Archives par mot-clé : LODEL

Pour que rien ne change

L’avisé et fringant Tancrède, héros du roman Le Guépard, rejoint en 1860 les troupes révolutionnaires des Garibaldiens, expliquant à son oncle, aristocrate sicilien tourné vers le passé et attaché à la royauté : « il faut que tout change pour que rien ne change »1. Cette phrase, maintes fois citée, pourrait être reprise cette année au sujet du site « S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale ».

Affiche de Jean Mascii pour le film de Luchino Visconti en 1963 [source: site de vente en ligne]

1- La fin

Le serveur de Lodel, outil de publication créé par Open Edition, qui assurait depuis 2004 l’édition des lettres, la gestion des index, la mise en page et toute la logistique nécessaire au fonctionnement du site est déclaré obsolète et fermé2. Ainsi, depuis des mois, le site est figé : il est consultable mais reste dans l’état où il se trouvait au mois de juillet 2019, sans recevoir ni nouvelles lettres ni corrections. Il faut créer un autre site, avec une nouvelle technologie, qui reprenne tous les documents déjà mis en ligne et permette de compléter la publication des lettres de 1880 à 1914. La transition entre un ordre ancien et un nouvel ordre ne se fera pas comme pour Tancrède grâce à un mariage avec une riche – et belle – roturière, mais par l’adoption d’un nouveau logiciel, MediaWiki. Nous avons fait un tour d’horizon pour sélectionner le logiciel qui semblait le mieux adapté pour reprendre et assurer la résurrection du site. Il devait être d’usage simple tant pour les lecteurs que pour l’administratrice du site, robuste, assez général pour être adopté par d’autres équipes et susceptible d’être hébergé et soutenu techniquement  par l’institution. Parmi les logiciels libres, en « open source », c’est-à-dire offrant des possibilités de libre redistribution, d’accès au code source et de création de travaux dérivés, MediaWiki a été retenu.

2- La renaissance

Lodel, le système ancien, et MediaWiki, le nouveau système, structurent différemment les données à présenter sur le site. Sans entrer dans des considérations techniques qui ne sont pas de ma compétence, la philosophie générale du transfert peut être précisée. Dans les deux cas, chaque lettre est associée à son image (fac-similé), est liée à la précédente et à la suivante et s’insère dans une suite chronologique. La façon « d’entrer » dans le flux chronologique des lettres suivra sans doute une autre modalité, mais le résultat devrait être équivalent pour le lecteur. En revanche, l’appréhension des personnes et de leur biographie est régie selon des logiques distinctes. Sur l’ancien site Lodel, la même personne pouvait apparaître dans les index sous plusieurs noms, selon qu’elle était auteur ou personne citée, enfant ou femme mariée, sous les formes : Prénom Nom ; Nom (Prénom) ; Nom (Prénom – épouse X) ; Nom (Prénom – veuve X), et seul l’index des personnes citées renvoyait à la biographie. Avec MediaWiki, chaque personne est désignée d’une seule façon : Nom (Prénom) pour les hommes ; Nom (Prénom – épouse X) pour les personnes de sexe féminin lorsqu’elles ont été mariées. Sur la « page » dédiée à chaque personne se trouveront réunis des éléments biographiques, les lettres dont elle est signataire ou destinataire et celles où elle est citée – seules les références des dix premières lettres sont affichées sur cette page, un clic suffit pour accéder aux suivantes. Bertrand Dumenieu assure la récupération de la base de données préparée pour Didόmena (voir le paragraphe suivant), en conservant tous les textes, images et liens intertextuels. Il doit ensuite installer MédiaWiki et importer les documents dans cette structure. Pour cela, une longue et minutieuse étape de formalisation est nécessaire : harmoniser les différentes formes des noms propres, rassembler les « pages » de tous les individus qui appartiennent à une même famille en créant une nouvelle « page » collective, répertorier et corriger les anomalies (lettres absentes, adresses erronées, liens cassés, etc). Sans compter les cas où la date d’une lettre est incertaine, le nom d’un destinataire inconnu, etc. C’est une longue suite de repérages, de décisions, de solutions à trouver. L’intervention finale d’un maquettiste sera nécessaire pour choisir une typographie harmonieuse et offrir un site lisible, répondant à la charte graphique de l’EHESS.

3- La survie

Parallèlement à la construction du nouveau site, il a été décidé de sauvegarder les documents (lettres, fac-similés et appareil critique). La plateforme Didόmena3, un projet porté par le Pôle numérique recherche de la DSI de l’EHESS a été retenue. Ce service est basé sur les composants logiciels libres issus de la communauté Samvera ; il s’intègre au projet « Système d’information recherche » de l’EHESS. Il permet aux unités de recherche de cet établissement de « pérenniser les données utilisées ou produites dans le cadre de leurs travaux », mais aussi de les organiser et de les partager. Pour rendre les données conformes aux standards de l’information scientifique et technique, le nécessaire travail de description est en cours. A terme, les données stockées sur Didόmena seront accessibles pour toutes les personnes intéressées par la recherche en sciences sociales.

***

Si le passage de Lodel à MediaWiki et Didόmena peut être comparé à un grand déménagement, le transport et l’adaptation de l’ancien mobilier textuel à la configuration des nouveaux locaux qui l’accueilleront sont l’œuvre de toute une équipe, en particulier : Bertrand Dumenieu et Joachim Dornbusch, ainsi que Francine Filoche et Patricia Bleton dont les conseils avisés aident à pointer les problèmes et trouver les solutions les plus adaptées – et la direction du Centre de recherches historiques, Béatrice Delaurenti et Thomas Le Roux, qui soutiennent activement l’entreprise.

 

  1. Giuseppe Tomasi di Lampedusa, Le Guépard, Club des Editeurs, 1959, page 20 [« Se vogliamoche tutto rimanga come è, bisogna che tutto cambi », 1958]. Le film de Visconti a reçu la Palme d’or au Festival de Cannes en 1963. []
  2. Sur la dernière version de Lodel, voir le billet : « La mue technique du site “Correspondance familiale” », et les billets précédents auxquels il renvoie. []
  3. https://didomena.ehess.fr/ []

Avec l’an neuf vint Lodel neuf

De Lodel 7 à Lodel 9, une fantaisie  en forme de patchwork littéraire (la migration du site, suite et fin – provisoire !)

Des conceptions nouvelles et variées se sont fait jour. La présentation des [lettres] qui obéit à des nécessités didactiques autant qu’esthétiques, commande des formes architecturales nouvelles1. À Lodel 7 doit succéder Lodel 9. Des versions se périment, d’autres les remplacent ; cependant une génération ne se distingue pas d’une autre par une façon différente d’envisager les choses, mais par une forme nouvelle d’expression2. L’expérimentation de nouvelles formes d’investigation et de nouvelles techniques est apparue indispensable. Un travail de réflexion a été entrepris sur ce point dès avant [l’été]. Mais l’obligation de considérer aujourd’hui un monde en totale transformation, et non le seul univers des [sites des chercheurs] primitifs estimés authentiques, doit entraîner un bouleversement dans les démarches intellectuelles3. Les formes s’engendrent, s’effacent, se reproduisent dans une série sans bornes qui ne sera jamais répétée4. On est obligé de trouver de nouvelles formes, de nouvelles manières de se tracer un chemin à travers cette chose qui est très opaque. L’histoire se fait au fur et à mesure, l’écriture se confond avec le projet. Tout ça, en étant évidemment conscient que tout le travail préparatoire n’est rien. Je veux dire que le projet peut être sublime, grandiose, subtil, ça n’existera que lorsqu’il y aura les phrases, les mots [sur l’écran]. [Si j’ai] un programme précis, un plan ? Oui, sauf que ce n’est jamais respecté. Le propre des plans et des programmes, c’est de ne jamais les respecter. Et puis, ce qu’il y a aussi, c’est que je travaille sur plusieurs projets en même temps5.

Il faut donc transformer le site, le faire migrer. On a vu dans un billet précédent la difficulté de la chose. Minute d’effroi. Je crus impossible, [me jetant à genoux ou pleurant], de détourner un projet en même temps si fol et si grandiose6. Les formes présentent, dans leurs états successifs, des discontinuités marquées. Après de nouvelles mues, [le site] prend progressivement la forme définitive7. S’annonce un ordre nouveau, qui n’est point, qu’on ne voit point ; qu’il faut faire par travail obstiné, ingrat, sans succès d’abord et presque sans espérance8. Mais il ne faut pas faire, jamais, les choses à demi. À ce début de réussite, il manquait un élément de transcendance, de merveilleux, un deus ex machina qui viendrait transformer notre premier succès en une victoire définitive et écrasante sur [la technologie]9. Je promis donc : Je compte aider, autant qu’il sera en mon pouvoir, au succès de votre beau et utile travail10. Et ils se mirent au travail sans attendre que toutes les conditions du succès soient rassemblées, sans condamner a priori les structures existantes, sans vouloir non plus imposer un système défini par avance11. L’espérance du succès justifiait les sacrifices12.

Je suis loin de croire avoir réussi partout également. Cependant j’avouerai, et vous n’en serez peut-être pas étonné, que ces deux [versions] m’ont coûté plus de peine à retoucher qu’à composer ; voilà surtout pourquoi je doute du succès de mon travail. Quand j’hésitais entre deux versions j’ai cru devoir les soumettre toutes deux au choix de l’Académie13. La victoire toujours ne suit pas la valeur : Du succès trop souvent la fortune dispose14.

Ainsi, au moment même où je désespérais presque du succès15, je me sentis bien soulagée d’une si grande affaire faite, et j’avoue que ce ne fut pas sans émotion que j’attendis le succès de mon travail16.

La victoire d’un homme est toujours la victoire de son équipe17. Et la victoire d’une femme ?

*

  1. Les Musées en France, 1950. []
  2. Claude Mauriac, 1986. []
  3. Georges Gurvitch, 1968, 1967. []
  4. Étienne Pivert de Senancour, 1802. []
  5. Georges Perec, 1981. []
  6. Georges Duhamel, 1933. []
  7. Maurice Caullery, 1942. []
  8. Alain, 1936. []
  9. Romain Gary, 1960. []
  10. Victor Hugo, 1865. []
  11. Michel Debatisse, 1963. []
  12. André Beaufre, 1964. []
  13. Victor Hugo, 1819. []
  14. Bernard-Joseph Saurin, 1760. []
  15. Jules Verne, 1879. []
  16. Duc de Saint-Simon, 1710. []
  17. Georges Perec, 1975. []

La mue technique du site « Correspondance familiale »

Vieillissement des supports matériels

Dans les bibliothèques, il arrive que des livres ne soient pas disponibles : envoyés à la reliure, au désamiantage, en traitement pour la déacidification du papier, etc. La conservation curative des supports traditionnels et leur préservation imposent leur retrait temporaire et l’intervention de spécialistes en analyse des matériaux et conditions de leur vieillissement. Papiers, encres, conditionnements anciens, gélatines, matières picturales, fongicides, etc. sont scientifiquement étudiés en laboratoire pour prévenir au mieux la dégradation des volumes.

Obsolescence des supports immatériels

Les supports immatériels posent d’autres problèmes, leur entretien appelle d’autres méthodes. Le passage d’un état du logiciel à un état réputé plus performant, plus complet, plus commode, se vit parfois comme une mue qui ouvre une période de retrait, de vulnérabilité, d’incertitude. C’est ce qui attend le site Correspondance familiale.

Comme l’explique le billet Transcrire les lettres, le logiciel d’édition électronique utilisé est Lodel. La version actuelle de Lodel (.7) devient obsolète ; il faut migrer vers la version .9 et bientôt vers la version 1. Le site, par son volume, le nombre des documents qu’il héberge et la complexité des liens internes qui renvoient des lettres aux compléments biographiques ou monographiques – et réciproquement – en un entrecroisement dense d’auto référencement, nécessite, semble-t-il, une intervention lourde et inédite de l’ingénieur compétent.

Une délicate période de mue

Cette question de l’évolution technologique des logiciels, évolution constante et inévitable, est à prendre en compte dès le départ. Cela se révèle d’autant plus compliqué que l’on sait rarement alors ce que sera finalement le site et de quelle façon évoluera la technique. Les choix sont faits par visibilité réduite d’un probable devenir. Au commencement de ce site, et malgré une version « 0 » (ou pilote) d’une centaine de lettres pour roder le fonctionnement des index, aucune prévision ne pouvait raisonnablement en laisser deviner l’état actuel.

Pendant les travaux, le public pourra accéder au site, dans une version « figée » car toute intervention me sera impossible durant cette période. Le système d’adressage à l’extérieur du site (dans ce blog, entièrement lié au site) sera ensuite à reprendre. Une pause est ainsi nécessaire dans l’alimentation du site et du blog. J’espère que cette suspension n’excèdera pas le mois de juillet. Que les migrations, techniques et estivales, soient bénéfiques à toutes et à tous !

 PS. 1 – Septembre 2013. Rien n’est fait ! Les opérations n’ont pas pu être effectuées cet été et la migration est renvoyée à plus tard. Donc l’alimentation en lettres du site reprend comme avant, et celle du carnet en billets…

PS. 2 – Mi-janvier 2014. La migration est effectuée ; restent encore quelques réglages à faire. Voir l’optimiste billet de janvier 2014

PS. 3 – Mai 2014. Des ajustements sont encore nécessaires (possibilité de lire une lettre après l’autre, mots disparus à restituer, etc.)

Transcrire les lettres

Que l’on envisage une publication papier ou une publication électronique, il est indispensable d’obtenir une version typographiée à partir du texte manuscrit des lettres. Certaines lettres sont écrites de façon très lisible, voire calligraphiées, mais la plupart sont écrites rapidement ; dans de nombreux cas seul un déchiffrement attentif permet de saisir les mots et le sens. La transcription sur ordinateur autorise ensuite diverses mises à jour, rectifications et mises en formes du texte, l’ajout de compléments, annotations et liens intertextuels, et l’utilisation d’outils pour son étude (logiciels d’indexation par exemple).

Comment transcrire ?

Passer du manuscrit à l’imprimé suppose une interprétation du texte. Le parti pris ne sera sans doute pas le même s’il s’agit de la correspondance d’une poétesse ou ce celle de votre grand-oncle. Cependant, une règle me semble s’appliquer dans tous les cas : le respect du texte dans sa totalité, sans supprimer ce qui paraît de l’ordre de la formule, du redondant, du banal, du trivial, etc. Si l’accord se fait sur la fidélité au texte, la question se pose du « jusqu’où ? ».

  • Faut-il marquer toutes les scansions visuelles du manuscrit, non seulement les paragraphes, mais aussi les sauts de lignes et de pages, les écritures dans les marges ?
  • Faut-il rétablir ou non l’orthographe ou les tournures qui dérogent aux règles du « bien écrire », et qui peuvent être des indicateurs précieux du niveau culturel et renseigner sur le milieu social ou géographique ?

Pour la transcription de la correspondance des Duméril-Mertzdorff nous avons privilégié l’intelligibilité et la possibilité de rechercher tel mot ou tel nom propre. Nous avons donc rétabli l’orthographe, globalement très bonne dans cette famille de lettrés et de la moyenne bourgeoisie; par exemple, nous avons substitué « temps » ou « enfant » à l’écritue ancienne « tems » et « enfans » . Nous avons également explicité les abréviations (elles sont transcrites en caractères «exposants»), corrigé, dans la mesure du possible, les noms propres, et parfois ajouté un signe de ponctuation. Les ratures sont restituées en mots barrés. Ce choix nous a semblé justifié dans la mesure où le fac-similé des lettres est présenté à la suite de la transcription.

Méthodologie utilisée pour le site Correspondance familiale

Chaque lettre du corpus est saisie comme un fichier WORD

  • Ce texte est ensuite mis en forme aux normes de LODEL, logiciel d’édition électronique, d’utilisation libre et gratuite, qui permet en particulier de générer des index (voir http://www.lodel.org/)
  • Par ailleurs les lettres manuscrites sont scannées (ainsi que les enveloppes lorsqu’elles existent)  en choisissant un mode de numérisation bitonal, avec une définition de 300 dpi.

On pourra consulter « Éditer les correspondances », Épistolaire – Revue de l’AIRE ((Voir le billet : L’AIRE, du bulletin à la revue.)), n° 33, 2007, Honoré Champion éditeur.