Archives par mot-clé : maternité

Sage-femme, garde et nourrice

Dans un précédent billet, « C’est une fille », nous annoncions la naissance, le 15 avril 1859, de Marie Mertzdorff au foyer de Caroline Duméril et Charles Mertzdorff. Autour du bébé s’empressent ses parents et ses grands-mères : la mère de Caroline, venue de Paris, s’installe en Alsace pour deux mois dans une chambre si près de sa fille qu’elle « l’entendra respirer » (lettre du 11 mars 1859). Au cercle familial et au personnel habituellement employé par cet industriel aisé s’ajoutent pour l’occasion une sage-femme et une nourrice. On se préoccupe dès avant la naissance de ces auxiliaires importantes qui accompagnent les débuts dans la vie de la petite Marie.

Prévoir

La recherche d’une sage-femme, qui « accouche et soigne » mobilise un réseau d’amis et le médecin de la ville proche (Thann), François Joseph Conraux (1817-1882) :

tu sais que la sage-femme que j’aurai et dont M. Conraux nous a beaucoup fait l’éloge hier, nous disant que nous pouvions avoir toute confiance en elle, a accouché et soigné Mme Mertiau et toute sa famille ; nous voudrions donc bien avoir des renseignements positifs sur cette femme et savoir médicalement ce qu’en pensait le grand-père de Mme Mertiau qui était médecin ; maintenant veux-tu bien nous rendre le service de prendre ces informations, soit en écrivant à Mme Fröhlich ou directement à Mme M. ou bien Charles [le futur père] a encore eu une autre idée, voudrais-tu aller toi-même à Montataire y passer une journée et causer avec Mme Mertiau. Fais là-dessus ce que tu voudras, ma chère maman et en tous cas nous te remercions bien. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 11 mars 1859)

Imprégnée d’idées rousseauistes Caroline compte nourrir son enfant au sein mais prévoit le cas où cela lui serait impossible :

Nous avons une nourrice d’arrêtée, qui ne viendra, bien entendu que si nous en avons besoin ; nous lui donnerons 40 F si j’ai le bonheur de pouvoir nourrir et ce sont 40 F qui me feront bien plaisir à donner. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 20 mars 1859)

Il semble également qu’une « garde » a été engagée, dont la présence n’est mentionnée qu’au moment de son départ :

Je vois avec regret que tu as perdu ta garde, car j’espère bien que tu ne la reprendras pas après qu’elle a été dans cette maison Berger où règne la scarlatine (Louis Daniel Constant Duméril à sa fille Caroline, 3 mai 1859)

Ce conseil de prudence est répété par parents et amis.

Nourrir

Les médecins incitent les mères à donner le sein à leurs nourrissons. Caroline et son entourage, proches du milieu médical, sont partisans de l’allaitement maternel :

continue comme tu as commencé, jeune mère, & tâche qu’en Septembre je te trouve grasse nourrice. Ton père affectionné (Louis Daniel Constant Duméril à sa fille Caroline, 3 mai 1859)

Dans les mois qui suivent, les choix de la maman sont conformes aux prescriptions les plus progressistes : à la fin du XIXe siècle, « les médecins recommandent le sevrage progressif avec passage du lait de la mère à l’introduction d’un ou de deux biberons, puis d’autres nourritures comme bouillie, panade légère, soupe légère aussi… jusqu’à ce que l’enfant ne tète plus le sein »1. Ils ne sont pas encore, comme ils le seront quelques décennies plus tard, adeptes des horaires fixes pour les repas.

La petite va à merveille, elle mange trois soupes par jour et tète dans les intervalles, elle est bien mieux depuis qu’elle est mieux nourrie, la pauvre enfant souffrait de la faim (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 6 juin 1859)

Elle me reconnaît à merveille maintenant et fait mine de téter dès qu’elle me voit ; [ ] elle est moins affamée maintenant ce qui nous fait croire que mon lait est devenu plus nourrissant, elle mange deux soupes au plus et souvent avec de grandes difficultés (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 30 juin-1er juillet 1859)

L’expertise médicale est une fois de plus sollicitée, au moment important du retour des règles. Le docteur Conraux est présent pour guider la maman : pour les médecins depuis le XVIIIsiècle, les règles ne sont pas incompatibles avec l’allaitement. Mais les croyances anciennes perdurent…

Hier déjà je voulais t’écrire et j’en ai été empêchée par une nouvelle préoccupation ; figure-toi qu’en me levant je me suis aperçue que j’avais mes règles ; justement le matin à 6 h Charles était parti avec maman pour Colmar, et tu juges combien j’étais inquiète et effrayée ; j’avais entendu dire que lorsqu’une semblable choses arrivait à une femme, elle devait sevrer et cette idée me bouleversait car donner à téter à Mimi est une de mes plus grandes joies ; à midi ne sachant que faire la petite étant si triste de ne rien avoir, j’ai envoyé Mme Cornelli chez M. Conraux qui m’a fait complètement rassurer, me disant qu’il avait vu maintes fois des cas semblables non seulement chez des mères mais chez des nourrices que l’on avait pourtant gardées sans que les enfants en souffrissent et que la nourrice de son petit garçon avait été de même. Ainsi rassurée je me suis d’abord fait téter par un enfant plus âgé, puis ensuite par ma petite mais voilà qu’en moins de 10 minutes elle avait tout rendu par haut et par bas et la même chose était arrivée à l’autre enfant, j’ai alors fait chercher M. Conraux mais il faut vous dire que le matin à l’idée de sevrer j’avais eu un très violent chagrin et que j’avais énormément pleuré étant d’autant plus triste que Charles n’était pas là. C’est à ce chagrin et à ces larmes que M. Conraux a attribué ce lait indigeste qu’avait pris la petite et l’ayant trouvée parfaitement bien du reste il m’a tout à fait engagée à lui redonner à téter ; cette fois, en effet elle a bien digéré et s’est endormie à 6 h pour ne se réveiller qu’à 10 h 1/2 alors elle a mangé sa soupe et s’est rendormie jusqu’à 5 h dans la matinée elle vient de téter et de manger sa soupe et quoiqu’elle ait eu deux selles son estomac paraît très bien, M. Conraux vient de venir et m’a répété que je ne dois m’agiter en aucune manière qu’il y a eu beaucoup de travaux faits sur ce sujet et que l’analyse prouve que le lait dans cette circonstance contient moins de matières nourrissantes mais ne renferme rien de nuisible pour l’enfant. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 6 septembre 1859)

Comme le note Catherine Rollet2, « l’intensité de l’émotion de la mère à l’idée de devoir sevrer brutalement son bébé, l’épisode vraiment extraordinaire de l’essai chez l’enfant plus âgé, la brutalité des réactions des deux bébés, tous ces faits font réfléchir sur l’extrême sensibilité de la mère aux croyances, sur l’intensité du plaisir et du lien créé par l’allaitement, sur la rapidité des réactions des bébés par rapport aux changements, etc. »

Pour Caroline Duméril-Mertzdorff, le sevrage bien que progressif et choisi3 pose quelques problèmes. Cinq mois après la naissance du bébé, elle doit s’adapter à un nouveau régime alimentaire et à de nouvelles relations avec son enfant.

Figure-toi que ces deux jours j’ai pleuré parce qu’on ne voulait pas que je t’écrive ce qui se passait à la maison, et moi, tu le sais, quand je ne puis pas tout te dire j’ai un poids sur le cœur. Enfin, chéri, tu trouves que j’ai bien fait, n’est-ce pas de sevrer Mimi, figure-toi qu’elle n’a pas demandé une fois, hier elle a vu Mme Cornelli me tirer le lait, cela l’a beaucoup fait rire ; enfin cette bonne petite est aussi charmante que possible. Moi aujourd’hui je suis mieux, d’abord Mercredi j’ai beaucoup souffert de coliques c’est ce qui m’a décidée à faire chercher M. Conraux. Mais c’était bien dur de sevrer sans que tu sois là mon petit bien-aimé. Je suis à une diète complète, on ne me permet de prendre quelque chose que lorsque je souffre trop de la faim, une goutte de lait et deux gouttes de bouillon, voilà pour une journée ; ce matin je suis au lit mais je suis bien soulagée car mon lait coule [ ] Monsieur Conraux prétend qu’une grosse mère comme cela n’a plus besoin de son tété. Il m’a trouvée très maigre, mais il m’assure que dans un mois on ne me reconnaîtra plus ; il croit que ce dérangement d’entrailles était aussi une indication que je devais sevrer. (Caroline Duméril- Mertzdorff à son mari, en voyage en Suisse, mi-septembre 1859)

Se faire aider

Les soins quotidiens, l’allaitement à la demande et la compagnie du bébé apportent à la jeune mère une plénitude certaine mais dévorent son temps. Et la surveillance diurne et nocturne, la réponse à apporter aux incidents qui marquent les premiers mois d’une petite existence fragile nécessitent, pour les femmes de la bourgeoisie aisée, des aides mercenaires.

si je ne vous écris pas plus fréquemment, ce n’est vraiment pas la bonne volonté qui me manque mais dans tout ce que j’ai à faire, je suis entravée par baby, car tantôt il faut lui donner à boire, tantôt il faut l’admirer pendant qu’elle dort, ou bien aider à faire sa toilette ou bien à lui donner son bain ou lui faire sa soupe. (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 11 juin 1859)

La petite est très sage la nuit maintenant et ne se réveille qu’une fois entre 10 h du soir et 5 h du matin.(Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, début juillet 1859)

Mais Caroline ne saurait se passer d’aide et son père s’inquiète : 

Comment comptes-tu t’arranger pour les domestiques ? prendras-tu une bonne spéciale pour l’enfant, ou est-ce la femme de chambre qui doit s’en occuper ? cela me paraîtrait difficile & t’exposerait à bien de la fatigue : voilà 18 jours que tu es accouchée ; au bout de combien de temps te laissera-t-on marcher ? Est-ce au bout de 3 semaines, dans la maison, & d’un mois, dehors ? (Louis Daniel Constant Duméril à sa fille Caroline, 3 mai 1859)

La silhouette d’une des personnes qui aident apparaît de façon récurrente : celle de Mme Cornelli. Sur elle, je n’ai pas trouvé d’autres éléments biographiques que ceux mentionnés dans les lettres. Elle est très présente auprès de la mère et de la petite Marie Mertzdorff (née le 15 avril) jusqu’au mois de septembre (une lettre du 19 septembre annonce son départ). Le prestige de cette bonne d’enfant est manifeste ; elle est désignée par son nom (et non par son prénom ou sa fonction) et l’on se préoccupe de cadeaux lorsqu’elle quitte la famille (celui offert par la grand-mère est mentionné) :

Pour le cadeau de Mme Cornelli, ce qui lui ferait plaisir ce serait une livre de prières allemand, le sien qui était dans le fourneau de la grande salle à manger a été brûlé, Charles se charge de cet achat à Mulhouse où il y a un grand choix et tu seras censée l’apporter. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 23 septembre 1859)

Cette dame supplée la maman de jour comme de nuit :

Mme Cornelli restera encore pendant ces journées où nous serons en famille et où je ne pourrai pas être constamment avec la petite.(Caroline Duméril-Mertzdorff à ses parents, 13 septembre 1859)

je t’assure que j’ai été bien en l’air et bien occupée tous ces temps-ci ; [depuis] le départ de Mme Cornelli, j’ai Mimi toute seule la nuit maintenant (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 23 septembre 1859)

j’ai repris toutes mes occupations domestiques aussi ma journée a-t-elle été bien remplie d’autant plus que cette pauvre Mme Cornelli est toute souffrante d’une affreuse fluxion qui l’a forcée à se coucher dans le jour et je viens de soigner la petite pendant plus de deux heures et figure-toi que je suis si sotte que tout en elle m’effraye et j’ai toujours besoin de cette bonne Mme Cornelli pour me rassurer tantôt sur un vomissement, tantôt sur un caca, tantôt sur des cris que je ne puis m’expliquer ; l’existence d’un petit être comme cela me parait si merveilleuse que je puis à peine y croire. (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 22 mai 1859)

Responsabilités délicates et tâches harassantes que celles de cette dame de compagnie de la mère et de l’enfant, qui se doit d’être toujours disponible. Ses mérites sont reconnus, elle est appréciée par Caroline et par son mari :

Je suis toujours très heureuse d’avoir Mme Cornelli ; sans cela je m’inquiéterais plus encore et me fatiguerais je crois beaucoup. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 28 mai 1859)

Cette bonne Mme Cornelli avec son attachement et son dévouement à la petite nous a été bien précieuse. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 15 août 1859)

Mme Cornelli la soigne si bien et avec tant d’entendement que Caroline se trouve entièrement soulagée. (ajout de Charles Mertzdorff à une lettre de son épouse, 13 août 1859)

***

Mme Cornelli remplit son rôle jusqu’au bout en trouvant une autre femme pour lui succéder et prendre la relève :

Je te dirai que j’ai une bonne arrêtée, c’est Mme Cornelli qui me la procure, elle a 32 ans et a servi 12 ans chez les parents de Mme Mertiau, ce qui est une bien bonne note ; elle n’est point du tout coquette, mais bien propre et comme il faut ; elle coud parfaitement, repasse et sert à table ce qui pourra m’être une grande ressource, car je t’assure que notre ménage est considérable et qu’il y a beaucoup à faire ; enfin j’espère être satisfaite de cette Cécile ; elle entrera chez nous le 8 [septembre]. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 26 août 1859)

J’ai ma nouvelle bonne depuis Jeudi, je crois qu’elle fera bien mon affaire, seulement la petite est encore très sauvage avec elle mais cela se fera, c’est une très bonne ouvrière qui travaille très vite je pense que son ensemble vous plaira. (Caroline Duméril-Mertzdorff à ses parents, 13 septembre 1859)

Les relations évoluent rapidement :

Mimi va bien [ ] Elle aime beaucoup sa bonne qui est vraiment très bien et me donne de la tranquillité. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 23 septembre 1859)

De Mme Cornelli il ne sera plus question dans les lettres conservées, même au moment de la naissance du deuxième enfant en 1861. En revanche Cécile sera amenée dans les années suivantes à tenir une place centrale auprès des deux enfants.

  1. Catherine Rollet, « L’expérience des mères et des pères à travers quelques écrits : du sevrage forcé au sevrage choisi au tournant du XXe siècle en France », Devenir, volume 27, numéro 2, 2015, pp. 101-126. []
  2. Catherine Rollet, id, p. 112. []
  3. Le sevrage s’impose de fait aux femmes salariées qui ne bénéficient que tardivement d’un congé de quelques semaines après l’accouchement. []

Marie Anne Wallenburger, épouse Neeff (1834-1874)

Des personnes apparaissent fugitivement dans les lettres, que seul un événement survenu (décès, mariage, naissance) et des recherches dans l’état-civil permettent de nommer (l’état-civil de Vieux-Thann, dans le Haut-Rhin, est numérisé). Ainsi un « maçon italien » tombé d’un échafaudage devient Pierre Trentini, venu de Lombardie où il a laissé son épouse, entouré en Alsace par une communauté familiale et de voisinage. Ainsi celui qui à Vieux-Thann apporte le courrier au bureau de poste, dont on écrit en se hâtant de terminer la lettre : « Melcher va venir prendre ma lettre », « Melcher attend ».

« Melcher »

« Melcher » ou « Melchior » est souvent cité. À côté des mentions elliptiques, au fil des ans, la connaissance du personnage se complète : le décès d’un de ses enfants (mentionné dans une lettre à propos des coliques et maux de tête de la petite Émilie Mertzdorff), retrouvé dans le registre d’état-civil, permet de lui donner son nom, Neeff :

Hier soir Melchior le concierge a perdu une petite fille de 5 ans de croup, tu sais malgré soi, ça impressionne toujours un peu. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 10 janvier 1872)

Il s’agit de la petite Thérèse Denise Neeff, née le 10 octobre 1866, décédée le 9 janvier 1872 d’une forme laryngée de la diphtérie. L’une de ses sœurs meurt peu après, sans laisser de trace dans une lettre. Quelques mois plus tard, par deux fois, Charles Mertzdorff annonce d’autres décès à sa fille :

Je ne sais si je vous ai dit que le petit enfant de Melcher qui était toujours malade & chétif est mort cette semaine, il avait 3 ans. C’est un bonheur pour la pauvre créature & ses parents. (12 octobre 1873)

Le dernier enfant de Melcher est mort ces jours dernier de sorte qu’il ne leur reste plus que 4. Ils ont bien déjà perdu 10 enfants ces pauvres gens. Il avait un an & a bien & cruellement souffert. de sorte que l’année passée ils en ont perdu 2. (21 janvier 1874)

Les actes de décès permettent de découvrir le nom de la mère, l’épouse de Melchior Neeff : Marie Anne Wallenburger. Malgré la fréquence des noms Neeff et Wallenburger dans les tables décennales, on peut identifier les événements qui scandent l’histoire de ce couple. À travers les registres, une vie se dessine en pointillés de deuils.

« Marianne »

Alain Corbin, après avoir publié la biographie d’un sabotier percheron du XIXe siècle, indigent et analphabète, choisi au hasard1, déclare au journaliste qui lui demande « Si vous alliez plus loin dans le défi d’historien, quel sujet choisiriez-vous ? » : « Une femme », car, explique-t-il, si « le soldat, le contribuable, le chef de famille, l’électeur laissent des traces », la femme en revanche « ne vote pas, ne fait pas de service militaire, est rarement chef de famille, elle a beaucoup moins souvent maille à partir avec la justice »2. Seules quelques dates évoquent le destin de Marie Anne Wallenburger.

Elle est née le 3 avril 1834, fille d’un ouvrier de fabrique (né vers 1802). Elle travaille comme « ouvrière de fabrique » puis « portière ». Le 9 janvier 1854 elle épouse à Vieux-Thann Melchior Neeff, né le 22 janvier 1823, fils d’un tisserand.

Quinze enfants naissent, dont beaucoup meurent en bas âge :
– Marie Anne, née le 18 août 1854
– Dominique Ferdinand, né le 30 juillet 1855, décédé le 16 mai 1857
– Marie Louise, née le 17 novembre 1856, décédée le 19 mars 1860
– Marie Anne, née le 29 août 1858
– Marie Eugénie, née le 2 février 1861
– François Xavier, né le 27 avril 1862
– Joseph, né le 10 mai 1863, décédé le 8 septembre 1863
– Marie Anne, née le 5 juillet 1864, décédée le 18 janvier 1945
– Marie Anne Louise, née le 2 juillet 1865, décédée le 25 novembre 1866
– Thérèse Denise, née le 10 octobre 1866, décédée le 9 janvier 1872
– Amélie Caroline, née le 21 septembre 1868, décédée le 19 janvier 1872
– Madeleine Louise, née 9 décembre 1870, décédée le 6 octobre 1873
– Marie Stéphanie, née le 26 décembre 1872, décédée le 13 janvier 1874
– un enfant mort-né le 23 mai 1873
– un enfant mort-né le 24 octobre 1874. Marie Anne Wallenburger décède le même jour. Elle a quarante ans.

Au cours de la période 1830-1880, « la lutte contre la mort marque le pas » rappellent les démographes3. Le quotient de mortalité pour les enfants de 1 à 5 ans est de 107 ‰ en 1880 (il est tombé à moins de 3 ‰ aujourd’hui) ; la malnutrition et la sous-nutrition aggravent certaines maladies infectieuses.

Une lettre de Félicité Duméril à Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards clôt cette destinée de maternités et de deuils :

Tu as su l’évènement de la mort de cette pauvre Marianne qui laisse quatre enfants, cette femme était exténuée, son mari a un visage qui fait peine à voir, il est bien à plaindre. (8 et 9 novembre 1874)

Melchior Neeff se remarie le 12 octobre 1875 avec Anne Zimmermann. Le 27 octobre 1875, Charles Mertzdorff le décrit « rayonnant dans son nouveau ménage ».

  1. Alain Corbin, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot (1798-1876). Sur les traces d’un inconnu, Flammarion, 1998. []
  2. Télérama, 4 mars 1998, Alain Corbin interrogé par Catherine Portevin et Gilles Heuré. []
  3. A. Bideau, J Dupâquier, J-N Biraben, « La mortalité de 1800 à 1914 », Histoire de la population française, 3. De 1789 à 1914, sous la direction de Jacques Dupâquier, PUF, 1988, pages 279 et suivantes. []

Des poupées

En ce mois de décembre 2018 où les rues et les magasins appellent visuellement les fêtes de Noël, j’ai voulu remettre en vitrine un billet consacré aux poupées, paru il y a cinq ans, et enrichi de quelques images. En 2018, parmi les innombrables cadeaux proposés et attendus, une poupée est élue « Jouet de l’année » : « très réaliste dans ses mouvements, elle tète son biberon, mange à la cuillère, s’endort comme un vrai bébé, et réagit quand l’enfant joue avec »1. Cette illusion du « vrai bébé » fascine aussi au XIXe siècle. Marie et Émilie Mertzdorff (19 et 17 ans), en visite à l’exposition universelle de 1878 qui se tient à Paris, s’attardent devant le « bébé » qui parle  :

Malgré cette température tropicale2 nous avons été tous hier à l’exposition. Nous avons vu […] les fourrures et les joujoux, cette dernière partie nous a fort amusées aussi oncle ne fait-il plus que nous taquiner car il prétend qu’on ne pouvait plus nous arracher du bébé qui dit Ah ! papa, Ah ! Maman ! (Marie Mertzdorff à son père, 24 juin 1878)

Marie est à cet âge charnière qui hésite encore entre enfance et vie adulte. Ainsi, à propos d’une amie de deux ans son aînée :

Je ne puis croire que Jeanne Baudry ait déjà un 2e enfant, c’est singulier que je ne puisse la prendre sérieusement il me semble toujours qu’on parle de ses poupées. (Marie Mertzdorff à son père, 26 février 1879)

Si Marie et Émilie presque adultes continuent de s’extasier devant les poupons, c’est maintenant à leurs petites cousines, Hélène Duméril ou Louise Soleil, qu’elles en offrent, elles-mêmes se réservant de jouer avec les bébés de leur entourage – avant de s’occuper de leurs propres enfants, cinq pour l’une, six pour l’autre.

De la poupée « modèle de mode » au bébé

  • La poupée en forme de femme

Jusqu’au milieu du XIXe siècle, note l’antiquaire expert Capia3, « la poupée destinée aux enfants de la bourgeoisie se présente sous la forme d’un long corps raide en peau d’agneau, qui tient debout grâce à un bâtonnet fixé au corps et posé sur un socle ». Et lorsque en 1850 Mlle Calixte Huret présente une poupée en gutta-percha, celle-ci a toujours la taille fine. Longtemps la poupée, héritée des poupées dites « de mode » des siècles précédent, a la forme d’une femme, pas d’une fillette.

Poupard en bois à tête pivotante (© Musée de la poupée – Paris)

L’enfant pauvre doit lui se contenter de « poupards », sans bras ni jambes, cylindres de carton moulé ou de bois sculpté surmontés d’une tête grossièrement peinte.

La poupée « de mode » exige de beaux vêtements et chacune, adultes et fillettes, s’active à la confection d’un trousseau raffiné : « robe de poupée en soie bleu avec une queue » (19 février 1875), vêtements cousus ou tricotés (18 décembre 1862). George Sand se souvient d’une poupée « ronde et bien faite », qui « avait une robe de crêpe rose bordée d’une frange d’argent »4.

Poupée de mode, 1869 (© Musée de la poupée – Paris)

Ce qui n’est pas confectionné à la maison peut s’acheter. A côté de la centaine de fabricants de poupées à Paris au milieu du XIXe siècle qui produisent bustes en cire, corps en carton, pieds et mains en bois, sont confectionnés pour elles vêtements, lingerie, souliers, chapeaux, bijoux, perruques et accessoires5. Et lorsque parfois la poupée est abîmée, on peut la donner à réparer :

Ma seconde vue de marraine me fait voir [ta poupée] très malade, la tête et les membres me paraissent avoir besoin du médecin et il me prend fantaisie de te la guérir par un coup de baguette. (Eugénie Desnoyers à sa filleule, 17 novembre 1863)

  • Le bébé

Capia note les perfectionnements des poupées : en 1826 elle ouvre et ferme les yeux ; cela séduit la petite Marie (16 mois) dont le mère se fait l’interprète :

ma jolie poupée qu’on me donne quelquefois est toujours ma favorite, elle est si gentille quand elle fait dodo. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa cousine Adèle Duméril, 6 août 1860)

On fabrique des jouets qui parlent (1824), marchent (1826), peuvent bouger la tête (1862), danser (1873) et même nager (1876). Mais une autre innovation modifie l’essence même de la poupée : en 1851 à Londres des poupées prennent la forme de bébés et de nouveaux-nés en cire.

Bébé en papier mâché recouvert de cire (© Musée de la poupée – Paris)

Le terme de « bébé » est employé à partir de 1855 dans les demandes de brevets d’invention. Le jouet n’est pas immédiatement dénommé ainsi dans les lettres, mais il semble présent :

pour Émilie une petite poupée en caoutchouc ce qui vaut le mieux pour elle. (Caroline Duméril-Maertzdorff à son époux, automne 1861)
Tante m’a donné un tout petit bébé qui remue les bras et les jambes. (Émilie Mertzdorff à son père, 8-9 juillet 1871)

Les usages de la poupée

  • Un jeu

Dans le cercle familial et amical, on offre des poupées aux petites filles pour qu’elles jouent, seules ou en groupe, et parfois sous surveillance, car les poupées sont jouets de prix. Cette distraction les occupe depuis leur âge le plus tendre (Marie, 16 mois, « donne à manger à toutes ses poupées » et ce jeu-là « l’amuse bien », 6 août 1860) jusqu’à 15 ans et plus :

nous sommes parties avec elle chez bonne-maman Desnoyers où on a fini la toilette de la poupée qui est ravissante. (Marie Mertzdorff à son père, 7 mars 1875)

Le « nous » de Marie (15 ans) englobe sa sœur (13 ans) et leur cousine (17 ans) ; souvent en effet la poupée est un jeu collectif. On joue avec les cousines, « les petites Duval » ; il arrive même qu’un petit garçon, le cousin Jean (9 ans), se trouve associé (25 octobre 1874).

  • L’apprentissage de la maternité

La poupée ne se résume pas à sa fonction ludique. George Sand évoque longuement dans Histoire de ma vie « cet être inerte qu’on met entre les mains [des petites filles] et qui doit développer en elles le sentiment de la maternité ». Elle-même ne semble pas douter de l’efficacité de cette pédagogie, puisqu’elle note : « J’avais tant aimé et tant soigné mes poupées, que j’avais l’instinct prononcé de la maternité. » Dans les lettres de la famille Mertzdorff ce n’est pas explicitement écrit (ni par les fillettes, ni par les adultes) mais cela transparaît : coudre, coiffer, habiller, donner la becquée, laver et lessiver, cuisiner, etc. toutes ces activités en relation avec les poupées simulent de futures tâches féminines. Alors qu’au XVIIIsiècle beaucoup voient dans le jeu de la poupée une incitation à la frivolité, au XIXsiècle, que ce soit dans la littérature édifiante que lisent les demoiselles Mertzdorff (Les Mémoires d’une Poupée de Julie Gouraud, 17-18 décembre 1871), aussi bien que chez Victor Hugo (Les Misérables : « le premier enfant continue la dernière poupée »), il est admis par tous que la poupée prépare la fillette à son rôle de mère.

« Les Mémoires d’une Poupée » de Julie Gouraud (© BNF Gallica)
  • La poupée comme interlocutrice

Il est un troisième piste que pointe Alain Corbin lorsque, parlant du « secret de l’individu », il aborde le thème de la poupée dans un paragraphe significativement titré : « Médiateurs du colloque singulier »6. Selon lui, « le monologue intérieur a besoin d’interlocuteurs muets qui entretiennent la vibration de l’âme. Trois d’entre eux jouent un rôle non négligeable au XIXe siècle ; et tout d’abord la poupée » – les deux autres sont « l’animal de tendresse » et le piano. Il n’est pas interdit de penser que les petites Mertzdorff, très tôt orphelines, ont parfois trouvé dans leurs poupées un substitut à la présence maternelle disparue. Une phrase autorise cette interprétation :

La petite poupée que je t’avais envoyée et que ta petite maman avait surnommée « la petite Eugénie », existe-t-elle encore ? (Eugénie Desnoyers à sa filleule, 17 novembre 1863)

Cette lettre est adressée à Marie, 4 ans, qui vient de perdre sa « petite maman » ; elle est écrite par Eugénie, la jeune femme qui deviendra bientôt la « seconde mère » de Marie. La poupée est assimilée par son nom à une personne réelle précise, sans que l’on puisse deviner ce qu’il en est pour l’enfant. La réalité de la présence, c’est sans doute ce que recherchait, en vain, George Sand enfant, et qu’adulte elle analyse ainsi : « [les enfants] sont entre le réel et l’impossible. […] Un instant ils ont cru trouver la vie dans cet être muet qui bientôt leur montre ses muscles de fil de laiton, ses membres difformes, son cerveau vide, ses entrailles de son ou de filasse. »

***

« Poupées » et « bébés », ces jouets peuplent le monde des demoiselles Mertzdorff et les lettres de leur famille. Les « poupons » sont présents également, mais ce terme, en revanche, comme parfois celui de « bébé », désigne de vrais enfants :

Mme Raoul-Duval va arriver à Paris avec son poupon (André Marie Constant Duméril à son fils, 27 mai 1832)
Quant au petit Léon c’est un magnifique poupon, il est gros et gras comme une petite boule (Marie Mertzdorff à sa grand-mère, à propos de son cousin nouveau-né, 30 juin-1er juillet 1868)
Elle dit qu’elle n’est plus un poupon, qu’elle est une grande fille puisqu’elle a trois ans (Félicité Duméril à Eugénie Desnoyers à propos de Marie, 5 ans, 29 mars 1864).

 

  1. D’après le site https://www.journaldesfemmes.fr/maman/enfant/1353259-jouets-noel-tendance-2018/#jouets-2018. []
  2. Au sujet de la « température tropicale » du mois de juin 1878, voir l’illustration du billet « Fauteuil roulant ». []
  3. Robert Capia, Les Poupées françaises, Arthaud, 1986, p. 18-19. []
  4. George Sand, Histoire de ma vie, deuxième partie, 1855. []
  5. Capia, Op. cit, p. 25. []
  6. Alain Corbin, « Le Secret de l’individu », Histoire de la vie privée, volume 4, De la Révolution à la grande guerre, dirigé par Michelle Perrot, Seuil, 1987. []