Archives par mot-clé : voyage

Élève de Töpffer

Le genevois Rodolphe Töpffer1 (1799-1846) est connu comme l’un des inventeurs du genre de la bande dessinée. Fils d’un peintre genevois, il se destine à la peinture, mais des troubles de la vue l’obligent à s’orienter vers une autre voie. Tout en publiant romans, pièces de théâtre, essais sur l’art et albums de dessins, il ouvre à Genève un pensionnat pour jeunes garçons, fréquenté par Charles Mertzdorff. Chacune de ses activités inspire les autres : Töpffer pratique une pédagogie novatrice, met en image des scènes de la vie du collège, fait dessiner ses élèves, raconte les voyages scolaires qu’il organise2.

Le pensionnat

Âgé de 17 ans Rodolphe Töpffer découvre son affection oculaire et ne pouvant suivre la carrière artistique à laquelle il se destinait, il décide de se consacrer à la littérature. Il devient sous-maître de latin, de grec et de littérature ancienne dans la pension du pasteur Heyer. Töpffer se marie en 1823 et la dot de sa femme lui permet d’ouvrir à Genève un pensionnat de jeunes garçons, auquel il se consacre jusqu’à sa mort en 1846. C’est probablement au tout début des années 1830 que Charles Mertzdorff (1818-1883) est pensionnaire. Il vit là dans la famille du pédagogue, avec d’autres jeunes gens en majorité étrangers et un peu plus âgés que lui. Töpffer, influencé par les idées de Jean-Jacques Rousseau, propose un enseignement original, dans lequel le théâtre, l’observation, le dessin, l’exercice physique, les relations humaines tiennent une grande place ; pour cela, il compose des comédies jouées par les élèves, confie l’enseignement des beaux-arts à son père, entraîne les jeunes gens dans de longues promenades. Rodolphe Töpffer partage son temps entre ses élèves, la littérature et la vie politique (en 1834, il devient membre conservateur du parlement du canton de Genève).

Voyages en zigzag, p. VIII, « La classe pendant les vacances » [voir note 2]

Les voyages pédagogiques

Un moment fort de la pédagogie de Rodolphe Töpffer se situe au début et/ou à la fin de l’année scolaire : depuis le temps de la pension Heyer, il a pris l’habitude d’organiser des « excursions pédestres ». Le but de ces sorties est moins l’acquisition d’un savoir scolaire qu’une occasion « qui accroît la vivacité de toutes les impressions, en même temps qu’elle met en contact direct avec la nature, avec les hommes, avec la vie »3.
Ces « courses d’école » se font à pied, loin des voitures, car il « a remarqué que lorsque sa troupe chemine loin, bien loin, de toute voiture, et de toute possibilité de voiture, nul ne tire la jambe, tous cheminent bien et gaiement. Tout au contraire, lorsqu’il y a char parmi la bande, et par conséquent chance d’une place dans ce char, aussitôt prennent naissance les éclopés, un d’abord, puis deux, puis vingt-quatre, qui assurent être incapables de pousser plus loin. A tout prix, il faut éviter ces mollesses, car il y va de l’agrément même du voyage, et c’est ce qu’on fait en brûlant ses vaisseaux pour ne compter plus que sur soi et son bâton. »4. Töpffer ne cache pas les difficultés de la route : « La chaleur, aujourd’hui, rappelle les jours grillés d’Aix et de Hautecombe ; c’est à fondre sur place, et nos blouses sont aussi trempées par la sueur qu’elles pourraient l’être par la pluie. Aussi la démoralisation se met parmi nous et, de proche en proche, gagne jusqu’à l’avant-garde, qui s’attarde, s’arrête, et finalement se décompose en traînards »5. Mais Madame Töpffer accompagne le groupe et « voyage pour le soulagement des blessés, et l’agrément de ceux qui se portent bien. Elle porte un voile vert, et une petite pharmacie dans son sac ».

Le pédagogue propose (impose) une morale exigeante de l’effort : « un voyage, pour être décidément une partie de plaisir, doit ressembler plutôt encore à un laborieux exercice qu’à une facile et récréative promenade ». Il incite à « découvrir les voluptés de la fatigue, les délices du gîte, le courage qui croît avec l’effort, l’expansif contentement qui suit la conquête, la jouissance doublée, triplée de tout ce qu’elle a coûté, et devenue assez vive enfin pour que ni contrariété, ni averse, ni privation, ni sotte rencontre ne puisse en altérer la charmante vivacité »6. Le soir, l’heure est aux éclats de rire. Même si, adulte, Charles Mertzdorff a le goût des balades en forêt, il ne semble pas qu’il ait gardé un souvenir enchanté de ces marches de jeunesse. C’est du moins ce que rapportent ses descendants :

le Grand-Père Mertzdorff avait fait partie de certaines de ces randonnées, et n’en avait pas gardé, disait Bonne-Maman un souvenir aussi enjoué que son maître. Il était un des plus jeunes de la troupe et trouvait que c’était bien fatiguant. Les aventures augmentent plus la fatigue que l’amusement pour lui tout au moins. (manuscrit familial, d’après les propos de la « Bonne-Maman » Marie Mertzdorff-de Fréville, fille de Charles Mertzdorff)

Au retour, Töpffer écrit et illustre le récit de ses excursions, les premières années en manuscrits, puis sous la forme d’albums autographiés et par la suite publiés.

Voyages en zigzag, vignette page 12  [voir note 2]

 

La publication des récits

La première publication de Töpffer7 (anonyme) est la critique de l’exposition qui inaugure le musée Rath de Genève en 18268. En 1827 Töpffer commence à créer des « histoires en images » publiées quelques années plus tard, et qui peuvent se lire comme des bandes dessinées : L’Histoire de Monsieur Jabot ou Les Amours de monsieur Vieux Bois.

  • Les manuscrits
    Et dès ces années-là il rédige aussi, et dessine, un compte-rendu des journées passées hors du pensionnat. A titre d’exemple, les premiers sont : Voyage pittoresque au Grimsel (automne 1825) ;Voyage dans les Alpes pour les progrès des Beaux-Arts, des Sciences et de l’Industrie à Chamonix (juin 1826) ; Voyage autour du lac de Genève (juin 1827) ; Voyage à Chamonix avec accompagnement d’orgue et passage en velu (juin 1828) ; Voyage en Italie à la poursuite d’un passeport jusqu’à Milan (automne 1828) ; Pèlerinage à la Grande Chartreuse (juin 1829) ; Voyage entre deux eaux jusqu’au Righi (automne 1829) ; Voyage à Chamonix sous les hospices de St-Médard (juin 1830) ; Voyage à Turin (automne 1830 – auquel Charles Mertzdorff participe probablement) ; Voyage à Lugano (juin 1831) ; Excursion dans les Alpes (automne 1832), qui est le premier voyage lithographié.
  • Les publications
    Repris et remaniés par Töpffer, les récits des voyages du pensionnat sont publiés à Paris en 1844 sous le titre Voyages en zigzag puis à titre posthume en 1854, Nouveaux voyages en zig-zag. Ces ouvrages rencontrent un succès public et l’admiration de Sainte-Beuve9 comme de Goethe.

Les éditeurs parisiens des Voyages en zigzag expliquent : « Bien avant que le goût et les procédés des livres illustrés se fussent répandus et développés, en 1832 déjà, M. Topffer, désireux de pouvoir distribuer à ses compagnons de voyage ces relations ornées de croquis, s’était trouvé dans l’autographie un moyen de résoudre le problème ; en sorte que, chaque année, après avoir tracé texte et dessins sur un papier préparé, il laissait ensuite au lithographe le soin de décalquer le tout sur la pierre, et d’en tirer le petit nombre d’exemplaires qui suffisait à une publicité de famille. Ce sont ces Albums très-recherchés, mais extrêmement rares, dont nous publions ici la reproduction fidèle »10.

Charles Mertzdorff

Charles Mertzdorff possédait-il l’un de ces albums originaux, souvenir de son passage au pensionnat ? Avant un voyage en Suisse, bien des années plus tard, sa fille l’interroge :

Et toi mon Père chéri, commences-tu à penser au pays des Helvètes ? Fais-tu des projets comme nous ? Je t’avertis que j’ai emporté par mégarde de Vieux-Thann ton album avec les nôtres et que je te le porterai en Suisse, ne le cherche donc pas. (Marie Mertzdorff à son père, août 1877)

Outre ce possible fascicule autographié, la famille possède d’autres ouvrages de Rodolphe Töpffer, qui s’est essayé à plusieurs genres littéraires : récits de voyages, bandes dessinées, pièces de théâtre, essais critiques, romans, nouvelles – dont les Nouvelles genevoises11 que lisent et relisent les Mertzdorff :

Oncle nous lit toujours les Nouvelles genevoises, c’est bien drôle, tu devrais les emporter à Wattwiller cela te distrairait. (Marie Mertzdorff à son père, août 1877)

ou deux ans plus tard  :

la pensée de ce beau voyage nous excite fort, nous rêvons Chamonix et Mont-Blanc et pour nous donner un avant-goût de voyage oncle nous lit quelques-uns des voyages de Töpffer. (Marie Mertzdorff à son père, 2 août 1879)

Voyages en zigzag, vignette page V  [voir note 2]


Ses filles imaginent-elles parfois le petit Charles à travers les récits et images du maître de leur père ? Il leur faudrait alors faire œuvre d’imagination car, aux dires de celui-ci, sa présence est indiscernable :

Tu me demandes si Töpffer ne parle pas de moi dans ses voyages. D’abord je n’ai fait qu’un voyage, celui de Turin, Nice, Grenoble etc. ; puis je n’ai jamais été un personnage à en parler beaucoup ; enfin publiant ses voyages il n’a pas pu laisser les noms. Tout cela fait que sans nul doute tu ne m’y chercheras en vain. (Charles Mertzdorff à sa fille, 5 août 1879)

  1. « Töpffer » est la forme internationale du nom, parfois orthographié « Toepffer ». []
  2. Les trois gravures qui illustrent ce billet sont tirées de l’ouvrage de Rodolphe Töpffer, Voyages en zigzag ou excursions d’un pensionnat en vacances dans les cantons suisses et sur le revers italien des alpes, illustré d’après des dessins de l’auteur, Paris : chez J. J. Dubochet, Le Chevalier et compagnie, 1846. [ETH-Bibliothek Zürich, Rar 2476, https://doi.org/10.3931/e-rara-8379] []
  3. Rodolphe Töpffer, Voyages en zigzag, éditions Hoëbeke, 1996, p. 125 [1844-1854]. []
  4. P. 106. []
  5. P. 132. []
  6. P. 142. []
  7. Nombre d’informations de ce paragraphe sont empruntées à l’article « Rodolphe Töpffer » de Wikipédia en français. []
  8. Sur les mécènes qui ont créé ce musée, voir le billet « Sur les traces de Mademoiselle Rath ». []
  9. Sainte-Beuve, « Notice sur Töpffer considéré comme Paysagiste », Le Moniteur, 16 août 1853. []
  10. Voyages en zigzag, J. J. Dubochet, Paris, 1844, « Préface des éditeurs », p. VI. []
  11. Rodolphe Töpffer, Nouvelles genevoises, préface de Xavier de Maistre, éditions Jacques-Julien Dubochet, Paris ; Paris, Charpentier, 1841. []

Marcher dans l’Aisne

Marie Mertzdorff rapporte à son père « une petite aventure » arrivée à ses amis Arnould (lettre du 12 octobre 1874). Elle raconte comment M. Arnould et ses enfants adolescents ou jeunes adultes ont entrepris de rallier à pied Saint-Gobain depuis Trigny. Marie précise: 16 lieues parcourues en 2 jours. La lieue est une unité de longueur (variable) utilisée sous l’Ancien Régime ; elle a comme origine la distance que peut parcourir un homme à pied en une heure ; la lieue métrique vaut 4 kilomètres.

Les gendarmes

Voici l’anecdote : la famille harassée au soir de la première journée échoue pour la nuit dans une auberge. L’aubergiste intrigué par ces clients insolites et suspectant des « espions prussiens » (chaque époque a ses fantasmes : la figure de l’ennemi « prussien » hante ces années d’après guerre) avertit les gendarmes. Le père de famille réveillé en pleine nuit, et qui a négligé de se munir d’un passeport, a toutes les peines du monde à les convaincre de son honorabilité.

Pour le contact rugueux avec les gendarmes, on pense à un épisode du Tour de la France par deux enfants, situé dans les mêmes années (G. Bruno, innombrables éditions de ce livre de lecture à partir de 1877, numérisation BNF).

Le tour de la France par deux enfants, devoir et patrie : livre de lecture courante…, par G. Bruno [Mme Alfred Fouillée], réimpression 1878 (© BNF)
Le tour de la France par deux enfants, devoir et patrie : livre de lecture courante…, par G. Bruno [Mme Alfred Fouillée], réimpression 1878 (© BNF)

André et Julien, les deux enfants, se trouvent en difficulté près de Besançon ; ils vont au-devant de deux gendarmes à cheval : « Les gendarmes, d’un ton sévère, commencèrent par dire à André de montrer ses papiers. » Mais, comme l’affirme la morale de cette page : « Quand on n’a rien à se reprocher, on n’a point sujet d’avoir peur. » (pages 7071)

La randonnée

Sur une carte, Trigny et Saint-Gobain sont éloignés de 50 kilomètres à vol d’oiseau. Le point de départ de la marche de la tribu Arnould, Trigny, est mentionné comme lieu de naissance de plusieurs des enfants de la famille. Et le but du voyage est Saint-Gobain, où l’époux de Lucy Arnould est directeur général des Glaceries Saint-Gobain.

En lui-même, ce projet de marcher a retenu mon attention. Il fait écho au récit de Jean-Paul Kauffmann qui, suivant la Marne à pied depuis Paris jusqu’à sa source, traverse des régions voisines, un peu plus au Sud (Remonter la Marne, Fayard, 2013). Lui aussi fait l’expérience des sentiers désertés et des auberges décevantes, de l’étonnement et de la méfiance des personnes rencontrées – en 2012, ce n’est plus l’espion que l’on craint, ni l’étranger, mais « le rôdeur ». Mathilde Arnould fait des croquis, et Jean-Paul Kauffmann note ses impressions : les marcheurs cherchent à garder trace des paysages et des expériences traversés.