec le général Dejean, Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards assume son rôle d’intermédiaire, d’intercesseur, et fait le lien entre les solliciteurs et son époux auréolé du prestige du savant :

Cette pauvre tante a reçu ce matin 3 lettres et devine pourquoi? Pour lui recommander des bacheliers ou plutôt des prétendants à ce beau titre et nous n’avons pas pu nous empêcher de rire quand elle les a remises à oncle car dans le nombre des jeunes gens instruits mais timides qu’on lui recommandait il y avait un bègue et en effet celui-là je crois a besoin de recommandation. (Marie Mertzdorff à son père, 10 juillet 1877)

Nous ne savons si, malgré les rires, les lettres furent efficaces.

  • Il est un autre domaine où la recommandation doit s’ajouter aux vertus propres du demandeur : il semble que pour obtenir une décoration le mérite seul ne suffit pas. Un « vieil ami de cœur » conseille ainsi Charles Mertzdorff :

Mon cher Charles, Je sais que vous êtes porté pour la croix. mais il ne faut pas que du mérite pour obtenir une décoration il faut avoir des recommandations et être un peu courtisan ; je vous engage à vous faire recommander par le Préfet puis par votre famille, vous avez bien un député, un Sénateur, que sais-je, quelqu’un qui dira au ministre que la commission en vous désignant a fait un choix honorable et équitable, que vous avez travaillé comme pas un & que vous cherchez le progrès avec ardeur, que vous êtes Maire, que vous avez une fortune acquise, enfin il faut mettre en relief toutes vos qualités. Ceux qui ne sont pas même désignés par la commission encombrent les antichambres, je ne vous dis pas de faire ce métier, mais puisque vous êtes au tableau & que vous êtes par le mérite il ne faut pas être indifférent. revenez donc à Paris et Cherchez à vous faire connaître, vous regretteriez de manquer une occasion pour avoir ce petit Ruban si envié et souvent donné sans motif légitime & pour moi je désire vous saluer bientôt mon chez Chevalier. (Nathaniel Johnston à Charles Mertzdorff, début juin 1867)

Charles Mertzdorff ne se lance pas dans la campagne d’autopromotion que son ami lui suggère.

La peine d’écrire

  • Hommes et femmes mentionnent les désagréments et fatigues qui leur en coûtent d’écrire des lettres de recommandation.

J’ai souvent des billets à écrire, et quelques-uns ne laissent pas que de me coûter. On en est dédommagé de la peine quand ce qu’on écrit produit l’effet qu’on en attend ; J’eus avant-hier la visite du candidat recommandé par M. De France de Caen, il venait me remercier du bon effet qu’avait produit ma lettre à M. Chaussier. Il paraît que ce dernier a tout de suite pris en considération la recommandation, et a traité le dit candidat avec beaucoup de douceur pendant tous les examens ; aussi ce Caennais avait l’air très reconnaissant, et très content de lui-même et du président du jury. (Alphonsine Delaroche à son mari André Marie Constant Duméril, 25 octobre 1814)

  • Et il faut parfois refuser sans blesser. C’est à quoi s’exerce Alphonse Milne-Edwards, professeur au Muséum. Après le père qui voulait rester à Saint-Omer, voici le fils qui veut travailler à Paris :

Oncle a reçu il y a quelques jours une lettre de Mme Malard qui lui recommandait son fils pour qu’oncle lui trouve une place soit dans son laboratoire soit dans un autre où il pourrait en même temps continuer ses études scientifiques, mais oncle lui a répondu qu’il ne pouvait lui procurer aucune place en ce moment et qu’il ferait bien de passer sa licence ce qui l’aiderait beaucoup à trouver un emploi. (Émilie Mertzdorff à sa grand-mère, 14 février 1879)

*

  • Cent ans après le savant André Marie Constant Duméril, son arrière-petit-fils, le militaire Léon Damas Froissart est un grand producteur de lettres de recommandation : son sens de la famille, son réseau de polytechniciens et d’officiers, sa position de grand propriétaire foncier avec des domaines dispersés et un personnel nombreux de fermiers et d’ouvriers agricoles, son engagement politique dans le parti catholique font de lui un autre grand écriveur. Pendant la Grande Guerre, il se démène en faveur de ses fils :

Si ma lettre de recommandation ne te vaut que certaines facilités pour une permission à Pâques, ce sera toujours cela de bon à prendre. (Léon Damas Froissart à son fils Louis, 13 avril 1916)

Le commandant M. pris d’une bronchite, je crois, est à Amiens où il a reçu la visite que tu penses. Il a parlé de son téléphoniste à la dite personne, revenue à Paris, en tenue, très sympathique. Il a laissé (ou envoyé) quelques recommandations pour toi. (Léon Damas Froissart à son fils Louis, 24 avril 1917)

  • Il intervient également pour un groupe qui excède largement le cercle familial

M. Augustin Priez et son fils qui viennent demander une recommandation pour que ce dernier qui est récupéré comme garde-voie soit rapproché du pays où il a une culture, un de ses frères étant tué, un autre prisonnier et le 3e au front des Flandres. On a commencé par resservir le dîner, on a fait ensuite une lettre et il était près de 5h quand nous sommes arrivés à Dommartin (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils Louis, mobilisé ; gazette multigraphiée, 28 octobre 1917)

  • Quelle que soit l’époque, la recommandation doit être adroite, et l’épistolier déployer toute sa dextérité. Les manuels donnent souvent en exemple les lettres de Voltaire, lui qui savait glisser avec habileté la recommandation dans le paragraphe d’une lettre traitant de beaucoup d’autres choses. Charles Dezobry cite cette lettre à l’impératrice de Russie Catherine II : « Je vous annonce aujourd’hui un gentilhomme flamand, jeune, brave, instruit, sachant plusieurs langues, voulant absolument apprendre le russe et être à votre service; de plus, bon musicien il s’appelle le baron de Pellemberg. Ayant su que je devais avoir l’honneur de vous écrire, il s’est offert pour courrier, et le voilà parti ; il en sera ce qu’il pourra tout ce que je sais, c’est qu’il en viendra bien d’autres, et que je voudrais bien être du nombre4.

  1. Charles Dezobry, Dictionnaire pratique et critique de l’art épistolaire français : avec des préceptes et des conseils sur chaque genre, plus de mille modèles choisis dans les monuments et les documents de la langue française, et des remarques…, C. Delagrave, 1866, p. 1081. []
  2. Dezobry, Op. cit., p. 220. []
  3. Voir le billet : « La bannière : une lithographie de Gavarni », https://puc.hypotheses.org/153. []
  4. Charles Dezobry, Op. Cit., p. 1082. []