Archives par mot-clé : manuel épistolaire

lettres de recommandation

La lettre de recommandation est un sous-genre de l’art épistolaire : codifiée dans les manuels, moquée par les caricaturistes et les hommes de lettres – pratiquée par les membres de la famille Duméril-Mertzdorff-Froissart de la Révolution à la Grande Guerre.

I- Modèles

Manuels épistolaires

  • Le Secrétaire universel, contenant des modèles de lettres sur toutes sortes de sujets… d’Armand Dunois connaît depuis 1858, pendant plus d’un siècle, de multiples éditions. Ce Guide pratique de la correspondance (sous-titre d’une édition du début du XXe siècle que j’ai pu consulter) propose un modèle de recommandation en faveur d’un commerçant : « Monsieur, Monsieur P… qui vous remettra cette lettre est un de mes amis excellents et même intimes. » Le destinataire est engagé à se mettre à la disposition de cet homme d’affaire en voyage pour l’accueillir, l’appuyer et l’aider.
  • Plus prolixe, le Dictionnaire pratique et critique de l’art épistolaire français de Dezobry développe « préceptes et conseils » pour rédiger de telles lettres, offertes ou demandées (« l’usage le plus ordinaire est de la demander ») : « celles que l’on offre seront chaleureuses, complètes ; on y parlera comme pour soi-même. Celles accordées à une demande seront plus réservées, et même froides pour peu qu’il y ait d’indiscrétion dans la demande »1. Il poursuit, pédagogue et réaliste : « Quand une lettre de Recommandation est sincère, on y développe surtout la partie qui traite des qualités du recommandé, pour exciter davantage le sollicité à donner sa protection ou son appui ; néanmoins il faut, autant que possible, qu’une recommandation soit brève, mais non pas sèche, car alors elle porte avec soi un air d’indifférence qui doit la rendre presque toujours inutile. » Dezobry décline les lettres de recommandation en toute une série que je ne résiste pas à citer. Selon lui, elles « se nuancent de la manière suivante : les directes, en faveur de quelqu’un que l’on connaît soi-même; les indirectes, pour des inconnus que l’on vient vous recommander de recommander ; les pressantes, les tempérées, les réservées, les froides, aux solliciteurs que nous aimons, beaucoup, un peu, pas du tout ; les respectueuses, les dignes, quand nous nous adressons à plus haut que nous ; les adroites, les raisonnées, pour les sollicités difficiles à émouvoir ou à persuader ; les remerciantes, pour les bons cœurs qui ne se lassent pas de nous obliger ; les renouvelées, pour les apathiques, affectés de moins de cœur que de cervelet ; les entendues, quand le recommandé est connu de celui auquel on le recommande ; enfin, les absentes en faveur d’une personne absente. »
  • Dezobry consacre ailleurs dans le volume quelques pages aux « lettres de Bellérophon »2 . Le nom est emprunté à un récit de l’Antiquité : le roi d’Argos, voulant se venger de Bellérophon qu’il accueillait, mais sans violer les lois de l’hospitalité, envoya Bellérophon chargé d’une lettre pour un prince, dans laquelle il demandait à celui-ci de faire mourir le porteur. Bien qu’il « recommande de s’en abstenir », Dezobry admet que « l’indiscrétion ou la sottise de certaines gens, pour demander, sans raison ni motifs fondés, des lettres de recommandation à des personnes qui les connaissent à peine, et qu’ils viennent prier de se porter caution de leur capacité ou de leur honnêteté, obligent à y recourir quelquefois. » Il mentionne également, comme « une perfidie de plus, compliquée de couardise », l’envoi de deux lettres : « une véritable lettre de recommandation remise à l’individu lui-même » et une seconde lettre, adressée directement et « envoyée pour contredire ».

De ce jeu social, riche de possibilités et de nuances, moralistes et humoristes, librettistes et dessinateurs font leur miel.

Textes et chansons

  • Émile Souvestre (1806-1854), avocat, journaliste et écrivain breton, collaborateur du Magasin pittoresque, donne en 1845 une nouvelle à ce périodique, La Lettre de recommandation, reprise dans le volume Sous la tonnelle en 1852 avec treize autres textes. Émile Souvestre peint un pauvre homme qui voudrait louer une ferme et présente une lettre de recommandation, faite par un notaire, au propriétaire. Celui-ci la parcourt à peine des yeux et veut renvoyer le demandeur, car, dit-il : « une lettre de recommandation, ça se donne à tout venant comme un passe-port ». Au moment où l’homme éconduit va repasser la porte, le propriétaire remarque le chien errant que l’homme a recueilli dans la neige en venant, et ce geste de compassion envers un animal témoignant pour lui plus que la lettre, il se décide à l’engager comme fermier.
  • Dans les mêmes années Le Mercure des théâtres : modes, littérature, beaux-arts annonce, le 29 février 1844, La Lettre de recommandation, comédie mêlée de couplets, de M. Honoré. Les spectacles divertissants de cet auteur sont joués à travers la France ; certains de ces textes sont imprimés et conservés à la BNF : « La Bouillabaisse et les Oursins, promenade par terre et par mer, mêlée de couplets » (donnée à Marseille en 1825) ; « Le Tambour et la grisette, pièce de carnaval, imitation burlesque de “la Dame blanche”, en 2 actes et demi, mêlée de couplets » (Bordeaux, 1827).
  • A la génération précédente, en 1811, Charles-Augustin Sewrin (1771-1853), Théophile Marion Dumersan (1780-1849) et Jean-Toussaint Merle (1782-1852) présentent une « comédie en 2 actes, mêlée de couplets », Une heure de prison, ou la Lettre de recommandation, dont le texte et les partitions musicales connaissent plusieurs éditions.

Dans la première moitié du XIXe siècle, il semble que les comédies l’emportent sur les textes moralisants . C’est la veine amusante qu’exploitent aussi les dessinateurs.

Caricatures

  • Gavarni (1804-1866), dans la série de lithographies La Boîte aux lettres, que nous avons déjà présentée3 consacre dans le Charivari du 1er septembre 1836 une planche à la lettre de recommandation dans sa version « lettre de Bellérophon ». Souriant, l’air un peu niais, le demandeur, chapeau et badine à la main, est assis sur un canapé. A l’autre bout et à l’abri de ses regards, le sollicité lit le mot qu’il vient de décacheter et qui porte les mots suivants : «Mon Cher Camille, Le Grand Dadet qui vous remettra Cette lettre est bien le plus ennuyeux jobard du département (ce qui n’est pas peu dire!) mais je n’ai pas su me défendre de vous l’adresser – débarrassez-vous en comme vous pourrez. » Ce thème est repris par d’autres dessinateurs:
  • Dans la presse encore, mais cette fois dans Punch à Paris, Cham (1818-1879) croque en 1850, dans la revue drôlatique du mois, la réception d’une lettre de recommandation.

Cham, « La lettre de recommandation », Punch à Paris, 1850 [© BNF-Gallica]

« Mon cher Président, je vous recommande vivement le porteur de cette lettre ; vous trouverez en Émile un second moi-même. Votre tout dévoué, Proudhon. » L’attitude du porteur, jeune homme bien mis, debout, immobile, un brin compassé contraste avec celle du sollicité : un homme plus âgé, que cette missive renversante fait bondir. Est-ce le nom du signataire, le ton de la lettre, l’obligation qu’il pressent d’avoir à obtempérer, qui provoquent l’agitation, la surprise, le mécontentement du « Président », qui a pourtant sûrement l’habitude de recevoir ce type de lettre ? Et les contemporains ont-ils pu reconnaître dans les protagonistes des silhouettes qui leur étaient familières, ce qui redoublerait la charge du croquis ?

Les épistoliers de la famille Duméril-Froissart se trouvent parfois en position de recommandé ou de recommandeur. Cela est tout particulièrement énoncé par André Marie Constant Duméril à la charnière des XVIIIe et XIXe siècles.

II- Pratiques

Fin XVIIIe-début XIXe siècle

  • Jeune homme, AMC Duméril se montre pris dans un réseau de lettres de recommandation. Souvent, il en bénéficie :

C’est un Botaniste ; ne pouvant nous conduire, il nous donna par écrit notre itinéraire, avec une lettre de recommandation pour Elbeuf, à un monsieur chez lequel nous allâmes dîner : c’est un fabricant de Drap. Il me fit voir sa manufacture avec le plus grand détail ; c’est encore un Botaniste (André Marie Constant Duméril à sa mère, 18 août 1791)

J’ai écrit au Citoyen d’Eu à Boulogne, il m’a même répondu, et m’a même envoyé une lettre de recommandation pour un très grand naturaliste que tu ne connais pas, je tais son nom (André Marie Constant Duméril à son frère, 21 février 1795, 3 ventôse an III)

Lorsque, étudiant à Rouen, il cherche un poste à Paris :

J’aurais bien des avantages à Paris. J’ai des recommandations très fortes, auprès de Desault, de Pelletan, de Sabatier, et de Richard, quatre des professeurs. Je suis connu de Fourcroy sous un très bon rapport. (André Marie Constant Duméril à son père, 20 décembre 1794, 30 Frimaire an III)

André Marie Constant Duméril réussit à entrer au Muséum et une fois encore il s’entoure du cocon protecteur des lettres :

Je pars demain pour Paris […] j’ai pour là-bas beaucoup de recommandations, de loin, tout est beau. C’est pourquoi je ne vous parlerai de tout cela que lorsque j’aurai vu de quel bois l’on se chauffe, et avec lequel on chauffe les autres. (André Marie Constant Duméril à sa mère, 23 janvier 1795, 4 pluviôse an III)

  • Parfois, c’est lui qui en prodigue en tant qu’intermédiaire, sollicitant l’intervention de son père ou de sa mère qui habitent à Amiens :

M. Gourdin m’est venu faire ses offres de service, c’est-à-dire me demander une lettre de recommandation. C’est un Picard, il est de Noyon. Si vous pouviez avoir le temps de les conduire l’après dîner qu’ils se proposent de rester à Amiens, cela leur ferait beaucoup de plaisir et à moi aussi. (André Marie Constant Duméril à son père, 18 septembre 1791)

Duméril suit les conseils des manuels ; solliciteur auprès de ses parents pour une tierce personne, il « traite des qualités du recommandé » et expose avec concision cette situation à tiroirs :

Madame Dupont de Nemours, épouse du littérateur économiste de ce nom, auparavant veuve de M. Poivre gouverneur de l’Île de France, et très connue à Paris par sa charité et sa bienfaisance, liée en outre avec presque tous les amis de la famille de mon Alphonsine [son épouse] m’a écrit pour m’engager à vous écrire. voici ce dont elle me priait. Deux de ses parentes conduisent à Amiens leurs fils pour entrer dans le Lycée. Elles n’y connaissent personne et désirent cependant que leurs enfants n’y soient pas tout à fait abandonnés. Sachant que j’avais ma famille à Amiens elle me demandait des lettres de recommandations. je les lui ai adressées. (André Marie Constant Duméril à sa mère, 23 septembre 1806)

  • En plusieurs occasions, André Marie Constant Duméril cherche à obtenir ces précieuses missives : pour soutenir son père qui postule à une place de juge à Amiens, mais, se désole-t-il, « je n’ai aucun moyen de recommandation auprès du grand juge » (13 décembre 1803) ; ou bien lorsqu’il prétend lui-même à « une place de sous-aide qui [lui] vaudrait 3 600 livres » :

Si vous pouviez me trouver quelques recommandations auprès de Lacoste, poussez la roue. Écrivez-moi ce que vous pensez de tout cela. (André Marie Constant Duméril à son père, 4 juillet 1794, 16 messidor an II)

La multiplication des intermédiaires et le chaînage des relations supposent la maîtrise d’un jeu social complexe auquel hommes et femmes participent :

Je viens de recevoir tout à l’heure à mon adresse une grosse lettre du Général Dejean, contenant la lettre de recommandation que tu lui as demandée pour le Conte de Kergariou, et un billet pour moi, par le quel il me prie de te faire parvenir cette lettre si je pense qu’il te soit agréable de la remettre toi même, ou de la lui renvoyer à son bureau si je crois qu’il soit mieux de l’envoyer directement au Conte de Kergariou. (Alphonsine Delaroche-Duméril à son époux, 7 octobre 1812)

La recommandation, jeu de réciprocité, nécessite de la stratégie comme l’explique André Marie Constant Duméril à son ami Pierre Fidèle Bretonneau :

J’ai écrit à M. de Kergariou une lettre ostensible en votre faveur. J’aurais bien désiré que M. Chaptal eût été à Paris pour vous recommander à M. Barbier-Neuville, chef de division à l’intérieur, duquel l’affaire dépend. Je présume que vous n’aurez pas négligé cette voie ; je lui ai fait donner une forte recommandation par M. leroux, notre doyen, qui m’a appris que le fils d’un médecin de Tours était venu déjà lui demander une lettre qu’il n’avait pas cru devoir lui refuser. Il n’a pas su se rappeler son nom ; mais, entre autres particularités, il m’a dit que, dans la conversation, il avait demandé au pétitionnaire s’il était présenté par M. le préfet, et que le jeune médecin avait répondu que non, heureusement, parce que le préfet était mal vu dans les bureaux, et que ce serait un moyen d’échouer que de venir avec de telles recommandations. (André Marie Constant Duméril à son ami Pierre Fidèle Bretonneau, à Tours, 6 octobre 1814), d’après Triaire, Paul Bretonneau et ses correspondants, 1892)

Il semble qu’en ces années où se mettent en place concours et nouvelles hiérarchies, l’usage de la lettre de recommandation persiste, comme un relicat de l’Ancien Régime. Et la frontière est ténue parfois entre lettre de recommandation et pétition au ministre.

Les circonstances

  • Même restreinte au cercle des proches et des connaissances, le champ où sont réputées agir les lettres de recommandation est large. Nous venons de les voir à l’œuvre au début du XIXe siècle pour faciliter les rencontres professionnelles – le fils reprend avec succès les habitudes du père :

Samedi, après t’avoir écrit, nous avons été voir M. Ashburner, le médecin chez lequel H. logeait, quand il habitait Londres, et il m’a remis des lettres de recommandation, pour visiter les hôpitaux. Avec l’une d’elles, je suis allé voir l’un des chirurgiens de St Barthélemy (Auguste Duméril à son épouse, 9 juin 1851)

  • Ces lettres demeurent des éléments de réussite et elles continuent au cours du siècle d’être sollicitées et agissantes pour l’obtention de postes. Pendant des années un cousin enseignant et père d’une nombreuse famille cherche à améliorer sa situation. AMC Duméril le soutient tout au long de sa carrière. Ayant échoué à l’agrégation, ce parent a peu « d’espoir de demeurer à St Omer » où il désirait rester. Duméril se dévoue alors ; son épouse raconte :

M. Malard n’a pas de quoi avoir du contentement : il a les plus grandes craintes de ne pouvoir rien obtenir à St Omer. Ton père vient d’écrire aujourd’hui à mon frère, pour lui exposer la position de notre pauvre parent et le prier fortement d’écrire à M. Salvandy [ministre de l’Instruction publique], pour cette affaire-là. (Alphonsine Delaroche-Duméril à son fils, 18 septembre 1846)

Pour d’autres membres de la famille :

J’oubliais de te dire que M. Camille grâce à la recommandation de M. Buffet vient d’être nommé receveur particulier à Saint-Claude dans le Jura (Marie Mertzdorff à son père, 16 juin 1877)

  • Lettres, ou peut-être conversations de couloirs entre collègues du Muséum, inclinent un jury à l’indulgence. Après que son petit-fils Léon a réussi au baccalauréat, AMC Duméril constate :

j’ai vu MM. Delaunay, Milne-Edwards, Despretz et Geoffroy Saint-Hilaire pour les remercier, tous les quatre m’ont dit qu’ils avaient été fort satisfaits des réponses de Léon et qu’il n’avait pas eu réellement besoin des recommandations. (André Marie Constant Duméril à son fils, 19 août 1858)

Comme Alphonsine Delaroche-Duméril avec le général Dejean, Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards assume son rôle d’intermédiaire, d’intercesseur, et fait le lien entre les solliciteurs et son époux auréolé du prestige du savant :

Cette pauvre tante a reçu ce matin 3 lettres et devine pourquoi? Pour lui recommander des bacheliers ou plutôt des prétendants à ce beau titre et nous n’avons pas pu nous empêcher de rire quand elle les a remises à oncle car dans le nombre des jeunes gens instruits mais timides qu’on lui recommandait il y avait un bègue et en effet celui-là je crois a besoin de recommandation. (Marie Mertzdorff à son père, 10 juillet 1877)

Nous ne savons si, malgré les rires, les lettres furent efficaces.

  • Il est un autre domaine où la recommandation doit s’ajouter aux vertus propres du demandeur : il semble que pour obtenir une décoration le mérite seul ne suffit pas. Un « vieil ami de cœur » conseille ainsi Charles Mertzdorff :

Mon cher Charles, Je sais que vous êtes porté pour la croix. mais il ne faut pas que du mérite pour obtenir une décoration il faut avoir des recommandations et être un peu courtisan ; je vous engage à vous faire recommander par le Préfet puis par votre famille, vous avez bien un député, un Sénateur, que sais-je, quelqu’un qui dira au ministre que la commission en vous désignant a fait un choix honorable et équitable, que vous avez travaillé comme pas un & que vous cherchez le progrès avec ardeur, que vous êtes Maire, que vous avez une fortune acquise, enfin il faut mettre en relief toutes vos qualités. Ceux qui ne sont pas même désignés par la commission encombrent les antichambres, je ne vous dis pas de faire ce métier, mais puisque vous êtes au tableau & que vous êtes par le mérite il ne faut pas être indifférent. revenez donc à Paris et Cherchez à vous faire connaître, vous regretteriez de manquer une occasion pour avoir ce petit Ruban si envié et souvent donné sans motif légitime & pour moi je désire vous saluer bientôt mon chez Chevalier. (Nathaniel Johnston à Charles Mertzdorff, début juin 1867)

Charles Mertzdorff ne se lance pas dans la campagne d’autopromotion que son ami lui suggère.

La peine d’écrire

  • Hommes et femmes mentionnent les désagréments et fatigues qui leur en coûtent d’écrire des lettres de recommandation.

J’ai souvent des billets à écrire, et quelques-uns ne laissent pas que de me coûter. On en est dédommagé de la peine quand ce qu’on écrit produit l’effet qu’on en attend ; J’eus avant-hier la visite du candidat recommandé par M. De France de Caen, il venait me remercier du bon effet qu’avait produit ma lettre à M. Chaussier. Il paraît que ce dernier a tout de suite pris en considération la recommandation, et a traité le dit candidat avec beaucoup de douceur pendant tous les examens ; aussi ce Caennais avait l’air très reconnaissant, et très content de lui-même et du président du jury. (Alphonsine Delaroche à son mari André Marie Constant Duméril, 25 octobre 1814)

  • Et il faut parfois refuser sans blesser. C’est à quoi s’exerce Alphonse Milne-Edwards, professeur au Muséum. Après le père qui voulait rester à Saint-Omer, voici le fils qui veut travailler à Paris :

Oncle a reçu il y a quelques jours une lettre de Mme Malard qui lui recommandait son fils pour qu’oncle lui trouve une place soit dans son laboratoire soit dans un autre où il pourrait en même temps continuer ses études scientifiques, mais oncle lui a répondu qu’il ne pouvait lui procurer aucune place en ce moment et qu’il ferait bien de passer sa licence ce qui l’aiderait beaucoup à trouver un emploi. (Émilie Mertzdorff à sa grand-mère, 14 février 1879)

*

  • Cent ans après le savant André Marie Constant Duméril, son arrière-petit-fils, le militaire Léon Damas Froissart est un grand producteur de lettres de recommandation : son sens de la famille, son réseau de polytechniciens et d’officiers, sa position de grand propriétaire foncier avec des domaines dispersés et un personnel nombreux de fermiers et d’ouvriers agricoles, son engagement politique dans le parti catholique font de lui un autre grand écriveur. Pendant la Grande Guerre, il se démène en faveur de ses fils :

Si ma lettre de recommandation ne te vaut que certaines facilités pour une permission à Pâques, ce sera toujours cela de bon à prendre. (Léon Damas Froissart à son fils Louis, 13 avril 1916)

Le commandant M. pris d’une bronchite, je crois, est à Amiens où il a reçu la visite que tu penses. Il a parlé de son téléphoniste à la dite personne, revenue à Paris, en tenue, très sympathique. Il a laissé (ou envoyé) quelques recommandations pour toi. (Léon Damas Froissart à son fils Louis, 24 avril 1917)

  • Il intervient également pour un groupe qui excède largement le cercle familial

M. Augustin Priez et son fils qui viennent demander une recommandation pour que ce dernier qui est récupéré comme garde-voie soit rapproché du pays où il a une culture, un de ses frères étant tué, un autre prisonnier et le 3e au front des Flandres. On a commencé par resservir le dîner, on a fait ensuite une lettre et il était près de 5h quand nous sommes arrivés à Dommartin (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils Louis, mobilisé ; gazette multigraphiée, 28 octobre 1917)

  • Quelle que soit l’époque, la recommandation doit être adroite, et l’épistolier déployer toute sa dextérité. Les manuels donnent souvent en exemple les lettres de Voltaire, lui qui savait glisser avec habileté la recommandation dans le paragraphe d’une lettre traitant de beaucoup d’autres choses. Charles Dezobry cite cette lettre à l’impératrice de Russie Catherine II : « Je vous annonce aujourd’hui un gentilhomme flamand, jeune, brave, instruit, sachant plusieurs langues, voulant absolument apprendre le russe et être à votre service; de plus, bon musicien il s’appelle le baron de Pellemberg. Ayant su que je devais avoir l’honneur de vous écrire, il s’est offert pour courrier, et le voilà parti ; il en sera ce qu’il pourra tout ce que je sais, c’est qu’il en viendra bien d’autres, et que je voudrais bien être du nombre4.

  1. Charles Dezobry, Dictionnaire pratique et critique de l’art épistolaire français : avec des préceptes et des conseils sur chaque genre, plus de mille modèles choisis dans les monuments et les documents de la langue française, et des remarques…, C. Delagrave, 1866, p. 1081. []
  2. Dezobry, Op. cit., p. 220. []
  3. Voir le billet : « La bannière : une lithographie de Gavarni », https://puc.hypotheses.org/153. []
  4. Charles Dezobry, Op. Cit., p. 1082. []

L’espace de la page

À peine dépliée, avant même d’être lue, la lettre raconte « quelque chose ». Sa signification déborde celle du texte écrit1 : le papier (lourde feuille, page arrachée à un cahier, carte), son format, sa couleur, sa texture, voire son bruissement, son parfum parfois, sollicitent toutes les perceptions du lecteur et éveillent des émotions qui accompagnent et orientent la lecture. De même l’écriture (calligraphiée, griffonnée, au crayon, à la plume) et la disposition du texte dans la page ont leur importance. Tous ces éléments sont codifiés et, comme le préconise la comtesse de Boissieux au XIXe siècle dans son Cours abrégé de style épistolaire, « il est dans la forme des lettres un cérémonial qu’il importe de connaître et d’observer »2.

Des lettres visuellement différentes

A.M.C. Duméril à sa mère, 29 juin 1795
A.M.C. Duméril à sa mère, 29 juin 1795

Alphonsine Delaroche-Duméril à son époux, 30 septembre 1812
Alphonsine Delaroche-Duméril à son époux,        30 septembre 1812

 

 

Voici deux lettres familiales, autour de 1800. Les pages remplies par les deux époux sont visuellement différentes. L’une est aérée et, conformément aux formes prescrites, isole nettement la date, le titre et la signature ; l’autre est plus touffue et les mots partent à l’assaut de tout l’espace de la feuille. Comme il était d’usage à l’époque, Alphonsine Delaroche n’utilise pas d’enveloppe et inscrit l’adresse sur la lettre pliée3 ; la plupart de ses lettres sont ainsi envahies par l’écriture hors le petit rectangle qui reste visible lors du pliage. André Marie Constant Duméril est plus respectueux des conventions, telles que les enseignent les manuels.

Le cérémonial épistolaire

Sous forme de questions et réponses, le Cours de la comtesse de Boissieux passe en revue tous les aspects du cérémonial épistolaire et détaille ses conventions :

« Quel est le format du papier à employer de préférence ?­
Ce format varie selon le degré d’intimité ou plutôt selon la position de la personne qui écrit ; ainsi une femme peut, même pour des lettres de cérémonie, employer le petit format, tandis qu’un homme bien élevé ne se le permet que dans l’intimité.

Qu’appelez-vous titre en style épistolaire ?
­ L’appellation donnée au correspondant soit Monsieur, Madame, mon cher frère, mon cher ami, etc.,

Comment se place ce titre ?
En vedette, c’est à dire au milieu de la ligne et seul sur cette ligne.

Y-a-t-il des règles fixes pour la hauteur de cette vedette ?
­ En écrivant à un personnage une lettre de cérémonie, la vedette doit être placée au tiers environ du papier.

Dans ce cas, où commence le corps de la lettre ?
­ A la moitié à peu près de la page ».

Distances à observer en tête et à la fin, lignes à laisser blanches sous la vedette, au bas de la page, etc., tout est détaillé. Dans les lettres ordinaires « on tend chaque jour à s’affranchir de cette étiquette » ; mais, conclut-elle, « il faut cependant se garder de [la] négliger trop complètement »4.

Ce Cours de Madame de Boissieux est édité en 1878. Autour 1860-1870 de très nombreux autres manuels paraissent5, reprenant les mêmes conseils :

« on appelle donner la ligne, laisser un intervalle plus ou moins grand entre la qualité nominative de la personne à qui l’on écrit, Monsieur, Madame, etc., et le commencement de la lettre »6.
ou bien :
« pour les lettres les plus respectueuses ou les plus cérémonieuses, on laissera un espace de six à dix centimètres, dans le format in-folio ou in-4°, entre le titre qualificatif de rang ou de dignité. On observera la même distance entre la dernière ligne de la lettre et la formule des civilités ou des respects; et la signature ne se posera qu’à cinq centimètres environ au-dessous de cette formule. Dans les lettres d’un degré moins cérémonieuses, on pourra diminuer un peu ces distances »7.

La longue durée des conventions

La société évolue, les épistoliers se multiplient, le nombre des lettres s’envole8, mais ce qui frappe, c’est la permanence des règles du bien écrire tout au long du siècle.

Les manuels de Philipon de La Madelaine (1734-1818) sont réédités au cours du XIXe siècle. Dès avant la Révolution, lui qui se veut simple et moderne, prescrit : « Vers le quart de la page, à commencer en haut, vous écrivez la qualification de la personne, Monseigneur ; Monsieur, Madame, ou Mademoiselle, selon son rang & son état […] Entre cette qualification de la personne & le commencement de la Lettre , vous laisserez un intervalle plus ou moins grand, selon le respect que vous lui devez ; & c’est là ce que l’on appelle communément donner la ligne. Vous observez aussi de laisser au bas de la même page un espace de deux ou trois doigts, & au revers vous commencez à la même hauteur où vous avez placé de l’autre côté le mot de Madame ou de Monsieur »9.

Plus d’un siècle après, la « baronne Staffe »10 répète encore :

« On commence sa lettre par le mot « Monsieur », ou « Madame », « Mademoiselle », mis en vedette, après la date. A des personnes de connaissance, on dit bien « Cher Monsieur », « Chère Madame », « Chère Mademoiselle ». Ce ton plus familier, plus aimable dépend de la nature des relations, c’est à chacun de se rendre compte si ce ton peut, doit être employé. »

Émotions et conventions

Mais devant la force des sentiments et l’urgence de les dire, que deviennent la mesure, la rigueur, le formalisme ? Chacune et chacun sait s’en détacher pour faire passer ce qui est le plus important. Dans cette famille aisée,  les règles du savoir-écrire sont connues et le papier ne manque pas ; cependant la mise en place et la mise en ordre des mots, des phrases, des paragraphes sont bousculées. La page n’est plus un espace régulé, mais une monstration des sentiments, la visualisation d’un attachement. Le gribouillage naît de la hâte de dire, les lignes s’infléchissent au rythme des émotions. Ou bien, l’écriture restant sage et régulière, les lignes se croisent et se superposent pour saturer la page. Leur entrelacement rend sensible l’attachement des deux cousines et exprime le trop-plein de leur affection. On peut voir aussi dans ce tissage graphique comme un jeu de devinette dont le déchiffrement scelle la complicité des jeunes filles. La lecture malaisée appelle la connivence.

Caroline Duméril à sa cousine et amie, 16 juillet 1855
Caroline Duméril à sa cousine et amie,                   16 juillet 1855

Souvent, l’écriture déborde en post-scriptum après la signature, s’insinue dans les marges, recouvre ce qui est déjà écrit comme un déferlement de tendresse, une effusion irrépressible. Bien loin du soin et de l’attention que requiert la calligraphie et le comptage des espaces vides, le besoin d’atteindre l’autre, l’espoir rageur de le convaincre, l’angoisse que l’on veut cacher ou partager se lisent dans le bouleversement des règles. À l’inverse de l’envahissement des mots, c’est parfois le vide qui s’impose, lorsque l’essentiel est en jeu :

Jules Desnoyers à son gendre et sa fille - carte du 13 novembre 1870
Jules Desnoyers à son gendre et sa fille              Carte du 13 novembre 1870

C’est la guerre, Paris est assiégé ; on ne sait si les lettres arrivent, on ne reçoit pas de réponses ; on ignore même si les destinataires sont saufs. L’angoisse gagne, les lettres se multiplient avec des phrases rassurantes tassées sur les feuillets expédiés de Paris en « ballon monté ». Mais sur cette carte à ses enfants, le père va à l’essentiel et pose les questions vitales : Vous portez-vous bien ? Recevez-vous nos lettres ? Où êtes-vous ? La situation exceptionnelle exige un message inhabituel dans son dépouillement.

« Miroir de l’âme », pour reprendre un poncif, jusque dans son aspect, la lettre fait sens en présentant immédiatement l’état d’une relation. Un premier regard, avant même la lecture, peut renseigner sur l’attitude de l’épistolier.

  1. Voir le billet : « La lettre, support d’un texte ». []
  2. Comtesse de Boissieux, Cours abrégé de style épistolaire, avec de nombreux sujets de lettres, à l’usage des classes de français, J.-E. Gauguet, 1878, page 11 [ouvrage numérisé BNF-Gallica]. Les titres des manuels cités dans ce billet sont tirés du livre de Cécile Dauphin, Prête-moi ta plume… Les manuels épistolaires au XIXe siècle, Kimé, 2000, bibliographie pages 168 à 196. []
  3. Voir le billet : « Les enveloppes ». []
  4. Boissieux, op. cit., p. 13-15. []
  5. C. Dauphin, op. cit., p. 22 et suivantes. []
  6. Alexandre Abrant, Exercices sur le style épistolaire, à l’usage des jeunes gens…, 2e édition, Larousse et Boyer, In-12, 1860, page 22 [ouvrage numérisé BNF-Gallica]. []
  7. Charles Dezobry, Dictionnaire pratique et critique de l’art épistolaire français : avec des préceptes et des conseils sur chaque genre, plus de mille modèles choisis dans les monuments et les documents de la langue française, et des remarques…, C. Delagrave, 1866, page 753 [ouvrage numérisé BNF-Gallica]. []
  8. Voir le billet : « Trafic postal ». []
  9. Louis Philipon de La Madelaine, Modèles de lettres sur différents sujets…, 1771, pages 51-53 [ouvrage numérisé BNF-Gallica]. []
  10. Blanche Staffe, La correspondance dans toutes les circonstances de la vie, L. Chailley, 1895 [numérisation BNF-Gallica]. []

L’oiseau messager

Marie Mertzdorff à son père, 20 juin 1876
Marie Mertzdorff à son père, 20 juin 1876

Lorsqu’en 1876 Marie Mertzdorff, 17 ans, dessine pour son père cet oiseau tenant en son bec une lettre1, elle reprend un motif très courant et illustre la permanence du thème. L’oiseau messager, bien réel, élevé pour cela, ou bien décrit par des mots ou des traits de plume, traverse les siècles. Depuis l’Antiquité, des pigeons sont chargés de transmettre des messages, surtout en temps de guerre : la colombophilie militaire connaît sans doute un âge d’or au XIXe siècle. L’imaginaire amoureux s’est emparé de longue date de ce symbole d’un échange discret, sûr et rapide. Le caractère gracieux de l’oiseau, colombe ou hirondelle, qui se joue des obstacles, se prête à merveille au transport des sentiments affectueux. Entre Madame de Sévigné et sa fille, ils seraient les médiateurs idéaux : « Vous avez mal rangé les dates, ma chère enfant » lui écrit-elle, « vous avez cru que les oiseaux portaient vos dernières lettres, ou vous aviez oublié combien nous sommes loin l’une de l’autre » (1689). Les gravures du XIXe siècle diffusent largement ces représentations de messagers de fantaisie : oiseaux, angelots, lévriers et cupidons rivalisent de complicité pour se faufiler au plus près des destinataires.

P. Cuisin, Le Nouveau Secrétaire des amants…, Lille, Blocquel-Castiaux, 1819 (dessin de Brigitte Parent d’après l’original)
Cuisin,  1842 (dessin de Brigitte Parent d’après l’original)

blog-Capture-oiseau-Cuisin

Dans le frontispice du Secrétaire de Cuisin2, le jeune épistolier est assis sous des arbres, à l’inverse de la représentation la plus courante (un homme à son bureau). Il écrit bien sûr une lettre d’amour : le titre du manuel (Le Nouveau Secrétaire des amants), la légende de la gravure (La plume va, court d’elle-même / Quand c’est l’amour qui la conduit), un Cupidon jailli des branchages et l’oiseau porteur de message le signifient clairement.

Emmanuel Destouches et L.T. Bonnard, Nouveau et Galant Petit Secrétaire des amants…, Meulan, 1844 (dessin de Brigitte Parent d’après l’original)
Destouches et Bonnard, 1844 (dessin de Brigitte Parent d’après l’original)

blog-Capture-oiseau-manuel6

Dans le même registre amoureux, le Nouveau et Galant Petit Secrétaire des amants de Destouches et Bonnard3 déplie en frontispice les scènes successives : « La Déclaration d’Amour », « Premier rendez-vous et baiser d’Amour », « La brouille », « Le raccommodement ». La vignette centrale, « Réponse à la lettre d’envoi du gage d’Amour », représente deux jeunes femmes élégantes dans un boudoir ; dans la fenêtre ouverte apparaît un oiseau, lettre au cou, dont la légèreté, la délicatesse et la complicité font écho à celles des deux amies.

Quelques décennies plus tard, les cartes postales, si friandes de représentations de fantaisie, reprennent, parmi tant d’autres, le thème de l’oiseau messager transportant lettres ou cartes postales. Leur vol suggère la distance vaincue, le mouvement, l’effusion sentimentale. À côté de guirlandes et de bouquets, d’improbables factrices, de bambins souriants, d’animaux facétieux, figures d’une évidente lisibilité, les oiseaux s’imposent en allégories de la liberté du cœur, de l’envol de l’âme et des épanchements. La légende imprimée qui souvent accompagne les images sur les cartes en renforce le sens. « Pensez à moi » s’inscrit à côté d’une jeune femme et d’un oiseau portant une lettre : tout est dit, il ne reste qu’à signer4. Ou bien sur une carte de 1912, « Du camp de Châlons », des hirondelles apportent des cartes postales avec  le « meilleur souvenir » du signataire à son correspondant – et les oiseaux concurrencent là les aéroplanes représentés au-dessus5.

Picasso lui-même, adressant avec Max Jacob des vœux de bonne fête à Apollinaire en 1905, orne sa carte gouachée6 (paysage marin brodé d’écume, soleil rayonnant, fleurs en bouquets, arcade de verdure), d’un oiseau messager portant une enveloppe cachetée où s’inscrivent, bien lisibles, les souhaits (BONNE FÊTE), la signature (Picasso) et l’adresse parisienne du poète, soit l’essentiel du message épistolaire. La représentation de l’oiseau messager, d’une enveloppe close d’un cachet de cire, de motifs floraux peut se lire comme la reprise teintée d’ironie de thèmes ressassés.

Parfois la lettre est tenue dans le bec, parfois elle est attachée au cou de l’oiseau, parfois encore elle est enfermée dans petit sac. Jules Verne décrit la scène : « C’était, en effet, un pigeon, et même un échantillon de l’espèce des pigeons voyageurs, car il avait les ailes légèrement échancrées et tronquées vers leur extrémité. « Ah ! fit soudain Ben-Zouf. De par tous les saints de Montmartre, il a un sac au cou ! » […] « Voilà des nouvelles de notre savant qui nous arrivent ! s’écria le capitaine Servadac. La mer n’étant plus libre, il emploie les oiseaux pour porter ses lettres ! » […] Le petit sac avait été en partie déchiré pendant la lutte du pigeon contre les goélands. Il fut ouvert, et on y trouva une courte notice, laconiquement rédigée. »7

Même à notre époque où textos et  courriels remplacent les lettres manuscrites, l’oiseau messager continue de séduire. J’en veux pour preuve ce billet humoristique, « Envoyer une lettre d’amour en pigeon voyageur 2.0 » posté le 23 avril 20128 :

« Le pigeon voyageur 2.0, ou pigeon-express, est un mode de communication parfaitement sécurisé, écolo et 100 % privé. Pour l’utiliser rien de plus simple : capturez un pigeon avec du pain trempé dans du whisky (de quoi l’étourdir), puis profitez de sa cuite pour installer sur son dos un mini-étui pour carte SD ou clé USB. A son réveil, il ne vous reste plus qu’à lui parler gentiment en lui indiquant l’adresse de votre destinataire, et à vous en remettre à son sixième sens magnétique… Bon, ça n’existe pas encore mais il paraît que certains nostalgico-romantiques y réfléchissent sérieusement. »

Et sur la Toile, on peut  glaner des images de ce genre :

Les oiseaux messagers sur la toile
Des oiseaux messagers sur la Toile

  1. Les lettres de 1876 ne sont pas encore publiées sur le site S’écrire au XIXe siècle. []
  2. P. Cuisin, Le Nouveau Secrétaire des amants, ou Lettres galantes, Lille, Blocquel-Castiaux, 1842, in Cécile Dauphin, et Danièle Poublan, La Lettre mise en scène dans les gravures – 1800-1920, PU Rennes, 2009, pages 23-24. []
  3. Emmanuel Destouches et L.T. Bonnard, Nouveau et Galant Petit Secrétaire des amants…, Meulan, 1844, in Cécile Dauphin, Prête-moi ta plume, page 42. []
  4. Marguerite à son amie Jeanne, collection du Musée de La Poste, Paris. []
  5. Collection Meillassoux, ancien Musée des Arts et Traditions populaires, Paris. []
  6. Sainte Apollinaire, 23 juillet 1905, Musée Picasso, Paris. []
  7. Jules Verne, Hector Servadac : voyages et aventures à travers le monde solaire, 1877, page 259. []
  8. https://www.soonsoonsoon.com/bp9706 []

Annoncer une naissance

Quelques mois après l’annonce en confidence de la grossesse, secret partagé d’abord avec les plus proches, le bébé arrive et la nouvelle de sa naissance est alors proclamée dans un cercle qui excède celui des intimes et de la famille. Comme le billet précédent « Annoncer une future naissance », celui-ci se nourrit d’une communication de Catherine Rollet (« Une histoire d’annonces. Temporalités et manières de faire d’hier à aujourd’hui »1) et des lettres familiales du site « S’écrire au XIXe siècle ». Après l’annonce de la grossesse, des questions semblables se posent lors de la naissance : comment annonce-t-on l’événement par lettre ? Qui écrit ? À qui ? À quel moment ? Quels sont les mots employés ? Sur un siècle de correspondances perçoit-on des modalités différentes ?

Les mots pour le dire

  • L’annonce par le père

L’annonce de la naissance à ceux qui sont éloignés est rapide et se fait en priorité aux grands-parents du bébé. Au début du XIXe siècle les parents d’Alphonsine, vivant à Paris, sont probablement informés directement et son époux, André Marie Constant Duméril, écrit à ses propres parents :

Mes chers parents, La première chose que j’ai à vous dire c’est l’heureux accouchement de mon Alphonsine. Cet événement a été des plus heureux. hier elle s’est promenée avec moi plus d’une heure et demie au jardin des plantes où elle était allée à pied et d’où elle est revenue de même à huit heures du soir. A minuit, elle a commencé à ressentir quelques douleurs et à 7 heures du matin, le 26 mars, tout était fini sans que j’aie eu besoin d’appeler personne à mon aide. (AMC Duméril à ses parents, 26 mars 1807)

Et l’année suivante :

Mes chers parents, Alphonsine vient d’accoucher très heureusement et m’a rendu père d’un fils. Ses douleurs vives n’ont pas duré deux heures – l’enfant n’est pas très fort : mais il paraît très bien constitué. Il est né à trois heures du matin il en est six et sa mère repose. elle m’a chargé de vous peindre toute sa joie. (AMC Duméril à ses parents, 28 juin 1808)

Michelle Perrot note dans l’Histoire de la vie privée que « la naissance est un acte rigoureusement privé, et féminin, jusque dans son récit et sa mémoire […] La chambre commune, au mieux conjugale, en est le théâtre, dont les hommes sont exclus, médecin excepté »2. André Marie Constant Duméril, père et médecin, occupe une place singulière ; il peut donner des détails sur l’accouchement, qu’il a pratiqué lui-même, au moins en 1807.

Si la naissance est un acte féminin, son annonce est souvent une prérogative masculine. Lorsque les foyers sont éloignés, la mère de l’accouchée vient souvent s’installer quelques semaines au chevet de sa fille. Ainsi, deux générations plus tard, Félicité Duméril séjourne auprès de Caroline Duméril-Mertzdorff en Alsace. Mais l’annonce se fait d’abord entre hommes : le père, Charles Mertzdorff, écrit à son beau-père resté à Paris : la mère se repose et la grand-mère sans doute « brisée par l’émotion », comme l’expriment les lettres fictives, ne peut prendre la plume.

  • La diffusion de la nouvelle

Par relais successifs, la nouvelle de la naissance se répand  :

Chère Tante, je vous annonce et vous prie d’annoncer à nos chers parents l’arrivée en ce monde d’un nouveau neveu (14 juillet 1807, naissance d’Alfred Say)
Veuillez bien instruire mon oncle Duval et mes cousins et cousines Duval, Delamothe et Duquesnel auxquels je me propose d’écrire dans un autre moment (AMC Duméril à ses parents, 26 mars 1807)
Veuillez faire part de cette bonne nouvelle à mon oncle et à mon cousin Duval et à leur famille (AMC Duméril à ses parents, 28 juin 1808)

La domesticité est associée à l’événement :

 Dites aussi à Caroline en l’embrassant vivement comme nous voudrions le faire que les domestiques ont pris une vive part à la nouvelle qu’ils ont apprise (AMC Duméril, à Paris, à l’époux de sa petite-fille, en Alsace, 17 avril 1859)

  • Au XXe siècle

Au début du XXe siècle le fonds d’archives donne accès à certaines lettres des grands-parents mais pas à celles des parents. Les citations suivantes sont extraites de lettres du couple Froissart (les grands-parents) à leur plus jeune fils, célibataire, oncle des nouveaux-nés. La période de la guerre influe sur vocabulaire employé : le registre est volontiers guerrier, avec des mots comme « canon », « vaillance » ou « conscrit ».

Je pense que tu es heureux et fier de savoir que le nom de Froissart a un nouvel héritier. J’augure très bien de ce Jacques II arrivé au bruit du canon et qui aura, avant de voir le jour, participé à la vaillance de sa mère dans les tristes jours qu’elle a traversés depuis 3 mois. (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils, 23 novembre 1914)
un nouveau conscrit de la classe 36 est arrivé cette nuit, un peu plus tôt qu’il ne s’annonçait, mais tout va bien. Il a nom Hubert et t’envoie ses respectueux hommages auxquels je joins mille amitiés. (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils, 14 octobre 1916)

Catherine Rollet relève un trait marquant de notre époque dans les familles urbaines et dotées d’un capital culturel élevé : « le souci d’associer l’enfant déjà né, lorsqu’il existe, à l’aventure d’une nouvelle naissance. Les parents sont préoccupés par les réactions du fils ou de la fille aînée et prêtent une grande attention à son comportement, de façon à prévenir toute forme de rejet et à favoriser le lien fraternel. » Dès le début du XXe siècle l’attention accordée aux relations interpersonnelles au sein de la famille est perceptible :

Ta lettre a précédé de deux heures ce matin l’arrivée de la petite Odile qui a fait son entrée en ce monde à 11h ¼. Tout s’est bien passé et c’est toujours un gros soulagement quand on voit bien arrangé dans son berceau un petit enfant très bien fait et bien vivant. J’ai l’impression qu’elle ressemble beaucoup à notre Suzette [une sœur aînée décédée], mais Lucie [la maman] a eu une petite déception de n’avoir pas le garçon rêvé. Henri [le papa] en a une aussi, mais elle est effacée par la satisfaction du fait accompli. Quant à Geo [le frère de 5 ans], il est très vexé car il avait toujours demandé un petit frère dans ses prières, contrairement à sa sœur [Geneviève, 4 ans]. « C’est parce que Vève a été au salut qu’elle a une petite sœur, eh ! bien maintenant j’irai au salut et je prierai et j’aurai aussi un petit frère ! » Ainsi la pauvre Lucie n’a pas fini. (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils, 21 mars 1917)

Les moyens de l’annonce

  • Dépêche télégraphique et télégramme

Les annonces citées plus haut sont faites par lettres. Mais, dans cette famille de la bourgeoisie aisée, les moyens modernes sont mobilisés au fur et à mesure des progrès techniques :

Constant avait écrit à toutes les personnes qui portent à notre famille le plus d’intérêt et nous avons su que la dépêche télégraphique, qui avait été expédiée en duplicata, était parvenue à leur adresse (17 avril 1859)

Le manuel de la « baronne Staffe », plusieurs fois réédité, propose à la fin du XIXe siècle des modèles de télégrammes3 :
un jeune père à sa mère : « Laurence heureusement délivrée tout à l’heure d’un superbe garçon. Tout va bien. Je t’embrasse. »
à son beau-père : « Laurence heureusement accouchée d’un garçon magnifique. Vont bien. Affections. »
à son beau-frère : « Avons un beau garçon et Laurence va très bien. Amitiés. »
à une amie : « Heureux de vous apprendre que nous avons un fils. Laurence va bien. Respects affectueux. »

Blanche Staffe donne également un modèle de faire-part de naissance4 : « Le baron de Seillac, capitaine au 40° bataillon de chasseurs à pied, et la baronne de Seillac, ont la joie de vous faire part de la naissance de leur fils Jean-Robert-Georges-Henri. » Les modèles de réponses suivent, sur des cartes de visite. Évidemment ces épistoliers fictifs ont des titres, des noms à particule et des fils plutôt que des filles ! Les archives Duméril-Mertzdorff-Froissart ne semblent pas conserver de faire-part de naissance.

  • Faire-part dans la presse

Au cours du XIXe siècle, une rubrique spéciale est créée dans les journaux où les annonces de naissances se multiplient : la mère est nommée par son nom de jeune fille, le nouveau-né est sexué, mais son prénom n’est donné qu’au XXe siècle. C’est bien ainsi que la naissance d’Odile Degroote (une petite-fille des Froissart) est annoncée dans le « Carnet du Jour » de l’Écho de Paris daté du 23 mars 1917 : « Mme Henri Degroote, née Froissart, a mis au monde, à Paris, une fille, Odile. »

Annonce de la naissance d’Odile Degroote dans l’Écho de Paris (23 mars 1917)
Annonce de la naissance d’Odile Degroote dans l’Écho de Paris (23 mars 1917)

 

 J’ai recherché et trouvé cette annonce après avoir lu une carte-lettre d’Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils mobilisé (un oncle du bébé) :

Mon cher Louis, Tu seras content de savoir que nous allons tous bien […]. Nous n’avons aucune nouvelle de Pierre [au front] qui n’a pas écrit depuis qu’il a une nouvelle nièce. Ne l’aurait-il pas appris par l’Echo avant de recevoir ma lettre  ? (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils Louis, 31 mars 1917)

En cette période de guerre, les annonces dans les journaux sont amenées à relayer les lettres, non seulement auprès de relations et connaissances, mais également au sein de la famille proche dispersée.

***

L’enfant nouveau-né est d’abord accueilli par la famille, dont les lettres disent toute l’affection :

C’est dans toute la joie de la famille que je viens aujourd’hui vous remercier de la bonne et excellente lettre que nous attendions et qui nous comble de satisfaction. Nous étions réunis, quand nous avons reçu Vendredi à neuf heures, la nouvelle de l’heureuse délivrance de Caroline. quelle émouvante et douce annonce ! (Le grand-père, AMC Duméril au nouveau père, 17 avril 1859)

Ensuite l’enfant acquiert une existence sociale par l’attribution officielle d’un nom. Michelle Perrot remarque que, à la différence de la naissance qui est affaire de femmes, « la déclaration à la mairie, cette donation du nom […] est au contraire le fait du père »5. En 1916, le père étant mobilisé, c’est le grand-père qui se charge de la démarche :

J’ai déclaré ce matin à la mairie du VIIe Hubert Colmet Daâge. Amitiés D. (Carte de Léon Damas Froissart, grand-père de l’enfant, à son fils, 16 octobre 1916)

Puis l’enfant prend sa place dans la communauté religieuse de ses parents – dans cette famille, par le baptême catholique :

Made va très bien. Son fils [Hubert Colmet Daâge] aussi ; il crie, il tète, il dort d’une façon satisfaisante. On le baptise demain, Elise et Christian marraine et parrain. (Emilie Mertzdorff-Froissart à son fils, 16 octobre 1916)

Sur le baptême, un moment fort de la vie dans la famille Mertzdorff-Froissart, nous reviendrons.

  1. Catherine Rollet, « Une histoire d’annonces. Temporalités et manières de faire d’hier à aujourd’hui », communication prononcée lors du colloque « Du sud au nord : naître hier, aujourd’hui, ici et ailleurs » du 2 au 4 mai 2013, Saint-Denis de La Réunion, à paraître. []
  2. Michelle Perrot, « Figures et rôles », dans Histoire de la vie privée – 4, Seuil, 1987, p.152. []
  3. Blanche Staffe, La correspondance dans toutes les circonstances de la vie, L. Chailley, Paris, 1895, p.138 [numérisation BNF-Gallica]. []
  4. Blanche Staffe, Id. p.155. []
  5. Michelle Perrot, Id. []

Annoncer une future naissance

La confidence d’une jeune amie voisine de bureau, murmurée entre rire et sourire, et la joie partagée à ces mots me décident à publier ce billet ébauché depuis des mois : comment annonce-t-on par lettre l’arrivée future d’un enfant ? Quels sont les mots employés ? Qui écrit ? À quel moment ? Ce billet se nourrit d’une communication de Catherine Rollet (« Une histoire d’annonces. Temporalités et manières de faire d’hier à aujourd’hui »1) et, comme d’habitude, des lettres familiales du site qui sur un siècle présentent quelques scénarios différents.
Dans cette famille bourgeoise, plusieurs mariages éloignent les jeunes marié(e)s de leurs parents et les mots écrits gardent alors trace des événements qui scandent leurs existences, en particulier l’arrivée d’un enfant. Quelle que soit la période, et comme on pouvait s’y attendre, l’annonce est faite d’abord à ceux que lie une forte intimité : la mère ou la sœur. Les lettres éventuelles aux ami(e)s échappent aux archives centrées sur la famille.

Au début du XIXe siècle, le couple Duméril-Delaroche

Alphonsine Delaroche est plusieurs fois enceinte ; seuls deux enfants sur cinq survivent jusqu’à l’âge adulte. Son mari, André Marie Constant Duméril, médecin et naturaliste parisien, fils affectionné, annonce à sa mère qui réside à Amiens :

Ma femme est bien décidément enceinte et nous comptons bien dans six ou sept mois avoir le plaisir de posséder ici l’un de vous deux pour tenir le futur et lui donner une existence civile (13 septembre 1806)

Bien que ses parents comptent déjà par ailleurs plusieurs petits-enfants, André Marie Constant Duméril insiste, pour cette première naissance, sur le lien générationnel, sur la continuité de la lignée. Et, reflet de ses propres convictions et traces laissées par la Révolution encore proche, il parle d’« existence civile », situant son futur enfant comme citoyen plutôt que membre d’une communauté religieuse. Caroline naît le 26 mars 1807 (et meurt en septembre 1811). Alphonsine Delaroche, s’adressant à sa belle-mère, est plus réservée ; elle ajoute à la suite de son mari : « je ne parle pas de cette grossesse […] je ne l’avouerai que lorsqu’elle sera visible » (13 septembre 1806). André Marie Constant Duméril continue d’informer sa mère dans les années suivantes :

La grossesse d’Alphonsine est toujours très heureuse. nous ne savons pas au juste de quand elle date cependant nous présumons que la fin de juin pourra la voir débarrassée. (28 avril 1808, naissance de Constant le 28 juin 1808)

Ma femme au contraire a la santé un peu altérée ; mais comme il y a une cause soupçonnée et qui date d’à peu près deux mois, ces malaises ne nous inquiètent pas. Ils nous font au contraire bien plaisir et c’est une joie pour nous de vous l’annoncer. (10 mai 1812, naissance d’Auguste le 30 novembre 1812)

Ma femme est dans ce moment légèrement indisposée. Mais tout porte à croire que cela dépend d’une grossesse commençante laquelle n’est pas encore avouée (19 mars 1815, naissance de Caliste, une fille, le 20 octobre 1815 ; elle meurt en février 1816)

Dans ces circonstances, au fil des années, Alphonsine Delaroche reste plus discrète, et c’est après l’annonce faite par son époux qu’elle consent à « avouer » ses grossesses. Catherine Rollet s’interroge sur cette réserve ; elle y voit « pudeur, crainte d’une issue fatale, recentrage sur l’intimité du couple ». Nous ne savons pas quand, ni en quels termes, Alphonsine Delaroche s’est adressée, oralement sans doute, à sa propre famille qui réside comme elle à Paris.

Au milieu du XIXe siècle, le couple Mertzdorff-Duméril

Deux générations plus tard, Caroline Duméril (petite-fille d’André Marie Constant Duméril) quitte Paris pour vivre en Alsace auprès de son époux Charles Mertzdorff et de sa belle-mère. Un mois après son mariage (le 15 juin 1858), elle annonce une grossesse probable à sa mère, et la nouvelle fait immédiatement le tour de la famille. Cette lettre initiale n’est pas conservée, mais elle est mentionnée par André Marie Constant Duméril dans une lettre à son fils :

Je t’apprendrai que Caroline, dans la lettre qu’elle écrit à sa mère, lui annonce que ses époques ne sont pas venues ; que pendant tous ses voyages, elle a été obligée de s’étendre complètement dans les voitures ; qu’elle éprouve des douleurs de reins dès le moment où elle se tient sur les jambes ; qu’elle se sent généralement mal à l’aise – on sait que, même avec des émétiques, elle est presque dans l’impossibilité de vomir. Elle se croit enceinte (27 août 1858, André Marie Constant Duméril à son fils Auguste Duméril, oncle de Caroline)

Marie naît le 17 avril 1859. Caroline Mertzdorff annonce très précocement encore sa grossesse suivante. Mais redoutant la publicité que sa mère avait immédiatement donnée à la première, elle lui recommande cette fois-ci la discrétion :

maintenant, ma chère maman, j’ai à t’annoncer une grande nouvelle que je te prie de garder tout à fait pour toi, papa et Léon [jeune frère de Caroline] ; c’est que Mimi ne sera plus fille unique au printemps selon toutes les apparences. Je sais que cette nouvelle va te contrarier mais nous en sommes bien heureux. Je me portais si bien que je ne pouvais être en de meilleures dispositions, et d’ailleurs jusqu’à présent cette grossesse s’annonce parfaitement, j’ai bien quelques petits malaises mais après ce que j’ai souffert la première fois, je puis dire que je n’ai rien du tout. Moi je crois être enceinte depuis près d’un mois, je le croyais déjà à Paris mais tu sais que Charles n’aime pas que l’on parle de ces choses aussi te supplie-t-il de n’en rien dire même au Jardin [des Plantes] avant que la chose soit un peu plus avancée, tu me le promets n’est-ce pas. Je mange beaucoup et dors très bien, j’engraisse même assez ainsi tu vois que cela ne doit pas te donner de préoccupations. (20 juin 1860, naissance d’Emilie le 22 février 1861)

Circonspection de l’époux, craintes des parents pour leur fille réputée de santé fragile, joie de la future mère, repli sur le cercle familial le plus réduit : la lettre de Caroline Mertzdorff dit tout cela.

Au début du XXe siècle

Emilie Mertzdorff (celle dont la venue est annoncée ci-dessus) et son époux Léon Damas Froissart, parents de six enfants devenus adultes au début du XXe siècle, prennent la plume pour tenir chacun au courant des événements de la vie familiale. Ce n’est plus, comme autour d’André Marie Constant Duméril, un milieu de médecins et de scientifiques : Léon Damas Froissart est militaire et propriétaire terrien. Une culture autre, ou bien la pudeur de l’époque en général, je ne sais pas ce qui influe sur le vocabulaire employé, qui est très différent. Les Froissart, à la différence des Duméril, n’utilisent pas les mots de « grossesse » ou d’« enceinte ». Ils ont recours à des périphrases comme « une douce espérance » (Emilie Froissart) ou « une situation intéressante » (Léon Damas Froissart). La naissance est « l’événement attendu ». L’annonce d’une naissance future est faite précocement et circule vite, sans l’accord explicite de l’intéressée, au sein de cette famille nombreuse :

Lucie est toujours si fatiguée que cela nous ennuie quoiqu’elle ait des raisons de fatigue qui sont pour elle une très douce et consolante espérance. Mais c’est encore très récent et elle ne m’a pas chargée de te le dire. (Emilie Froissart à son fils, frère de Lucie, 3 septembre 1916)

Le cinquième enfant de Lucie naît le 21 mars 1917.

 D’Élise je puis te dire au contraire que sa situation est des plus intéressantes, comme celle de Madeleine d’ailleurs !!! (Léon Damas Froissart à son fils, beau-frère d’Élise et de Madeleine, 13 avril 1916)

Le fils d’Elise Froissart naît le 9 septembre ; celui de Madeleine Colmet Daâge le 14 octobre 1916.

Le modèle des manuels épistolaires

Blanche Staffe (1845-1911), « la baronne Staffe », prolifique dispensatrice des règles du savoir-vivre, des bonnes manières et des « usages du monde » sous la Troisième République, propose dans sa Correspondance dans toutes les circonstances de la vie2 quelques modèles de lettres relatives aux « espérances de maternité » : annonces d’une jeune femme à sa mère3, d’un fils à sa mère4, d’« une jeune femme à une amie non mariée »5, avec les réponses. Voici la lettre de la future mère et celle du futur père.

La baronne de Seillac à Madame de Brives.
Chambéry, le 15 janvier 18..
Mère, mère, viens tout près de moi, que je te dise tout bas un grand, un doux secret. Cette nuit j’ai été réveillée brusquement, une sensation indicible, ineffable, m’a révélé que nous aurons bientôt un enfant à adorer.
Robert est fou de joie. Je vois bien que, depuis quelques heures, il m’aime encore mieux, avec quelque chose de plus sérieux dans sa tendresse. Pourvu que ce soit un fils, car mon mari sans être orgueilleux voudrait, j’en suis certaine, continuer la lignée des Seillac. Il ne m’a rien dit, il craint sans doute que nous n’ayons une déception et qu’elle ne me désole… pour lui. Moi, c’est l’enfant que j’aime déjà de toutes les puissances de mon être. Mais pour mon Robert, je souhaite d’abord un fils afin de perpétuer le nom si pur du père et ses traditions d’honneur.
Annonce vite la nouvelle à papa, à Roger, puisque tu as à lui écrire tout de suite, à ma bonne Rose aussi.
Soyez joyeux et heureux avec nous. Mille baisers de tes deux enfants, mère chérie.
J’embrasse papa de tout mon cœur. Robert lui dit bien des choses affectueuses, et déclare que notre fils ressemblera à mon cher père, que c’est une loi de nature.
Ta fille respectueuse qui t’aime, LAURENCE.

Le baron de Seillac à la baronne douairière de Seillac.
Les Closettes, Chambéry, le 15 janvier 18..
Chère mère aimée,
Ma femme chérie m’a annoncé tout à l’heure que je serai bientôt père. Cette nouvelle m’a plongé dans un trouble délicieux. J’aurais voulu te faire partager immédiatement notre bonheur, mais le télégraphe ne peut s’employer pour ces communications-là. Certes, je souhaite ardemment un fils, un héritier de mon nom. Mais je pense surtout au petit être qui sera encore elle, encore moi, et dans lequel je retrouverai toute ma lignée d’aïeux oui, c’est au petit être faible, qui aura tant besoin de tendresse et d’appui, que je pense surtout. Ah vois-tu, chère maman, je suis comme Laurence, j’aime déjà la petite créature attendue. Je vais bien entourer ma chère femme de soins et d’attentions. Elle se sentait fatiguée depuis quelques jours, mais la voilà joyeuse et vaillante ce matin.
Elle et moi, nous t’embrassons, chère mère, et nous comptons que tu seras ici pour la naissance.
Ton fils respectueux qui t’aime tendrement, ROBERT.

Ces lettres fictives s’échangent dans la société aristocratique, prestige de la publication oblige. Malgré les écarts entre les deux types de textes (nos épistoliers restent pudiques sur leurs sentiments conjugaux), on trouve dans les lettres réelles du XIXe siècle et les modèles quelques notations communes : l’annonce partagée comme un secret avec la mère, l’expression de la joie, le soin de la santé de la future mère,  le souci de diffuser la nouvelle auprès des proches. Sur le sexe de l’enfant nous reviendrons dans un futur billet consacré à l’annonce de la naissance.

  1. Communication  prononcée lors du colloque « Du sud au nord : naître hier, aujourd’hui, ici et ailleurs » du 2 au 4 mai 2013, Saint-Denis de La Réunion, à paraître. []
  2. Blanche Staffe, La correspondance dans toutes les circonstances de la vie, L. Chailley (Paris), 1895, 342 pages, in-18. []
  3. Op. cit., p. 129. []
  4. Op. cit., p. 130. []
  5. Op. cit., p. 133. []