Archives par mot-clé : mortalité

Epidémies

« Quand j’étais au choléra… ». C’est ainsi que dans mon enfance j’entendais une dame, Marie-Louise C., évoquer les souvenirs des années passées dans un orphelinat à Marseille au début du XXe siècle. Son père, charretier je crois, devenu veuf, avait dû confier ses cinq jeunes enfants à une institution, La Chanterelle1. L’orphelinat avait été créé en 1835 lors de la grande épidémie qui ravageait la population marseillaise. L’évêque de la ville, Eugène de Mazenod (1782-1861), voulut  alors « secourir les filles pauvres ayant perdu leurs parents pendant l’épidémie ». Cet établissement tenu par des Dames de la Providence – le bâtiment a aujourd’hui disparu – était couramment appelé l’Orphelinat du Choléra.

L’ancien Orphelinat du choléra à Marseille

150 ans après l’épidémie, même pour celles et ceux qui ignoraient tout de l’histoire de la ville, le souvenir du choléra restait vivace dans le langage. L’épidémie aurait fait à Marseille près de 19 000 victimes en six mois. Si la Provence est alors particulièrement frappée, la France, l’Europe, les autres continents sont touchés au XIXsiècle par plusieurs vagues successives de choléra. Les lettres de la famille Duméril-Mertzdorff2 mentionnent deux pandémies : d’abord celle des années 1829-1837 qui depuis l’Inde gagne la Russie, l’Égypte puis l’Europe et l’Amérique ; ensuite celle des années 1863-1875 qui touche l’Europe du Nord, la France, l’Afrique du Nord et l’Amérique du Sud.

Le choléra en 1832

À Paris, le choléra fait une première victime, rue Mazarine, le 26 mars 1832. La Gazette médicale de Paris – Journal spécial du Choléra-Morbus, décompte 62 morts le 25 juin 1832 (17 décédés dans les hôpitaux et 45 à domicile), 43 le lendemain. L’épidémie se poursuit jusqu’en septembre ; elle aurait fait plus de 18 000 victimes. Les parisiens qui le peuvent fuient le danger. Le jeune Auguste Duméril raconte à son cousin havrais Henri Delaroche :

M. [Louis] Say a pris peur du choléra, qui exerce ses ravages avec assez de violence, à Grenelle, où il a placé son fils chez M. Taylor, et il l’emmène (Auguste Duméril à Paris, à son cousin, 12 avril 1832)

Les médecins sont impuissants, la panique gagne ceux qui n’ont pas pu se réfugier à la campagne. Si la maladie touche tout le monde, riche ou pauvre, Alexandre Dumas témoigne que « lorsqu’on dressa la statistique mortuaire, les quartiers des Tuileries, de la place Vendôme, et de la Chaussée d’Antin comptèrent huit morts pour mille vivants, tandis que sur mille vivants, les quartiers de l’Hôtel de ville et de la Cité comptèrent cinquante morts »3. Avec la même préoccupation, les statistiques très précises du médecin Louis René Villermé (1782-1863) centrent l’étude sur « les ravages du choléra morbus dans les maisons garnies de Paris »4.

Louis René Villermé, Note sur les ravages du choléra morbus [BnF-Gallica]

Les chambres et appartements meublés loués sont répartis en cinq classes, depuis la première, « habités par des personnes de distinction, par des membres du corps diplomatique et par de riches étrangers » jusqu’à la cinquième dont le nom, « maisons à la nuit », dit le dénuement. Villermé en dresse le tableau5 :
« pour 100 établissements garnis, il y a eu des malades cholériques
4 dans la première classe,
8 à 9 dans la seconde,
19 dans la troisième,
52 dans la quatrième
et 60 dans la cinquième ».
Et encore, remarque-t-il, les chiffres sont sous-évalués car « les logeurs avaient des raisons d’intérêt à cacher l’invasion de l’épidémie chez eux ».
Il constate que « les ravages de la maladie ont été en raison des causes flagrantes d’insalubrité que ces lieux présentaient, et de l’état de pauvreté, de misère de leurs habitants, surtout lorsque ces lieux servaient à la prostitution ».6

La famille Duméril appartient à la bourgeoisie éduquée et traverse sans dommage l’épisode infectieux. Le jeune Auguste Duméril rassure son cousin :

Quoique vous ayez eu dernièrement de nos nouvelles, par une lettre de maman, dans la crainte que vous ne vous inquiétiez sur notre compte, je viens, mon cher Henri, t’adresser quelques lignes, pour te dire que nous sommes tous encore très bien portants. Papa prend toujours beaucoup de fatigue, mais se sent cependant en très bonne disposition ; maman ne s’effraye pas trop, seulement elle prend toute sorte de précautions. (Auguste Duméril à Paris, à son cousin, 20 avril 1832)

Nous ne savons quelles sont ces précautions : confinement, hygiène, régime alimentaire, pratique religieuse, etc ?

De la pandémie suivante (1840-1860) qui fit plus d’un million de morts en Russie et gagna la Californie, il n’est pas question dans les lettres, sinon par une mention de cholérine, forme atténuée de choléra :

Tu pourras annoncer à la maison que nous avons de bonnes nouvelles de ma cousine Fröhlich, la cholérine seule règne maintenant à Montataire et la mortalité a cessé et Adèle et Marie ont encore eu une rechute et restent à la diète. (Caroline Duméril à sa cousine Adèle Duméril, 16 septembre 1854).

En revanche la vague qui suit , celle des années 1863-1875, est évoquée dans les lettres.

Le choléra en 1865

Cette vague paraît particulièrement cruelle. Amiel note dans son journal, le mercredi 16 mai 1866 : « La lune rousse mérite son nom sinistre. – mauvaises nouvelles de tout côté : choléra, bruits de guerre, plongeon du crédit public. Joli mois de mai, te voilà venu ! »7. Dès le mois de janvier 1865, depuis l’Alsace, Eugénie Desnoyers-Mertzdorff raconte à sa sœur parisienne, faisant allusion au choléra :

Mes petits choux [les deux fillettes] sont bien bien raisonnables ; et on doit rendre grâce à Dieu quand on n’en est quitte avec des petits malaises. Voilà encore deux femmes qui viennent de mourir en laissant de tous petits enfants. Ici c’est comme à Paris. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 12 janvier 1865)

Le mois suivant, elle renchérit : «  il y a eu tant de morts à Thann » (à sa sœur, 9 février 1865). Et à son père :

Ici nous avons eu beaucoup de morts et de tristes événements dans les affaires, un grand nombre de filatures ferment après avoir fait de grands sacrifices, heureux quand c’est encore à temps. Tous ces tristes événements ne font que vous rendre plus reconnaissant pour le bonheur qu’on possède. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff au Vieux-Thann, à son père Jules Desnoyers, 3 février 1865)

Bizarrement, cette hécatombe annoncée ne se traduit pas dans les registres de l’état-civil de Vieux-Thann et de Thann. 1865 est même l’année de la décennie où l’on compte le moins de morts à Vieux-Thann : 40, alors qu’on en déplore presque le double, 76, le pic de la décennie, deux ans avant et deux ans après (en 1862 et 1868). A Thann, on relève 289 décès en1865, plus que l’année suivante (246) mais moins que l’année précédente (299) ; les chiffres extrêmes de ces années sont atteints, pour le moindre en 1867 (242 décès) et pour le maximum en 1868 (329 décès).

En fait, la pandémie ne se propage pas de façon uniforme et ses effets sont parfois perçus à retardement. Parlant de sa fille Founi (diminutif d’Émilie) et de son époux (Charles), Eugénie Desnoyers-Mertzdorff remarque quelques mois après ses constats alarmants du début de l’année :

Founi est un peu enrhumée mais ce n’est rien. Moi je vais tout à fait bien ; ce qui m’ennuie c’est que Charles depuis Lyon conserve toujours un peu la même indisposition qu’il a eu sous l’influence du choléra, mais ici, on dit toujours qu’il n’est pas encore arrivé. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 29 octobre 1865)

***

Au fil des décennies les lettres de la famille gardent trace des épidémies : lorsqu’André Marie Constant Duméril, jeune médecin, est envoyé en mission à Pithiviers pour enquêter sur les fièvres intermittentes qui ont touché plus de la moitié des 3 000 habitants de la ville (1802), et en Espagne peu après, à l’été 1805, pour étudier la fièvre jaune8. Il est également fait allusion à des épidémies de grippe (1858), de « maladies de poitrines » (1875), de fièvre typhoïde (1873, 1881-1882), de diphtérie (1883) ou de dysenterie pendant la Grande Guerre. Mais des souvenirs qu’elles ont laissés des années après il n’est pas parlé dans les lettres conservées.

  1. La Chanterelle, orphelinat situé 36 Rue d’Isoard à Marseille. []
  2. Voir le site « S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale ». []
  3. Alexandre Dumas, Histoire de la vie politique et privée de Louis-Philippe, Olivier Orban, 1981 [1852], p. 238 []
  4. Louis René Villermé, Note sur les ravages du choléra morbus dans les maisons garnies de Paris, depuis le 29 mars jusqu’au 1er août 1832, 49 pages. []
  5. Op. cit., p. 405-406. []
  6. Op. cit., p. 403. []
  7. Henri-Frédéric Amiel, Journal intime de l’année 1866. []
  8. Voir le billet : « Jaunes ». []