Archives par mot-clé : soldat

1917, des pénuries pour qui?

Après la parution du billet « Des colis au soldat (1916) »  une amie me signale le livre de Silvano Serventi, La Cuisine des tranchées1, qui m’incite à revenir sur ce thème. Non, ce n’est pas un livre de cuisine, bien que l’auteur, qui a publié par ailleurs des recettes médiévales2 cite quelques façons d’accommoder le bœuf (en soupe grasse ou à l’étouffée) relevées dans le Bulletin des armées de 1915 ou de préparer la bouillabaisse comme un pêcheur de Palavas. De la généralisation des cuisines roulantes à partir de 1915 (alors que les Allemands disposaient de ce système depuis le début de la guerre)3 à l’opération « patriotique » des vignerons du Midi qui offrent aux armées 200 000 hectolitres de vin à l’automne 19144, opération qui lance la distribution par l’armée de rations de vins de plus en plus grandes, de l’effort non seulement humain mais aussi agricole demandé aux colonies pour produire en particulier sucre et huile5,  jusqu’au développement des conserveries en France6, ou à l’organisation du réseau des « stations magasins » qui regroupent, conditionnent et entreposent les vivres7, l’ouvrage foisonne de larges mises en perspective. La documentation puise également dans les écrits personnels des combattants et de leurs proches, auxquels les lettres de la famille Froissart font parfois écho. Dans ce tableau aux multiples plans brossé par Silvano Serventi, maints détails de la correspondance familiale prennent place et sens. Voici quelques éléments, tirés plus particulièrement des dernières lettres mises sur le site (lettres du printemps 1917), rassemblés autour de deux points : des pénuries plus ou moins partagées et de possibles solidarités.

Les pénuries

 « La vie à Roubaix pendant l’occupation allemande » (détail). Avec l’aimable autorisation de S. Serventi et de son éditrice
« La vie à Roubaix pendant l’occupation allemande » (détail). Avec l’aimable autorisation de Silvano Serventi et de son éditrice

  Ces trois vignettes8 introduisent ici sur le mode humoristique le thème des pénuries, thème souvent dramatique puisqu’elles affectent jusqu’à la famine une partie de la population. Sur la gravure, les années passant, la soupe et le pain gris remplacent chez un couple bourgeois la volaille rôtie d’avant-guerre, et le pot à eau la bouteille de vin ; la table se dépouille de son apparat, la bonne disparaît du décor, le chien aussi. Rien de tel semble-t-il chez les Froissart, qui se partagent entre le nord de la France et Paris. La fréquence, la variété et le luxe des colis envoyés en 1916 se retrouvent dans ceux de 1917. Émilie Froissart récapitule pour son fils, qui est au front comme téléphoniste :

Je regrette que les colis soient si lents à t’arriver. Je n’ai pas assez compté avec ces longs délais, et je crains que certaines choses n’arrivent pas en bon état, le veau notamment. J’ai eu aussi une idée malencontreuse, me dit Michel, en t’envoyant des camemberts et surtout sans doute du pain complet et de la langue en sandwichs ! Le 12 je t’ai envoyé un morceau de bœuf mode aux carottes en gelée fait par Bertha.
le 13, ½ livre de beurre frais
le 16 une boîte de 40 tablettes de chocolat et les sandwichs
le 17 un fromage de Hollande en boîte de fer blanc et une noix de jambon et du lait sucré
aujourd’hui 19 un saucisson et un autre colis contenant 6 œufs frais et du beurre. Les œufs viennent d’arriver de Brunehautpré.  (19 avril 1917 )

Il serait fastidieux de répéter le contenu des colis qui se succèdent, on le voit, à un rythme soutenu. Notons l’envoi de sardines « pour le Vendredi Saint » (4 avril 1917) au moment où l’entreprise Saupiquet de Nantes fournit à l’armée des millions de boîtes de conserves, et celui de camemberts, un fromage qui se diffuse alors largement hors de sa Normandie d’origine.

En 1917, les ressources agricoles sont amoindries par plus deux ans de guerre, les réserves souvent épuisées et les importations rendues plus difficiles par l’efficacité de la guerre sous-marine menée par les Allemands contre les navires anglais en particuliers9. Le ravitaillement est un problème quotidien pour de nombreux citadins : les prix augmentent malgré la fixation d’un prix maximum pour la viande congelée (avril 1916), le sucre (mai 1916), les pommes de terre (septembre 1916), le beurre et le lait (février 1917)10. Les premières cartes de rationnement sont instaurées pour le sucre en janvier 1917, puis pour le pain. Diverses mesures sont prises, dont la fermeture deux jours par semaine de magasins d’alimentation : les pâtisseries (février 1917) puis les boucheries (avril 1917) ; à cette date, le soir sans viande est institué11. Un écho de ces mesures s’entend dans les lettres :

Je t’ai expédié hier un peu de beurre de Dommartin, un peu de chocolat que j’avais ici, car le Mardi et le Mercredi toutes les boutiques sucrées sont fermées et la vente du chocolat interdite même dans les épiceries. (4 avril 1917)

Mais ces restrictions ne font qu’effleurer la famille :

 déjà on nous exhorte à ne plus manger de viande le soir et à nous passer de pâtisserie 2 fois par semaine. Si j’avais voix au chapitre, je restreindrais bien plus encore la confiserie, la pâtisserie qui consomment beaucoup de sucre. (3 mai 1917)

Restriction sur le sucre d’autant plus facile à proposer qu’elle avoue quelques jours plus tard, en bonne maîtresse de maison satisfaite de « l’abondante promesse de fruits » dans la propriété du Pas-de-Calais :

 J’ai dans ma petite mansarde un gros sac de sucre qui me rassure sur l’emploi qu’on en pourra faire et je pourrai remonter amplement la provision de comportes et de confitures. » (29 mai 1917)

Les solidarités

La correspondance que les Froissart adressent à leur fils n’est pas le meilleur observatoire des solidarités entre les combattants. Cependant certains passages des lettres suggèrent des pratiques de partage.

  • Les colis envoyés

Les Froissart envoient des colis à quelques amis de leurs fils, et pour certains ce supplément est une nécessité :

J’ai reçu une lettre de lui hier. Il accepte mon offre de le ravitailler, comme je le fais pour toi ; il avoue qu’il a faim. (Émilie Froissart à son fils, 15 avril 1917)

  • les colis partagés

Louis a-t-il mangé en solitaire les 40 tablettes de chocolat envoyées le 16 avril ? Une telle quantité appelle le partage. Une autre lettre (malheureusement l’encre a brouillé l’écriture, rendant le paragraphe presque illisible) suggère peut-être une dégustation commune de saucisson dans la « cagna » pour fêter l’entrée en guerre des Américains (8 avril 1917). Hors cette correspondance familiale, mémoires, lettres et récits témoignent que les soldats les mieux approvisionnés font profiter leur entourage des bonnes choses qu’ils reçoivent.

  • Le réchaud à alcool

Le réchaud à alcool est mentionné plusieurs fois, qu’il soit reçu dans un colis ou bien laissé par un frère mobilisé qui change d’affectation. Partout sur le front les soldats se plaignent de la nourriture, souvent peu appétissante et qui arrive froide. Ils soulignent l’amélioration des repas et le réconfort apporté par une boisson chaude lorsqu’un camarade possède l’un de ces réchauds. Il est probable que l’entourage de Louis, qui est mieux nanti, profite de cet amélioration.

  • « Cantine coopérative » et « réserve »

Dans une lettre du 22 février 1917, le père reprend une description de son fils : « Tu nous révèles l’existence d’une cantine coopérative qui fait rêver ! ». En l’absence des lettres du fils, il est difficile d’en savoir plus. En quoi cette cantine de guerre est-elle différente de  celle, ordinaire, de la caserne? Son fonctionnement implique-t-il une aide mutuelle? Et l’emploi de la « Réserve » évoquée dans la suite de cette lettre reste opaque :

je t’envoie inclus 500 F dont tu affecteras la partie que tu jugeras bon à la Réserve […]  (300 F pour la Réserve sont sans doute suffisants ?)

Il semble donc que 300 francs seront versés à ce qui est peut-être une cagnotte collective (pour fixer un ordre de grandeur : un ouvrier gagne 5 francs par jour). De toute façon, si une forme de solidarité est mise en œuvre dans la  « cantine coopérative » ou la « réserve », il ne peut s’agir que de solidarité entre pairs.

***

Parcourant L’Écho de Paris du mois de février 1917 en espérant éclaircir une allusion dans une lettre grâce à la rubrique nécrologique (échec de cette piste-là !), je relève des articles quotidiens sur les restrictions imposées et leur mise en œuvre :

L’Echo de Paris, 22 février 1917 (numérisation Gallica – BNF)

L’Écho de Paris, 22 février 1917 (numérisation Gallica – BNF)Capture-Echo de Paris-1917-02-22-sucre

Pendant la guerre, « plus que jamais, l’assiette est le miroir de la société française dans sa diversité, sa richesse et ses inégalités. » remarque Serventi12. Si les lettres d’une famille bourgeoise qui dispose de bien plus de moyens que la plupart des autres foyers portent cependant les traces des préoccupations générales des Français, les altérations du régime habituel n’affectent pas chacun avec la même intensité. La correspondance des Froissart laisse deviner par contraste combien les différences entre riches et pauvres, entre combattants et populations de l’arrière, entre Paris et le reste de la France, villes et zones rurales, départements occupés et régions éloignées de la ligne du front, combien ces différences sont marquées.

  1. Silvano Serventi, La Cuisine des tranchées. L’alimentation en France pendant la Grande Guerre, Éditions Sud Ouest, Bordeaux, 2014. []
  2. Odile Redon, Françoise Sabban, Silvano Serventi, La Gastronomie au Moyen âge. 150 recettes de France et d’Italie, préface de Georges Duby, Stock, 1991. []
  3. Op. cit. p. 73. []
  4. Op. cit. p. 55. []
  5. Op. cit. p. 83. []
  6. Op. cit. p. 80. []
  7. Op. cit. p. 86. []
  8. Détail d’un document de la collection Joël Picard, op. cit., cahier iconographique p. 7. []
  9. Op. cit. p. 75. []
  10. Op. cit. p. 142. []
  11. Op. cit. p. 143. []
  12. Op. cit. p. 145. []

Des colis au soldat (1916)

Pendant la Première Guerre, les lettres d’Émilie Froissart à son fils Louis mobilisé mentionnent souvent les colis qu’elle lui envoie. Ce thème constitue même, exceptionnellement, l’essentiel du message1 :

 Lettre du 30 août 1916 : une liste de comestibles
Carte-lettre du 30 août 1916 : une liste de comestibles

De nombreux témoignages, lettres et souvenirs, émanant de tous les milieux sociaux, mentionnent l’importance des colis expédiés aux soldats pendant la guerre de 1914-1918 ; leur nombre en effet est énorme: en avril 1915, 150 000 paquets sont envoyés chaque jour vers le front2.

Des envois réguliers et fréquents

  • Importance des colis

Ainsi que le notent Baconnier, Minet et Soler, les « demandes, annonces d’expédition et accusés de réception de colis tiennent une bonne place dans le courrier échangé pendant la guerre de 1914-1918 », et ces envois de biens apparaissent à tous presque aussi importants que les échanges de lettres entre le front et l’arrière3. A titre d’illustration, j’ai pointé ces colis adressés au jeune soldat, alors en formation au camp de la Braconne (près d’Angoulême) au printemps et à l’été 1916. Il semble que le rythme d’un colis par semaine soit habituel pour les familles françaises et Émilie Froissart s’y conforme en général, avec un rythme qui peut varier selon le moment et les circonstances. Elle mentionne des envois les 3, 11, 13, 16, 26 mars, puis les 8, 10, 13, 14 avril, en une succession rapprochée.

  • Un compte précis est tenu :

Tu recevras un colis postal (5août)
Tu dois avoir reçu ton paquet envoyé de Paris le 4, si j’ai bonne mémoire (13 août)

et une grande attention accordée aux avis du soldat (dont nous n’avons pas les lettres) :

Merci des renseignements que tu me donnes pour les victuailles à t’envoyer : je ferai une expédition demain (1er  août)
Tu ne nous réponds pas au sujet du colis postal que je te propose de t’envoyer (16 juin)

Lorsque le calendrier des envois est bousculé (une permission retardée par exemple), le ralentissement est justifié :

Je pensais que tu allais venir aussi je ne t’ai rien envoyé depuis longtemps, je vais te ravitailler (8 avril)

Une circonstance marque bien l’importance des colis : sur l’espace réduit d’une carte qui annonce la mort d’une enfant malade très proche (petite-fille et nièce) Émilie avise également son fils d’un envoi de nourriture, réunissant les deux nouvelles côte à côte, sinon à égalité (19 juin). Comme la plupart des lettres familiales qui tiennent un compte précis des paquets et de leur réception, celles d’Émilie Froissart à son fils Louis en détaillent le contenu, le plus souvent des produits comestibles.

Des envois de nourriture

  • Des provisions variées

Dans les lettres d’Émilie Froissart comme dans celles des poilus du Midi, les vivres constituent l’essentiel des envois. Les parents s’inquiètent de la façon dont se nourrit leur fils, surtout s’il est de santé fragile :

Il faudrait absolument que tu t’arranges pour manger quelque chose avant 11h ½. Ne peux-tu donc pas prendre quelque chose avec le « jus » ? vous avez toujours bien celui-ci en vous levant ? veux-tu des gâteaux secs ? as-tu encore des tablettes de chocolat ? je t’en envoie. (13 août)
Nous pensons qu’on vous surmène le matin et que tu désires avoir en poche au moins du chocolat pour te garnir un peu l’estomac. Ne te détraque pas. (Léon Damas Froissart à son fils, 14 août)

Il faut bien « assouvir l’appétit » de ces jeunes hommes (19 juin) !

Je t’ai envoyé aujourd’hui un morceau de langue (11 mars)
Ta mère t’envoie du lait concentré. (Léon Damas Froissart à son fils, 13 avril)

  • Transport et emballage

Le transport est en général rapide, mais les aliments sont choisis et conditionnés pour en supporter d’éventuels retards ; la charcuterie est commode, ainsi que les conserves et denrées non périssables : saucisson, « pâté de foie » (25 juin), « pâté de lapin anglais » (23 août B), « conserves de viande » (9 juillet), andouille (13 août), « quelques pâtes (nouilles &), des pruneaux » (7 juin)

Je t’envoie un pâté de lapin en boîte qui pourra attendre ton retour si ton départ est prochain. (14 avril)
Tu me diras dans la variété des conserves que je t’ai envoyées quelles sont celles que tu auras trouvées bonnes et qu’il faut renouveler. (25 juin)

Cependant on n’hésite pas à envoyer des produits fragiles, œufs ou fruits :

 Tu trouveras dans le 1er colis 4 bananes, j’espère qu’elles n’auront pas trop mûri en route (9 juillet)

Denrées périssables ou non, un soin particulier est apporté à l’emballage

J’espère qu’il arrivera sans casse grâce à l’ingéniosité de mon emballage (7 juin)
Je suis très confuse d’avoir si mal emballé mon paquet et je te remercie de m’en avertir (5 juillet)
Je t’ai envoyé hier […] un colis postal de 5 kilos bien emballé (9 juillet )

  • Des nourritures symboliques

Ces nourritures, indispensables marques de l’attention et de l’amour familiaux, sont aussi porteuses d’une parcelle du monde « d’avant ». Elles rappellent la maison et apportent un écho des jours anciens lorsqu’on précise qu’elles proviennent d’un lieu symboliquement et affectivement attachant comme Brunehautpré, dans le Pas-de-Calais, berceau de la famille paternelle :

Je t’envoie un petit morceau de langue de Brunehautpré, sûre que cela te semblera bon (10 avril)

Louis reçoit ainsi de l’andouille de Brunehautpré (26 mars) ou de Campagne-les-Hesdin (5 juillet), « du pâté de foie qu’on vient de nous expédier de Brunehautpré », assorti de ce conseil : « Mange bien surtout ; c’est ce qui te maintiendra en bonne santé » (25 juin) .

Le 25 août (Saint Louis) est marqué d’un envoi particulier, venu d’un célèbre marchand de comestibles parisien, avenue de l’Opéra :

Je t’embrasse tendrement cher petit et t’envoie mes meilleurs vœux de fête auxquels j’ajoute un cake de Corcellet

Des colis non-alimentaires

Plus que la moyenne des Français, les Froissart diversifient le contenu des colis. Selon Baconnier, Minet et Soler, on trouve « rarement (moins de 8% des mentions), des objets – effets, quincaillerie, produits hygiéniques, pharmacie »4. Les poilus d’origine rurale semblant « accorder peu d’importance à l’hygiène et aux petits accidents de santé » et l’automédication parmi eux reste peu répandue5. A l’inverse, dans cette famille bourgeoise, médicaments, livres et objets divers sont souvent mentionnés.

  • Des médicaments

Les denrées, même de provenance familiale, ne semblent pas suffisantes pour maintenir le soldat (pourtant loin du front à cette époque-là) en bonne santé et les parents inquiets suppléent à la pharmacopée militaire :

Mon pauvre garçon, Je suis bien ennuyée de te savoir pris de la gorge et je voudrais apprendre très prochainement que tu es débarrassé de cette indisposition très malencontreuse. Toutes mes félicitations pour la bonne qualité et le bon entretien de ta peau. Je sortirai demain et t’enverrai la pommade indiquée et la teinture d’iode. (13 mars)
Je t’envoie encre serviette torchon iode pommade (16 mars)
J’ai trouvé hier le « philopode » mais non le cosmétique du soldat. Je vais te l’envoyer (26 mars)
Je t’ai envoyé hier du sirop iodotannique (7 juin)

  • Un ravitaillement diversifié

Comme tous les appelés, Louis reçoit quelques objets (de la bougie le 7 juin), en particulier des vêtements chauds pour compléter l’équipement fourni par l’armée :

Aujourd’hui je t’ai envoyé du lait et tes chaussettes en 2 paquets. […] Tu remarqueras que les chaussettes grises ne sont pas d’égale longueur, tu as dû les dépareiller en partant et tu retrouveras l’alter ego de chacune. Au reste c’est peu important (13 mars)

Louis est un étudiant et, s’il a quitté l’université, il doit préparer, comme ses frères, des examens et concours dans l’armée (leur père est commandant et surveille leurs affectations et carrières)

Je viens de t’expédier du papier (3 mars)
Je t’envoie l’encre [et] les livres que Pierre m’a donnés (16 mars)

Aucun soldat n’est oublié

Baconnier, Minet et Soler le constatent : « Même les plus pauvres reçoivent autant de colis […]. Les plus démunis sont pris en charge par des camarades plus fortunés6. Ainsi, Émilie Froissart mentionne quelques envois à des amis de son fils.

J’envoie du saucisson et du chocolat à Dagens, en même temps (3 mars)
je vais te ravitailler ainsi que Dagens (8 avril)
J’envoie un 27 centimètres de saucisson à Dagens (7 juin)
Je t’ai envoyé hier du jambon et bœuf mode par la poste et la même chose à Dagens (13 août)

Les parents Froissart envoient donc régulièrement des colis à leur fils Louis et à au moins un de ses amis, Jean Dagens. Bien que les lettres n’y fassent pas allusion, il est très probable que des colis comparables sont expédiés aux trois autres fils également mobilisés. Tout cela a un coût, mais dans cette famille très aisée il est rarement fait allusion aux prix et aux dépenses. Par exception Émilie demande :

demain je t’envoie une noix de jambon tu me diras si c’est très-bon et avantageux, c’est assez cher, il y en a pour 5 F. (3 mars)

Pour bien des familles, les possibilités financières limitent les envois, même si des sacrifices sont consentis, la production domestique mise à contribution et les efforts répartis entre l’épouse, les parents et les proches. Mais quelle que soit leur ressources familiales, très rares sont les soldats oubliés7.

***

Le transport et la distribution de cette énorme et indispensable masse de colis sont pris en charge par la Poste civile sur le territoire, relayée par la Poste militaire auprès des soldats. Dès le mois d’octobre 1914, le Bureau Central des Colis Postaux Militaires est créé à Paris. Ce Bureau reçoit en juin 1916 le monopole de la centralisation pour l’expédition des colis vers le front. Des mesures sont prises pour faciliter les envois : instauration en juin 1915 de la gratuité une fois par mois d’un paquet de moins de 1 kg vers le front pour les plus pauvres ; puis en décembre 1915 autorisation de l’envoi gratuit de colis aux militaires de la zone des armées pour la période de fin d’année ; enfin en juin 1916 gratuité intégrale des paquets pour les soldats de la zone des combats instaurée8. Ces mesures confirment que l’importance des échanges de l’arrière vers le front est officiellement reconnue.

  1. La carte-lettre du 30 août 1916, reproduite ici, annonce « un colis postal de 5 kg contenant : 7 bananes déjà mûres, cassoulet, choucroute garnie, confit d’oie, lapin sauté, civet de lièvre, langue de veau, rillettes, tablettes de chocolat ». []
  2. Musée de La Poste, Données et dimensions postales de la première Guerre mondiale. []
  3. Gérard Baconnier, André Minet, Louis Soler, La Plume au fusil. Les poilus du Midi à travers leur correspondance, 1985, Privat, Toulouse, p. 29. []
  4. Op. cit., p. 34. []
  5. Op. cit., p. 36. []
  6. Op ; cit., p. 30. []
  7. Voir le billet “1917, des pénuries pour qui ?“ []
  8. Musée de La Poste, Op. cit. []