Archives par mot-clé : personnage

Docteur X

À 63 ans, Charles Mertzdorff se sent vieux :

j’avais un petit mal de gorge qui s’est dissipé, mais un autre fait mine de vouloir reparaître [ ] j’ai facilement froid & me fourre volontiers dans chaque poêle que je rencontre sur ma route ; le pourquoi de cette trop grande sensibilité du froid, je le cherche dans mes 63 ans & une circulation insuffisante. » (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 23 janvier 1882)

Ce jour-là il ajoute, confiant : « Mais rassure-toi, je vais bien & cela ne m’empêche pas de courir & admirer ».

1- Voir le professeur

Jusque-là, Charles Mertzdorff se contentait d’une saison annuelle aux bains de Wattwiller, qui soignait tous ses maux1. Cependant, sa santé se dégrade : il se plaint de son estomac. Se sentant moins bien, il envisage, pendant l’été 1882, une cure, non à Wattwiller, mais à Karlsbad, station thermale allemande en Bade-Wurtemberg. Son médecin le lui conseille. Il lui recommande également de voir en chemin « un médecin de Strasbourg » pour lui « demander son avis ». Aglaé raconte à sa nièce Marie cette visite à Strasbourg :

Nous avons mené ton père chez le médecin, et comme il était déjà à l’hôpital nous l’y avons accompagné. Après avoir eu la certitude qu’il pouvait le recevoir je suis allée avec Émilie à la Cathédrale, laissant toutes nos pensées à l’hôpital. Une heure après Charles vient nous retrouver et nous dire que le médecin l’a examiné avec beaucoup de soins, et qu’il ne conseille pas Carlsbad, qu’il trouve les eaux trop fortes et en craindrait les effets, il lui dit qu’il espère que le régime du lait lui fera du bien, qu’il pourra prendre un verre d’eau de Carlsbad chez lui ; manger plus souvent et moins à la fois, ne pas prendre d’aliments ni trop chauds ni trop froids, enfin d’observer surtout ce qui convient à son estomac, l’ordonnance est certainement sage » (Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards à Marie Mertzdorff-de Fréville, 6 août1882)

Charles Mertzdorff abandonne alors l’idée de la cure et d’un voyage d’agrément en Suisse et revient chez lui. « Il nous semble aujourd’hui déjà plus gai, du reste il n’a pas mauvaise mine » constate Aglaé.

Qui est ce médecin dont le docteur de Vieux-Thann lui a donné le nom (mais qui n’est pas nommé dans ces lettres de 1882), celui qui avait été son professeur et « qui est une des célébrités du pays » ? Notre parti-pris d’identifier toutes les personnes citées dans les lettres pour alimenter un index de leurs noms2 conduit à se lancer sur les traces de ce Docteur X. Reconnaître la personne désignée dans une lettre par « tante » ou « Paule » est d’ordinaire aisé grâce à la familiarité avec le contexte ; en revanche, pour « la nounou » ou « la bonne », qui pourtant sont très présentes dans l’univers familial, la recherche est en général vaine. Et pour le Docteur X ? A ce moment-là, sans autre indice, parcourant des listes de professeurs strasbourgeois, aucun nom ne s’impose. Mais attendons la suite.

2- Revoir le professeur

Charles Mertzdorff continue avec courage à donner le change :

Mon estomac va peut-être un peu mieux, dans tous les cas, au dire de tout mon entourage j’ai bien meilleure mine (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 20 septembre 1882)

Mais le ton de ses lettres change, le « bulletin de santé » attendu tient de plus en plus de place. L’entourage, tout en guettant la moindre amélioration, s’inquiète. La tante Aglaé revenue à Paris fait « demander des messes pour cette santé qui nous est si précieuse » à Notre Dame des Victoires et prévoit de conduire Émilie auprès de son père : « nous ferons tout pour qu’il ne reste jamais longtemps seul » (Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards à Marie Mertzdorff- de Fréville, 17 octobre 1882).

Les lettres détaillent le menu des collations légères, les nourritures interdites, les malaises :

Ton cher père n’est pas mal, mais je ne lui trouve pas encore la bonne mine que nous voudrions tant lui voir ; il est à peu près comme lorsque tu l’as quitté, mais il n’a certainement pas engraissé : il mange beaucoup d’œufs, de 7 à 8 par jour ; on lui met généralement dans son bouillon, c’est la manière qu’il préfère ; puis il prend toujours son lait, de plus très peu de viande, et plusieurs verres de vin sucré. (Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards à Marie Mertzdorff-de Fréville, 6 janvier 1883)

Et tout à la fin, dans la marge, elle glisse :

Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards à Marie Mertzdorff-de Fréville, 6 janvier 1883


Voilà donc le nom du professeur strasbourgeois !

3- Identifier ce professeur

Dans un premier temps, je lis : « ton papa […] paraît désirer avoir encore le conseil de M. [Rusmaul] pour savoir s’il n’y aurait pas qq. chose à changer à son régime. » (Je lis Rusmaul et non Rusniaul car le point n’appartient pas à un i mais à la ligne d’écriture perpendiculaire).
Avec un nom, la recherche peut commencer.
Sur internet, une seule trace est trouvée d’un « docteur Rusmaul » (ce qui est surprenant pour une des « célébrités du pays »). Cette mention se trouve dans la copie numérique d’un ouvrage, « TRAITÉ DE PHYSIOLOGIE APPLIOUéE A LA MÉDECINE ET^ A LA CHIRURGIE PAR Th. Liégeois ». Elle restitue ceci : « Rusmaul, De i^absence, de* anomalies de la ntotrice simple et double^ de la super fétation^ de la migration de Vœuf. WurUbourg, 1859. » Cette bouillie de mots est peu satisfaisante. Peut-on revenir à l’ouvrage de Th. Liégeois? Par chance, le Traité de physiologie est numérisé – de façon correcte cette fois-ci – sur Gallica par la Bibliothèque nationale : Liégeois, Auguste Théodore (chirurgien des hôpitaux de Paris Dr), Traité de physiologie appliquée à la médecine et à la chirurgie, Paris, V. Masson et fils, 1869, 1 vol. in-8 (XII-434 p.).
Commodité supplémentaire, cette numérisation permet la recherche par mots. Mais le mot « Rusmaul » ne semble pas figurer dans l’ouvrage. Essayons autre chose, à partir des mots lisibles du titre : « anomalies », trop fréquent dans l’ouvrage, ne donne rien ; passons à « simple et double ». Gagné ! On tombe sur une note bibliographique, page 272.

Auguste Théodore  Liégeois, Traité de physiologie, page 272.


« Kusmaul » et non « Rusmaul » (oui, ça semble évident à lire lorsqu’on sait !). Le catalogue de la BNF devrait donner les références de cet ouvrage et d’autres éventuellement écrits par le docteur Kusmaul. Mais il n’y a aucune réponse à ce nom d’auteur ! En revenant à Internet, moins tatillon, en tapant « Kusmaul » on tombe sur« Kussmaul » (en allemand son nom est Kußmaul). Avec la bonne orthographe, retour au catalogue de la BNF :
« Kussmaul, Adolf (1822-1902) forme internationale
Langue(s) : allemand
Naissance : 1822-02-22, Graben (Allemagne)
Mort : 1902-05-28, Heidelberg (Allemagne)
Docteur en médecine (1855). – Professeur à l’université d’Erlangen, Heidelberg, Fribourg et Strasbourg. – A publié des poèmes avec Ludwig Eichrodt (1827-1892) sous le pseudonyme collectif de Gottlieb Bierdermaier. »

À la suite d’une demie-douzaine de titres en allemand dont il est l’auteur, est listé un ouvrage en français : Les troubles de la parole, traduction française, augmentée de notes, par le Dr A. Rueff, 1884. D’autres informations, collectées sur Wikipédia3, permettent de comprendre l’intérêt de cette consultation à Strasbourg pour Charles Mertzdorff qui souffre de l’estomac : Adolf Kussmaul est l’inventeur, entre autre, d’une technique chirurgicale pour traiter le rétrécissement du pylore, le promoteur de l’analyse du suc gastrique des malades et l’un des pionniers des essais de gastroscopie.

Charles Mertzdorff ne pourra revoir le professeur : il meurt chez lui, à Vieux-Thann, deux mois plus tard,  le 2 mars 1883.

Il ne reste plus qu’à intégrer le nom du docteur et les renseignements le concernant sur le site Une correspondance familiale. S’écrire au XIXe siècle, en rédigeant une courte biographie de « Kussmaul, Adolf (1822-1902) » à laquelle renverront des liens intertextuels dans les lettres publiées où il fait allusion à lui.

  1. Voir le billet : Les bains de Wattwiller. []
  2. Voir le billet: Quel index choisir? []
  3. https://fr.wikipedia.org/wiki/Adolf_Kussmaul []

Vue optique des années

Lorsque le narrateur de La Recherche quitte la maison de santé où il a passé « beaucoup d’années »1 et revient à Paris, il trouve une invitation pour une matinée chez le prince de Guermantes et s’y rend. Il est alors saisi par les métamorphoses physiques et morales des autres invités : « Au premier moment je ne compris pas pourquoi j’hésitais à reconnaître le maître de maison, les invités, et pourquoi chacun semblait s’être « fait une tête », généralement poudrée et qui les changeait complètement. »2 Opérant un saut de plusieurs décennies, la publication des lettres familiales sur le site « S’écrire au XIXe siècle » provoque une expérience similaire.

Saut chronologique

Les lettres de la famille Duméril-Mertzdorff ont été présentées années après années depuis la Révolution française jusqu’aux débuts de la IIIRépublique. Puis, en 2014, au moment où les commémorations du centenaire de la Première Guerre commençaient, il nous a semblé opportun de publier les lettres de cette période, opérant ainsi un saut chronologique3. Les 530 lettres écrites par les Froissart-Mertzdorff-de Place entre la déclaration de la guerre et 1919 sont maintenant à la disposition des lecteurs, et le corpus laissé en suspens est repris : nous revenons aux lettres de 1875.

Notre activité d’éditrices nous a confrontées à d’étranges opérations mentales. Comme Marcel Proust, pour situer les épistoliers et leurs proches au XXe siècle, « pour identifier [tel personnage] à celui qu’on avait connu » quarante ans plus tôt, nous devions « lire sur plusieurs plans à la fois, situés derrière [eux] et qui leur donnaient de la profondeur et forçaient à faire un travail d’esprit », car « on était obligé de les regarder, en même temps qu’avec les yeux, avec la mémoire »4.

La transformation des invités du prince de Guermantes s’apparente à celle dont un acteur, costumé et maquillé, serait capable ; poussant plus loin, Marcel Proust les voit en « poupées » trépidantes, affublées de postiches. La connaissance des personnes se trouve bousculée. Des possibilités insoupçonnées se font jour, qui altèrent les corps et les destins, les comportements et la psychologie. Un agencement différent dans l’équilibre de la tête, un élargissement des joues, une modification du nez ou du menton, non seulement changent l’aspect de la personne, mais aussi sa façon d’être et sa sensibilité. Les « traits nouveaux du visage [des invités] impliquaient d’autres traits de caractère ; la sèche et maigre jeune fille était devenue une vaste et indulgente douairière »5. Les inévitables modifications d’apparence touchent en même temps à « quelque chose de moral » et de « social ». Toutes les personnes des lettres, celles qui écrivent et celles qui sont nommées au fil de la plume et défilent sous les yeux des destinataires puis des lecteurs du XXIe siècle, ne sont pas les « poupées » qui s’agitent autour du narrateur, mais comme elles cependant elles offrent des images successives et mouvantes. Semblables aux êtres de fiction « baignant dans les couleurs immatérielles des années », elles révèlent, comme eux, « le Temps », qu’elles rendent partiellement visible. Le romancier peut dire d’un personnage, quelques années plus tard, « que c’était une autre personne » ; dans le monde réel peint par les correspondances il s’agit des méandres d’un même destin.

De l’adolescente à la grand-re

Ainsi nous avions laissé Émilie et Marie Mertzdorff, presque encore des fillettes à 14 et 16 ans, qui prenaient un goûter dans le jardin de leurs amies « en mangeant des groseilles après les arbustes », puis, en « filles raisonnables », s’asseyaient et cousaient. (Émilie Mertzdorff à son père, 17 juillet 1875) ; un autre jour, elles comptaient « les cachets » (des bons points de gratification) obtenus au cours privé qu’elles fréquentent.

Quarante ans plus tard nous retrouvons Marie ; elle est veuve depuis 1912 et grand-mère. L’un de ses de cinq enfants, Robert de Fréville, a été tué lors des premières semaines si meurtrières de la guerre. Sa sœur la décrit « souffrante », « affaiblie », avec « des contractions de la gorge extrêmement pénibles et de plus en plus sérieuses, si bien qu’elle ne peut, depuis plus d’un mois, prendre qu’un peu de lait ou de bouillon » (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils, 5 juillet 1916). Elle qui était si gourmande, et que son père appelait, par taquinerie affectueuse et indulgente, sa « grosse Marie »6 ! Marie surmontera cette épreuve et vivra encore vingt ans.

Émilie Mertzdorff a plus de chance : son époux Léon Damas Froissart est toujours actif et ses quatre fils et ses deux gendres, mobilisés, survivent à la guerre. Adolescente, elle se qualifiait d’« un peu paresseuse », étourdie, « manquant de tête », prompte à écrire à son père des « bêtises », car, disait-elle « c’est ma nature, je parle toujours beaucoup et je ne dis jamais rien d’intéressant » (Émilie Mertzdorff à son père, 18 mai 1875). Ses lettres, nombreuses pendant la guerre (elle est la principale épistolière du corpus à cette époque), la montrent maîtresse de maison organisée, efficacement occupée de ses enfants et nombreux petits-enfants, des relations et des propriétés familiales.

Quant aux « petites amies », les demoiselles Berger, avec qui Marie et Émilie Mertzdorff ont tant joué durant leur enfance à Vieux-Thann, avec qui elles échangent des lettres entre Paris et l’Alsace lorsque les adolescentes sont séparées, les voici devenues Madame Rich (veuve en 1918, cinq enfants) et Madame Poinsot (veuve en 1916, l’un de ses trois fils tué dans la Somme en 1916).

Impermanence

Ces parcours, ou plutôt les bornes de ces parcours qui seules sont dessinées par les lettres actuellement disjointes, offrent dans leurs raccourcis compacts, leurs images successives, ­  ­ « une vue optique des années » ; et plus encore que la fiction elles « extériorisent » « le Temps, le Temps qui d’habitude n’est pas visible »7.

Juxtaposer ainsi des époques et des personnes devenues si différentes est une expérience banale quand le vécu présent cohabite avec des souvenirs plus ou moins lointains. Chacun connaît ces moments où l’instant se noue aux scènes du passé et les accentue par contraste, ces moments de vacillement d’une intensité bouleversante où se succèdent, se heurtent et se superposent des évocations discordantes. L’affrontement entre des souvenirs lumineux et de tenaces images récentes ternies par la vieillesse, la maladie, la souffrance crée une étrange sensation et provoque un ébranlement de la pensée. La notion si commune de la durée et de l’écoulement du temps, avec ou sans majuscule, se trouve ravivée par l’irrémédiable dissolution des êtres et la conscience de leur impermanence.

***

Revenir maintenant aux lettres de 1875 après celles de la Grande Guerre, tenter de faire se rejoindre les deux séquences temporelles en publiant la correspondance de la fin des années 1870 puis celle des années 1880, proposera une nouvelle perspective. Les allers et retours entre XXe et XIXe siècle, le reflux dans le passé, la confrontation des temporalités devraient susciter des perceptions inconnues du narrateur proustien. Cette démarche, peut-être, aiguisera, éclairera ou orientera la lecture, et pourrait donner une acuité inédite à certains récits épistolaires anodins.

  1. Marcel Proust, A la recherche du temps perdu…, volume 3 : Le Temps retrouvé, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1954, p. 854. []
  2. Op. cit., p. 920. []
  3. Voir le billet « 1914 ». []
  4. Op. cit., p. 924. []
  5. Op. cit., p. 925. []
  6. Par exemple dans les lettres du 22 décembre 1874 et du 21 juin 1875. []
  7. Op. cit., p. 924. []