Archives par mot-clé : théâtre

Souffleur de théâtre

Au festival d’Avignon la pièce Sopro (Souffle) de Tiago Rodrigues 1 séduit la critique et le public : la presse vante le « verbe enchanté » de cette « pure merveille », la « leçon d’humanité » donnée avec une « grâce infinie », le charme de cette promenade entre réel et fiction qui fait « sortir de sa trappe un métier en voie de disparition : celui de souffleur »2.

De l’utilité du souffleur

Tiago Rodrigues construit sa pièce autour de la figure de Christina Vidal, l’authentique souffleuse du Théâtre national qu’il dirige à Lisbonne. La souffleuse a accepté de monter sur scène pour jouer son propre rôle et souffler aux yeux de tous. Non pas raconter sa vie, mais parler de son travail, se montrer au plus près des acteurs, faire entendre son murmure. L’évocation de ce métier de souffleur fait écho à l’une des dernières lettres mises sur le site3.

En 1876 Émilie Mertzdorff, âgée de 15 ans, assiste à l’Odéon à Paris, avec sa sœur, sa tante et son oncle, à un après-midi donné au profit de l’œuvre des écoles. Lors de cette « petite fête » sont successivement présentés « une pièce japonaise en vers », un duo de la tragédie lyrique Mignon, la « Nuit de Mai » d’Alfred de Musset récitée par Sarah Bernhardt et Mounet-Sully, de la musique (piano, flûte, violoncelle), la comédie-vaudeville en un acte d’Eugène Scribe La demoiselle à marier, qui fait beaucoup rire Émilie, « et plusieurs autres choses fort jolies ». « Mais ce qui m’a été le plus agréable de tout », raconte Émilie, ce sont Les Pauvres Gens de Victor Hugo. Voici le récit alerte et drôle qu’elle fait à son père de la récitation de Mounet-Sully :

le malheureux, qui n’avait pas de souffleur, s’est arrêté au beau milieu, impossible de retrouver le reste, il a fait des signes désespérés et enfin il est parti, mais on l’a fait revenir sur la scène et par bonheur une personne avait le livre, on lui a dit les deux premiers mots du vers et il ne s’est plus arrêté jusqu’à la fin. Tante était profondément émue par cet incident et elle plaignait de tout son cœur ce malheureux acteur ; mais nous pensons avec oncle que cela ne lui a pas été aussi pénible que le croyait tante. (Emilie Mertzdorff à son père, 11 décembre 1876)

Mounet-Sully

Mounet-Sully en 1878 (détail d’un montage photographique conservé à la Bibliothèque nationale de France)

Mounet-Sully (1841-1916) débute à l’Odéon en 1868, dans de petits rôles. Après la guerre de 1870, il entre à la Comédie-Française. Si la critique lui reproche son jeu peu conventionnel, le public l’applaudit.

Marie Bashkirtseff, comme Émilie Mertzdorff, est séduite par le jeune Mounet-Sully. Elle note dans son journal, après une représentation des Enfants du Capitaine Grant d’après Jules Verne : « Mounet-Sully est très beau, le plus bel homme de Paris, à ce qu’on trouve. »4

Mounet-Sully joue les grands rôles du répertoire classique (Corneille, Racine) ; il soutient aussi des pièces plus contemporaines. Victor Hugo lui écrit, à propos de Marion de Lorme (drame en vers, créé en 1831 et d’abord interdit par la censure) : « Mon cher Mounet-Sully, Vous êtes un noble artisan. Je vous considère comme un de mes plus précieux auxiliaires. Le succès est dû au talent, vous avez l’un et l’autre. »5 Après les années 1870 Mounet-Sully poursuit sa carrière, avec ou sans souffleur, mais toujours apprécié du public, toujours absorbé par ses rôles, toujours dévoué au théâtre, cet art fragile.

  1. Sopro, de et par Tiago Rodrigues, en portugais surtitré ; durée : 1h 45 ; représenté en juillet 2017 au Cloître des Carmes à Avignon, puis en tournée en France. []
  2. Fabienne Pascaud dans Télérama, Jean-Pierre Thibaudat sur Mediapart, Fabienne Darge dans Le Monde. []
  3. Une correspondance familiale au XIXe siècle. []
  4. Marie Bashkirtseff, Journal (29 décembre 1878), L’Âge d’Homme , 1887. []
  5. Victor Hugo, Correspondance, 10 janvier 1873, A. Michel, Ollendorff, 1952. []