Archives par mot-clé : santé

Docteur X

À 63 ans, Charles Mertzdorff se sent vieux :

j’avais un petit mal de gorge qui s’est dissipé, mais un autre fait mine de vouloir reparaître [ ] j’ai facilement froid & me fourre volontiers dans chaque poêle que je rencontre sur ma route ; le pourquoi de cette trop grande sensibilité du froid, je le cherche dans mes 63 ans & une circulation insuffisante. » (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 23 janvier 1882)

Ce jour-là il ajoute, confiant : « Mais rassure-toi, je vais bien & cela ne m’empêche pas de courir & admirer ».

1- Voir le professeur

Jusque-là, Charles Mertzdorff se contentait d’une saison annuelle aux bains de Wattwiller, qui soignait tous ses maux1. Cependant, sa santé se dégrade : il se plaint de son estomac. Se sentant moins bien, il envisage, pendant l’été 1882, une cure, non à Wattwiller, mais à Karlsbad, station thermale allemande en Bade-Wurtemberg. Son médecin le lui conseille. Il lui recommande également de voir en chemin « un médecin de Strasbourg » pour lui « demander son avis ». Aglaé raconte à sa nièce Marie cette visite à Strasbourg :

Nous avons mené ton père chez le médecin, et comme il était déjà à l’hôpital nous l’y avons accompagné. Après avoir eu la certitude qu’il pouvait le recevoir je suis allée avec Émilie à la Cathédrale, laissant toutes nos pensées à l’hôpital. Une heure après Charles vient nous retrouver et nous dire que le médecin l’a examiné avec beaucoup de soins, et qu’il ne conseille pas Carlsbad, qu’il trouve les eaux trop fortes et en craindrait les effets, il lui dit qu’il espère que le régime du lait lui fera du bien, qu’il pourra prendre un verre d’eau de Carlsbad chez lui ; manger plus souvent et moins à la fois, ne pas prendre d’aliments ni trop chauds ni trop froids, enfin d’observer surtout ce qui convient à son estomac, l’ordonnance est certainement sage » (Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards à Marie Mertzdorff-de Fréville, 6 août1882)

Charles Mertzdorff abandonne alors l’idée de la cure et d’un voyage d’agrément en Suisse et revient chez lui. « Il nous semble aujourd’hui déjà plus gai, du reste il n’a pas mauvaise mine » constate Aglaé.

Qui est ce médecin dont le docteur de Vieux-Thann lui a donné le nom (mais qui n’est pas nommé dans ces lettres de 1882), celui qui avait été son professeur et « qui est une des célébrités du pays » ? Notre parti-pris d’identifier toutes les personnes citées dans les lettres pour alimenter un index de leurs noms2 conduit à se lancer sur les traces de ce Docteur X. Reconnaître la personne désignée dans une lettre par « tante » ou « Paule » est d’ordinaire aisé grâce à la familiarité avec le contexte ; en revanche, pour « la nounou » ou « la bonne », qui pourtant sont très présentes dans l’univers familial, la recherche est en général vaine. Et pour le Docteur X ? A ce moment-là, sans autre indice, parcourant des listes de professeurs strasbourgeois, aucun nom ne s’impose. Mais attendons la suite.

2- Revoir le professeur

Charles Mertzdorff continue avec courage à donner le change :

Mon estomac va peut-être un peu mieux, dans tous les cas, au dire de tout mon entourage j’ai bien meilleure mine (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 20 septembre 1882)

Mais le ton de ses lettres change, le « bulletin de santé » attendu tient de plus en plus de place. L’entourage, tout en guettant la moindre amélioration, s’inquiète. La tante Aglaé revenue à Paris fait « demander des messes pour cette santé qui nous est si précieuse » à Notre Dame des Victoires et prévoit de conduire Émilie auprès de son père : « nous ferons tout pour qu’il ne reste jamais longtemps seul » (Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards à Marie Mertzdorff- de Fréville, 17 octobre 1882).

Les lettres détaillent le menu des collations légères, les nourritures interdites, les malaises :

Ton cher père n’est pas mal, mais je ne lui trouve pas encore la bonne mine que nous voudrions tant lui voir ; il est à peu près comme lorsque tu l’as quitté, mais il n’a certainement pas engraissé : il mange beaucoup d’œufs, de 7 à 8 par jour ; on lui met généralement dans son bouillon, c’est la manière qu’il préfère ; puis il prend toujours son lait, de plus très peu de viande, et plusieurs verres de vin sucré. (Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards à Marie Mertzdorff-de Fréville, 6 janvier 1883)

Et tout à la fin, dans la marge, elle glisse :

Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards à Marie Mertzdorff-de Fréville, 6 janvier 1883


Voilà donc le nom du professeur strasbourgeois !

3- Identifier ce professeur

Dans un premier temps, je lis : « ton papa […] paraît désirer avoir encore le conseil de M. [Rusmaul] pour savoir s’il n’y aurait pas qq. chose à changer à son régime. » (Je lis Rusmaul et non Rusniaul car le point n’appartient pas à un i mais à la ligne d’écriture perpendiculaire).
Avec un nom, la recherche peut commencer.
Sur internet, une seule trace est trouvée d’un « docteur Rusmaul » (ce qui est surprenant pour une des « célébrités du pays »). Cette mention se trouve dans la copie numérique d’un ouvrage, « TRAITÉ DE PHYSIOLOGIE APPLIOUéE A LA MÉDECINE ET^ A LA CHIRURGIE PAR Th. Liégeois ». Elle restitue ceci : « Rusmaul, De i^absence, de* anomalies de la ntotrice simple et double^ de la super fétation^ de la migration de Vœuf. WurUbourg, 1859. » Cette bouillie de mots est peu satisfaisante. Peut-on revenir à l’ouvrage de Th. Liégeois? Par chance, le Traité de physiologie est numérisé – de façon correcte cette fois-ci – sur Gallica par la Bibliothèque nationale : Liégeois, Auguste Théodore (chirurgien des hôpitaux de Paris Dr), Traité de physiologie appliquée à la médecine et à la chirurgie, Paris, V. Masson et fils, 1869, 1 vol. in-8 (XII-434 p.).
Commodité supplémentaire, cette numérisation permet la recherche par mots. Mais le mot « Rusmaul » ne semble pas figurer dans l’ouvrage. Essayons autre chose, à partir des mots lisibles du titre : « anomalies », trop fréquent dans l’ouvrage, ne donne rien ; passons à « simple et double ». Gagné ! On tombe sur une note bibliographique, page 272.

Auguste Théodore  Liégeois, Traité de physiologie, page 272.


« Kusmaul » et non « Rusmaul » (oui, ça semble évident à lire lorsqu’on sait !). Le catalogue de la BNF devrait donner les références de cet ouvrage et d’autres éventuellement écrits par le docteur Kusmaul. Mais il n’y a aucune réponse à ce nom d’auteur ! En revenant à Internet, moins tatillon, en tapant « Kusmaul » on tombe sur« Kussmaul » (en allemand son nom est Kußmaul). Avec la bonne orthographe, retour au catalogue de la BNF :
« Kussmaul, Adolf (1822-1902) forme internationale
Langue(s) : allemand
Naissance : 1822-02-22, Graben (Allemagne)
Mort : 1902-05-28, Heidelberg (Allemagne)
Docteur en médecine (1855). – Professeur à l’université d’Erlangen, Heidelberg, Fribourg et Strasbourg. – A publié des poèmes avec Ludwig Eichrodt (1827-1892) sous le pseudonyme collectif de Gottlieb Bierdermaier. »

À la suite d’une demie-douzaine de titres en allemand dont il est l’auteur, est listé un ouvrage en français : Les troubles de la parole, traduction française, augmentée de notes, par le Dr A. Rueff, 1884. D’autres informations, collectées sur Wikipédia3, permettent de comprendre l’intérêt de cette consultation à Strasbourg pour Charles Mertzdorff qui souffre de l’estomac : Adolf Kussmaul est l’inventeur, entre autre, d’une technique chirurgicale pour traiter le rétrécissement du pylore, le promoteur de l’analyse du suc gastrique des malades et l’un des pionniers des essais de gastroscopie.

Charles Mertzdorff ne pourra revoir le professeur : il meurt chez lui, à Vieux-Thann, deux mois plus tard,  le 2 mars 1883.

Il ne reste plus qu’à intégrer le nom du docteur et les renseignements le concernant sur le site Une correspondance familiale. S’écrire au XIXe siècle, en rédigeant une courte biographie de « Kussmaul, Adolf (1822-1902) » à laquelle renverront des liens intertextuels dans les lettres publiées où il fait allusion à lui.

  1. Voir le billet : Les bains de Wattwiller. []
  2. Voir le billet: Quel index choisir? []
  3. https://fr.wikipedia.org/wiki/Adolf_Kussmaul []

Auguste Duméril : la fin


Si nous avons peu de détails sur la fin de Caroline Duméril-Mertzdorff en 1862 1 en revanche, à l’automne 1870, les derniers moments de son oncle Auguste sont longuement et précisément décrits.

Auguste Duméril, buste en marbre d’Édouard Houssin (1847-1917) pour une commande de l’État (1901-1909) © MUSÉUM NATIONAL D’HISTOIRE NATURELLE
Auguste Duméril, buste en marbre d’Édouard Houssin (1847-1917) pour une commande de l’État (1901-1909) © MUSÉUM NATIONAL D’HISTOIRE NATURELLE

Les symptômes

Au mois de mai 1870, l’état du professeur Auguste Duméril, 58 ans, s’aggrave. Le 26 mai, « dans la nuit du jeudi de l’Ascension », son épouse Eugénie le trouve « évanoui, avec ce râle effrayant, trop connu, à mon âge, lorsqu’on a perdu les siens : je compris tout le danger de son état. » (Eugénie, épouse d’Auguste Duméril, à sa sœur et son beau-frère, 9 juin 1870). Les malaises perdurent : « Son teint jaune, son manque d’appétit, la barre intercostale, fort pénible, ont duré, depuis lors » (Id.). Les nuits sont souvent pénibles bien qu’ « il couche sur deux oreillers, dont un, en velours, du grand salon ». Parfois, le sommeil est meilleur. Mais le 6 juin « une journée de battements de cœur, très angoissants » incite à envoyer chercher par dépêche le docteur Lecointe. Le soir, lorsque celui-ci arrive, le malade était « depuis plus d’une heure, délivré. Il m’avait demandé, étendu sur le canapé du grand salon, de lui faire une lecture, que je n’ai presque pas interrompue ». La crise passée, la vie reprend et Auguste peut même faire une promenade au bois de Boulogne en voiture à cheval avec ses petits-enfants . Eugénie rapporte à sa sœur l’avis du médecin, très explicite  : « tout en n’ayant aucun organe atteint au cœur, ni au foie, nulle part, enfin, et quoique son état fût tout simplement nerveux », il peut « mourir dans une faiblesse » (9 juin 1870) ; on prédit qu’« il va se remettre de cette attaque » mais que « d’autres la suivront, et il pourra y rester. » (Eugénie Duméril, à sa sœur et son beau-frère, 10 juin 1870-A). Eugénie remercie le docteur de ne lui avoir rien caché de la gravité de l’état de son mari, et elle-même dit « toute la vérité » à sa sœur et au frère d’Auguste – et à eux seuls – « au risque de [leur] faire bien de la peine ». Mais chacun dans l’entourage familial est conscient des problèmes de santé d’Auguste Duméril et s’en inquiète.

L’inquiétude des proches

Certes, le docteur Lecointe avance qu’après la dernière crise « il se remettrait sous peu de jours », mais le malade reste « sous le coup de récidives. » (Eugénie Duméril, à sa sœur, 9 juin 1870).

Eugénie essaie d’aménager un espace de calme autour de son époux : elle « organise des promenades régulières avec lui », elle tâche « de montrer un visage calme », elle alerte ses collègues du Muséum pour qu’on ne le presse pas dans son travail, elle cache à tous les craintes du médecin bien que ces paroles lui aient « percé le cœur », etc. Elle organise même en juillet un voyage du convalescent auprès de son frère, en Alsace.

Les nouvelles circulent parmi les proches :

Nous sommes bien heureux d’apprendre que M. Auguste constate lui-même une amélioration sensible dans son état, que l’appétit est revenu et qu’il peut prendre de l’exercice, soit en voiture, soit à pied sans en éprouver trop de fatigue. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 2 juillet 1870)
Tes premières lettres nous donnaient de si bonnes nouvelles de l’oncle Auguste que nous espérions revoir complètement remis. Tes dernières nous font craindre que cette santé qui nous est bien chère à tous a grande peine à reprendre le dessus. » (Charles Mertzdorff à son beau-frère, 10 juillet 1870)

Au jour le jour, on s’inquiète :

Les nouvelles de M. Auguste sont moins bonnes. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 14 juillet 1870)
En arrivant Léon m’a fait part de la triste nouvelle que M. Auguste va toujours moins bien. Il a consulté le docteur Baddenberger qui a constaté une hypertrophie du cœur très avancée. C’est d’une gravité extrême (Charles Mertzdorff, 15 juillet 1870-C)
M. A. Duméril a quelques bons jours. (Charles Mertzdorff à son épouse, 20 juillet 1870-B)

L’évolution de la maladie

Des conseils sont donnés par l’entourage (dont une cure hydrothérapique) :

Si je te parle de traitement c’est que nous sommes toujours avec vous en causons bien souvent & naturellement chacun donne son avis & notre seul désir au milieu de toutes nos joies d’être bien installés au bord de la mer, c’est de savoir notre cher malade bien remis. (Charles Mertzdorff à son beau-frère, 10 juillet 1870)

En août, Auguste Duméril revient à Paris et de nouveaux médecins sont appelés en consultation.

Ce matin j’ai été savoir le résultat de la consultation pour M. Auguste, lui m’en a rendu compte en paraissant remonté, mais sa femme en me reconduisant m’a dit que les médecins lui ont dit qu’il n’y avait pas de guérison possible, mais que le danger n’était pas immédiat. C’est le foie qui a pris un trop grand développement et qui en appuyant sur les artères empêche la circulation, l’enflure augmente. (Eugénie Desnoyers- Mertzdorff, 10 août 1870-D)
Mme Auguste nous donne de tristes nouvelles de son mari. La consultation a constaté une aggravation considérable du mal. (Charles Mertzdorff, 10 août 1870-B)

Espoirs et inquiétudes continuent de s’exprimer :

Le pauvre M. Duméril m’a paru bien souffrant, mais à l’Institut on ne lui a pas trouvé mauvaise mine (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 9 août 1870-B)
M. Auguste va un peu mieux, l’enflure diminue, on reprend de l’espoir. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 15-16 août 1870)
Oncle Auguste avait les jambes moins enflées mais il ne peut aller en voiture de sorte qu’ils allaient en bateau [sur la Seine] (Marie Mertzdorff à son père, 16-18 août 1870)
M. Auguste va un peu mieux, l’enflure diminue. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 24-25 août 1870-C)
M. Auguste ne va pas plus mal. (Jeanne Target-Desnoyers, 26 septembre 1870 (B)

Mais après ces moments plus ou moins stationnaires, l’état d’Auguste Duméril se détériore.

M. Auguste ne va pas bien son état s’aggrave quelle peine pour sa pauvre femme. (Jeanne Target-Desnoyers, 9 novembre 1870)

Et quelques jours plus tard (au cinquante-huitième jour du Siège de Paris, ainsi que l’épistolière date sa lettre) :

ce cher bon monsieur Auguste dont l’état s’aggravait sensiblement depuis plusieurs jours a succombé hier soir. [  ] Les derniers moments ont été très calmes et sans souffrance : mais l’hydropisie avait fait de tels progrès qu’il n’y avait plus d’espoir et cependant il a écrit lui-même à [son frère] de ne pas s’inquiéter, il y a peu de jours. (Jeanne Target-Desnoyers, 13 novembre 1870-A)

Le terme « hydropisie », alors employé, est synonyme d’« œdème ».

***

« Les malheurs publics qui nous frappent tous n’empêchent pas les douleurs particulières » écrit Jeanne Target-Desnoyers en annonçant ce décès (lettre du 13 novembre 1870-A). Au moment où Auguste Duméril meurt, le 12 novembre 1870, la France est en guerre. Entre la France et l’Allemagne les hostilités ont commencé le 2 août 1870 – Auguste Duméril était alors revenu à Paris, presque impotent et plus malade qu’à son départ pour l’Alsace. Dès les premiers jours de la guerre, l’Alsace est occupée. Le 1er septembre l’armée française capitule à Sedan ; le 4 Napoléon III est déchu, la République proclamée et le Gouvernement de la Défense nationale constitué. Pendant cet automne 1870, Metz capitule (le 27 octobre), l’armée de la Loire est défaite et les troupes allemandes encerclent Paris. D’autres membres de la famille enverront des récits auto-censurés, euphémisés et partiaux du Siège et de la Commune de Paris.
Aux malheurs du temps s’ajoutent les malheurs privés.

  1. Voir le billet « Caroline posthume ». https://puc.hypotheses.org/3328 []