Archives par mot-clé : transcription

Éditer des lettres

Revenons sur un billet de 2013 qui exposait les choix de transcription faits pour l’édition des lettres sur le site S’écrire au XIXe siècle1, car il paraît utile de présenter des options différentes des nôtres. Tous les chercheurs s’accordent sur le nécessité de la restitution la plus fidèle possible de la lettre, comme texte et comme objet, et de l’utilité de notes, notices et index complémentaires. Mais à partir de ces bases, divers modes de publication électronique sont possibles, modulés par les centres d’intérêt prioritaires des éditeurs.

« Corpus 14 »

Le groupe « Corpus 14 » édite des centaines de lettres, échangées entre des soldats issus du monde rural et leurs familles pendant la guerre de 1914-19182. Ces lettres ont en commun d’avoir été écrites par des hommes et des femmes peu familiers de l’écriture : les soldats, qui sont évalués par l’administration militaire sur une échelle de 1 à 5, appartiennent à la catégorie 3, celle des « sachant lire et écrire », intermédiaire entre les illettrés (1) et les détenteurs du certificat d’étude (4) ou d’un diplôme supérieur (5). C’est moins l’écriture elle-même, souvent calligraphiée, que les segmentations ou les agglutinations de mots, l’orthographe et la grammaire parfois très personnelles, les variations linguistiques, l’absence de ponctuation, qui posent des problèmes spécifiques. Toutes ces caractéristiques doivent être conservées car le projet qui est mené « dans un esprit philologique » signale Agnès Steuckhart, professeure à l’Université Paul Valéry Montpellier-3 ; l’équipe de recherche qu’elle anime mène au fur et à mesure des études sur ces textes3. Les lettres sont donc transcrites en vue d’une exploitation textométrique, pour étudier le rapport à la langue française d’auteurs issus du monde rural (Hérault et Ain en particulier). Comment cette langue apprise à l’école des années auparavant est-elle utilisée ? Quels moyens l’écriture épistolaire, encadrée par des normes plus ou moins assimilées mais globalement respectées, offre-t-elle à ceux qui n’en sont pas familiers pour exprimer leurs émotions, leur vécu, leur attachement à une famille et à un lieu, leurs espoirs et leurs rêves ? Il s’agit alors d’analyser les caractéristiques linguistiques et stylistiques du corpus, de noter les archaïsmes, d’identifier les particularités langagières des scripteurs, de pointer leur créativité lexicale, de distinguer la syntaxe du français standard de celle du patois – ­ les chercheurs constatent à ce propos la rareté des mots du patois (réservés à l’oral plutôt qu’à l’écrit) et de l’argot. En regard du fac-similé, la transcription respecte scrupuleusement la structure du texte, la syntaxe, la ponctuation, amenant parfois le lecteur à un vrai déchiffrement. Cette forme éditoriale renouvelle le regard sur  des textes peu ou pas connus et non conformes aux standards académiques.

« Correspondance de Faubert »

L’édition électronique de la correspondance de Gustave Flaubert par Yvan Leclerc et Danielle Girard4 « présente l’intégralité des lettres connues, conservées dans des collections publiques, chez des collectionneurs privés ou passées en vente », sous forme de transcription et d’image lorsque le manuscrit est disponible. Les principes de la transcription sont précisés : « plus proche de l’autographe que les éditions antérieures de la correspondance », elle reproduit les ratures, conserve les abréviations et les mots soulignés ; « les ajouts entre les lignes ou en marge sont intégrés à leur place, dans la continuité du texte ». Dans les lettres de Flaubert (comme dans celles de Duméril) pour la commodité de la lecture, « les accents ont été restitués, ainsi qu’une ponctuation minimale » et les fautes de grammaire corrigées. En revanche, différant en cela de notre site, celui de Flaubert conserve l’orthographe variable des noms propres (tout en donnant entre crochets la forme courante) et les particularités orthographiques de l’écrivain. Cette édition reprend, prolonge et corrige des éditions antérieures : dans la continuité de volumes publiés auparavant, elle fait un retour aux autographes apparus depuis et intègre des lettres inédites. Les rares brouillons connus sont publiés. S’agissant de la correspondance d’un écrivain majeur, qui s’exprime là sur son travail de romancier, la publication électronique apparaît comme une contribution à l’histoire littéraire. D’autres enjeux sont de mise pour la publication de la correspondance familiale d’André Marie Constant Duméril et ses descendants.

« S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale »

Nos choix pourraient se situer à mi-chemin entre les textes de peu lettré et ceux d’un écrivain. Même si le site se veut ouvert à toutes les curiosités et peut se prêter à des recherches dans maints domaines, nous travaillons en historiennes.
Pour que les mots
puissent être retrouvés par un moteur de recherche, la partie manquante des mots raccourcis est mise en exposant. Charles Mertzdorff, habitué aux courriers commerciaux, remplace souvent la seconde des lettres doubles par un trait au-dessus de la première :

Abréviation : Charles Mertzdorff à sa fille, 8 décembre 1877

« com¯ent » est transcrit « comment ».
Les abréviations ne sont pas rares chez d’autres scripteurs :

Abréviation : Léon Damas Froissart à son fils, 15 février 1917

« mdl » = maréchal des logis, est transcrit : « maréchal des logis », sous une forme qui essaie de restituer à la fois le sens et une idée de la forme.
Pour faciliter les recherches nous avons rétabli l’orthographe des mots, quitte à signaler en note une manière originale d’écrire. Par exemple, dans une lettre de fin décembre 1877 Marie Mertzdorff écrit : « tu ferais bien plaisir à tante en lui apportant un pot de confiture de mirtiles (je ne sais pas comment cela s’écrit) cela t’a si bien réussi »

Orthographe : Marie Mertzdorff à son père, fin décembre 1877

L’orthographe « myrtilles » est rétablie dans la transcription et une note signale que Marie écrit « mirtiles ».
Ce faisant, nous avons bien conscience de bousculer les pratiques de celles et ceux qui, comme Chantal Thomas enfant, ont « du mal à admettre qu’il n’y a pour chaque mot qu’
une bonne façon de l’écrire ». « Pourquoi, poursuit-elle, n’ai-je pas le choix ? Qui a statué pour l’éternité sur la bonne façon d’écrire un mot ? »5 Par le retour au fac-similé, une étude des particularités orthographiques est toujours possible.
La rectification de l’orthographe nous a semblé particulièrement utile pour les noms propres.
La solution adoptée pour la correspondance de Flaubert (transcription littérale suivie entre crochets de l’orthographe rétablie) aurait pu être envisagée. Mais dans bien des cas, devant des hésitations de lecture (fin de ligne, écriture hâtive, pliage de la feuille, papier détérioré) il convient de s’en tenir à l’orthographe exacte.
Comme pour les noms communs, les noms de personne abrégés sont complétés :

Noms restitués. Charles Mertzdorff à sa fille, 8 février 1876 B

ce qui donne à la transcription :
« l’on m’a quitté pour aller faire visite aux D
ames Heuchel & Stoecklin ».

***

Transcrire, c’est reproduire exactement, par l’écriture, ce qui a déjà été écrit. Passer de l’écriture cursive au caractère d’imprimerie : cette étape initiale, indispensable, demande des choix réfléchis car le résultat n’est pas un simple décalque du fac-similé. Les options retenues sont conditionnées par les intensions des éditeurs. Chaque corpus et chaque projet requièrent des règles spécifiques ; il convient d’en être conscient et d’expliciter les inévitables modifications qui transforment le feuillet manuscrit en une page imprimée lisible sur un écran d’ordinateur.

********************

Post-scriptum
Le groupe de travail Correspondance du consortium Cahier propose un guide : L’édition numérique de correspondances – guide méthodologique, rassemblant « des recommandations qui veulent répondre aux problématiques spécifiques d’un projet éditorial et numérique autour de la correspondance ». Ce guide complète largement et offre de nouvelles perspectives au billet publié ci-dessus. Il est consultable sur le carnet de recherche du consortium : https://cahier.hypotheses.org/guide-correspondance.

  1. « Transcrire les lettres ». []
  2. Le Projet Corpus 14 est consultable à l’adresse : http://corpus14.ortolang.fr/index.php?root=Corpus14.xml. []
  3. Voir par exemple : Agnès Steuckardt (dir.), Entre village et tranchées. L’écriture de poilus ordinaires‪, Uzès, Inclinaison, 2015 ; Odile Roynette, Gilles Siouffi et Agnès Steuckardt (dir.), La langue sous le feu‪. Mots, textes, discours de la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017. []
  4. L’édition électronique de la correspondance de Gustave Flaubert, par Yvan Leclerc et Danielle Girard, est consultable à l’adresse : http://flaubert.univ-rouen.fr/correspondance/edition/index.php. []
  5. Chantal Thomas, Souvenirs de la marée basse, Seuil, 2017, page 129. []

La signature

Dans une définition minimale de la lettre, celle-ci est un texte adressé et signé. La signature est le geste qui marque la fin de l’écriture du message (fin provisoire parfois, suivie de la relecture ou de l’ajout de quelques lignes). Comme les autres éléments du texte épistolaire, la signature a ses codes : « La position de la Signature a ses usages aussi, et même, en certains cas, son étiquette et son cérémonial » (Charles Dezobry, Dictionnaire pratique et critique de l’art épistolaire : avec des préceptes et des conseils sur chaque genre…, 1866, article « De la signature des lettres»). « Avec des amis, vous signez où vous pouvez, dans un petit coin de page, à la suite de la dernière ligne de votre lettre » préconise Dezobry. Mais il conseille , « pour des épîtres cérémonieuses », de « faire comme si vous étiez à l’audience du personnage à qui vous écrivez » et d’« observer une respectueuse distance et le saluer d’un peu loin. »

Aux origines de la signature

Depuis la parution de son ouvrage La Signature. Genèses d’un signe (Gallimard, 1992), Béatrice Fraenkel n’a cessé d’analyser cette pratique, comme lors de son séminaire 2012-2013 à l’EHESS, « La Signature : usages et valeurs » , où elle revenait sur « plusieurs dimensions contradictoires de la signature : sa dimension cryptographique et sa valeur d’exposition (voire d’ostentation), son statut d’autographe et sa reproductibilité mécanique, sa nature individualisante et ses usages collectifs ». Dans son ouvrage, elle l’étudie dans la longue durée. Loin d’être « une sorte d’embryon du savoir lire et écrire » (p. 8), elle montre que la signature est un signe d’identité, qui permet de reconnaître un individu à travers des caractéristiques propres à chaque époque. Entre le VIe et le XVIe siècle, la signature cohabite avec d’autres signes d’identité où l’image domine : armoiries, sceaux, insignes, etc. ; à partir XVIe siècle, l’image cède devant l’écrit, tandis que les traits distinctifs de chaque individu s’affichent, plutôt que son groupe d’appartenance. Le lien étroit que l’individu entretient avec sa signature s’affirme. La signature, forme ancienne de validation des actes publics, en référence à Dieu et au roi, devient peu à peu une manifestation de la personne, avec son nom propre, sa présence et sa volonté individuelle.

Signature de François Delaroche-1812-à son beau-frère
Signature de François Delaroche-1812-à son beau-frère

Signer au XIXe siècle

Pour ce qui nous occupe, dans les lettres ordinaires du XIXe siècle, la signature est dépouillée de sa symbolique et de son apparat anciens. Elle manifeste la présence du scripteur, elle inscrit sur la page sa trace personnelle. L’identité graphique proposée par la signature suppose que ce signe soit reconnaissable, identique au fil des lettres – tout en écartant l’exacte reproduction mécanique. Les signatures renseignent sur « les goûts, les fantaisies, les modes, les attitudes de chacun face aux normes de son temps » (Fraenkel, p. 11). Et c’est bien ainsi que la signature est lue : comme un indice de la personnalité de l’auteur.

Louis Daniel Constant Duméril-1795-à sa mère
Louis Daniel Constant Duméril-1795-à sa mère
Eugénie Desnoyers-1863-à sa sœur
Eugénie Desnoyers-1863-à sa sœur (fantaisie exceptionnelle)

Bien que pour Dezobry, la signature soit même inutile dans ces sortes de lettres (« nous prétendons que la Signature légale, au bas d’une lettre d’amitié, comme on la mettrait dans un acte de notaire, est presque ridicule ») les lettres du corpus sont (presque) toujours signées.

  • Signature du nom, avec ou sans prénom
La jeune Marie Berger-1870-à une amie
La jeune Marie Berger-1870-à une amie
Alfred Desnoyers-1871-à son beau-frère
Alfred Desnoyers-1871-à son beau-frère

Avec le nom, la signature manifeste un statut social et matrimonial. Ici, la directrice d’un établissement d’enseignement, veuve, à la mère d’une élève :

Caroline Boblet, veuve Charrier-1872-à la mère d'une élève
Caroline Boblet, veuve Charrier-1872-à la mère d’une élève
  • Signature du prénom

 « La Signature par nom de baptême, quand ce nom est habituellement porté, est aussi très-convenable pour une lettre familière, surtout dans les lettres de femmes. Elle a même quelque chose de frais, de gracieux pour une jeune femme ; de plus intime et de plus affectueux pour l’amie ou l’ami à qui elle écrit. […] Cependant il ne sera peut-être pas inutile de faire suivre cette Signature en nom de baptême de l’initiale du nom de famille ou de femme. » (Dezobry)

Isabelle Latham-1859-à sa cousine et amie
Isabelle Latham-1859-à sa cousine et amie
  • Signature avec initiales

« Un Billet familier se signe encore très-bien par une ou deux initiales. »  Ces « signatures abrégées » « sont permises dans les lettres d’amitié, ou dans des billets sans importance réelle, et n’en sont pas moins parfaitement lisibles, ou plutôt intelligibles. » (Dezobry)

Alphonsine Delaroche-Duméril-1844-à son époux
Alphonsine Delaroche-Duméril-1844-à son époux

Transcrire la signature

Comment transcrire une signature, ce « signe hybride qui tient du mot et de l’image » ? (Fraenkel, p. 7). Lorsque le nom, le prénom, le surnom (« Crol » pour Caroline Duméril), les initiales sont clairement déchiffrables, la transcription est littérale.

Alphonsine Delaroche-Duméril-1806-à ses beaux-parents
Alphonsine Delaroche-Duméril-1806-à ses beaux-parents
Paule Arnould-1873-à une amie
Paule Arnould-1873-à une amie
Caroline Duméril ("Crol")-1858-à sa cousine et amie
Caroline Duméril (« Crol »)-1858-à sa cousine et amie

Mais cela ne permet que très partiellement de suivre les évolutions graphiques. Dans le corpus, les variations de la signature des adolescentes traduisent leur recherche d’elles-mêmes. Voici l’exemple de Marie Mertzdorff :

Marie Mertzdorff à 4 ans-1863
Marie Mertzdorff âgée de 4 ans – 1863
Marie Mertzdorff à 11 ans-1870
Marie Mertzdorff âgée de 11 ans – 1870
Marie Mertzdorff à 16 ans-1875
Marie Mertzdorff âgée de 16 ans – 1875 – à son père
Marie Mertzdorff (16 ans)- 1875-à son père
Marie Mertzdorff âgée de 16 ans – 1875 – à son père

 

Marie Mertzdorff à 16 ans-1875 (nom signé à l'envers)
Marie Mertzdorff âgée de 16 ans – 1875 – à son père (syllabes du nom inversées)
Marie Mertzdorff à 16 ans-1875 (autre forme de signature "à l'envers")
Marie Mertzdorff âgée de 16 ans – 1875 – à son père (autre forme de signature « à l’envers »)

Revisitant le site, je constate des hésitations entre plusieurs partis-pris lorsque se manifeste « la manie du seing illisible », travers des « officiers ministériels, surtout des notaires » mais aussi des « négociants »   selon Dezobry.

Charles Mertzdorff (industriel)-1874-à sa fille
Charles Mertzdorff (industriel)-1874-à sa fille

Mettre « Ch Mff », « Charles Mertzdorff », « Charles Mertzdorff » ? Le fac-similé de la lettre pallie les approximations de la transcription.

Transcrire les lettres

Que l’on envisage une publication papier ou une publication électronique, il est indispensable d’obtenir une version typographiée à partir du texte manuscrit des lettres. Certaines lettres sont écrites de façon très lisible, voire calligraphiées, mais la plupart sont écrites rapidement ; dans de nombreux cas seul un déchiffrement attentif permet de saisir les mots et le sens. La transcription sur ordinateur autorise ensuite diverses mises à jour, rectifications et mises en formes du texte, l’ajout de compléments, annotations et liens intertextuels, et l’utilisation d’outils pour son étude (logiciels d’indexation par exemple).

Comment transcrire ?

Passer du manuscrit à l’imprimé suppose une interprétation du texte. Le parti pris ne sera sans doute pas le même s’il s’agit de la correspondance d’une poétesse ou ce celle de votre grand-oncle. Cependant, une règle me semble s’appliquer dans tous les cas : le respect du texte dans sa totalité, sans supprimer ce qui paraît de l’ordre de la formule, du redondant, du banal, du trivial, etc. Si l’accord se fait sur la fidélité au texte, la question se pose du « jusqu’où ? ».

  • Faut-il marquer toutes les scansions visuelles du manuscrit, non seulement les paragraphes, mais aussi les sauts de lignes et de pages, les écritures dans les marges ?
  • Faut-il rétablir ou non l’orthographe ou les tournures qui dérogent aux règles du « bien écrire », et qui peuvent être des indicateurs précieux du niveau culturel et renseigner sur le milieu social ou géographique ?

Pour la transcription de la correspondance des Duméril-Mertzdorff nous avons privilégié l’intelligibilité et la possibilité de rechercher tel mot ou tel nom propre. Nous avons donc rétabli l’orthographe, globalement très bonne dans cette famille de lettrés et de la moyenne bourgeoisie; par exemple, nous avons substitué « temps » ou « enfant » à l’écritue ancienne « tems » et « enfans » . Nous avons également explicité les abréviations (elles sont transcrites en caractères «exposants»), corrigé, dans la mesure du possible, les noms propres, et parfois ajouté un signe de ponctuation. Les ratures sont restituées en mots barrés. Ce choix nous a semblé justifié dans la mesure où le fac-similé des lettres est présenté à la suite de la transcription.

Méthodologie utilisée pour le site Correspondance familiale

Chaque lettre du corpus est saisie comme un fichier WORD

  • Ce texte est ensuite mis en forme aux normes de LODEL, logiciel d’édition électronique, d’utilisation libre et gratuite, qui permet en particulier de générer des index (voir http://www.lodel.org/)
  • Par ailleurs les lettres manuscrites sont scannées (ainsi que les enveloppes lorsqu’elles existent)  en choisissant un mode de numérisation bitonal, avec une définition de 300 dpi.

On pourra consulter « Éditer les correspondances », Épistolaire – Revue de l’AIRE ((Voir le billet : L’AIRE, du bulletin à la revue.)), n° 33, 2007, Honoré Champion éditeur.